Le ministère de la Justice met en garde: La retenue sur salaires des grévistes va se poursuivre    Décès du militant associatif Tarek Ben Hiba    Sfax: Prix au marché Bouchouicha [Vidéo]    Ligue 1 Pro : programme TV des matches de la J10 ?    Réunion de la commission administrative nationale de l'UGTT    USBG: Pas de surprise en vue    Mes odyssées en Méditerranée: Signature d'un accord bilatéral d'échange et d'Erasmus+, entre les Universités de Malte et de La Manouba    CSS: A trois points du bonheur    Rencontre avec le compositeur Karim Thlibi: Quand la musique s'affranchit de la parole    Réunion du comité administratif-Sami Tahri: Plusieurs dossiers seront sur la table de l'UGTT [Vidéo en direct]    REMERCIEMENTS ET FARK: Hasna (Mohsna) MEZIANE    MEMOIRE: Hadj Abdelkrim BENSAAD    Wimbledon – Ons Jabeur :"La bonne chose est que je reste positive"    La part de la femme...    EXPRESS    Kairouan: Chômage, l'éternel problème des jeunes    Pourquoi: Où sont les services d'hygiène ?    Smartphones, tablettes: Une addiction qui fait mal    Aujourd'hui, temps très chaud et la vigilance est de mise!    Sixième édition du Tunisia Digital Summit (TDS): La transformation digitale, une clé pour sortir de la crise actuelle    Hammam-Lif: Le Casino renaîtra de ses cendres    Malgré sa rhétorique belliciste, la BCE ne peut pas suivre la Fed    Mongi Bennani, ancien handballeur du SN et entraîneur : «Personne ne m'a fait de cadeaux !»    Agronomie :le langage révélateur des chiffres    Samir Dilou : La police a refusé de remettre à Hamadi Jebali ses médicaments    Production de électricité ,une "première "en Tunisie    Hamadi Jebali admis en urgence au service de réanimation de l'hôpital Habib Thameur    Djerba sans sachets plastiques à usage unique depuis le 1er août 2022 : Est-ce la fin du cauchemar?    Balti et ses amis se produisent à l'avenue Habib Bourguiba à l'initiative de Orange Tunisie    Covid-19 : un décès à Bizerte    Attaque à Oslo : notre journaliste raconte    Semaine boursière : Le Tunindex en hausse en dépit d'un volume transactionnel modeste    Ligue 1 Pro : Officiel. Le CSS jouera la coupe de la CAF    «Possibles», revue trimestrielle de littérature : «Le train m'emporte vers toi, mais déjà tu n'es plus là...» !    Météo de ce samedi    France : La grève générale frappe là où ça fait mal    Monde-Daily brief du 24 juin 2022: L'UE valide la candidature de l'Ukraine, les forces de Kiev ont reçu l'ordre de se retirer de Severodonetsk    Gaz russe : l'Allemagne aura froid cet hiver plus d'autres catastrophes alerte le gouvernement    Festival Hammamet 2022: L'affiche rend hommage à Maurice Béjart    Tunisie-Ligue 1 (Play-Off): programme Tv de la dernière journée    Ons Jabeur rassure son public    Décès de l'artiste peintre Meherzia Ghadhab    Près de 150 migrants secourus au large de la Tunisie    Fondation Arts & Culture by UIB mécène la 35ème édition du Festival international de Musique Symphonique d'El Jem    Le Maroc va envoyer des travailleurs en Israël    FMI : ''La Tunisie doit remédier de toute urgence aux déséquilibres de ses finances publiques''    African Lion 2022 - La Défense nationale dément la participation d'Israël    Vive indignation à la suite de l'interdiction du film « Lightyear »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tunisie – VIDEO : Les documents « accablants » présentés par le comité de défense des martyrs Belaïd et Brahmi
Publié dans Tunisie Numérique le 02 - 10 - 2018

Le comité de défense des martyrs Chokri Bélaïd et Mohamed Brahmi, ont tenu, ce mardi, une conférence de presse, à Tunis, pour présenter, comme ils en avaient fait l'annonce de nouvelles preuves incriminant, directement, un appareil secret d'Ennahdha, dans ces assassinats.
