Ministère de la Santé: Le nombre de personnes vaccinées jusqu'au 19 septembre    Photo du jour – Escalope de dinde à 19,5 Dt le kilo : Holdings et rentiers, 1 – gouvernement 0    Match FC Barcelona vs Grenade : chaines qui diffusent le match du 20 septembre de la Liga    L'ATB sélectionnée par le projet SAWI pour renforcer sa diversité genre    Bizerte abrite la 4ème édition du Forum mondial de la mer, les 24 et 25 septembre    JCC 2021 : Liste des films tunisiens sélectionnés pour les compétitions officielles    Béja: Les enseignants vacataires organisent un mouvement de protestation [Vidéo]    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 20 Septembre 2021 à 11H00    "Streams" de Mehdi Hmili en compétition officielle du FIFF de Namur et de La Mostra de Valencia en Espagne    Comment le Tunisie a su se hisser au 3e rang des pays innovants dans le secteur industriel en Afrique    Opération blanche des forces de sécurité dans l'un des hôtels de Gammarth    Lotfi Zitoun répond à Nouresddine Bhiri- La liberté ne peut coexister avec le besoin    Mohamed Ali Boughdiri : L'UGTT veut que le processus du 25-Juillet réussisse    Rafik Abdessalem : La cote de popularité de Kaïs Saïed est en baisse en raison du coup d'Etat    Tunisie-Daily brief du 20 septembre 2021: Les mesures du 25 juillet à l'origine de 2 manifestations à Tunis    I Watch appelle à la protection des lanceurs d'alerte    Journée mondiale sans voiture : La SNCFT réduit de 50% les prix des abonnements    La Libye annonce la reprise de ses vols vers la Tunisie    UTAP: Des oliviers meurent de soif    Ons Jabeur 17ème mondiale    Moncef Marzouki : Etant novice, les Egyptiens se sont moqués de Saïed, faisant perdre des milliers d'emplois à la Tunisie !    Forte augmentation du nombre des nuitées en août 2021 dans la zone touristique Tabarka-Aïn Draham    De 2009 à 2019, la fabrication d'équipements électriques a créé 47 000 emplois privés en Tunisie    Othman Jerandi participe à New York à la la 76e session de l'Assemblée générale des Nations unies    "Les cours particuliers sont le responsable de la baisse du niveau du système éducatif", dénoncent les parents d'élèves    Les délégués du gouvernorat de Tunis se penchent sur la saison des pluies    Le syndicat de l'enseignement secondaire s'oppose à une circulaire de l'Education    Le Collectif Soumoud monte au créneau pour réclamer la réforme politique    UE Med : Il est nécessaire de préserver la démocratie et l'Etat de droit en Tunisie    30 auteurs au Congrès des écrivains de langue française à Tunis    Bilan Covid-19 : 472 nouveaux cas et 17 décès le 18 septembre    25 ème anniversaire des Prix Littéraires COMAR D'OR : Les romans primés en langue française    Tunisie – Les pays du sud de l'UE appellent à préserver la démocratie et à accélérer la mise en place d'un gouvernement compétent    PSG vs OL : Liens streaming pour regarder le match    Juventus vs AC Milan en direct et live streaming : Comment regarder le match ?    Arrestation des deux derniers prisonniers palestiniens évadés récemment    Foot-Europe: le programme du jour    Tunisie – Une vague sans précédant de migration qui ne manque pas de rappeler les « menaces » de Ghannouchi    Monde-Daily brief du 17 septembre 2021: L'Italie rend obligatoire le pass sanitaire pour tous les travailleurs    Evasions Sonores: Performances artistiques live par Oussama Menchaoui et Dawan    Appel à films pour présenter la candidature de la Tunisie à l'"Oscar du meilleur film international"    Le film "Une histoire d'amour et de désir" dans les salles tunisiennes à partir du 29 septembre    Le musée de Bardo fermé depuis le 25 juillet 2021    Pêcheurs tunisiens interpellés par les garde-côtes libyens : Le ministère de la Défense rappelle la réglementation    Comment comprendre les prochaines élections en Allemagne et quel impact sur la Tunisie du départ d'Angela Merkel    Cinq enseignements à tirer de l'abominable gestion américaine de la tragédie afghane    Gilles Kepel - Vingt ans après : du 11 septembre à la chute de Kaboul    Tunisie : Un séisme d'une magnitude de 3,7 degrés enregistré à Ouled Haffouz    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Par Henda Haouala : Interview avec la tunisienne Nour Belkhiria, une étoile montante dans le cinéma canadien
Publié dans Tunisie Numérique le 19 - 07 - 2021

Retenez bien son nom, elle s'appelle Nour Belkhiria, une jeune avocate et actrice tunisienne installée au Canada depuis 2014. Elle incarne « Ismène » dans le long métrage Antigone (2019) écrit et réalisé par Sophie Deraspe. Le film a été nommé meilleur film canadien du 44e prestigieux Festival international du film de Toronto (TIFF). Nour Belkhiria remporte également le prix Ecrans canadiens de la meilleure actrice dans un second rôle. Aujourd'hui, Nour et Patrice Robitaille sont les têtes d'affiche du premier long métrage de Catherine Therrien La révision sélectionné au festival du film francophone d'Angoulême pour la fin août 2021. Rencontre avec une actrice qui séduit désormais le cinéma canadien
Entre droit et cinéma ?
