Mohamed Ammar propose un plan de sauvetage en sept points    Vers un réexamen des articles controversés de l'amendement de la loi électorale    La Steg revient sur la coupure d'électricité à Kairouan    Accroissement de la demande nationale de produits pétroliers de 18%, à fin avril 2021    Hausse de la demande de gaz naturel de 10% (quatre premiers mois de 2021)    Tennis : Ons Jabeur égale la n°1 mondiale Ashleigh Barty    Tunisie- Kairouan: La coupure d'électricité n'a causé aucun décès    Tunisie – météo : temps nuageux et baisse de température prévue    Campagne "Beach Clean" dédiée aux opérateurs touristiques dans trois pays méditerranéens    Confinement général pour les gouvernorats dont le taux de contamination est de 400 cas pour 100 000 habitants    " Dictionnaire de la terminologie des arts visuels ", nouvel opus de Sami Ben Ameur    Apaisement et solidarité    A 37 ans, Oussama Mellouli qualifié pour les Jeux Olympiques de Tokyo    Concurrence féroce pour recruter Kechrida : Destination finale    Tennis | Tournoi de Birmingham : Enfin un titre pour Ons Jabeur !    Tunisie- Confinement général et Concours d'Entrée aux Cycles de Formation d'Ingénieurs    Handball | Le bilan de la CAN des dames au Cameroun : Au-delà des espérances !    Daily brief du 21 juin 2021: Confinement général dans plusieurs gouvernorats    Coronavirus : la Tunisie le pays plus touché parmi ses voisins de la Méditerranée    Tunisie-Tunisair: Avis aux passagers à destination de l'Algérie    Birmingham : Ons Jabeur remporte son premier titre, HISTORIQUE !!!    Toute la classe politique est défaillante et doit partir    Décès de Ridha Hamza    Dacia dévoile sa nouvelle identité visuelle    Programme TV du dimanche 20 juin    Médenine: Air France reprend ses vols vers l'aéroport de Djerba-Zarzis    FITA 2021 : Neuf ministres africains seront présents aux côtés des plus grands bailleurs de fonds    Le programme des demi-finales de la Coupe de Tunisie    La cinéaste tunisienne Kaouther Ben Hania au jury des courts métrages et du concours des films d'écoles de la Cinéfondation du festival de Cannes 2021    Exposition de groupe «Itération» à la Galerie Aïn Répéter pour mieux dire    Protection contre la violence et la discrimination fondées sur l'orientation sexuelle et l'identité de genre: Observations préliminaires sur la situation en Tunisie    Affaire Nabil Karoui — l'association tunisienne des experts judiciaires affirme : «Aucune mise en accusation n'a été formulée à l'encontre des experts»    SALON POLLUTEC La Tunisie en tant qu'invitée d'honneur    Entretien avec Ridha Dhib (artiste visuel et marcheur): Le devenir territoire    Covid-19: 86 décès et 2193 contaminations enregistrés le 18 juin 2021    Ammar Mahjoubi: L'histoire à Rome de César à Auguste    La vulnérabilité de 53% des terres en Tunisie est très élevée face au phénomène de la désertification (ministère)    Démarrage du festival Gabès Cinéma Fen : Découvrez le programme du 19 au 26 juin 2021    Ouverture d'une exposition de femmes rurales au Palais Ennejma Ezzahra    Un fils de la médina d'envergure universelle: Ibn Khaldoun    Haniyeh au Maroc, bien que le pays ait normalisé ses relations avec Israël    Monde- Daily brief du 17 juin 2021: Fin de l'obligation du port du masque en extérieur en France    "La Tunisie un allié important pour les Etats-Unis et pour le continent africain" (Andrew M. Rohling)    La migration "irrégulière" vers l'Europe ne doit en aucun cas être résolue dans le cadre d'une approche sécuritaire (Saied)    Ce qui s'est passé en Algérie est-il un signe de la fin de l'ère des islamistes du Monde ?    Monde- Daily brief du 16 juin 2021: Sommet Poutine-Biden à Genève    Un soldat blessé lors de l'explosion d'une mine à Mghilla    La Tunisie accueille une partie de l'exercice militaire "African Lion 21" (Défense)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Par Henda Haouala : Sexisme et misogynie dans les médias tunisiens
Publié dans Tunisie Numérique le 07 - 02 - 2021

Il est vrai que la liberté d'expression a permis aux médias d'aborder des sujets qui étaient tabous pendant des décennies tels que l'homophobie et le racisme, mais au nom de cette même liberté nous interceptons un rapport homme/ femme extrêmement controversé qui envahit le paysage politique et médiatique. Observant le secteur audiovisuel tunisien depuis des années, les chaines télévisuelles ont fortement contribué à installer et à banaliser un rapport dégradant d'un sexe par l'autre.
Des propos et des attitudes témoignant d'une forme de dénigrement, de rabaissement, d'un rapport de force et d'infériorisation font la une des réseaux sociaux au quotidien. Pas besoin d'être un connaisseur en audiovisuel pour comprendre la stratégie de production de la majorité des émissions télés.
Ces dernières années, le concept dominant de ces émissions aux heures de forte audience est le suivant : un animateur entouré de chroniqueurs et chroniqueuses discutent de divers sujets qui ont marqué la semaine dans une ambiance légère, divertissante et désopilante. Dès lors, des stéréotypes se sont installés et sont devenus des normes et des critères pour « la réussite » de ces émissions. Parmi eux, la représentation, ou la sous représentation de la femme sur ces plateaux. Cette présence féminine se résume à donner à voir des bimbos au corps sexualisé, prêtent à se faire insulter, à recevoir des gifles, à se rabaisser, à pleurer. Elles sont aussi rivales entre elles, le tout orchestré par un homme : l'animateur qui se permet, sous couvert de plaisanteries et de divertissement, des propos sexistes, misogynes sur le plateau.
Cette sous- représentation de la femme a malheureusement entrainé le diktat de nouveaux canons relatifs à son image, qui s'est d'ailleurs ancrée dans l'archétype masculin et féminin. Quelques émissions ont tenté de faire face à ce fléau mais elles ont disparu et le paysage télévisuel demeure profondément, disons le, sexiste. Les plateaux télé sont majoritairement masculins, un manque déplorable de femmes expertes, sans compter que certains sujets d'expertises sont considérés exclusivement masculins (l'exemple le plus récent, la loi 52). Au sein des chaines privées qui ont plus d'audience que la chaine publique, la parole est de moins en moins donnée aux femmes. De plus en plus de personnalités masculines font les débats et façonnent le contenu des émissions.
Cette même présence pratique, ce que l'on appelle le « manterrupting » ( man / interrupting) devenu monnaie courante sur les plateaux télés, où l'homme coupe systématiquement la parole à une femme, engendrant un rapport implicite de dominant / dominée.
Aujourd'hui, ces chaines télés semblent comprendre que ce modèle d'émissions ne peut pas perdurer longtemps, simplement parce que la principale caractéristique d'un téléspectateur est la lassitude. De ce fait, nous assistons à une transition, une étape charnière où les chaines télévisuelles cherchent de nouvelles manières de procéder, mais visiblement avec la même mentalité sexiste d'où le pataugement auquel nous assistons.
Cette transition médiatique prendra le temps qu'il faudra, cependant il faut garder en tête que ces émissions dont je parlais sont un récit informatif et divertissant destiné à une population d'hommes et de femmes, la qualité de ce récit définira le visage de cette population.
Henda Haouala – Maîtres de Conférences en techniques audiovisuelles et Cinéma.


Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.