Tunisie-Mechichi: Le gouvernement s'emploie à restaurer la confiance dans les institutions économiques    Coronavirus | L'UE va aider les pays de la rive sud de la méditerranée à acquérir le vaccin    Coronavirus : 51 nouveaux décès et 1.168 nouvelles contaminations, Bilan du 25 novembre    L'ancien ambassadeur d'Allemagne à Tunis, Dr Andreas Reinicke, nommé conseiller pour la coopération digitale pour l'Afrique du Nord    Les représentants des structures judiciaires réclament la création d'un Fonds d'appui à la justice    BCT : 45% des transactions financières en Tunisie sont effectuées par chèques    Bourse de Tunis : Le Tunindex termine la séance de jeudi sur une note morose    Inauguration d'un nouveau centre de formation inter-entreprises dans le secteur du textile à Bizerte    Des manifestants menacent de fermer la vanne du Gazoduc de Sbikha    L'Iran et la Russie coopèrent sur un vaccin anti-Covid    Tunisie, Egypte et Liban grands bénéficiaires    Le président du Zamalek, Mortada Mansour «persona non grata» pour la finale !.    Repli tactique ou tentative pour sortir de la crise qu'il a pilotée ?    Damas dénonce encore une fois des frappes israéliennes    Retour, plein d'espoir, des Azerbaïdjanais    Des femmes militantes réduites au silence par les armes    Chiraz Latiri, ancienne ministre des affaires culturelles défend son bilan    Olga Malakhova et les archétypes    Les arts visuels dans tous leurs états    Le documentaire tunisien "Le disqualifié" de Hamza Ouni remporte la mention spéciale du jury du BIAFF Doc    La Tunisie, 2ème pays où les chercheurs ont amélioré le mieux la sécurité de Facebook    Le court métrage tunisien "Nour", de Rim Nakhli en lice au festival international du film du Caire    Violence faite aux femmes : Le ministère de la Femme signe un accord de partenariat avec l'Association femme et citoyenneté au Kef    Webinar sur les principales leçons tirées de Tfanen-Tunisie Créative le 3 décembre    Projet européen "REUSEMED" pour la création des réseaux de réutilisation des déchets    ARP : adoption du rapport relatif aux projet de loi de finances de 2021 et budget de l'Etat de 2021    Etoile du Sahel : un entraîneur brésilien sur le radar    En photos : En colère, les journalistes protestent à la Kasbah    DECES : Mahmoud TAAMALLAH    Echange de graves accusations entre deux hauts magistrats : Faut-il craindre pour l'indépendance de la justice ?    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 26 Novembre 2020 à 11H00    Calme plat et absence de production au bassin minier    Tunisie [Vidéo]: En direct, rassemblement des journalistes à Sfax    Coronavirus: De nouveaux décès à Sfax    NEWS | Shonga propose ses services à l'EST    Diego Maradona s'est éteint hier : Une légende s'en va !    Ligue des Champions : le Bayern et City qualifiés aux huitièmes de finale    La grève des magistrats prolongée de trois jours    Les derniers mots de Maradona dévoilés par une chaîne de télévision    [TRIBUNE] Deux siècles après, Haïti redevient le plus peuplé de la Caraïbe    Habib Ammar : la priorité est de protéger le secteur touristique de l'effondrement    Sénégal : la Banque africaine de développement renforce les capacités nationales pour accroître la performance de son portefeuille    La Chambre africaine de l'énergie propose un guide de réformes pour le secteur pétrolier et gazier de la Guinée équatoriale    Météo : Temps ensoleillé    Plus de la moitié des Tunisiens ayant obtenu la nationalité italienne ont rejoint la France    Des cercles de réflexion auront lieu à Dar Sebastien à partir du 27 novembre 2020    Times: L'ère de Poutine touche à sa fin    Audition du Ministre des affaires Culturelles: Le budget se réduit comme une peau de chagrin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Etude :
Deux pour cent des enfants en Tunisie souffrent de la pauvreté infantile
Publié dans WMC actualités le 07 - 10 - 2014

2% des enfants de tranches d'âge différentes souffrent de la pauvreté infantile multidimensionnelle. C'est ce que révèlent les résultats d'une étude intitulée "Analyse de la pauvreté infantile en Tunisie, une approche de privations multiples".
