Le porte-parole du ministère de l'Intérieur Yasser Mesbah limogé    CONDOLEANCES    Amira Chtourou : La BTS lance le produit leasing et la finance islamique    Trois questions à Karim Zaghdene, Chargé du projet ISECO à la GIZ: "Les programmes d'appui à l'entrepreneuriat sont assez riches"    NBA : Triste record pour Oklahoma, la série se poursuit pour les Suns    CA : Redouane Zerdoum s'engage officiellement pour deux ans    CAF Cup – Tour de Barrages : La délégation de Tusker déjà en Tunisie pour défier le CSS    Tunisie – météo : Baisse remarquable des températures et pluies attendues    Revue de la semaine du 26 novembre au 3 décembre: Le dossier de la réforme des entreprises publiques    Danemark : Eriksen reprend l'entraînement    EXPRESS    Témoignage : Le patient industriel tunisien en mort cérébrale !    Nouveau variant Omicron: La course contre la montre    Pourquoi: Grève surprise    Violence enfantine, crimes et délinquance: L'élève-enfant: victime ou bourreau?    Programme de la Cinémathèque Tunisienne du 29 novembre au 5 décembre: La Palestine à travers ses cinéastes    Pour célébrer la fête de la Révolution et au lieu du 14 janvier: Kaïs Saïed décrète le 17 décembre jour férié    Des catamarans ''fabriqués en Tunisie'' interdits d'export, par la Tunisie    Parler aux Tunisiens    La Tunisie, Premier Producteur Mondial par Habitant de Jeans    Un homme retrouvé pendu dans un entrepôt, les détails    Masse salariale et risques budgétaires: L'Etat dos au mur !    Dialogues éphémères: Variations grecques sur la prière pour la pluie    Coupe arabe de la FIFA 2021 – Syrie vs Tunisie : sur quelle chaîne regarder le match en direct et live streaming ?    Handball – Championnat Elite : Programme de la 4e journée    Coupe du monde 2022 : Un arbitre sénégalais suspendu    Tunisie : Marché festif au village artisanal d'Ezzahra    Le gouverneur de Ben Arous: Visite inopinée aux gares ferroviaires    Le PDL accuse les instituts de sondage de tromperie : le patron d'Emrhod réagit    Taboubi présente ses excuses à Bouden    La Tunisie, le 4 janvier, à Expo Dubaï 2020    Tunisie : Baisse du déficit budgétaire à fin septembre    Tunisie-Rafik Abdessalam : " Voilà ce qu'il faut faire maintenant »    Tunisie : Ouverture de la 22ème édition des Journées Théâtrales de Carthage ce samedi    Libye : VIDEO: Scènes de liesse populaire après la réhabilitation de Seif El Islam aux élections    New York : Le siège de l'ONU fermé après qu'un homme armé ait été aperçu à l'extérieur    Tunisie : Vers la restauration, la numérisation et de la revalorisation de la cinémathèque de Gammarth    Libye-Présidentielle : Seïf al-Islam Kadhafi revient dans la course électorale    L'Omicron était déjà présent en Europe avant la cascade de restrictions visant l'Afrique?    La Tunisie cherchait à acheter jusqu'à 175 000 tonnes de blé tendre    " Vues sur les arts" 2021 : Retour sur le cinéma de la nouvelle vague à l'ouverture    Décès du photographe Mokdad Chaouachi    Première mondiale de la pièce de théâtre "l-Medea" de Sulayman Al-Bassam aux JTC 2021    Hafedh Boujmil: L'éditeur de l'année    A la galerie « Musk and Amber »: Taher Jaoui ou la peinture-émotion    Space X : Elon Musk menace ses salariés de fermeture    Coronavirus : Première déclaration du PDG de Pfizer concernant ''Omicron''    Ghazi Moalla : Trois personnalités sont les favoris pour l'élection présidentielle libyenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Au temps du Coronavirus : Le bonheur est dans les prés
Publié dans WMC actualités le 13 - 04 - 2020

Contrairement aux grandes villes surpeuplées, où les Tunisiens confinés ont du mal à rester chez eux et à respecter une "distanciation sociale" imposée par les autorités, le confinement, décrété depuis le 20 mars 2020, n'apporte rien de nouveau aux habitants de la campagne.
Leur isolement, longtemps décrié, se transforme, en ces temps de pandémie mondiale, en aubaine. (Reportage).
Blotti au pied d'une belle forêt, à la frontière tuniso-algérienne, pas très loin du site archéologique de Haïdra et de la célèbre Table de Jugurtha, le village de " Mrira " offre un cadre de confinement plus doux et très agréable.
Dans ce petit patelin de Kasserine, loin de plus de 300 km de la capitale Tunis, le couvert végétal est sauvage et diversifié. Les récentes pluies qui ont arrosé la région, ont permis une bonne pousse de la végétation promettant un beau printemps. Ici, la vie suit son cours lentement et paisiblement.
Pas besoin d'un couvre feu, de hauts parleurs ou d'agents de sécurité pour contraindre les habitants, environ 196 familles, à garder leurs maisons. Les demeures, éparpillées ici et là, sont éloignées les unes des autres, de pas moins d'un kilomètre.
Pour les villageois, qui vivent dans des "douars", un mot qui s'appliquait au campement des nomades bédouins, la " distance sociale ", imposée, désormais, par le coronavirus, ne signifie pas grand-chose. Car, ils ne se rencontrent que rarement et souvent en pleine nature, ou parfois se rendent visites, sans rendez-vous.
Peut-être l'individualisme a gagné du terrain, mais ici, les populations paysannes ont toujours pratiqué la solidarité, pour affronter les coups durs et aussi pour partager les bons moments de la vie. Le mérite revient, probablement, aux pratiques agricoles (moisson, semailles..), durant lesquelles, la solidarité et l'entraide sont courantes et fréquentes.
