Abir Moussi refuse les excuses de Jamila Ksiksi exigeant des excuses officielles du Bloc parlementaire d'Ennahdha    Robert Redford honoré au Festival international du film de Marrakech qui lui décerne l'Etoile d'Or    L'Etoile Sportive du Sahel étrique en déplacement le club zimbabwéen du FC Platinum : 3 buts à Zéro    Ligue 1 : Deux matchs nuls ce samedi    Ligue des champions : L'Etoile du Sahel frappe fort et confirme contre le FC Platinum    Le Président de la Chambre syndicale des promoteurs immobiliers reçu par le Président du Parlement    L'armée américaine veut récupérer les débris de son drone disparu en Libye    Mohamed Habib Jemli s'adresse au Peuple tunisien et aux médias    Déchets marins : véritable fléau à exterminer    Tunisie : Des substances dangereuses dans les chaussures des fripes    Programme TV du samedi 7 décembre    Les députés du PDL ont passé la nuit à l'ARP sans wifi et sans électricité    Amir Zaibi, le champion arabe d'échecs est Tunisien    Etoile du Sahel : Quel onze de départ contre FC Platinum ?    Qatar/Arabie saoudite: Des progrès pour mettre fin à la crise dans le Golfe    Abdelmajid Ezzar tire la sonnette d'alarme : « En cas de guerre la Tunisie serait exposée à la FAMINE »    Houssem Hamdi et Soli & Green désirent planter 12 millions arbres en Tunisie    Colloque pluridisciplinaire « La dynamique de la société tunisienne face aux défis politiques » les 7 et 8 Décembre 2019 à l'Hôtel Le Majestic à Tunis    Habib Jemli se répète encore : On prend tout le temps qu'il faut pour bien choisir…    LC Afrique (Poules / J2) : les matches de ce samedi    Tunisie: Attérrissage d'urgence d'un avion à Marseille, explications de Tunisair    Tunisie: Décès d'un homme percuté par un train au niveau d'Enfidha    Ligue des champions de la CAF : L'Espérance ST prend seule les commandes    Météo: Prévisions pour samedi 07 décembre 2019    Drame de Amdoun, mandat de dépôt à l'encontre du propriétaire de l'agence de voyages    Le courant Démocratique a proposé 2 personnalités indépendantes au poste de ministre de l'Intérieur    Foyer Ibn Jazzar à Sfax, le ministère de l'enseignement supérieur décide le retrait immédiat de la circulaire    Le Fonds TASDIR+ lance son opération baptisée « La Conquête des Marchés Extérieurs » avec son 4ème et dernier Appel à Candidatures    Ouverture du premier centre guinéo-tunisien d'ophtalmologie à Conakry    La rougeole a tué 140.000 personnes l'an dernier, selon l'OMS    En vidéos : TOPNET inaugure son premier point de vente franchisé TOPNET SHOP au KEF    En vidéo : MG partenaire de la 5ème édition du Festival international des musiciens et artistes handicapés    Retour sur image : Le bloc du Parti Destourien Libre transforme la salle des plénières en dortoir    Tunisie : A partir de 2021, Tunisair exploitera en leasing, cinq avions de type “A 320 neo”    Ahmed Mejri participe avec plusieurs artistes musiciens saint-louisiens à un atelier de musique-fusion au Sénégal    Etats-Unis: Fusillade dans la base militaire de Pearl Harbor, deux morts    Success Sotry TN: Nour Bellalouna de Nabeul, artisane et entrepreneuse (Vidéo)    Tunisie: Kaïs Saïed supervise la cérémonie du 67ème anniversaire de l'assassinat de Farhat Hached    Guirra le nouveau film de Fadhel Jaziri dans les bacs dès le 4 décembre (B.A. et Synopsis)    Un stock de Kalachnikovs découvert par un plongeur au Monastir    Journées Architecturales de Carthage 2019: remise des prix    Le Ciné-Club de Tunis entame la saison culturelle 2019 – 2020 avec un 1er cycle de films et débats «Questionnements sur la sexualité»    Londres : VIDEO : Attaque terroriste au couteau : Plusieurs blessés… L'agresseur abattu par la police    Klay BBJ porte plainte, à son tour, contre Beya Zardi    Vidéo Buzz : Quand de jeunes tunisiens sauvent une baleine bloquée à la marina de Bizerte    Kef : Une secousse tellurique de magnitude 3.48° sur l'échelle de Richter enregistrée à Sakiet Sidi Youssef    Des associations tunisiennes dénoncent la légalisation de l'implantation de colonies en Cisjordanie    Albanie: Trois morts dans un tremblement de terre d'une puissance de 6,4 degrés sur richter    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le mystère de la rencontre
Exposition «Hiwar, dialogue» au Violon Bleu Galerie
Publié dans Le Temps le 05 - 06 - 2010

Cette année nous avons été gâtés en expositions, peintures, photographies, vidéos, installations. L'art contemporain est au cœur de la cité. Dernier rendez-vous, côté banlieue nord, Hiwar, dialogue, une exposition où plusieurs artistes se sont penchés sur ce sujet. Le commissariat est signé Khadija Hamdi. Et cela se passe à la galerie du Violon Bleu à Sidi Bou Saïd.
