Le ministre de l'Intérieur effectue une visite d'inspection aux unités sécuritaires déployées à Tunis    Kaïs Saïed, Ons Jabeur, Najla Bouden… Les 5 infos de la journée    Kaïs Saïed ratifie la nouvelle Constitution    Bourse de Tunis : Le Tunindex confirme son trend haussier    Tunisie – Reprise des négociations sociales pour d'éventuelles majorations salariales    Tabarka : Un centre d'accueil pour les victimes de l'incendie    WTA Cincinnati 2022 : une journée couronnée de succès pour Ons Jabeur    Ons Jabeur qualifiée aux huitièmes de finale du Tournoi de Cincinnati    Saïda Garrach : des magistrats convoqués par téléphone pour les poursuites judiciaires    Steg : la vague de chaleur cause des coupures d'électricité    Monde-Daily brief du 17 août 2022: Ukraine : Erdogan et Guterres rencontrent Zelensky demain    Samir Saïed : l'économie tunisienne traverse une situation très critique    Nomination d'un nouveau Chef de cabinet du conseil de l'ISIE    Championnat arabe E-Sports (Valorant) : la Tunisie termine 1ère de sa poule    Tunisie: Une maladie hémorragique détectée chez les bovins    Coronavirus-Bilan du 15 août 2022: 2 décès et 199 nouvelles contaminations    Tunisie : 6 décès et 353 blessés en 24h    Construction de l'hôpital du Roi Salmane à Kairouan : le ministère de la Santé explique    Tunisie: Vers le lancement du Startup Act 2.0    Lotfi Abdelli : je ferme ma gueule, je vends mes affaires et je pars !    Agence de notation japonaise «Rating and Investment» : La note souveraine tunisienne passe à «B» avec perspectives négatives    Une députée a été interdite de renouveler son passeport selon le Courant démocrate    Le braconnage : Un crime organisé ?    Express    «Club de chant» de Cyrine Gannoun au Festival International de Hammamet : Une œuvre attachante    Programme TV du mercredi 17 août    DECES : Salem BEN KHALIFA    Le tout dernier téléphone de Huawei marqué par la plus longue durée de vie de la batterie – HUAWEI nova Y70 maintenant disponible en Tunisie    MEMOIRE : Feu Slim Mehdoui    Amical international : ce sera Algérie-Brésil en septembre !    Voici les 10 chansons les plus "likées" sur TikTok    Météo en Tunisie : Forte vague de chaleur, l'INM lance un appel à vigilance    L'USBG se prépare pour la demi-finale : La grande mobilisation    ESS | Annoncé sur le départ ces derniers jours : Zied Boughattas reste à Sousse !    Tourisme en Tunisie : Le nombre des touriste visitant Nabeul augmente de 60% en juillet    Néjib Belhedi se prépare pour une traversée dans l'océan parmi les requins    Tentative de meurtre Salman Rushdie: La lecture de Gilles Kepel    Lotfi Abdelli annonce l'annulation de tous ses spectacles    Monde-daily brief du 16 août 2022: Vladimir Poutine accuse les Etats-Unis de faire traîner le conflit en Ukraine    La Tunisie, championne d'Afrique en termes d'espérance de vie    La Fondation Arts & Culture by UIB rend hommage à M. Mohamed Ennaceur    Média Canadien : ''Le Québec doit boycotter le Sommet de la Francophonie en Tunisie''    Chiffre du jour : 657 migrants clandestins secourus en un seul week-end    Goethe-Institut Tunis & Central Tunis accueilleront l'exposition The Event of a Thread    Festival de Siliana "Zama Nights" revient pour une 45ème édition (programme)    Le ministère de l'Intérieur annonce des sanctions contre des syndicalistes sécuritaires    Sfax: 42 migrants égyptiens évacués par l'armée de mer    Gaza : Une guerre politique qui arrache des larmes au musicien Roger Waters    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Nous en avons plein et pour toute l'année !
Poisson d'avril
Publié dans Le Temps le 01 - 04 - 2009