Le mystère de la « chambre noire » du ministère de l'intérieur
Ils ont commencé par annoncer qu'il y aurait des milliers de documents concernant les enquêtes en rapport avec les deux assassinats enfermés dans une « chambre noire », au sein du ministère de l'intérieur, avec directive de ne pas les diffuser ni les étudier, ces documents n'ont même pas fait l'objet de PV de réception, pour n'en laisser, justement, aucune trace.
Ces documents ont été subtilisés de dossiers d'instruction judiciaire, avant d'être transmis au juge, selon les déclarations d'experts sécuritaires questionnés par les membres du comité de défense.
A un certain moment, et alors que le ministère de l'intérieur n'était plus « totalement » contrôlé par Ennhdha, la brigade antiterroriste chapeautée par un certain M. K., aurait refusé de prendre livraison de ces documents, sur proposition d'Abderrahmen Belhaj Ali, et ce pour éviter l'ouverture d'une enquête concernant la façon dont ces documents avaient été subtilisés.
Actuellement, cette chambre noire est toujours sous les verrous et les documents qu'elle contient n'ont pas pu être exploités.
Mustapha Khedher, ou l'homme au centre des affaires
Mustapha Khedher était un ancien membre du groupe de militaires dits de « Barraket Essahel » et qui avait purgé une peine de prison, avant d'être relâché. Le plus drôle c'est qu'il a été honoré par Moncef Marzouki, alors, même, qu'il était en prison pour son implication dans les affaires des assassinats politiques.
Ce Mustapha Khedher est très proche des leaders d'Ennahdha. Il était en contact permanent, notamment, avec Ridha Barouni, membre de la Choura d'Ennahdha, et responsable financier du conseil. Ce dernier a été désigné comme étant le premier responsable au sein d'Ennahdha de cet appareil parallèle qu'elle entretenait, bien qu'il ait été lavé de ces accusations par le juge d'instruction. Car le juge d'instruction qui avait été chargé de l'affaire des assassinats aurait été cité, par Mustapha Khedher, comme étant allié à Ennahdha.
Mustapha Khedher était en possession de la liste complète des sécuritaires et militaires impliqués avec le mouvement, de même qu'il possédait la liste compète des cadres sécuritaires avec leurs coordonnées et leurs fonctions. Il disposait, par la même occasion, de la liste exhaustive des grands délinquants notoires du grand Tunis, avec leurs coordonnées personnelles. Ces délinquants qui ont été impliqués dans l'attaque contre l'UGTT et contre les manifestations du 8 février.
Mustapha Khedher et son rôle obscur à Ennahdha
Mustapha Khedher, reconnait, par ailleurs, qu'il était chargé de gérer et de répondre au courrier personnel d'Ali Laârayedh, alors ministre de l'intérieur, alors qu'il ne faisait, même, pas partie du personnel du ministère. Ce qui laisse présumer de ses contacts étroits avec la direction d'Ennahdha et qu'il était chargé d'infiltrer l'appareil sécuritaire du pays.
Par ailleurs Mustapha Khedher était chargé par Ennahdha de faire le suivi quotidien de tout ce qui état diffusé sur la presse écrite ou autre, et d'en référer tous les jours au siège d'Ennahdha à Montplaisir, auprès de Ridha Barouni, en utilisant le papier entête du mouvement, pour faire la preuve qu'il en faisait bien partie.
Mustapha Khedher était, aussi, en possession d'un document expliquant comment Abou Iyadh après avoir quitté la mosquée Al Fath, s'est réfugié dans la région de Menzel Bouzelfa, où il y avait un camp d'entrainement d'Ansar Achariaâ, et où se sont entrainés des membres d'Ennahdha, et qu'il se déplaçait escorté par un policier et un agent de la garde nationale. Donc, au moment où le ministère de l'intérieur remuait ciel et terre pour retrouver Abou Iyadh, Ali Laârayedh était, très certainement, au courant de sa cachette, puisque Mustapha Khedher faisait partie de son équipe rapprochée.
