Commémoration des événements du 26 janvier 1978 : Saïed s'entretient avec Taboubi    Tunisie-Coronavirus: Le couvre-feu prolongé de deux semaines    Précisions à propos du champ d'application de l'amnistie fiscale    L'étrange "évasion" d'Abdelkoddous Saâdaoui, qui en plus nargue sa patrie    L'Algérie supprime la liste des produits exclus du bénéfice des avantages fiscaux accordés dans le cadre de la GZALE (CEPEX)    CAN 2021 : Motsepe invite un président d'un club tunisien pour la finale    Ligue 1 Pro : l'Etoile du Sahel battue en amical    Kaïs Saïed reçoit Najla Bouden    Selon 57,8% des familles tunisiennes, l'avenir de leurs enfants serait meilleur hors du pays    Elloumi: Le gouvernement de Bouden est le pire gouvernement depuis l'époque coloniale( Audio)    Le prix de la meilleure recherche scientifique féminine, pour l'année 2021 décerné à la professeure de neurologie, Dr Iman Kacem Nhili    César 2022 : l'acteur Sami Oitalbali nominé pour le César du meilleur espoir masculin    Match Côte d'Ivoire vs Egypte : Les chaines qui diffusent le match Choc de la CAN 2022 du 26 janvier    Land'Or obtient un nouveau prêt d'environ 4 millions $    Sommet Ligue arabe : Les beaux et bons mots de Tebboune, que répondra le Maroc? [Vidéo]    La vraie chambre noire, c'est le palais de Carthage !    EN : un joueur testé négatif, deux autres encore positifs !!    Les salariés de Cactus prod menacent d'une grève de la faim    Côte d'Ivoire vs Egypte : Sur quelle chaîne regarder le match en direct et live streaming ?    salon des créateurs MOOD TALENT: 6e anniversaire du 4 au 6 février 2022 à l'hôtel Dar El Marsa    Corruption : La Tunisie au 70e rang mondial    Tunisie Telecom en chiffres    Kasserine: Mandat de dépôt contre un ancien gouverneur, pour corruption    Indice de perception de la corruption : la Tunisie classée au 70ème rang mondial    Moody's évoque la Tunisie    Le chanteur Florent Pagny annule sa tournée à cause d'un cancer, sera-t-il présent à The Voice?    Google Doodle rend hommage à l'actrice Egyptienne Souad Hosni, la Cendrillon du monde arabe    AS Soliman : l'Algérien Frifer Boumedyen engagé pour deux ans et demi    Tunisie : Grève générale à...    Entreprises publiques en difficulté | Crises en cascade    REMERCIEMENTS ET FARK : Mongi BEN AMOR    Echo Afrique    High-tech | Tout connaître sur le métavers    Groupe Chimique Tunisien à Mdhilla 2: Levée d'une grève entamée depuis 2 ans    CAN 2021 | Huitièmes de finale – Suite et fin – Côte d'Ivoire-Egypte : La guerre des étoiles    CAN 2021 | Une qualification significative : ls ont changé leur destin…    Exposition au musée de l'Institut du Monde Arabe : Slimen Elkamel à cœur ouvert    Le comité scientifique recommande la prolongation des mesures préventives contre le covid    Dilou : Saied est en train de démanteler l'Etat Tunisien    Covid-19 | 17 décès et 9706 contaminations recensés le 24 janvier 2022    Tunisie : Départ des vols depuis l'aéroport d'Istanbul via une seule piste    Le film documentaire "Angle mort" de Lotfi Achour primé au Fipadoc à Biarritz    Kaïs Saïed souhaiterait appliquer un modèle proche du Velayet-e faqih iranien, selon Hatem Mliki    Centenaire du cinéma tunisien : Zoom sur un pionnier nommé Albert Samama Chikly    Gordon Gray commente la démission de Nadia Akacha et parle des causes probables de cette décision    Ukraine : les USA évacuent livrant le pays à Poutine, l'UE spectatrice    Rabat pourrait-il "voler" à Alger l'organisation du sommet de la Ligue arabe?    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Exception tunisienne : Ces responsables qui posent des questions auxquelles ils ont la meilleure réponse (1/3)
Publié dans WMC actualités le 06 - 04 - 2020

C'est un phénomène qui persiste, depuis une décennie, et qui a tout l'air de devenir une malheureuse tradition. Les premiers responsables du pays ont cette fâcheuse tendance à poser, en public, des problématiques graves, le plus souvent aux relents scissionnistes alors que, de par leur fonction, ils sont les premiers habilités à leur apporter les meilleures réponses.
L'exemple de deux présidents de la République et de deux gouverneurs de la Banque centrale de Tunisie méritent qu'on s'y attarde.
Actualité oblige, nous consacrerons ce premier article à la question posée par l'actuel président de la République, Kaïs Saïed, sur le suivi d'une ancienne proposition qu'il avait faite, il y a huit ans. Celle-ci consistait à obliger les hommes d'affaires impliqués dans des affaires de malversations du temps de Ben Ali, et dont les biens ont été confisqués, à investir dans les régions défavorisées.
Au commencement, une disparition énigmatique du dossier
Lors de son discours prononcé le 31 mars 2020, en marge de la réunion du Conseil de la sécurité nationale (CSN) consacrée aux conséquences du coronavirus sur le pays, le chef de l'Etat s'est interrogé sur ce que sont devenus les 10 milliards de dinars que 460 hommes d'affaires, retenus en 2012 comme corrompus au temps de l'ère Ben Ali, devaient verser aux caisses de l'Etat.
