Hakim Ben Hammouda remercie tous ceux qui lui ont témoigné leur confiance    Djamila Bouhired l'Icône de la Résistance algérienne parmi nous !    Attijari bank et Tecnocasa signent une convention de partenariat exclusive    CITROËN TUNISIE : NUMERO 1 DES VENTES SUR 5 ANS    Lancement d'une ceinture verte autour des usines du GCT à Gabès    Club Africain : Un accord trouvé avec Waly Diouf    Tennis- Open d'Australie : Ons jabeur bat la britannique Johanna Konta et passe au prochain tour    LC Afrique (Poules): programme de la 5ème journée    Tunisie – Club Africain : Le coup de gueule d'Oussama Sellami pour Yassine Chamakhi    La pièce de théâtre « Loups solitaires » : Cri d'une société dans une réalité sourde    Tunisie : Nomination de nouveaux responsables à la tête de 3 manifestations culturelles et artistiques    Bizerte : Saisie de 26 paquettes de cannabis    Jendouba | Réseau routier : Recensement de 22 points noirs    « Aswat Nisaa » appelle l'UGTT à empêcher la grève du syndicat de l'enseignement secondaire relative à une affaire de harcèlement    Hakim Ben Hammouda réagit après la désignation d'Elyes Fakhfakh    Mustapha Ben Jaâfar : Kaïs Saïed a bien fait    Tunisie – Météo : Vent très fort atteignant 100 km/h    HIDAYET AYADI et SGHARTOON; 3ème prix à Amsterdam lors de la "Next Women Founders Competition" 2019 !!!!!    Tunisie : Qui est Elyes Fakhekh, le nouveau chef du gouvernement ?    Et si Elyes Fakhfakh échouait ?    Tunisie : Elyes Fakhfakh chargé de former le prochain gouvernement (Vidéo)    Qui est Elyes Fakhfakh, chargé de former le prochain gouvernement    Ce que pense Zouhair Maghzaoui de la désignation d'Elyes Fakhfakh à la tête du gouvernement    Hand – CAN 2020 [Vidéo] : Déclarations des joueurs de l'Equipe nationale après la qualification en demi-finale    Cinéma    Tunisie – 9alb Tounes « perd la main » avec la désignation d'Elyes Fakhfakh    Tunisie – Issam Chebbi se félicite du choix d'Elyes Fakhfakh    Tunisie – Le choix de Kaïs Saïed : Deuxième coup dur pour Ghannouchi    DEZ TOKHTOF « دز تخطف » : Un nouveau film produit par la jeune et dynamique Radio SAWT Menzel Bourguiba    Libye – La Tunisie et l'après Berlin : Quelle est notre position ? Quels sont nos intérêts ?    Opération de nettoyage autour du Mausolée el-Fleri à la Médina de Tunis    Le visa pour les Etats-Unis désormais plus difficile pour les femmes enceintes    En photos : L'Institut du Patrimoine remet en état un site majeur de la Médina    Coopération technique : Hausse de 5% des recrutements à l'étranger en 2019    Test de vol habité : Mission accomplie pour la fusée SpaceX    Les films de la Résistance et de la Libération du 20 au 26 janvier 2020 à la cité de la culture (Programme)    Foot – Après sa victoire face au CA (2 -1) : L'Espérance s'empare de la tête du classement    Ce que la banque ne peut pas vous facturer...    CAN de handball 2020 : Les choses sérieuses commencent avec Tunisie-Maroc    Conflit en Méditerranée: L'UE met en garde la Turquie contre ses forages illégaux à Chypre    Avec une production en régression : Baisse de 12,6% du chiffre d'affaires de la STIP    La Conférence de Berlin sur la Libye a-t-elle été finalement pour rien ?    A vos carnets ! L'agricultrice urbaine Mouna Triki vous attend le 30 janvier à la Maison de France    Cérémonie de la mise de la première pierre de la construction des locaux de Future Lab Tunisia au sein du collège Ibn Khaldoun à Manouba    Le brouillon de la résolution du sommet de Berlin dévoile les motivations réelles des participants    Crise libyenne : Affrontements armés, initiatives de cessez-le-feu, réunion de Moscou, conférence de Berlin…quel rôle jouent la Turquie et la Russie dans ce conflit ?    Conférence de Berlin : Ni la Tunisie et ni le Maroc n'y participent !    Pression internationale pour impliquer la Tunisie à la conférence de Berlin sur la Libye    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le mystère de la rencontre
Exposition «Hiwar, dialogue» au Violon Bleu Galerie
Publié dans Le Temps le 05 - 06 - 2010

Cette année nous avons été gâtés en expositions, peintures, photographies, vidéos, installations. L'art contemporain est au cœur de la cité. Dernier rendez-vous, côté banlieue nord, Hiwar, dialogue, une exposition où plusieurs artistes se sont penchés sur ce sujet. Le commissariat est signé Khadija Hamdi. Et cela se passe à la galerie du Violon Bleu à Sidi Bou Saïd.