Mustapha Khedher ou la tête des renseignements généraux d'Ennahdha ?
Des enregistrements audio ont été retrouvés chez Mustapha Khedher, et qui montraient la façon dont il récoltait les renseignements à propos des militaires, des sécuritaires, des journalistes et de tout le monde, à partir d'informateurs disséminés partout.
Sur un autre plan, le comité de défense a annoncé qu'Ennahdha a organisé des formations en méthodes d'écoute et de contre écoute, en se faisant aider par les compétences du système de Ben Ali.
Mustapha Khedher aurait été, à un moment donné, contacté par les services de renseignements italiens pour demander l'intervention d'Ennahdha, pour libérer un journaliste italien retenu en otage en Syrie, par Jobhet Annosra. Chose que le mouvement a réussi à faire, et a reçu, en contrepartie de cette action, des renseignements vitaux concernant l'Algérie et ses richesses gazières.
Il était en outre, en possession de documents en rapport avec les assassinats des martyrs Belaïd et Brahmi, et qui prétendent que l'assassin ayant encaissé 300 mille dinars, en demandait encore autant, pour ne pas dénoncer ses commanditaires.
Concernant la constitution de l'appareil secret d'Ennahdha, Khedher était en possession d'un document émanant des frères musulmans d'Egypte, qui préconisent que cet appareil, en Tunisie, devrait compter, au maximum six membres, présidés par le président du mouvement d'Ennahdha. Paris les documents concernant les frères d'Egypte, il y a le programme d'une session de formation en renseignements dirigés par deux « spécialistes égyptiens »,qui s'est déroulée à Tunis, sous le couvert d'une formation en agronomie.
Mustapha Khedher était, entre autres, chargé d'espionner les chancelleries étrangères, comme celle de l'Algérie, surtout, concernant les remaniements à la tête de son armée, mais, aussi, celles des USA, où il a réussi à placer deux de ses hommes.
Quel rapport avec les assassinats politiques ?
En ce qui concerne les rapports de Mustapha Khedher et de l'appareil secret qu'il dirige avec les assassinats de Belaïd et Brahmi, il était en possession d'éléments montrant qu'après avoir fait sortir du pays, Abou Iyadh et Abubaker Al Hakim, il a échoué dans deux tentatives d'exfiltration, sous escorte sécuritaire, de Mohamed Aouadi, un des principaux suspects dans ces meurtres.
Et pour renforcer les preuves des liens directs entre Mustapha Khedher et les leaders d'Ennahdha, trois cartes sim étrangères ont été découvertes, chez l'intéressé, qui lui servaient pour ses contacts confidentiels, notamment avec Rafik Abdesalem, Hamza Hamza, Noureddine Bhiri et Rached Ghannouchi.
Les requêtes du comité de défense des martyrs
Au vu de toutes ces données, l'équipe de défense des martyrs Belaïd et Brahmi, lance trois appels :
* Un premier appel au ministère de l'intérieur pour ouvrir la fameuse « chambre noire » qui contient des milliers de documents dont certains concerneraient les assassinats et leur préparation, et pour confier ces documents aux instances judiciaires en charge des dossiers.
* Le deuxième appel dirigé aux juges d'instruction, pour qu'ils étudient et prennent en considération, des pièces à conviction disponibles chez eux, et qui avaient été « négligés » par les anciens juges chargés des dossiers.
* Un troisième appel lancé aux autorités pour vérifier les différents appels téléphoniques qui avaient été effectués dans les entourages des théâtres des deux assassinats, et de vérifier s'il n'y aurait pas entre eux, des numéros appartenant à des indics, ou des exécutants cités sur les listes de Khedher.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.