Coopération entre l'Inde et la Tunisie en matière d'Energies renouvelables    Baromètre de popularité des 3 présidents – Vague 5: La popularité de Elyes Fakhfakh en chute    La Turquie commence le procès des 20 Saoudiens pour le meurtre de Khashoggi    Chute des dépenses de développement de 50%, à fin avril 2020    Tunisie : Asma Shiri : Fakhfèkh n'a nullement l'intention de démissionner    30 projets déclarés au premier semestre de 2020 pour un investissement global de près de 1,3 milliard de dinars    Hausse de l'encours de la dette publique de 4%    CMF : OPA Obligatoire sur les actions de « HEXABYTE    Lancement du guide méthodologique de l'inspecteur administratif et financier en Tunisie    Fatah et Hamas «unis», l'exception qui confirme la règle    L'Etoile du Sahel au fond du gouffre    Le transport et la logistique et le développement IT, les secteurs porteurs de demain    65 analyses négatives à Médenine    «La grande majorité de mes textes fait la part belle aux femmes»    Visas pour Cinéma : l'exploitation non commerciale à 7 films    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 3 juillet à 11H00    Covid-19 | Ouverture des frontières : Pas de tests RT-PCR pour les voyageurs revenant en Tunisie, en cas d'empêchement justifié    Abdelaziz Kacem - 3 juillet 2013 : Le jour où tout a basculé    Un nouveau Premier ministre Français sera nommé dans 3 heures    Mohamed Moez Belhassine nommé nouveau Directeur général de l'ONTT    DECES : Zohra Bent Mohamed Akrout    DECATHLON Tunisie : L'enseigne sportive utile...Avant, pendant et après la crise du Covid-19    Transport : A cause de la mauvaise qualité de ses navires, la Tunisie figure sur la liste noire de Paris MoU    CONDOLEANCES    MEMOIRE : Abdallah HABIBI    Jean Castex nommé Premier ministre français    Russie, réforme de la Constitution : Vladimir Poutine peut rester au pouvoir jusqu'en 2036    Union des médecins généralistes de la santé publique décide une grève de 3 jours    Programme TV du vendredi 03 juillet    Voiture électrique : Déploiement à grande échelle    Lecture dans l'oeuvre romanesque de John Steinbeck à la Maison du Roman    Le producteur Tunisien Tarak Ben Ammar nouveau membre du comité exécutif de l'Academy des Oscars    Mini-football | Coupe de Tunisie – Huitièmes de finale : Siliana est tombée    Le bureau des Nations Unies s'engage à poursuivre son appui à la Tunisie dans sa lutte contre le coronavirus    Tennis | Tournois nationaux : Un circuit d'été    Alerte météo : Température en hausse avec un vent de sirocco    Transfert : Hamdi Nagguez signe pour 3 ans à l'Espérance de Tunis    Adoption de la version finale du projet de la loi sur la protection des forces de sécurité intérieure et de la douane    Un conseil des ministres adopte plusieurs textes législatifs    Tunisie: Résultats négatifs de 151 tests Covid-19 dans la prison El Dir au Kef    La Ligue des champions en Espagne sera diffusée sur Movistar+ jusqu'en 2024    Le ministère de l'Agriculture fixe les prix de vente des moutons de sacrifice    385 nouveaux cas en Algérie en 24 heures    Rapatriement de 113 Tunisiens via Ras Jedir    Tarak Ben AMMAR votera aux prochains Oscars    Cin'étoiles d'été : Projections de films récents par l'IFT à Tunis, Sousse et Sfax (Programme)    Report du festival de la chanson tunisienne à 2021    Nouveau partenariat entre le MAMC et deux institutions culturelles publiques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le mystère de la rencontre
Exposition «Hiwar, dialogue» au Violon Bleu Galerie
Publié dans Le Temps le 05 - 06 - 2010

Cette année nous avons été gâtés en expositions, peintures, photographies, vidéos, installations. L'art contemporain est au cœur de la cité. Dernier rendez-vous, côté banlieue nord, Hiwar, dialogue, une exposition où plusieurs artistes se sont penchés sur ce sujet. Le commissariat est signé Khadija Hamdi. Et cela se passe à la galerie du Violon Bleu à Sidi Bou Saïd.