Chez nous, on n'a pas besoin d'attendre le 1er avril pour mentir. Le mensonge est devenu le pain quotidien dans nos relations : certains ont érigé le mensonge comme un principe dans la vie, voire une pratique machiavélique pour atteindre leurs buts ; d'autres vivent dans le mensonge et ils mentent comme ils respirent, tellement ils ne peuvent s'en passer, au point de devenir un cas pathologique.
Le 1er avril n'est qu'une invitation au mensonge adressée à ceux qui ont l'art de mentir, d'inventer les mensonges. C'est une invitation à ceux qui n'ont pas encore menti de leur vie pour s'y mettre aussitôt ! C'est ainsi que ce jour-là les mensonges s'amplifient en quantité et en qualité. Ce jour-là, tout le monde donne libre cours à son imagination, histoire de se marrer en fabriquant toutes sortes de salades mensongères dans l'intention de leur faire risette. Mais en réalité, les mensonges du « poisson d'avril » dépassent les limites et deviennent souvent une plaisanterie de mauvais goût. Ce jour-là, un mensonge se crée de toutes pièces, souvent sans fondement, sans mobile apparent, et vient sous forme d'une blague rigolote faite dans le but de s'amuser mais qui pourrait prendre des proportions exagérées lorsqu'il se transforme en mauvais tour joué à autrui et pourrait dégénérer en conséquences fâcheuses. On aurait bien voulu que le mensonge se limite au 1er avril ; mais quand il se poursuit chez nous toute l'année, voire toute la vie, c'est là où le bât blesse !

Nous profitons, à notre tour, de ce début d'avril, non pour dire des mensonges, loin s'en faut, mais pour en parler : un sujet qui vaut la peine qu'on s'y attarde pour en expliquer les causes et les formes, d'autant plus que, chez nous, le mensonge se pratique à tous les niveaux, chez les enfants comme chez les adultes et dans tous les domaines : social, politique, religieux... Le mensonge n'est pas naturel, ce n'est donc pas inné, c'est plutôt acquis, donc culturel ; l'homme ne naît pas menteur ; il acquiert le mensonge dans la famille d'abord et dans la société par la suite. Le mensonge prend plusieurs formes et se manifeste sous plusieurs aspects : on dit qu'il s'agit d'un mensonge officieux, pieu, diplomatique, cynique, gros, odieux... Quelle que soit la qualification attribuée par euphémisme au mot mensonge, c'est toujours un mensonge : on est bien dans le domaine de la contre-vérité, de la tromperie, de la malhonnêteté, de l'imposture, de l'hypocrisie, de l'immoralité, de la corruption et du vice...

Le mensonge : un mal contagieux
Il est vrai que le mensonge existe depuis les nuits des temps ; les hommes en ont usé à travers les siècles : des guerres et des évasions ont été bâties sur des mensonges (l'exemple le plus récent est l'évasion de l'Irak par les Troupes américaines sous prétexte que ce pays arabe possédait des armes chimiques de destruction massive). L'histoire des peuples regorge d'exemples. Et ce qui est paradoxal, c'est que le menteur croit toujours à ces mensonges et s'y accroche, même s'il est démenti par les événements ! Le mensonge, qu'il soit utilisé volontairement ou intentionnellement, tient caché un dessein à accomplir. Aussi fut-il condamné et rejeté à toutes les époques de l'histoire, n'étant pas un principe avoué par la morale humaine. La littérature universelle en a fait un des ses principaux thèmes et des milliers de livres ont été publiés pour traiter de ce vice universel tout en le dénonçant. Des milliers de citations, de proverbes et d'adages populaires ont été construits sur le mensonge, dans le but de neutraliser les menteurs et les discréditer aux yeux des autres. D'où la locution française suivante : « Mentir comme un arracheur de dents », c'est que les arracheurs des dents étaient des «dentistes» ambulants qui offraient dans le passé leurs services sur les places publiques et qui prétendaient arracher les dents sans douleur ; cette expression prendra alors le sens de mentir beaucoup et sans aucun scrupule.

