CONDOLEANCES : Lamia ZOUAOUI    CONDOLEANCES : Chedly LAHMAR    Monastir: Un surveillant général arrêté pour avoir harcelé des parents d'élèves    La Tunisie accueille 'Phoenix Express 2022'    Appel à candidatures pour la Bourse d'aide à la mobilité AMI : date limite le 31 mai 2022    Slim Riahi : je ne suis ni un corrompu, ni un criminel pour subir cet acharnement !    Ukraine : La boulette signée Bush, il condamne sa guerre en Irak…    Le Kenya est exclu des éliminatoires de la CAN 2023 !!    Play-offs Ligue 1 Pro : Programme TV de la 6e journée    La chargée d'affaires à l'Ambassade des Etats-Unis: Le pèlerinage d'Al Ghriba est le symbole de tolérance et de paix [Vidéo]    Une délégation de l'Otan en Tunisie et … en catimini    Parution de l'ouvrage "Les dérives contraires en Tunisie" de Hatem M'rad    USBG : Dans la peau d'un trouble-fête...    EST :Continuer à faire le plein    Ligue 1 | Play-out – 3e journée : L'OB retrouve son rang de leader    Le Brief sportif national, continental et international du jeudi 19 mai    High Tech & Innovation    Tunisie – météo : Temps clair à peu nuageux    Photo du Jour : ils présentent des excuses pour le "dérangement"… On avance!    Walid Ben Salah, président de l'Ordre des experts-comptables de Tunisie à La Presse : «La Tunisie travaille sur l'amélioration de sa notation par le Gafi»    L'investissement étranger n'a pas retrouvé son niveau d'avant la pandémie    Le journaliste Mahmoud Ben Jemâa n'est plus    Ce soir, à la Salle Tahar-Cheriaa à la Cité de la Culture Chedli-Kélibi : Courez (re)voir «Le pas suspendu de la cigogne» d'Angelopoulos !    Tolérance et ouverture...Ce qu'a dit l'ambassadeur de France à propos de la Tunisie    Zied Mallouli : à Sfax, nous avons des sangliers en plus des ordures    Foot-Europe: le programme du jour    Artes propose la distribution d'un dividende de 0,8 dinar par action    EXCLUSIF: Najla Bouden participe au Forum de Davos    Comité de défense de Slim Riahi: Conférence de presse [Vidéo en direct]    Des Israéliens à la Ghriba    Prévenir la pénurie alimentaire    Abdelmajid Zar : la tentative de m'écarter de l'Utap est une trahison    Ghazi Maherzi: Le représentant du géant ukrainien de produits métallurgiques    Près de 135 mille candidats passeront les épreuves du baccalauréat    Match amical: USA-Maroc le 1er juin à Cincinnati    Le président de l'Instance générale des prisons et de la rééducation démis de ses fonctions    Par A.Ben Gamra : Notre banque centrale (BCT) cause elle-même l'inflation de notre économie    Libye : Bach Agha annonce Syrte comme siège de son gouvernement    Motus après le missile de l'USAID, Tunis attend qu'on coupe le robinet du FMI    Le Festival de l'Amandier débute ce vendredi à Sfax    Tahar Bekri: Aboulkacem Chebbi et la revue Forge    Ben Slama : le projet de calendrier du référendum a été élaboré par des parties étrangères à l'Isie !    Master International Film Festival : Un nouveau festival cinématographique tunisien en juin à Hammamet    Du Cap-Vert, au Cap Bon, Elisabeth Moreno part à la conquête des électeurs français de Tunisie    L'artiste Mondher Jebabli n'est plus    Le consulat tunisien à Tripoli appelle les Tunisiens à la vigilance    Taïeb Dridi: Toujours à Odessa pour exporter des céréales et des féculents    Des amis d'enfance juifs ouvrent un restaurant de couscous tunisien à Paris    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Vibrant hommage à Si Hcine Triki, doyen des militants tunisiens et arabes
Figures - Djerba
Publié dans Le Temps le 26 - 05 - 2011

Le doyen des militants tunisiens et arabes, M. Hcine Triki, a été l'hôte de marque de l'île de Djerba qui lui a rendu un vibrant hommage digne d'un homme de sa trempe et d'une personnalité de sa renommée, et à trois de ses camarades yousséfistes originaires de l'île, à savoir, M.Amor Boussoffara ( 96 ans ), Béchir ben Yedder ( 92 ans ) et M.Ahmed Raïs ( 83 ans)..