“A l'ère de la communication globale certains dialogues ont été brisés : est-ce à cause de la différence de nos récits, de nos souffrances ou de nos propos ? Comment pourrions-nous restituer cette fissure… cette exposition n'est pas là pour tenter de rétablir le dialogue des cultures mais pour libérer ce mot de sa carapace et dire qu'il s'agit d'une fissure et non d'une cassure…” Khadija Hamdi oriente d'emblée l'exposition dans ce désir de colmater cette faille du dialogue menacé, mis-en-danger par la folie de certains.
Pourtant c'est une belle résonance que nous avons d'un travail à un autre, et un bel écho des altérités.
Moataz Nasr, le plasticien égyptien, présente une vidéo intitulée “père et fils” : une rencontre délicate et profonde entre ces deux générations.
Conflit familial, conflit individuel face au père ; l'artiste donne à cette rencontre une sobriété des plus élégantes.
Autre vidéo signée Abel Abidin d'Irak qui met en scène deux joueurs professionnels dans un match de ping-pong. A la place du filet une jeune femme nue qui reçoit les balles de ces deux “brutes”, le corps marqué, tuméfié. La force plastique de cette œuvre est étonnante. On penserait même à un Caravage. C'est sans aucun doute le point fort de cette exposition.
Plus ludique est l'installation au néon de la jeune photographe tunisienne Dora Dhouib, qui traduit littéralement l'expression tunisienne que l'on dit pour contrer le mauvais œil. “Five and Thursday on you” ! Le tube en néon blanc contorsionné installe un air de modernité plaisant à l'itinéraire proposé par la galerie réaménagée à l'occasion.
De Tunisie aussi, Meriem Bouderbala qu'on ne présente plus, interroge le “topos” en installant un ensemble de carrés où des traces de villes imaginaires surgissent.
“Je viens de chemins qui se sont croisés sur d'autres territoires, aucun ne m'appartient, aucun ne m'attend, j'arpente leur épiderme de la main à la recherche d'une géographie enfouie, écrit l'artiste.
La trace, l'empreinte réécrivent la complexité culturelle d'une médina ouverte et fermée.
Dans ce coin de l'escalier où Myriam Bouder bala a installé ses lieux, ses territoires intimes, des fils cloisonnent et décloisonnent les géographies du monde.
Troublant, original, singulier que ce dialogue impossible.
Plus académique reste le travail de Nadia Kaâbi Linke, artiste tunisienne qui vit en Allemagne. Un marouflage sur toile, une encre de Chine sur papier … un texte sur le mur. Promenade dans la ville, la rue Abderrahman Ben Mami est porteuse de message.
Des tags qui ressemblent à des inscriptions préhistoriques.
La trace, l'empreinte réécrivent la complexité culturelle d'une médina ouverte et fermée.
Dialogue des corps en mouvement et figés qu'expriment les artistes d'Irak Sama Alshaibi et Dena Al-Adeeb. Ces photographies sont le résultat d'un projet interactif Baghdadi Yem / Wars : Still / Chaos, Efface / Remain et Absence / présence qui a été produit à New –York lors d'une résidence d'artiste. Le corps à la mémoire brisée rencontre le corps inerte. Une installation aux couleurs tragiques de la topographie des corps. Le triptyque écrit plus symboliquement l'histoire.
Les deux vidéos qui accompagnent le travail des artistes expriment silencieusement la douleur de la ville de Bagdad. Très beau travail !
Plus anecdotique reste le travail de Mohammed Allam, l'artiste égyptien, dans cette conversation très privée.
Une photographie unique d'un couple sur la corniche qui longe le Nil. Une bande son, le dialogue fictif d'un jeune homme et sa fiancée. Peut-être un peu trop simple quant à son interrogation sur la thématique du dialogue.
Territoires intimes, pays spécifiques, les artistes revisitent ce dialogue qui se dérobe et s'éloigne à chaque fois qu'on croit le réaliser.
Les artistes appréhendent le réel à travers leurs visions au-delà de toute démarcation. Ils explorent le mystère de la rencontre et installent le rêve d'une terre possible dans la grâce de l'acte créateur.
L'exposition est à visiter. Pour clore la saison Khadija Hamdi nous offre un bel éventail de différences.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.