Thalassothérapie : La Tunisie, deuxième destination mondiale après la France    Fitch Ratings maintient la notation souveraine de la Tunisie à «B+» avec perspectives «négatives»    Tunisie : L'Etat a payé 1609 Millions de Dinars d'intérêts aux banques, en 2019…    Zamalek – Espérance de Tunis : Découvrez la formation de l'EST    Nouveau Livre de Mansour Moalla: Sortie de crise et union nationale : pourquoi et comment ?    Libye: 60 missiles Grad tirés par l'armée de Haftar sur différents quartiers à Tripoli    Carthage Cement : reprise du processus de cession des participations détenues par l'Etat tunisien dans le capital de la société    Zamalek d'Egypte vs Espérance de Tunis: où regarder le match des 1/4 de finale de la ligue des champions d'Afrique du 28 février?    Natation – Dopage : Huit ans du suspension pour le nageur chinois Sun Yang    Mourad Chaaba à Sidi Bou Saïd : l'exposition à ne pas rater, dès ce samedi (Photos)    En vidéo : Huawei présente son AppGallery et annonce le lancement du Y7p    Cérémonie de passation de pouvoir à Dar Dhiafa à Carthage    TGM : Des travaux de rénovation de la station « Kheireddine » du 29 février au 6 juin 2020    CONDOLEANCES    Ligue des champions | Ezzamalek-Espérance – Quarts de finale aller au Caire (17h00) : Tout dépendra de ce match !    A la Maison de l'Image: une démarche de qualité    Bady Chouchane à l'espace Aïn: variations sur un thème    Chemins de l'herméneutique: le tournant heideggérien II    Tir | Championnat arabe en Egypte : De l'or et du bronze pour Olfa Cherni    Tennis | Open de Doha : Ons Jabeur n'aura pas démérité !    « Luxury Wedding Days » L'endroit idéal pour planifier un mariage de rêve ! Les 22 & 23 Février À l'Hôtel Le Palace Gammarth    Fakhfakh: J'ai pensé à Youssef Chahed depuis 2011 pour travailler ensemble    Risque d'infiltration du Coronavirus en Tunisie: Inquiétude aux frontières terrestres !    Riposte turque : Ankara ne stoppera plus les migrants en route vers l'Europe    Mécontentement des surveillants et surveillants généraux : Boycott des tâches administratives et pédagogiques    Omra et Coronavirus : Annulation de 42 charters Tunis/Djeddah et Tunis-Medina    Orange et SES ouvrent une nouvelle ère d'innovation en matière de connectivité par satellite avec le système de communication O3b mPOWER    Remonter la pente    Associations de microfinance Délai supplémentaire pour régulariser la situation    Coronavirus : Analyses négatives pour la citoyenne de retour de Milan    Une commission de la Fifa s'oppose à la délocalisation de matches    Foot-Europe: le programme du jour    Maghzaoui: Il faut revaloriser la formation professionnelle    Les neuf remerciements de Abdoo Saadaoui    Photo du jour : la Tunisie au rendez-vous avec la démocratie    Elyès Fakhfakh et son équipe déclarent leurs biens et intérêts à l'INLUCC    Plus de 30 militaires turcs tués dans une frappe syrienne à Idlib, la Turquie riposte    Tunisie : Les nouveaux ministres déclarent leur patrimoine    Le groupe Harkan sort son nouveau clip : « Farha » !    Météo : Prévisions pour aujourd'hui, vendredi 28 février 2020    (Idioracy) quand tu nous tiens    Coronavirus en Iran: prière du vendredi annulée, cinéma et théâtre fermés    Tunisie: un défilé unique à l'FT “Over fifty… et alors ?” avec des personnalités tunisiennes et françaises    La cinéaste canadienne d'origine tunisienne HEJER CHARF annonce que son film « BEATRICE UN SIÈCLE » sera projeté au Théâtre auditorium Poitiers    Coronavirus en France: le dernier jour du carnaval de Nice annulé (maire)    Kasserine : Un terroriste abattu par la garde nationale        Coronavirus : trois nouveaux morts en Iran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De Helsinki à Bagdad
Présence des arts:Adel Abidin
Publié dans La Presse de Tunisie le 19 - 04 - 2010

Khedija Hamdi est historienne de l'art. Passionnée d'art contemporain arabe, elle sillonne le monde pour rencontrer des artistes dont elle étudie l'œuvre, aux expositions desquels elle assiste, et qu'elle essaie de promouvoir. Enseignante en Tunisie, elle est également consultante pour une collection internationale — la collection Nadour‑— qui constitue actuellement un ensemble d'art contemporain essentiellement axé sur l'art des pays du Moyen-Orient.
Elle nous fait part de sa dernière découverte‑: celle de Adel Abidin, artiste irakien qui exposait à Helsinki.
Kiasma, le musée d'art contemporain de Helsinki, consacre un espace intégral à l'exposition personnelle de Adel Abidin, qui se tient jusqu'au 25 avril 2010.
Né en 1973 en Iraq, Adel Abidin vit et travaille en Finlande, sa terre d'accueil depuis 2001. Diplômé de l'Ecole des beaux-arts de Baghdad, puis de l'Ecole des beaux-arts d'Helsinki, il a commencé son expérience artistique dans la peinture, puis s'est orienté vers la vidéo et l'installation.
