Walid Jalled au chef de l'Etat : envoyez vos missiles constitutionnels    Les smartphones Galaxy S21, Galaxy S21+ et samsung galaxy Ultra en précommande    Tennis – Classement WTA : Ons Jabeur dans le top 30, une première    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 18 Janvier 2021 à 11H00    Sur quelle chaîne regarder Islande vs Maroc en direct et live streaming/ Mondial Handball 2021    Coronavirus: Point sur la situation épidémiologique à Nabeul    Météo | Quelques averses et une légère augmentation des températures    D'un sport à l'autre    Kasserine : 15 personnes arrêtées pour actes de vandalisme    Semaine décisive à Madrid pour le tourisme mondial    Néji Jalloul appelle à des concertations politiques pour sortir de la crise    Youssef Fennira rencontrera 'I watch' aujourd'hui pour s'expliquer    "La Voix des femmes" déplore l'absence de femmes dans le nouveau gouvernement    Troubles nocturnes, Qalb Tounes appelle à une enquête sérieuse    Relance de l'économie Tunisienne: Une croissance de 5,8% est possible pour cette année    L'EST trébuche à Sfax après 33 matches d'invincibilité: Un mal pour un bien ! ...    Volte-face de Abdessalem Younsi: Retour à la case départ    LES CAISSES ENREGISTREUSES: La réticence de certains commerçants    Les leçons du passé    Tunisie: La Révolution tunisienne a plusieurs ennemis intérieurs et extérieurs selon Rafik Abdessalem    Aujourd'hui — commémoration des évènements du 18-janvier: Une page glorieuse de l'histoire oubliée    Tunisie-Confinement ciblé: Tout ce qui va changer à partir d'aujourd'hui    Au siège du ministère de l'enseignement supérieur : Kaïs Saïed rencontre les doctorants-chercheurs sans emploi en sit-in    Tunisie: Le parti des Travailleurs appelle le peuple tunisien à poursuivre sa Révolution    Covid-19 : 76 décès et 2859 nouvelles contaminations en 24 heures    Nadia Khiari, dessinatrice de « Willis from Tunis », à La Presse «Je suis dans l'autodérision : je me moque de nous-mêmes»    Cinéma tunisien «Halte au hold-up sur nos voix !»    Régression à 30 mille tonnes des exportations de fruits en 2020    Stratégie d'investissement : les recommandations de Tunisie Valeurs    Par Amine Ben Gamra : La Tunisie perd d'énormes revenus car elle hésite à accepter l'arbitrage international dans les conflits économiques    L'Algérie pose une condition pour partager son vaccin avec la Tunisie    Mondial de Handball : La Tunisie rencontre le Brésil aujourd'hui    Saviez-vous que le premier journal imprimé en Tunisie était en langue italienne ?    Gouvernement Mechichi : Youssef Ben Brahim, ministre de la Culture (Biographie)    Afrique : Nomination de Sami Gargouri à la tête de BSIC banque – branche du Sénégal    Sombre fin de règne pour Trump Un ministre démissionne et dénonce les discours post-élection    Les nouvelles procédures douanières créent des pénuries    Compétitions interclubs de la CAF 2020/2021: Période d'enregistrement additionnel ouverte jusqu'au 31 janvier    Sur les pas de Merkel: Armin Laschet président de la CDU en Allemagne    Les astuces oubliées de l'auto-approvisionnement alimentaire    Bruits et chuchotements    La complainte de l'Acropolium    La fabuleuse histoire de l'épave de Mahdia    Par Henda Haouala : Les JCC 2020, Cherchez la logique !    Un test PCR négatif sera désormais exigé pour tous les voyageurs arrivant en France    USA: Trump: La vraie cause de ma suspension des réseaux sociaux est politique…mon discours été totalement approprié    Intox : Aucun pilote tunisien n'a été renvoyé à cause d'un vol vers Tel Aviv    USA: 70 000 comptes affiliés à la mouvance pro-Trump QAnon supprimés par Twitter    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«On ira tous... au paradis» !
Publié dans Le Temps le 22 - 05 - 2016

Le « Cheikh Rached Ghannouchi » a brassé tellement large à l'ouverture du 10ème congrès d'Ennahdha qu'on serait tenté de croire comme Michel Polnareff que désormais ... « Nous irons tous au paradis » !
