Covid-19 et crise économique : Les trois propositions de Kristalina Georgieva au G20    La FTF va tester l'utilisation du VAR dans les compétitions tunisiennes    Vaccination anti COVID-19 : Un sondage auprès des professionnels de la santé révèle des résultats inquiétants    A Nabeul, les cafés et restaurants peuvent servir à table    Météo | Temps brumeux le matin et températures stationnaires    Habib Ammar préside une rencontre sur le suivi des projets culturels bilatéraux Tunisie-UE    Covid-19 : 42 décès et 855 nouvelles contaminations enregistrés le 24 février    Top 5 des personnes les plus riches au monde    13 morts dans deux attaques Forces démocratiques alliées    Le chef de la mission de l'UE fait un bilan d'étape    5 célébrités vivent une aventure inédite avec l'OPPO Reno5    Des familles fuient les camps de déplacés à Marib    Imposture intellectuelle dites-vous ?    Luthistes à vos marques !    Si proches, si loin    ''la tunisie n'est pas loin du risque de la faillite'' selon slim besbes    Pourquoi Saied continue à tourner le dos à l'Afrique?    La circulation des métros 3, 4 et 5 effectuée sur une seule voie du 26 février au 7 mars    Aram Belhadj : Il faut décréter l'état d'alerte économique    '' Mechichi n'est qu'un résident à la Kasbah'' selon Zied Ghanney    Qui sont les députés Nahdhaouis qui ne participeront pas à la marche de samedi?    Neji Jalloul : Rached Ghannouchi a demandé l'aide des américains pour vaincre Abir Moussi    En vidéo: In Style With Rym, la nouvelle émission présentée par Rym Saidi    Plaidoyer pour une action arabe commune face à la Covid-19    Tunisie : Appliquons les dispositions de la Constitution, on n'aura plus de crise politique    Ligue 2 (5e journée) : Désignation des arbitres    Le cri de détresse des partenaires de la Tunisie    CONDOLEANCES    Un nouveau programme d'accompagnement de jeunes voit le jour en Tunisie    USM: Y mettre les ingrédients    ST: Zoghlami-Mejri, tandem d'attaque    ESS — Il cumule les victoires depuis qu'il est à la tête de l'équipe: Dridi, Monsieur sans-faute !    DECES: Lilia ENNIGROU épouse GORGI    L'exercice militaire multinational 'African Lion' aura lieu en Tunisie    Les familles des martyrs en sit-in    Ligue des champions (8e de finale aller) : les résultats complets    Tunisie – Météo : Brume matinale et légère hausse des températures    Projet MOODHA OKHRA, initiateur de la mode éco-responsable en Tunisie: L'éco-mode engagée    Hommage: Gilbert Naccache, ce libre-penseur    Covid-19 – Tourisme : les professionnels recommandent le démarrage immédiat de la vaccination    Hennessy devient le premier partenaire de spiritieux mondial de la NBA    Vers une numérisation du secteur de l'énergie: Huawei lance Smart Modular Data Center 5.0    5G : Ooredoo signe un accord de partenariat avec le CERT    En attendant le FIC, "la Nuit des étoiles" se place comme vecteur créatif culturel et patrimonial    Une semaine pour le théâtre tunisien du 15 au 22 Mai 2021    Le Salon "Pour l'amour de l'art", offrir une visibilité aux artistes en temps de pandémie    La Tunisie abrite l'exercice militaire multinational "African Lion", en juin 2021    Semaine agitée autour de l'islam en France    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Présentation du livre de Khaled Derouiche : «Le dernier texte», traduction de M. Mohamed Baligh Turki
Publié dans Le Temps le 21 - 01 - 2021

Le livre que nous nous proposons d'étudier aujourd'hui est un recueil de poèmes, paru en mars 2019, initialement écrit en arabe par le poète Khaled Derouiche et traduit au français, en poèmes, par M. Mohamed Baligh Turki. Faute de traduction en français du titre de ce recueil, je me suis permis de l'intituler « Le dernier texte ».
Nous nous bornons donc à étudier, analyser et critiquer la traduction française de ce recueil de poèmes puisque notre club dialogue avec les écrivains francophones.
Dans le premier poème « Attente », à la page 7, que nous pouvons considérer comme un poème liminaire de ce recueil et un prolongement de la préface, le poète exprime sa hantise de la mort, après s'être représenté dans la préface l'éventualité de sa mort et de ce que deviendraient après lui ses effets personnels et les objets de son environnement et de ce seraient les regrets de son conjoint et de ses amis. Je vous lis ce poème liminaire « Attente»:
« Le temps s'est brisé..
un tesson pour la mort
et l'autre pour une fillette
qui passa
sur les nuages..
Le temps s'est brisé..
entre l'errance,
sa voix
et sa muse..
Le temps s'est brisé..
un bout pour son départ
et l'autre pour l'attente. »
Par ailleurs, dans le poème « Massacre », à la page 47, le poète nous rapporte une description criante de l'amoncellement de cadavres. Sa détresse est à son comble dans ce poème:
« Des crucifiés
et des crucifiés..
Ici le dépôt
des cadavres..
Ici une vie
déchirée..
