Préparatifs de la nouvelle Constitution, délégation de l'Otan, la Ghriba …Les 5 infos de la journée    Lancement de la 15ème édition du Salon International du Bâtiment et de la Construction « Carthage »    Foot : Programme TV des matches de vendredi    Tunisie – Fanara : Djerba est un modèle de tolérance en Méditerranée    Export de l'huile d'olive : l'opacité des autorisations toujours de mise...    Tunisie – Saïed : On va passer d'une constitution qui allait faire imploser l'Etat à une constitution qui traduira la volonté du peuple    Kaïs Saïed : « La nouvelle République défendra l'unité et la continuité de l'Etat »    Roland Garros : Ons Jabeur – Magda Linette au 1er tour    Taoufik Charfeddine reçoit l'ambassadeur de Suisse en Tunisie    Qu'est ce que la variole du singe ou Monkeypox?    Tunisie – Huit ans de prison pour Lazhar Sta    « Le Prix du cinquième jour » de Khaoula Hosni en lice pour le Prix Orange du Livre en Afrique    16ème Congrès du CJD Tunisie : le futur du travail, une révolution silencieuse    La Ghriba de Djerba: un unique endroit où les religions s'accordent    Le référendum et le projet de "La nouvelle République" au cœur du dernier conseil ministériel    Tunisian Investment Forum 2022: Le ministre de l'Economie donne un aperçu sur le programme de réformes structurelles pour la relance de l'économie nationale    Rapport - La Tunisie extrêmement vulnérable aux catastrophes hydrométéorologiques    Parution du sixième et nouveau livre du jeune prodige tunisien Amine Fehri    OTAN : Du beau monde à Tunis et c'est la Turquie qui vend la mèche    La Société Tunisienne d'Assurances et de Réassurance (STAR) a tenue son Assemblée Générale Ordinaire des actionnaires    Abir Moussi : il faut que les Etats-Unis apprennent à respecter le peuple tunisien    Talibans: Les femmes journalistes devront se couvrir le visage à la télévision    Paris n'aimera pas le discours de Tebboune chez Erdogan, un ennemi de Macron    Tunisie-Ligue 1 (Play-Off): programme TV de la 6ème journée    CONDOLEANCES : Lamia ZOUAOUI    La Tunisie accueille 'Phoenix Express 2022'    Appel à candidatures pour la Bourse d'aide à la mobilité AMI : date limite le 31 mai 2022    Play-offs Ligue 1 Pro : Programme TV de la 6e journée    Parution de l'ouvrage "Les dérives contraires en Tunisie" de Hatem M'rad    Tunisie – météo : Temps clair à peu nuageux    Ligue 1 | Play-out – 3e journée : L'OB retrouve son rang de leader    USBG : Dans la peau d'un trouble-fête...    EST :Continuer à faire le plein    Le journaliste Mahmoud Ben Jemâa n'est plus    Ce soir, à la Salle Tahar-Cheriaa à la Cité de la Culture Chedli-Kélibi : Courez (re)voir «Le pas suspendu de la cigogne» d'Angelopoulos !    Zied Mallouli : à Sfax, nous avons des sangliers en plus des ordures    Comité de défense de Slim Riahi: Conférence de presse [Vidéo en direct]    Près de 135 mille candidats passeront les épreuves du baccalauréat    Abdelmajid Zar : la tentative de m'écarter de l'Utap est une trahison    Par A.Ben Gamra : Notre banque centrale (BCT) cause elle-même l'inflation de notre économie    Tahar Bekri: Aboulkacem Chebbi et la revue Forge    Ben Slama : le projet de calendrier du référendum a été élaboré par des parties étrangères à l'Isie !    Master International Film Festival : Un nouveau festival cinématographique tunisien en juin à Hammamet    Du Cap-Vert, au Cap Bon, Elisabeth Moreno part à la conquête des électeurs français de Tunisie    L'artiste Mondher Jebabli n'est plus    Le consulat tunisien à Tripoli appelle les Tunisiens à la vigilance    Taïeb Dridi: Toujours à Odessa pour exporter des céréales et des féculents    Des amis d'enfance juifs ouvrent un restaurant de couscous tunisien à Paris    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Rrégime politique et mode de scrutin… La confusion règne!
Publié dans Le Temps le 10 - 04 - 2011

Beaucoup d'encre a coulé sur le sujet du prochain régime politique à adopter pour la nouvelle république en Tunisie. Et par la même occasion, beaucoup de confusions dans les explications avancées sur les modes de scrutin et autres mécanismes électoraux.
La confusion la plus spectaculaire est celle que beaucoup d'intervenants y compris les spécialistes du droit constitutionnel et autres experts (consciemment ou inconsciemment?) font entre le régime politique et le mode de scrutin. Tous ceux qui sont contre le régime parlementaire affirment haut et fort que ce genre de régime mène a l'instabilité gouvernementale! Et, presque tous, donnent l'exemple de la quatrième République Française ou de l'Italie. En revanche, ils oublient ou tentent de passer sous silence que beaucoup de régimes parlementaires, surtout ceux des royaumes européens, réussissent presque toujours à obtenir une majorité gouvernementale. Preuve, s'il en faut une, que tout régime politique peut mener à une instabilité gouvernementale si le mode de scrutin ne permet pas de minimiser le risque d'un éclatement électoral au sein du Parlement.