Les grands Malraux et Sartre n'auraient trouvé nulle part les « mots » qu'il faut à la place qu'il faut, à une virgule près et même les « silences » qui avaient pour vocation de chauffer l'applaudimètre, pour éviter d'effaroucher quelque part, un « opposant »,un « syndicaliste » ou autre adversaire récalcitrant d'hier, à ces messages, de pardon, de réconciliation et d'Union nationale toujours, appréhendés comme le grand art tactiquo-stratégique des Islamistes politiques de par le monde !
Rached Ghannouchi avait une telle maîtrise de son sujet, que certains malins face-bookistes ont fini par le surnommer le Bourguiba des « intégristes » ou « Khouanjia ».. !
Pourtant les thèmes étaient des plus classiques et le cheikh, qui s'est promené à son aise d'Ennahdha historique des années de braises et qui menait un combat idéologique d'identité, n'oublia pas de tacler au passage les temps où l'Islam était « persécuté », comprenez le comme vous voulez de Bourguiba à Ben Ali et ce que les doctrinaires « frères musulmans » désignent par « l'ère de la désertification religieuse »...
Pour arpenter les méandres de l'exil, et pour arriver enfin à la délivrance grâce à cette Révolution, pourtant non islamiste au départ, mais largement apprivoisée par la suite, le « Cheikh », en hôte magnanime, a joué les Augustes qui savent pardonner et oublier quand ils ont la possibilité (Al Aâfwou enda El Makdourah » et est allé même jusqu'à reconnaître les erreurs du passé lorsqu'il avait la haute main sur le pays du temps de la Troïka.
Quelques persistances quand même dans le discours pour faire le bon clin d'œil au « peuple Nahdhaoui » fier à juste titre de son « leader » incontesté, la référence au « Makhlouû », l'ancien président déchu Ben Ali, manière de dire : « Ne vous en faites pas...je n'ai pas oublié même si je fais semblant de le faire », et bien sûr le référentiel « islamique » toujours présent et vivace dans ce mouvement en pleine mutation.
Justement, en termes de « mutations historiques, la séparation du politique et du prédicationnel « daâwique », est annoncée comme la véritable pierre angulaire du renouveau d'Ennahdha qui passe toute la ligne droite vers le « parti civil » planétaire des démocraties les plus classiques, depuis la séparation de l'Eglise et de l'Etat en Occident au 16ème siècle !
Comme quoi le monde musulman n'a que quelque cinq siècles de retard sur le reste de l'humanité, mais il vaut mieux tard que jamais !
Cependant la « spécialisation » ne peut passer sous silence au vu de cette attitude plus que naturelle chez l'homme de chasser le naturel pour revenir au galop ! Alors « quid » des structures, du daâwique, prédicationnel, et surtout, qu'est ce qui peut en sortir, car malheureusement et à ce jour, il est prouvé que les « tentes daâwiques » n'ont pas créé que des anges d'Imams pacifistes et humanistes, mais aussi quelques grosses pointures du terrorisme national et international de Daech et consorts, qui font les beaux-tristes jours des Irakiens, des Syriens, des Libyens, des Egyptiens et même des familles tunisiennes nombreuses endeuillées par les actes criminels de l'obscurantisme médiéval armé.
Un mot pour la fin. Ennahdha récolte ce qu'elle mérite en termes de patience, d'humilité et de génie tactique. A nous de le reconnaître sportivement, mais ceux et celles qui l'ont remise sur scelle après les élections de décembre 2014, doivent être en ce moment dans leurs petits souliers et comme le dit l'adage populaire : « Elli yaâti Slahou yemout bih » ( Celui qui donne son arme... finit par en mourir » ! C'est triste de passer à côté de l'Histoire, quand celle-ci vous met en position de force et de commandement !
Je vois déjà à l'horizon 2019-2020, quelques « voiliers » (comme les appelle si bien le Cheikh Rached) qui font des appels de détresse à un Ennahdha en pleine puissance pour les secourir, mais celui-ci pourra-t-il les regarder autrement qu'avec le mépris qu'on doit aux « déclassés » qui ont fait leur temps ! C'est la loi implacable de l'Histoire.
Qui se rappelle encore parmi les puniques de... Hannibal après Zama... C'était en 202 avant Jésus Christ !
A moins d'une osmose, miraculeuse et toute aussi historique, qui rassemblerait les adversaires d'hier au nom de la raison d'Etat d'aujourd'hui, et de la nécessaire entente nationale, demain.
La politique c'est aussi cela... seuls les crédules ne changent pas surtout, quand en face il y a le vide...
K.G


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.