Ici l'inquiétude
du papillon..
....
Jusqu'à sa mort,
il tenait
son arme. »
Le poète évoque encore la mort dans les trois derniers vers du poème « L'avenue », à la page 15, ainsi
« Un sanglot
du ciel,
seul,
annonçant
le deuil.»
Le thème de la hantise de la mort, exprimé dans ce poème liminaire, commandera les thèmes corollaires développés dans tous les autres poèmes, à savoir : le temps inexorable qui fuit, l'impression de la solitude du poète et son désespoir d'être séparé de sa bien-aimée, si atrocement ressentis.
En effet, le poète perçoit la fuite inexorable du temps dans toutes les manifestations de l'existence, le temps qui passe et qui n'épargne ni l'enfant, ni les va-nu-pieds, ni les ruelles, ni les fosses et les parfums. Et c'est avec amertume qu'il dit que le temps qui court est indifférent aux soucis des êtres vivants. Je vous lis le poème « Le Temps », à la page 9 :
« Le temps..galope..
galope..
indifférent
au cri de l'enfant
et des vanupieds.
Le temps..galope..
galope..
dans les ruelles
des fosses et des parfums.
Le temps..bagotte..
bagotte..
sur les toits
et les branches
du jasmin..
s'arrête
....
reprend son souffle
sur le papier blanc. »
Ceci conduit notre poète à ressentir d'une manière douloureuse la solitude et l'angoisse d'être en retrait ou en marge de la société, lui qui semble souffrir jusqu'à la démence de ses contacts avec les hommes. Le sentiment de sa solitude déchirante est éloquemment exprimé dans son poème « Seul, je marche au bord de la blessure », à la page 33 :
« Seul, je marche
au bord de la blessure..
Personne,
ne partage ma voie..
Personne,
je ne tiens sa main..
Seul, je marche
au bord de la blessure..
mes pas
sur les rythmes du passé
et le son de la pluie..
Seul, je marche
au bord de la blessure..
imbu
de rouge. »
Par ailleurs, je ne crois pas qu'il y ait pour notre poète autre chose à faire, dans son attente du retour de sa bien-aimée, qu'entretenir le souvenir de son amour et l'espoir de la retrouver, et se réfugier dans l'écriture. Il a écrit une série de poèmes, chacun avec une nuance spécifique, illustrant son désir brûlant et son espérance lancinante.
Je pars de son poème « Une poétesse », à la page 19:
« Elle ne savait pas
que notre fin
fut un massacre..
que tous les poèmes
erraient
sans voiles..
Elle traversait
tous mes chagrins,
puis s'arrêta
devant le bleu...pieusement
.......................
Elle ne savait pas
que les oiseaux
se nourriront
de sa voix
pour chanter.
Elle
ne savait pas... »
Puis j'enchaine avec le poème « Café », à la page 21:
« Sur la table
des questions sans sucre
et des mégots..
Ivre
de rêves
j'attendais...
sa voix
et son ombre. »
Puis j'enchéris avec le poème « Chocolat », à la page 23:
« Délicieux..
délicieux..
le minois de la fille..
Si délicieuses..
ses mains..les deux..
aucune différence..
Délicieuses..
délicieuses..
ses paroles fourrées de trahison..
Si délicieux
le chuchotement de l'âme
à l'âme
Délicieux..
délicieux..
lorsqu'elle me manque
et le sentier perdu.. »
....
Puis je surenchéris avec son poème « Je ne suis que douleurs », à la page 29:
« Elle a ma guérison
dans ses mains ...
et une voix
de marbre rare..
........
Maintenant
je ne suis que douleurs..
devant
sa porte
j'attends.»
Notre poète conclut par entonner sa révolte pour son départ et sa détresse pour l'avoir abandonnée, par son poème, sans titre, à la page 37:
« ....
Qu'est ce que je fais
dans ce monde ??
Que de déceptions..
et de disparitions.
Qu'est ce que je fais
dans cette chambre
délabrée ??
Dans ce décor
sans elle et moi.
Qu'est ce que je fais
dans ce monde ??
Tombent les visages
les uns après les autres
et l'Amour.»
En conclusion générale, je relève que les objets ménagers et les effets personnels sont décrits par l'auteur comme disparates et ne se mêlent pas, leurs fantômes immobiles, témoins de la fuite du temps, veillent dans le brouillard des souvenirs passés de notre poète. Le temps enregistre avec tant d'indifférence le cursus de son histoire et de celle de sa bien-aimée, et s'est arrêté comme une horloge brisée. Il ressort des poèmes de ce recueil que des années sont passées, cela embrasse une bonne part de la vie de notre poète, mais peut-être est-ce un temps trop bref pour ce ressac de l'histoire de sa vie.
Mais notre poète ne peut s'empêcher, sans que cela se voie trop, de se livrer à cette respiration naturelle qui laisse une chance à la justice et à la vérité, en l'occurrence pour le cas du poète Khaled Derouiche, à l'espoir de s'accrocher à la velléité du retour hypothétique de sa bien-aimée pour renouer sa vie avec elle et se délecter du bonheur de la retrouver et mettre fin à son désespoir et à sa solitude.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.