N.B : Pour le moment je suis en stage de six mois au barreau du Québec. Je travaille dans une entreprise en tant avocate spécialiste dans le droit corporatif. En parallèle je suis sur un tournage d'une série TV canadienne qui sortira l'automne prochain. Ce stage est un premier pas dans la concrétisation de mon parcours estudiantin en droit. Etre avocate représente pour moi l'aspect rationnel de ma personnalité alors que jouer au cinéma c'est mettre en avant toute ma charge émotionnelle. Quelque part ces deux métiers se croisent, en tant qu'avocate je me dois de convaincre le juge, dans le cinéma c'est le public qui doit être convaincu par mon jeu. Ces deux métiers demandent beaucoup de crédibilité et un grand investissement.
Comment juges-tu tes débuts dans le cinéma canadien ?
N.B : J'ai eu la chance d'entrer dans le cinéma par la grande porte (en rigolant je pense que les étoiles se sont alignées pour moi). J'ai commencé à faire du théâtre au lycée quand j'ai été à Tunis et j'ai gardé cette passion quand je me suis installée au Canada. C'est comme ça que j'ai été repérée. Après coup et le succès de Antigone j'ai réalisé à quel point c'est difficile de démarrer une carrière d'emblée dans un long métrage alors que le grand public ne me connaissait pas. Beaucoup d'acteurs et actrices commencent dans des courts métrages, passent des dizaines de castings pour décrocher un premier petit rôle dans le cinéma. Antigone était une grande opportunité pour moi et j'en suis très reconnaissante.
Comment gères-tu tes castings ?
N.B : Aujourd'hui j'ai un agent qui se charge de me soumettre des scénarios, si le rôle me plait je passe les auditions. J'ai refusé quelques rôles qui sont pour moi de simples clichés de la fille maghrébine arabe. Je n'ai aucun problème à jouer ces rôles vu que je suis arabe ayant un physique typé mais le personnage que je veux incarner doit porter une profondeur qui me parle personnellement et qui représente ma communauté pour que je puisse apporter mon grain de sel et présenter au spectateur une composition étoffée. Dans mon dernier film La révision je joue le rôle de Nassira, une fille voilée par choix, un personnage très nuancé qui sort des clichés car le film est construit sur une joute verbale singulière entre Nassira et un professeur de philosophie.
La pire déception que tu peux craindre dans le cinéma ?
N.B : Accepter ce métier, c'est accepter la déception. Les auditions c'est un peu comme des entretiens d'embauche, il y a beaucoup de stress. Et lorsqu'on est prit, il y a le stress du tournage, de la sortie du film, sa réception par les spectateurs. Un acteur peut se donner à fond dans son rôle et le film peut ne pas marcher après. Pour moi le plus important c'est d'être fière de moi et de mon travail et avoir la possibilité de m'exprimer comme je me dois de le faire quand j'incarne un personnage. Faillir à cela serait sûrement ma déception.
Le premier rôle dont tu rêves ?
N.B : dans La révision j'ai le premier rôle féminin. Comme je l'ai dit tout à l'heure, mon rêve c'est d'incarner des rôles de femmes inspirantes, c'est d'émouvoir les gens tout en me remettant moi-même en question et de me toucher émotionnellement et humainement. Nassira est un personnage proche de moi. D'ailleurs lorsque je fais un effort pour un personnage, ça ne marche pas, je ne suis pas prise.
Avec quel réalisateur tunisien aimerais- tu travailler ?
N.B : Les deux longs métrages dans lesquels j'ai joué sont réalisés par des femmes, c'est peut être un hasard mais j'aimerais bien être dirigée par Kaouther Ben Hania, j'aime cette liberté qu'elle incarne dans ses films et dans la construction de ses personnages. Elle a beaucoup de mérite, aujourd'hui elle fait partie de la cour des grands, j'imagine tous ses sacrifices et surtout sa persévérance et je trouve ça génial. Leyla Bouzid, elle aussi trace son chemin surement, d'ailleurs son dernier film Une histoire d'amour et de désir sera en compétition aussi au festival francophone d'Angoulême avec La révision.
Concernant ton expérience à la télé tunisienne, que retiens – tu ?
N.B : J'ai beaucoup appris de cette expérience, surtout la rapidité (en souriant). Le tournage télé est très différent de celui du cinéma. Ouled El Ghoul était une expérience enrichissante à tous les niveaux.
Des reproches ?
N.B : C'est dommage que les acteurs en Tunisie ne soient pas présentés par des agents qui négocient leurs contrats, leurs cachets etc. Il faudrait réformer ce corps de métier avec des lois qui les régissent, ce qui permettra aux acteurs et actrices de se concentrer sur leur rôle, gérer tout ça seul cela impacte le travail de l'acteur.
La Tunisie aujourd'hui ?
N.B : Aujourd'hui je regarde mon pays avec des yeux d'adulte et je vois à quel point les jeunes tunisiens sont bourrés de talents et d'ambitions, il y a des yeux qui brillent et ont besoin d'un coup de main. Moi-même j'ai été comme eux, c'est vrai j'ai eu la chance d'aller dans un autre pays. Il faut que la Tunisie soutienne ces jeunes, toutes ces personnes qui veulent s'exprimer. Cela peut paraitre bateau comme phrase, mais il faut croire en ses rêves et tout faire pour les concrétiser, cela demande beaucoup de sacrifices. Je dis à tous ces jeunes de ne pas baisser les bras, et de verbaliser vos ambitions. Malheureusement en Tunisie, nous avons la culture du silence, on n'ose pas parler des choses dont on rêve de peur d'être étiqueter et catégoriser. Il faut élargir son réseau de contact par la parole et exprimer haut et fort son ambition.
Henda Haouala
Maitre de conférences en techniques audiovisuelles et cinéma
Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.