La magistrature au service du politique : la tradition qui perdure    Tunisie : Faillite de 130 mille entreprises et 750 mille employés au chômage !    Tunisie: Le crabe bleu, de prédateur envahissant à source de revenus pour les pêcheurs tunisiens    UEFA Champions League : Equipe type de la J3    FC Barcelone : Ansu Fati prolonge jusqu'en 2027    Ministère des Affaires Sociales: Versement des aides scolaires et universitaires très prochainement    Reportage photo Sfax, la capitale du Sud, une poubelle à ciel ouvert    Des avocats manifestent pour demander la libération de Seïf Eddine Makhlouf    Entretien téléphonique Najla Bouden-Abdelhamid Dbeibah    Les relations tuniso-libyennes: Cafouillage diplomatique    8ème Sfax Marathon International 2021, dimanche 7 Novembre    TRANSTU: Le métro léger n°4 roulera sur une seule voie du 22 au 28 octobre 2021    Foot Europe – Programme TV jeudi    UEFA Champions League : statistiques d'après J3    Sommet virtuel de la FIFA le 20 décembre    BH Assurance : Hausse du chiffre d'affaires de 17%    Situation politique en Tunisie: Le Parlement européen tranchera aujourd'hui    Tunisie-Daily brief du 21 octobre 2021: Prise en charge sanitaire de deux députées    ATB : Un PNB de 206,4 Millions de dinars à fin septembre    Sousse- Démolition de parasols et de cabanes appartenant à un hôtel [vidéo]    Abdellatif Mekki appelle les médias à ne plus utiliser le terme de "Député gelé"    Elyès Jouini : Le temps des quicks-wins est révolu, nous sommes désormais «dans le dur»    Europa League (Poules / 3è J) : les matches de ce jeudi    Samar Samoud : Nous ne devons pas crier victoire face à la situation pandémique !    La Tunisie s'est-elle fait avoir sur le dossier de la Libye ?    Sousse : La récolte des olives estimée à 81185 tonnes    Najla Bouden reçu au Palais de Carthage    Djaili Amadou Amal lauréate de la sixième édition du prix Goncourt en tournée en Tunisie    Sénateur Bernie Sanders: Palestinians lives matter    Monde- Daily brief du 20 octobre 2021: Poutine décrète une semaine chômée payée pour freiner l'épidémie de Covid-19    La scène artistique tunisienne perdre le scénographe et artiste pluridisciplinaire Kais Rostom    FMI: Des entretiens sont prévus dans les prochains jours avec des membres du nouveau gouvernement tunisien    Donald Blome proposé ambassadeur auprès de la République Islamique du Pakistan    Kaïs Saïed remercie la Ligue arabe pour son soutien à la Tunisie    Zammour Trekking de retour pour une 4e édition du 4 au 8 novembre 2021 à Médenine    JCC- Des détenus produisent leur propre film court métrage    BT : Légère hausse du PNB    Tunisie – Météo: Des pluies attendues et légère hausse des températures    Barcelone vs Dynamo Kiev : Sur quelle chaîne regarder le match en direct et live streaming ?    Ministre des Affaires culturelles: La situation sociale des artistes est notre priorité    Kairouan: Le ministre du Tourisme appelle à renforcer davantage le tourisme religieux et spirituel    La légende de Carthage en superstar à la Fashion Fair de Stockholm    Tunisie – Allemagne : Niels Annen reçu par Othman Jerandi    Monde- Daily brief du 19 octobre 2021: Etats-Unis: Une femme victime d'un viol dans un train, aucun passager n'intervient    Cycle de films Villes Tunisiennes et découvertes du 19 au 28 octobre 2021 par la Cinémathèque Tunisienne    Mahdia Des tensions suite au naufrage d'un bateau transportant des clandestins    Moncef Marzouki confond Khaled Mechaal et Ismaïl Haniyeh!    Des hauts gradés de la marine d'Europe et d'Afrique en conclave à Tunis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Pouvoir judiciaire réclame... « Justice » !