“A l'ère de la communication globale certains dialogues ont été brisés : est-ce à cause de la différence de nos récits, de nos souffrances ou de nos propos ? Comment pourrions-nous restituer cette fissure… cette exposition n'est pas là pour tenter de rétablir le dialogue des cultures mais pour libérer ce mot de sa carapace et dire qu'il s'agit d'une fissure et non d'une cassure…” Khadija Hamdi oriente d'emblée l'exposition dans ce désir de colmater cette faille du dialogue menacé, mis-en-danger par la folie de certains.
Pourtant c'est une belle résonance que nous avons d'un travail à un autre, et un bel écho des altérités.
Moataz Nasr, le plasticien égyptien, présente une vidéo intitulée “père et fils” : une rencontre délicate et profonde entre ces deux générations.
Conflit familial, conflit individuel face au père ; l'artiste donne à cette rencontre une sobriété des plus élégantes.
Autre vidéo signée Abel Abidin d'Irak qui met en scène deux joueurs professionnels dans un match de ping-pong. A la place du filet une jeune femme nue qui reçoit les balles de ces deux “brutes”, le corps marqué, tuméfié. La force plastique de cette œuvre est étonnante. On penserait même à un Caravage. C'est sans aucun doute le point fort de cette exposition.
Plus ludique est l'installation au néon de la jeune photographe tunisienne Dora Dhouib, qui traduit littéralement l'expression tunisienne que l'on dit pour contrer le mauvais œil. “Five and Thursday on you” ! Le tube en néon blanc contorsionné installe un air de modernité plaisant à l'itinéraire proposé par la galerie réaménagée à l'occasion.
De Tunisie aussi, Meriem Bouderbala qu'on ne présente plus, interroge le “topos” en installant un ensemble de carrés où des traces de villes imaginaires surgissent.
“Je viens de chemins qui se sont croisés sur d'autres territoires, aucun ne m'appartient, aucun ne m'attend, j'arpente leur épiderme de la main à la recherche d'une géographie enfouie, écrit l'artiste.
La trace, l'empreinte réécrivent la complexité culturelle d'une médina ouverte et fermée.
Dans ce coin de l'escalier où Myriam Bouder bala a installé ses lieux, ses territoires intimes, des fils cloisonnent et décloisonnent les géographies du monde.
Troublant, original, singulier que ce dialogue impossible.
Plus académique reste le travail de Nadia Kaâbi Linke, artiste tunisienne qui vit en Allemagne. Un marouflage sur toile, une encre de Chine sur papier … un texte sur le mur. Promenade dans la ville, la rue Abderrahman Ben Mami est porteuse de message.
Des tags qui ressemblent à des inscriptions préhistoriques.
La trace, l'empreinte réécrivent la complexité culturelle d'une médina ouverte et fermée.
Dialogue des corps en mouvement et figés qu'expriment les artistes d'Irak Sama Alshaibi et Dena Al-Adeeb. Ces photographies sont le résultat d'un projet interactif Baghdadi Yem / Wars : Still / Chaos, Efface / Remain et Absence / présence qui a été produit à New –York lors d'une résidence d'artiste. Le corps à la mémoire brisée rencontre le corps inerte. Une installation aux couleurs tragiques de la topographie des corps. Le triptyque écrit plus symboliquement l'histoire.
Les deux vidéos qui accompagnent le travail des artistes expriment silencieusement la douleur de la ville de Bagdad. Très beau travail !
Plus anecdotique reste le travail de Mohammed Allam, l'artiste égyptien, dans cette conversation très privée.
Une photographie unique d'un couple sur la corniche qui longe le Nil. Une bande son, le dialogue fictif d'un jeune homme et sa fiancée. Peut-être un peu trop simple quant à son interrogation sur la thématique du dialogue.
Territoires intimes, pays spécifiques, les artistes revisitent ce dialogue qui se dérobe et s'éloigne à chaque fois qu'on croit le réaliser.
Les artistes appréhendent le réel à travers leurs visions au-delà de toute démarcation. Ils explorent le mystère de la rencontre et installent le rêve d'une terre possible dans la grâce de l'acte créateur.
L'exposition est à visiter. Pour clore la saison Khadija Hamdi nous offre un bel éventail de différences.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.