Ce militant hors pair, au long parcours patriotique et diplomatique, est venu ce dimanche 22 mai, sur invitation de l'Association pour la Sauvegarde de l'île de Djerba et des scouts de Houmt-Souk, apporter son témoignage sur la période coloniale en Tunisie, sur sa relation privilégiée avec son compagnon de combat Feu Salah Ben Youssef et sur son long itinéraire diplomatique au service de la cause arabe, palestinienne en particulier.
Ce natif de Monastir, en 1915, milita depuis 1938 dans les rangs du Parti Socialiste Destourien, sous la conduite alors de Feu Habib Thameur, avant d'en prendre les rênes pendant la deuxième guerre mondiale. Sa lutte au sein des factions armées relevant du parti du Destour et sa collaboration avec les forces de l'Axe lui valurent en 1947 d'être jugé par contumace à la peine capitale par les tribunaux coloniaux. Puis, à mesure que l'avènement de l'indépendance du pays se rapprochait, M.Triki se démarquait progressivement de Bourguiba pour enfin se rallier à l'aile dure du parti favorable à la tendance panarabe nassérienne et déclarer son allégeance au clan Ben Youssef dont il devint le numéro deux. De même, il entretint des relations très rapprochées avec la résistance algérienne, et il fut même désigné pour figurer au sein de la commission chargée des pourparlers avec la France présidée alors par M.Farhat Abbès, président du gouvernement provisoire algérien. En 1957, quelques mois après l'indépendance, à cause du différend qui l'opposait à Bourguiba, il fut de nouveau condamné à la peine capitale, ce qui le contraignit à l'exil en Egypte où il fut adopté par la Ligue Arabe, qui ne tarda pas à le charger de mission en Amérique Latine. Depuis, installé à Buenos Aires, il s'acquitta à bon escient de la mission qui lui avait été confiée, en s'employant à faire connaître la cause palestinienne et à contrecarrer la propagande sioniste, ce qui lui valut l'ire des services secrets israéliens qui mirent sa tête à mort, après avoir échoué de le corrompre en cherchant vainement à acheter au prix très alléchant sa conscience.
Ce grand militant de la cause des peuples arabes colonisés a consacré sa vie entière, sans relâche, à la cause des peuples arabes, aspirant à voir les pays arabes libérés du joug colonial, rêvant de voir enfin toute la nation arabe unifiée. Mais, maintenant qu'il a 96 ans, que la Palestine est encore sous occupation, que la nation arabe est disloquée, et que les Arabes vivent dans la discorde et la désunion, le combat, selon M.Triki n'est pas à son bout, et il s'enorgueillit de se proclamer encore militant, demeurant résolument persuadé que tant que ces objectifs suprêmes n'auront pas été atteints, le combat devra continuer. Notre Révolution glorieuse a vite fait de le réconcilier profondément avec son pays après la destitution en règle du dictateur et a précipité son retour au pays pour être de la fête parmi les siens dont il ne cache pas sa fierté.
Ce dimanche 22 mai a été incontestablement une journée exceptionnelle, et ce de l'aveu de tous ceux qui ont eu la chance ce jour-là d'être présents face à cette personnalité exceptionnelle, au verbe facile et combien éloquent; le discours fluide et passionnant qu'il a tenu une heure trente durant, sans discontinuer, a été une véritable leçon d'humilité et de modestie où le moi, souvent à l'honneur et employé avec excès dans de pareilles circonstances, était rarement en usage. Il a impressionné l'assistance par sa lucidité et la clairvoyance dont il a fait montre, parvenant à retracer les péripéties de sa riche expérience et de son parcours de militant itinérant, sans jamais être trahi par sa mémoire, sans jamais perdre le fil conducteur en dépit des nombreuses digressions ayant marqué son discours, évoquant au passage ses souvenirs, les bons et les mauvais, et ses multiples contacts avec des figures emblématiques de l'époque, Bourguiba, Ben Youssef, Mohamed V, Jamel Abdenasser, Juan Peron, Kadhafi, etc...
L'hommage rendu ce jour-là au doyen des militants tunisiens et arabes, et à trois de ses camarades de combat originaires de l'île, restera gravé dans la mémoire de ceux et celles, de tous âges, qui ont eu assez de sagesse pour ne pas rater une telle occasion d'être si proches d'une icône du militantisme panarabe qui n'a presque plus d'égal.
Si Hcine Triki, notre père à tous, aimable, disponible et généreux à volonté, sera encore une fois de retour au sud tunisien, et précisément à Tataouine, dimanche 29 mai ; il sera l'invité d'honneur de l'Association Mémoire de la Terre qui tient cette année à célébrer pour la première fois le cinquante cinquième-anniversaire de la douloureuse bataille d'Agri et de Ghar Ejjani survenue le même jour de l'année 1956, et qui coûta la vie à presque soixante martyres de la région.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.