Publié dans Le Temps le 18 - 11 - 2020

p class="p1" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 13px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";"Le Temps - Raouf KHALSI p class="p2" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 11px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";"Succession de malheurs dans le corps des magistrats tunisiens. En près de deux semaines, il y eu le décès de feue la juge Abir Sabeur (le 30 octobre dernier), puis (le 6novembre) celui de feue Noura Ben Jrad et, enfin, (le 13 novembre) feue la juge Sonia Laaridhi a été emportée, elle, par le Coronavirus, après avoir été ballottée au gré d'une clinique qui exigeait un chèque de garantie pour, qu'enfin, on la conduise à l'hôpital militaire où elle a cédé et rendu l'âme. Lundi, un mouvement de protestation s'est déployé devant le siège du Tribunal de première instance de Nabeul, cependant que le Procureur général près de la Cour d'appel de cette même ville de Nabeul ordonnait une instruction pour non-assistance légale.
Le décès de feue la juge Sonia Laaridhi aura déclenché l'étincelle d'un brasier dont on pourrait, d'ores et déjà, mesurer l'ampleur d'une véritable cassure entre le Pouvoir judiciaire et l'Exécutif. Et c'est, donc, la grève de cinq jours décrétée par les Syndicat des magistrats tunisiens, alors que l'AMT (Association des Magistrats) décrétait pour sa part une grève de trois jours. Tout donne à croire cependant que les magistrats grévistes suivront les consignes du Syndicat.
Ces salles des « pas-perdus »
Il y a quelque chose de pathétique et de symboliquement émouvant : feue la juge Sonia Laaridhi a donné pour consigne d'être enterrée avec sa robe de juge. En fait, elle était dans la psychologie d'une martyre. Cela ne laisse pas indifférent.
Or, si le Syndicat, dont le présidente Amira Amri a pratiquement brassé tous les plateaux, et si Anas Hmaïdi, Président de l'Association des magistrats tunisiens, sont, pour une fois sur une même longueur d'onde, c'est qu'il y a péril en « la maison de la justice ». Ils dénoncent, chacun à sa manière, la précarité dans laquelle vivent les magistrats. Amira Amri pointe même un doigt accusateur en direction de l'Exécutif qui n'a jamais prêté l'oreille aux «grondements» souterrains s'élevant des salles délabrées et vétustes des «pas-perdus».
Depuis longtemps, en effet, les magistrats appellent à la mise sur pied d'une «Loi-cadre» clarifiant leur statut et la promulgation d'une loi organique leur assurant une protection sanitaire et sociale. Ils bénéficient, certes des prestations de la CNAM ainsi que de celles de leur propre mutuelle. Ces prestations se traduisent par une retenue à la source à hauteur de 10% sur leur salaire brut. On connait cependant les problèmes de la CNAM, alors que presque toutes les mutuelles en Tunisie, dans beaucoup de secteurs, n'arrivent plus à assurer les couvertures sanitaires, pourtant leur fonction de base.
De fait, le Syndicat demande à ce que les magistrats puissent systématiquement accéder aux prestations de l'hôpital militaire, cependant qu'Anas Hmaïdi, président de l'AMT révèle un chiffre effrayant. Ils sont, en effet, 250 entre magistrats, auxiliaires de justice, greffiers et avocats à avoir été contaminés par le Covid-19. Amira Amri (présidente du syndicat) affirme même que les salles d'eau n'existent pas et que les salles d'audience sont dans un piteux état de délabrement. Or, il se trouve que ces salles sont toujours bondées, que les gestes-barrières ne sont pas respectés, sans parler des détenus qui comparaissent devant les juges et dont on ne sait guère s'ils sont eux-mêmes protégés contre la pandémie dans l'espace carcéral.