L'approche de l'œuvre dans son univers très singulier dévoile un langage teinté d'humour et d'ironie. L'artiste nous raconte une histoire mais ne nous divulgue pas la totalité de son contenu. Son art se veut le reflet de sa personnalité‑: mystérieuse et secrète. En effet, il détourne les codes, les camoufle, ou les crie dans un silence assourdissant… Et il convie le spectateur à déceler la trame de ce silence.
Adel Abidin a participé à plusieurs foires, biennales et expositions. En 2007, il a représenté la Finlande à la Biennale de Venise, en exposant une vidéo installation «Abidin travels», une fausse agence de voyage qui propose des séjours à Baghdad. Cet événement d'envergure lui a valu la notoriété internationale et le succès.
Dans le cadre de cette exposition, l'artiste présente un travail inédit de cinq vidéos installations, et d'une double «light box» en néon. L'ensemble, réalisé entre 2009 et 2010, aborde divers thèmes dont l'identité et la mémoire.
L'une des premières œuvres de l'exposition est l'imposante «light box» en néon qui donne à voir le logo de Coca-Cola. Mais ne vous fiez pas aux apparences, car de droite à gauche l'artiste nous procure une nouvelle clé de lecture du logo américain, et on y discerne «Li Mohammad!, Li Mecca!» (pour Mohammad, pour Mecca)‑: c'est l'effet miroir qui a permis cette révélation à l'artiste qui nous fait partager un surprenant contraste.
En quittant la salle consacrée à cette œuvre, nous arrivons aux espaces obscurs, dédiés aux vidéos installations. Et dès que nous les visualisons, nous sommes tentés de parcourir les lignes des cartels collées aux murs, mais celles-ci restent sans voix, car l'artiste considère que son travail doit être interprété par le langage unique de la sensibilité.
Parmi les vidéos présentées : «Ping-Pong» qui met aux prises deux joueurs professionnels. Les enjeux sont élevés et la rage de vaincre éclate dans le regard perçant des joueurs. Mais ce match n'est pas commun, car c'est une femme nue —véritable clin d'œil à l'art corporel — qui est à la place du filet. A chaque fois que la balle la frappe, elle laisse échapper un gémissement et son corps se couvre peu à peu de traces rougeâtres qui révèlent la torture et sa douleur. Mais que représente cette belle créature? Et pourquoi un tel acharnement de la part des joueurs?
«A mes yeux, cette femme incarne la beauté et la fragilité, tout comme la ville de Baghdad».
Ces deux hommes symbolisent la violence du jeu des puissances, dont la victime, être fragile et passif, subit son sort en silence. La fatale passivité de la situation est soulignée par une discrète présence de l'artiste qui, sous une lumière tamisée, suit le match avec indifférence, car les rênes lui échappent.
Après le match — qui semble avoir commencé pour ne jamais aboutir —, le cheminement nous conduit vers une salle abritant la pièce majeure de l'exposition. Il s'agit de la vidéo installation «mémorial». L'espace est vaste, mais l'artiste a exigé qu'on y accède un par un. «J'ai choisi que le spectateur visualise cette œuvre en solitaire, pour qu'il s'imprègne de ma propre expérience».
La vidéo, montrant une vache solitaire, est projetée sur les trois murs de la salle (de gauche, de face et de droite). L'espace est éclairé par une lumière soigneusement étudiée pour exprimer une nostalgie accentuée par le choix du noir et blanc de l'œuvre. La projection est accompagnée d'une musique qui emplit la salle d'amertume et de tristesse.
Quel est le lien entre cette vache et ce «mémorial» de l'artiste ?
«Quand j'avais 17 ans, j'ai appris que le pont “Aljumhuria” qui enjambe le Tigre, au centre de Baghdad, a été brisé suite aux bombardements américains. Curieux, j'ai pris mon vélo pour aller voir les dégâts. Malgré l'ambiance maussade qui régnait, seule une vache morte flottant au milieu du fleuve a capté mon attention, et je me suis posé un tas de questions. Depuis lors, elle est restée gravée dans ma mémoire et aujourd'hui je l'évoque à travers cette vidéo. J'ai imaginé un scénario qui relate son histoire. Une vache qui tente de rejoindre la troupe se trouvant sur l'autre rive du fleuve. Mais cette tentative est vouée à l'échec et à la mort».
Si au premier abord, l'idée d'une vache qui tente de traverser le fleuve semble être une approche candide, la force et l'émotion dégagées de cette œuvre nous invitent à réfléchir sur des sujets fondamentaux, tels que les dialogues brisés et les séparations engendrées par les guerres. En effet, même si nous vivons l'époque de la communication intégrale, la scène dénonce les ponts rompus entre les cultures. Cette imagerie guerrière crie la souffrance de la séparation de nos terres d'origine et de nos familles. L'artiste brode une distance pour accentuer le sens et provoquer des questions culturelles et politiques dans un langage empreint de poésie et d'humour. A travers son art, Adel Abidin nous dévoile ses préoccupations intimes en restituant les ravages causés par la lutte du pouvoir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.