Pour mémoire, les hommes d'affaires listés s'étaient engagés, à l'époque, à financer, chacun dans son champ d'activités, des projets de développement dans les régions de l'intérieur du pays.
Pour donner une base juridique acceptable à ce compromis, l'Assemblée nationale constituante (ANC) et le ministère des Finances de l'époque avaient été chargés d'assurer le suivi et le traitement dudit dossier. A savoir l'ANC pour «la mise au point d'un cadre juridique légal» et le ministère des Finances pour «les aspects techniques et financiers».
Malheureusement, le dossier devait brusquement disparaître sans qu'aucune structure ne s'interroge sur l'endroit où il a pu atterrir.
C'est ce dossier-là que Kaïs Saîed a dépoussiéré, aujourd'hui, et demandé des éclaircissements sur son parcours et aboutissement.
L'enjeu est énorme puisqu'il s'agit de la coquette somme de 10 milliards de dinars, presque l'équivalent du montant des ressources
d'emprunt que la Tunisie devrait mobiliser à l'étranger pour boucler le schéma de financement de sont budget de 2020.
Concrètement, le chef de l'Etat a appelé à une amnistie pénale avec les personnes impliquées dans la corruption au temps de Ben Ali afin de pouvoir récupérer l'argent du peuple. «Cette opération doit être supervisée par une commission chargée de redistribuer cet argent au profit des régions de Tunisie, notamment les plus défavorisées», a-t-il-dit.
Le dossier aurait été récupéré par Ennahdha
Nous pensons que la réponse à cette problématique devraient être à la portée de Kaïs Saïed. Ainsi, il aurait pu demander au chef du gouvernement, Elyès Fakhfakh, qu'il a lui-même nommé -et qui était, à l'époque de la Troïka, ministre des Finances-, de lui fournir un rapport sur la traçabilité de ces fonds et de délimiter la responsabilité de leur non intégration dans les caisses de l'Etat et de leur non affectation à leur objectif initial: celui de contribuer aux régions de l'intérieur.
A la limite, il peut s'en passer puisque l'ancien conseiller politique de l'ancien président de la République, Moncef Marzouki, en l'occurrence Aziz Krichen en a parlé dans son livre «La promesse du printemps».
Dans cet ouvrage, l'auteur, qui était au pif des affaires à l'époque, fait d'importantes révélations sur la disparition du dossier du circuit officiel : «De fait, écrit-il à la page 135, le dossier subitement envolé n'avait pas été perdu pour tout le monde. Il avait été récupéré par la direction du parti Ennahdha qui allait désormais le gérer dans la plus grande opacité et sans le moindre garde-fou institutionnel. Et l'on a vite compris les raisons de détournement. Les dirigeants islamistes se sont livrés à une opération de racket selon les termes suivants: les chefs d'entreprise se voyaient invités à alimenter les caisses du parti en échange de quoi on leur garantissait la cessation des tracasseries à leur égard».
Cette thèse est reprise par l'avocat et activiste politique, Imed Ben Halima.
Réagissant à chaud à l'interrogation de Kaïs Saïed sur le sort des 10 milliards de dinars -flouss zwawala qui ont disparu-, Ben Halima a suggéré au chef de l'Etat «de ne pas toucher aux hommes d'affaires intègres qui ont été déjà rançonnés et rackettés par les partis politiques et qui sont, actuellement, en train de travailler pour créer la richesse». Entendre par-là qu'ils ne doivent pas payer deux fois pour un même motif. Et même s'il doit les cibler, il devrait, selon lui, « se focaliser sur les corrompus et les contrebandiers ».
Ne pas réparer une ancienne injustice par une nouvelle
Il a ajouté que « Saïed, qui est en train de se demander où était passé tout l'argent de l'époque, devrait poser la question à celui qui était assis à sa droite » (NDLR : allusion à Rached Ghannouchi, actuel président de l'Assemblée des représentants du peuple assis à sa droite lors de la réunion du Conseil national de la sécurité nationale), Ben Halima a expliqué qu'Ennhdha a racketté les hommes d'affaires et leur a soutiré d'énormes sommes d'argent.
Ben Hlima conseille, par ailleurs, à Kaïs Saïed de poser la même question à Sihem Ben Sedrine, ex-présidente de l'Instance de vérité et de dignité (IVD) qui aurait exploité également sa fonction pour rançonner les hommes d'affaires.
Trois jours après la réunion du Conseil de sécurité nationale, le président Kaïes Saïed semble avoir bien entendu le conseil de Ben Halima puisqu'il a convoqué le bureau exécutif de la centrale patronale (Utica) pour l'informer que son intention n'était nullement de leur confisquer leurs biens.
Lire cet article: L'UTICA chez Kaïs Saïed, une rencontre de routine sur des sujets inquiétants?
Sa cible serait par élimination le mouvement Ennahdha, particulièrement, son gourou avec lequel les rapports ne sont pas au beau fixe.
A ce sujet, au moment où Kaïs Saïed évoquait ce grave dossier, le caméraman de la télévision publique « Elwataniya 1 », apparemment brieffé et mis au courant auparavant, a fait un zoom sur Rached Ghannouchi. Ce dernier était complètement abattu et déboussolé.
Par-delà tous ces détails, il s'agit d'un autre sale dossier dans lequel se trouve mouillé le parti Ennhdha. Cette fois-ci, c'est le racket des hommes d'affaires.
Suivra la deuxième partie.
Articles en relation:
Exception tunisienne : Ces responsables qui posent des questions auxquelles ils ont la meilleure réponse (2/3)
Exception tunisienne : Des responsables qui posent des questions auxquelles ils ont la meilleure réponse (3/3)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.