L'enquête, dont les résultats ont été présentés, jeudi 2 octobre à Tunis lors d'une rencontre avec la presse, a été menée dans le cadre d'une approche participative sous la supervision d'un comité de pilotage composée des différentes parties concernées par l'enfance avec l'appui financier et technique du Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF).
L'UNICEF considère que "les enfants vivant dans la pauvreté sont privés des ressources dont ils ont besoin sur les plans matériel, spirituel et affectif pour survivre, se développer et s'épanouir, ce qui les empêche de jouir de leurs droits, de donner la pleine mesure de leurs capacités ou de participer à la vie sociale en tant que membres à part entière et égale".
Le sud-est, champion de Tunisie du travail des enfants
Selon cette étude, présentée par le consultant Abderrahmen Ellahga, le gouvernorat de Sidi Bouzid a enregistré les taux les plus élevés de pauvreté infantile pour la catégorie d'âge 24-59 mois avec 38,2% contre 3% au sud-ouest et 3,9% au district de Tunis.
L'étude souligne que le taux de pauvreté est nettement supérieur chez les enfants ayant une mère analphabète. Il s'élève à 29,3% contre 1,3% pour la mère qui a un niveau universitaire.
Ellahga a ajouté que durant la période prénatale, un enfant sur quatre en Tunisie bénéficie de moins de quatre consultations médicales, soulignant que cet indicateur reste, également, tributaire du niveau intellectuel de la mère mais aussi des attributs de développement notamment dans les régions intérieures qui souffrent de l'augmentation de la pauvreté infantile multidimensionnelle, dont le droit à la santé, à la nutrition et à l'eau potable.
Concernant la questionn relative au travail des enfants âgés de 5 à 14 ans, les taux les plus élevés ont été enregistrés dans la région du sud-est (4,8%) et dans le gouvernorat de Kasserine (4,4%) contre 0,5% au district de Tunis (le taux le plus bas). Le taux de pauvreté est de 2,5% pour les enfants de mères analphabètes, contre 0,7% pour les enfants des mères ayant un niveau universitaire.
L'étude a révélé des disparités entre les régions en termes d'ampleur de la pauvreté infantile qui varie selon le revenu de la famille, le niveau intellectuel de la mère et de la nature du milieu, rural ou urbain.
Ces différences qui touchent les différentes catégories d'âge se manifestent notamment dans les régions ouest, particulièrement au centre-ouest.
L'étude comporte plusieurs recommandations portant, notamment, sur l'amélioration des services de santé dans le milieu rural et les régions du centre-ouest, la généralisation de la vaccination de tous les enfants issus des zones rurales reculées, la mise en place de nouveaux mécanismes pour le suivi du phénomène de l'abandon scolaire et l'encouragement de la scolarisation, outre la lutte contre l'analphabétisme des mères et le déséquilibre régional.
L'étude repose sur l'analyse de la situation de l'enfant pauvre en se référant aux résultats de l'enquête nationale par grappes. Les indicateurs de pauvreté retenus dans le cadre de l'enquête nationale par grappes s'élèvent à 11: la nutrition, la santé, l'eau, l'assainissement, la protection, l'habitat, le développement de l'enfance précoce, l'éducation, l'accès à l'information, la violence et le travail des enfants.
Le secrétaire d'Etat au développement et à la coopération internationale, Noureddine Zekri a souligné lors de cette rencontre que les résultats de l'étude montrent que la disparité entre les régions et les catégories est due à l'échec de l'ancien modèle de développement.
L'étude permettra de fournir des données scientifiques qui seront prises en considération lors de la réforme des politiques et l'élaboration des programmes. La secrétaire d'Etat chargée des affaires de la femme et de la famille, Neila Chaâbane a souligné, de son côté, l'importance de cette étude dans la détermination des régions les plus vulnérables et des catégories ciblées par les nouveaux programmes et par la réforme structurelle.
La souffrance de l'enfant est intimement liée à celle de la mère, a t-elle affirmé, appelant à ce que toute stratégie mise en place au profit de l'enfant doit accorder une importance particulière à la promotion du niveau intellectuel de la femme.
De son côté, la représentante de l'UNICEF en Tunisie, Maria Luisa Fornara, a souligné que le résultats de cette analyse qui seront mis à la disposition des responsables au moment où la Tunisie s'apprête à élaborer de nouvelles stratégies de réformes et de développement, permettront d'affiner les analyses sur la situation actuelle de l'enfance dans les différents domaines.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.