Le régime politique permet de définir l'approche de gouvernement d'un pays, et de ce point de vue, toute méthode a ses points forts et ses faiblesses. La meilleure approche est celle qui offre le maximum d'avantages dans un contexte particulier. Donc, parmi les critères de choix, il y a le contexte politique et sociétal. Ce contexte en Tunisie, me semble pencher plus vers le contrôle du peuple, source de la légitimité suite à la Révolution du 14 Janvier , de l'action gouvernementale.
Il faut dire que le régime présidentiel (et non pas présidentiable ou présidentialiste) peut offrir des garanties démocratiques s'il est très bien fortifié contre les abus par des contres pouvoirs nombreux et stricts. Comme pour le régime parlementaire, il a besoin d'un mode de scrutin qui assurera une majorité parlementaire au président élu. Imaginons, ce qui est très possible, que la couleur de la majorité parlementaire est différente de celle du président élu. Cela s'appelle la cohabitation, et peut immobiliser un pays, de surcroît la Tunisie débutante sur le chemin de la démocratie. Comment allons nous résoudre ce problème dont le coût de l'immobilisme sera plus élevé en Tunisie que dans un autre pays ayant une expérience démocratique très ancienne et très évoluée, tels que les Etats Unis ou la France. Allons-nous refaire les élections jusqu'à obtenir une harmonie entre le Parlement et le président, ou accepter de vivre 5 ou 4 ans d'instabilité, de blocage et peut être de coups bas entre les différents partis politiques?! On ne peut se permettre ce genre de situation en Tunisie.
D'autres proposent le régime semi-présidentiel. Si cela veut dire élire un président au suffrage universel qui nommera un Premier ministre selon la majorité parlementaire, alors on aboutit aux ingrédients d'un régime parlementaire. Autant éviter dès le départ cette situation du ni-ni: ni présidentiel, ni parlementaire, cela risque d'offrir un système "bâtard" en combinant les inconvénients des deux régimes sans en profiter des avantages.
Le régime parlementaire est donc le système le plus adéquat dans le contexte de la Tunisie et dont le peuple n'a plus envie, après deux expériences malheureuses, de donner un chèque en blanc à une seule personne pour décider de sa destinée, fût elle la plus intègre, la plus compétente et la plus intelligente. Ce genre de régime où le pouvoir des élus est renforcé pour contrôler l'exécutif est très adapté à la situation tunisienne. Outre le pouvoir législatif, les élus ont à leur disposition tous les outils d'évaluation et de vérification des réalisations faites par le gouvernement. Pour cela, la responsabilité politique liée à l'exercice du pouvoir exécutif doit être du ressort du Premier Ministre qui doit répondre de ses activités devant le parlement. Ainsi, l'exécutif sera formé par une majorité élue ou une alliance qui se dégagera au sein du parlementaire.
Dans ce régime parlementaire, le président, élu au suffrage universel, jouera le rôle d'arbitre garant de l'unité nationale, du bon fonctionnement et de l'indépendance des institutions, et de la séparation des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire. Il aura quelques pouvoirs très limités et sans rôle exécutif tels que, par exemple le commandement des forces armées et la présidence du conseil national de sécurité. Il promulguera les lois votées et adoptées par le parlement et pourra saisir le conseil constitutionnel.
Qu'en est-il du mode de scrutin? Comme il a été expliqué ci-dessus, le régime politique ne peut être responsable de la stabilité ou l'instabilité gouvernementale, et c'est le mode de scrutin qui permet d'assurer la cohérence de la future majorité gouvernementale, du moins minimiser les risques d'instabilité. Que faut-il donc choisir entre un mode uninominal ou de liste, et entre un mode majoritaire ou proportionnel? Le meilleur mode de scrutin est celui qui combine la simplicité et l'efficacité. Il doit permettre à la fois de refléter la diversité d'opinions dans le pays, donc la représentativité, et de garantir l'émergence d'une majorité pour gouverner de manière la plus stable possible. Ceci n'est possible que grâce à la combinaison de plusieurs modes dans la même élection. L'idée est d'avoir le même jour une élection nationale sous forme de liste au scrutin majoritaire (il faut obtenir 50% plus une voix – donc possibilité d'un deuxième tour) pour la moitié des sièges du Parlement, et une élection locale, uninominale par circonscription à un seul tour (le candidat obtenant le plus de voix sera élu) pour l'autre moitie des sièges. Cette double élection permettra à la fois de garantir une majorité parlementaire (liste nationale au scrutin majoritaire) et de respecter la représentativité des courants et sensibilités (scrutin local et uninominal).
Pour ce qui est de l'élection de la Constituante, certains proposent un scrutin sur la base de listes nationales à une seule circonscription (tout le territoire) et d'autres préfèrent un scrutin uninominal, donc à plusieurs circonscriptions locales. La première proposition permettra d'instaurer un débat national, alors que la seconde limitera le poids des partis politiques et offrira une plus grande représentativité. En revanche, pour éviter les inconvénients de l'une (pas de représentativité des sensibilités et des régions) et de l'autre proposition (éparpillement des voix et absence d'une majorité, en plus du temps nécessaire au découpage des circonscriptions), il est plus judicieux de simplifier le système de scrutin proposé ci-haut en partageant la moitie des sièges à la proportionnelle entre les deux ou trois premières listes nationales, et en adoptant le scrutin majoritaire à un tour à base de listes régionales (par gouvernorat). Cette combinaison permettra à la fois d'instaurer un débat national, et d'obtenir plus de représentativité en donnant une vraie parole aux compétences locales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.