Polémique de partage de données : WhatsApp repousse la modification de ses conditions d'utilisation    La Tunisie ambitionne d'exporter 70 mille tonnes d'huile d'olive conditionnée, d'ici 2025    Internet des objets : Une startup tunisienne reconnue meilleure startup technologique en Afrique pour 2020    Confinement : le Théâtre de l'Opéra annonce quatre spectacles virtuels nocturnes    « La Révolution n'a nullement impacté les causes mais elle a produit voire amplifié l'état de délabrement de l'économique, du social et surtout du politique du pays »    Ghannouchi « proclame » l'innocence de Nabil Karoui !    Une révolution qui reste à faire en Tunisie !    La double peine des habitants de la Bande de Gaza    Guterres tente de nommer un émissaire    La justice se prononce sur l'appel posthume du seul condamné    A quoi il joue?    Algérie - Maroc (24 – 23)    Pour quand la fin de l'hémorragie ?    La Tunisie est-elle proche du seuil de l'immunité collective ?    Lenteur de livraison des vaccins    Un remaniement, pour faire quoi ?    Tunisair: Avis aux passagers à destination de la France    «Libérez ma Patrie» !    Le destin foudroyé de l'Octobre musical    Ken Loach, Stanley Kubrick, Hassen Ferhani et Nacer Khémir...    ATTT : Les nouvelles dates de contrôle technique des véhicules    Handball-Mondial │ 1ère journée │ Tunisie-Pologne (28-30): Ça s'est joué sur des détails...    Tunisie – VIDEO : Reprise des affrontements nocturnes à Sousse    Etoile du Sahel : 4 jeunes renforcent l'équipe première    Bourse de Tunis : Le Tunindex termine la deuxième semaine de janvier sur une légère contreperformance    Abdessalem Younsi : "Je suis toujours le président du Club Africain"    Football : Programme TV de ce vendredi 15 janvier 2021    Point de vue: Un championnat atypique !    La poésie en questions: Qui sont les Muses ?    A quand la sortie du tunnel ?    Dix ans après: La corruption à tous les étages    Crise politique: Le péché originel    Potentiel minier de la Tunisie: Une exploitation en dents de scie    Bénéficiez de remises durant le confinement avec Tunisie Telecom    Khemaïes Jhinaoui : « La Tunisie doit montrer au monde sa capacité de se développer et sa volonté de coopérer » (Vidéo)    Météo | Pluies éparses et baisse des températures    Tunisie-Rached Ghannouchi : Les motions de censure à mon égard sont tout ce qu'il y a de plus normal    Tunisie-Ministère de la Santé: Nouvelle liste des laboratoires autorisés à réaliser les tests RT-PCR    Pour ne plus pédaler dans la semoule ! (2/2)    L'ambassadeur de la Tunisie en Belgique: "Plus nous avons des relations avec nos amis, mieux nous nous porterons"    Confinement : mini-concerts virtuels de l'OST ce soir et demain à 21h00    Un test PCR négatif sera désormais exigé pour tous les voyageurs arrivant en France    L'inscription du couscous et de la pêche à la charfiya sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l'Unesco célébrée à la Cité de la culture    Vient de paraître — « Quelqu'un meurt au sud » de Kamel Hlali: L'art d'arracher le lecteur à la banalité gris-flanelle du quotidien    USA: Trump: La vraie cause de ma suspension des réseaux sociaux est politique…mon discours été totalement approprié    Intox : Aucun pilote tunisien n'a été renvoyé à cause d'un vol vers Tel Aviv    USA: 70 000 comptes affiliés à la mouvance pro-Trump QAnon supprimés par Twitter    Tunisie : Une secousse tellurique à Zaghouan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La tension monte en Thaïlande
Publié dans Le Temps le 25 - 11 - 2020

Canons à eau, tirs de gaz lacrymogène, blessés par balles: la tension monte en Thaïlande entre manifestants pro-démocratie, autorités et ultra-monarchistes.
A la veille d'un nouveau rassemblement à Bangkok, voici ce que l'on sait sur les forces en présence et les sorties de crise possibles dans un pays habitué aux répressions sanglantes.
"Nous ouvrons une nouvelle ère dans nos combats", "il n'y a plus de compromis possible", ont averti des leaders de la contestation.
Après quatre mois de rassemblements, qui ont réuni jusqu'à 30.000 personnes dans Bangkok - du jamais-vu depuis le coup d'Etat de 2014 du général Prayut Chan-O-Cha - la situation se durcit.
Slogans et insultes contre la monarchie, intouchable il y a peu, prolifèrent. La police anti-émeutes n'hésite plus à faire usage de canons à eau et de gaz lacrymogènes, et six personnes ont été blessées par balles la semaine dernière, des tirs dont l'origine reste indéterminée.
Le mouvement pro-démocratie a acquis une base solide dans la rue et sur les réseaux sociaux.
Les "chemises rouges", liées à l'ex-Premier ministre en exil Thaksin Shinawatra, pourraient le rejoindre- ce qu'elles ont peu fait jusqu'à présent, tout comme ceux qui sont frappés par la récession causée par la pandémie.
Mais pour Siripan Nogsuan Sawasdee, professeur de sciences politiques à l'université Chulalongkorn de Bangkok, s'ils veulent attirer plus de monde, les contestataires vont "devoir s'organiser autour de leaders uniques" et "prioriser leurs demandes" (démission du Premier ministre, réécriture de la Constitution, réforme de la monarchie, du système éducatif).
Aucune n'a abouti à ce jour, le Parlement se prononçant simplement sur la création d'une assemblée constituante qui ne devrait pas décider de grandes modifications.
Mais la contestation a "permis l'éclosion d'une nouvelle culture politique qui pousse le royaume vers une liberté d'expression inédite", note Siripan Nogsuan Sawasdee.
Mesures d'urgence proclamées puis rapidement retirées, arrestations puis libération des leaders pro-démocrates qui restent mis en examen, les autorités ont soufflé le chaud et le froid ces dernières semaines.
Contrairement aux mouvements précédents, la majorité des manifestants sont de jeunes citadins issus des classes moyenne et aisée qui dansent au son de la K-pop sud-coréenne. Beaucoup sont des femmes. Les affronter directement pourrait nuire à la réputation du pays sur la scène internationale.
Les autorités durcissent toutefois le ton, brandissant la menace de l'article 112 sur les crimes de lèse-majesté qui punit jusqu'à 15 ans de prison toute insulte envers le roi et n'est plus utilisé depuis quelques années. "Les limites ont été dépassées", a averti Prayut Chan-O-Cha.
Le roi Maha Vajiralongkorn, dont les interventions publiques étaient jusque-là rarissimes, mène une offensive de charme, multipliant les apparitions, le dialogue avec ses supporters et les messages d'"amour" aux Thaïlandais.
Mais ces inflexions ne devraient pas être suffisantes pour faire taire le mécontentement.
Monté sur le trône en 2016, Rama X est une personnalité imprévisible et controversée qui a renforcé ses pouvoirs en prenant directement le contrôle sur la fortune royale et deux unités de l'armée.
Ses très fréquents séjours en Allemagne ont aussi soulevé des interrogations, certains lui reprochant de ne pas s'être préoccupé de ses sujets depuis le début de la pandémie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.