Aujourd'hui, le mensonge est généralisé dans notre société et prend de plus en plus d'ampleur avec des degrés d'intensité différents : l'enfant ment à ses parents, les parents mentent à leur enfant, le mari ment à son épouse et vice-versa, l'élève ment à son prof ou à sa maîtresse et inversement, le responsable d'une administration ment aux citoyens, le vendeur ment à ses clients, le patron ment à ses ouvriers, la publicité ment aux consommateurs, les voyantes et les marabouts mentent à leurs visiteurs, les conseillers municipaux mentent aux citoyens, et je vous laisse le soin d'allonger encore la liste des menteurs que vous découvrez au fur et à mesure dans votre vie quotidienne. Vous avez certainement été victime un jour d'un mensonge, fût-il des plus pieux ou facétieux ! Souvent, le menteur est entraîné dans un engrenage de circonstances qui s'enchaînent et se compliquent et où un mensonge appelle un autre ; et dire que certains grands menteurs peuvent s'en sortir souvent sans dégâts. Le mensonge est un mal contagieux qui se transmet d'une génération à une autre, des parents aux enfants pour qui le mensonge est devenu un moyen très efficace pour atteindre un but précis, selon le précepte machiavélique : la fin justifie les moyens. C'est ainsi qu'on voit des élèves venus au cours sans avoir fait leur devoir de maison qui débitent à leur prof des mensonges inimaginables pour échapper à une punition. « Comme ces enfants ont l'art de mentir ! », nous a déclaré un prof. Même les enfants dont on dit que la vérité sort de leurs bouches, sont enclins à mentir dans maintes situations ! De même, dans leurs salutations, les gens sont portés aux mensonges, sans pour autant qu'ils le sachent : ils se disent souvent « ça va ! », alors qu'en réalité rien ne va plus !

Pourquoi mentir ?
Mais pourquoi ment-on au fait ? Serait-il plus facile d'être dans le clan des menteurs que dans celui des gens francs et honnêtes ? La vie serait-elle devenue si difficile, si insupportable que les gens baignent de plus en plus dans les mensonges pour venir à bout de leurs desseins ? Le mensonge est donc devenu une règle générale pour bon nombre de gens, quand bien même que rien de bon, d'utile, d'efficace, de solide, de durable et de sain ne pourrait être bâti sur des mensonges. On peut mentir pour cacher une vérité quelconque, pour réaliser un but, pour éviter une situation fâcheuse, pour échapper à une dure épreuve, pour justifier une maladresse ou une méconduite, pour se diviniser et se montrer comme un ange devant autrui, pour redorer son image dans l'entourage, pour faire courir une rumeur parmi les gens, pour profiter d'une occasion, pour s'enrichir aux dépens des autres, pour gagner aux élections, pour flatter ses supérieurs, pour brûler les étapes, pour se distinguer dans la foule, et j'en passe. C'est que le menteur est sans scrupules et il est toujours prêt à user de ses mensonges là où ses intérêts l'appellent. Décidément, la société moderne, celle de consommation, nous incite au mensonge, un moyen très simple et très commode pour parvenir au but, si infâme soit-il !
Il va sans dire que plus les relations humaines sont basées sur des manœuvres mensongères, plus les autres valeurs morales, dites immuables, (franchise, honnêteté, sincérité, loyauté, vérité, justice...) sont bafouées et peut-être délaissées, surtout par les nouvelles générations, habituées aux solutions faciles et rapides. Devra-t-on un jour doter chaque personne d'un détecteur de mensonges (cet appareil qui sert à enregistrer les paroles d'un individu pour déceler s'il ment ou non) ; pour endiguer ce phénomène social très dangereux ; mais hélas ! Cet appareil est considéré comme une atteinte à la vie privée...des menteurs !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.