Dans cette affaire, on n'omettra pas de relever le silence de deux organes pourtant parties prenantes. Le Conseil supérieur de la magistrature (CSM), d'abord, qui ne s'entend vraiment pas avec le Syndicat et l'Association des magistrats et qui ne veut pas s'impliquer dans ce qui pourrait représenter à ses yeux un mouvement corporatiste. Ensuite, le Conseil de l'ordre des avocats, ces maitres du barreau qui considèrent que les magistrats usent et abusent de leur pouvoir de sentences. En fait, cela nous renvoie à l'une des perles de Coluche : «Il y a deux sortes de Justice : vous avez l'avocat qui connaît bien la loi, et l'avocat qui connaît bien le juge».
Chasser les politiques
des sphères judiciaires
Le syndicat et l'Association instrumentalisent-ils le drame de feue la juge Sonia Laaridhi ?
Amira Amri, présidente du syndicat remet sur la table ces revendications matérielles en faveur des magistrats. A ceux qui lui disent que la magistrature représente un secteur corporatiste comme tous les autres, elle répond que tout l'appareil de cette magistrature représente le troisième pouvoir, ce Pouvoir judiciaire tout aussi indépendant que les autres Pouvoirs, législatif et exécutif.
Dans la configuration établie par Montesquieu quant à la séparation des pouvoirs, sans qu'il y ait empiètement d'un Pouvoir sur un autre, il y a quand même lieu de se demander si c'est vraiment le cas chez nous. On dit que le juge statue selon les textes en sa possession, selon la doctrine et, au besoin, selon la jurisprudence. Sur le papier, c'est clair. Et, alors, le syndicat va droit vers le focus essentiel : l'amélioration des conditions matérielles des magistrats, arguant aussi que nos juges sont les moins bien payés au Maghreb et très loin des fourchettes salariales qui se pratiquent dans nombre de pays africains, l'Europe étant une galaxie injoignable. Pour elle, un salaire décent met le magistrat à l'abri des convoitises. A notre tour, nous faisons observer que la moyenne annuelle des affaires instruites par un seul juge est de l'ordre de 1300 dossiers. Trop. Inhumain même. Ce sont cependant là les avatars d'un système judiciaire qui n'a jamais osé se repenser, ni pensé à se restructurer.
Question de moyens, restrictions budgétaires ? Voilà donc que, malgré cette indépendance proclamée du Pouvoir judiciaire, les vannes de l'argent restent aux mains de l'Exécutif.
Du reste, il faut bien relever le déficit de confiance allant crescendo depuis la révolution entre la Justice et les justiciables. Par ailleurs, nous savons tous que la Justice était mise au pas des temps du régime déchu. Une Justice aux ordres comme on le dit. Mais cette Justice s'est-elle pour autant affranchie après la révolution ? Ne s'est-elle pas laissé «envoûter» par les nouveaux «seigneurs» du pays ? N'a-t-elle pas été infiltrée ? Ne s'est-elle pas aussitôt remise aux ordres ?
D'où la grande suspicion entourant la Justice et l'incapacité actuelle des structures de l'Etat à y introduire les grandes réformes et à la draper de cette indépendance dont certains politiques ne veulent pas. En décembre 2018, l'AMT déplorait le mauvais traitement et le harcèlement subi par certains magistrats de la part de l'IVD de Sihem Ben Sédrine. Un exemple comme tant d'autres. Pour sa part, Samia Abbou dénonçait, il y a quelques jours, «l'enrichissement illicite» d'un certain juge d'une Cour de cassation. Le décès de feue Sonia Laaridhi, pour douloureux qu'il soit, devrait aussi, au-delà des dénonciations, donner matière à réflexion autant au syndicat qu'à l'AMT. Revendications matérielles et couvertures sociales et sanitaires, oui. Réflexion sur une inflexible indépendance, cela s'impose aussi. En d'autres termes, dégager le bon grain de l'ivraie. Repousser tous les jeux d'influence, c'est le pari, le vrai. Chasser les politiques de l'espace judiciaire, ce serait la plus saine des gageures. Car, comme le professe Montesquieu « Il n'y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l'on exerce à l'ombre des lois et avec les couleurs de la Justice ».
p class="p2" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 11px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";"


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.