“A l'ère de la communication globale certains dialogues ont été brisés : est-ce à cause de la différence de nos récits, de nos souffrances ou de nos propos ? Comment pourrions-nous restituer cette fissure… cette exposition n'est pas là pour tenter de rétablir le dialogue des cultures mais pour libérer ce mot de sa carapace et dire qu'il s'agit d'une fissure et non d'une cassure…” Khadija Hamdi oriente d'emblée l'exposition dans ce désir de colmater cette faille du dialogue menacé, mis-en-danger par la folie de certains.
Pourtant c'est une belle résonance que nous avons d'un travail à un autre, et un bel écho des altérités.
Moataz Nasr, le plasticien égyptien, présente une vidéo intitulée “père et fils” : une rencontre délicate et profonde entre ces deux générations.
Conflit familial, conflit individuel face au père ; l'artiste donne à cette rencontre une sobriété des plus élégantes.
Autre vidéo signée Abel Abidin d'Irak qui met en scène deux joueurs professionnels dans un match de ping-pong. A la place du filet une jeune femme nue qui reçoit les balles de ces deux “brutes”, le corps marqué, tuméfié. La force plastique de cette œuvre est étonnante. On penserait même à un Caravage. C'est sans aucun doute le point fort de cette exposition.
Plus ludique est l'installation au néon de la jeune photographe tunisienne Dora Dhouib, qui traduit littéralement l'expression tunisienne que l'on dit pour contrer le mauvais œil. “Five and Thursday on you” ! Le tube en néon blanc contorsionné installe un air de modernité plaisant à l'itinéraire proposé par la galerie réaménagée à l'occasion.
De Tunisie aussi, Meriem Bouderbala qu'on ne présente plus, interroge le “topos” en installant un ensemble de carrés où des traces de villes imaginaires surgissent.
“Je viens de chemins qui se sont croisés sur d'autres territoires, aucun ne m'appartient, aucun ne m'attend, j'arpente leur épiderme de la main à la recherche d'une géographie enfouie, écrit l'artiste.
La trace, l'empreinte réécrivent la complexité culturelle d'une médina ouverte et fermée.
Dans ce coin de l'escalier où Myriam Bouder bala a installé ses lieux, ses territoires intimes, des fils cloisonnent et décloisonnent les géographies du monde.
Troublant, original, singulier que ce dialogue impossible.
Plus académique reste le travail de Nadia Kaâbi Linke, artiste tunisienne qui vit en Allemagne. Un marouflage sur toile, une encre de Chine sur papier … un texte sur le mur. Promenade dans la ville, la rue Abderrahman Ben Mami est porteuse de message.
Des tags qui ressemblent à des inscriptions préhistoriques.
La trace, l'empreinte réécrivent la complexité culturelle d'une médina ouverte et fermée.
Dialogue des corps en mouvement et figés qu'expriment les artistes d'Irak Sama Alshaibi et Dena Al-Adeeb. Ces photographies sont le résultat d'un projet interactif Baghdadi Yem / Wars : Still / Chaos, Efface / Remain et Absence / présence qui a été produit à New –York lors d'une résidence d'artiste. Le corps à la mémoire brisée rencontre le corps inerte. Une installation aux couleurs tragiques de la topographie des corps. Le triptyque écrit plus symboliquement l'histoire.
Les deux vidéos qui accompagnent le travail des artistes expriment silencieusement la douleur de la ville de Bagdad. Très beau travail !
Plus anecdotique reste le travail de Mohammed Allam, l'artiste égyptien, dans cette conversation très privée.
Une photographie unique d'un couple sur la corniche qui longe le Nil. Une bande son, le dialogue fictif d'un jeune homme et sa fiancée. Peut-être un peu trop simple quant à son interrogation sur la thématique du dialogue.
Territoires intimes, pays spécifiques, les artistes revisitent ce dialogue qui se dérobe et s'éloigne à chaque fois qu'on croit le réaliser.
Les artistes appréhendent le réel à travers leurs visions au-delà de toute démarcation. Ils explorent le mystère de la rencontre et installent le rêve d'une terre possible dans la grâce de l'acte créateur.
L'exposition est à visiter. Pour clore la saison Khadija Hamdi nous offre un bel éventail de différences.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.