Les familles, étant liées par des liens du sang, se connaissent presque toutes. En cette période de confinement, les téléphones portables sont les précieux moyens pour prendre des nouvelles, les uns des autres.
La psychose n'a pas atteint le village
Le rituel de leur vie demeure le même… Très tôt, comme à l'accoutumée, les campagnards entament leurs journées de labeur.
Au coucher de soleil, ils sont déjà devant leurs téléviseurs, ou rassemblés autour d'un grand feu de cheminée, à l'intérieur de leurs maisons.
La plupart d'entre eux, sont des éleveurs d'ovins. Certains sont des apiculteurs ou des petits céréaliers. Grâce à des élevages non commerciaux de poules, chaque famille peut subvenir à ses besoins en viandes ou en œufs. Parfois, ceux qui produisent un surplus d'œufs, le vendent aux autres ou l'offrent tout simplement, comme cadeau, à celui qui leur rend visite.
Cette habitude que les paysans ont de consommer directement, des fruits de leur travail, rend les soucis de s'approvisionner en aliments, moins présents, que chez les citadins.
Ainsi, les femmes du village se mettent, dès les premières lueurs de l'aube, à préparer leur pain maison. "Le pain fait partie intégrante des trois repas quotidiens, ici ", lance, au journaliste de l'Agence TAP, Fatma, mère et grand-mère.
"Nous avons déjà nos stocks de semoule, pas à cause du corona, mais parce que nous prévoyons toujours le blocage des pistes qui mènent à la ville, à cause de la pluie ou de la neige, en hiver", a-t-elle enchaîné.
L'isolement, pour elle, est peut être une fatalité, mais aussi, un abandon de la part de l'Etat. "On les a entendus dire, à la télé, qu'ils vont améliorer notre situation parce que nous vivons à la frontière et à cause du terrorisme. Des paroles en l'air…Nous sommes abandonnés à notre sort ", constate-t-elle, non sans amertume.
"Ici, pas besoin de désinfecter tout à chaque entrée et sortie de la maison. Mais, j'exige, quand même, que mon mari, agriculteur, se lave les mains et laisse ses souliers à l'extérieur, quand il va à Haidra, la ville la plus proche, pour s'approvisionner en denrées alimentaires ", déclare Radhia, souriante.
Dehors, les éleveurs d'ovins guident leurs troupeaux, vers les pâturages voisins ou la forêt de proximité. Le calme n'est interrompu que par le bêlement des moutons.
Même, à l'intérieur des demeures, les bruits ne s'entendent pas. Seules les fumées qui serpentent des cheminées, annoncent le commencement d'une nouvelle journée pleine de diverses tâches ménagères pour les femmes au foyer.
Connectés et déconnectés !
En dépit de l'infrastructure, qui fait cruellement, défaut au village, les familles ici n'ont rien à envier aux habitants des villes. Elles disposent presque toutes, de téléviseurs, de cuisinières et d'autres commodités et appareils électroménagers, apportés, souvent, par des membres de la famille, immigrés.
Les jeunes, bien que chômeurs, pour la plupart, ont leurs téléphones portables. Ils sont connectés à Internet. C'est comme ça qu'ils suivent l'évolution de la pandémie du coronavirus et réagissent, avec humour, face à la panique qui règne actuellement.
"Nous sommes passés par des épreuves plus dures, ce virus ne peut plus nous vaincre ", plaisante Ali, jeune employé de la fonction publique, revenu avec sa famille se confiner chez ses parents.
Pour les plus grands, bien qu'ils soient informés du nombre toujours en hausse des personnes contaminées à Tunis, ils persistent dans le déni. A chaque tentative de les convaincre du danger, ils se réfèrent au Coran, et répètent rassurés, "Rien ne nous atteindra, en dehors de ce qu'Allah a déjà prescrit pour nous".
Pour d'autres, longtemps séparés de leurs enfants qui travaillent, dans les grandes villes, c'est une opportunité pour les retrouvailles de famille."Nous sommes, enfin, tous réunis, à quoi pourrai-je aspirer d'autre ? ", s'interroge, content, Salah, grand-père.
La beauté de la nature ne cache pourtant, pas la précarité. Au village, les champs de blé, d'avoine et d'orge, d'un vert magnifique, commencent à mûrir. Le couvert végétal aux alentours des champs, est garni de plantes et de fleurs sauvages de toutes les couleurs, rouges, jaunes, bleues, violettes, roses…
Les photos postées par des confinés à la campagne, sur Facebook, font réagir beaucoup d'internautes enfermés eux, entre " quatre murs ". "Quelle chance vous avez ! On vous envie ", écrit la majorité sur les réseaux sociaux.
Un village parmi des centaines…
Mais, dans le village de Mrira, en dépit de la beauté de la nature, l'angoisse d'être privés, à tout moment, des denrées de base, finit par gagner les habitants pendant cette période de crise. Le seul épicier, Gaddour, qui approvisionne le village, doit se déplacer à Haidra, éloignée d'environ 13 kilomètres, pour faire ses emplettes. Ses courses dépendent de la météo.
L'hiver est une rude épreuve pour les campagnards, à chaque fois que la pluie tombe, l'état déplorable de la route ne permet à aucun véhicule de rouler. Les coupures d'électricité sont très fréquentes et l'approvisionnement en eau potable nécessite des sacrifices. Sortir dans la journée, par un froid glacial, ou un soleil de plomb pour chercher, à dos d'âne l'eau prés d'un point lointain, aménagé par l'Etat, n'est pas toujours une tâche facile.
Le village n'étant encore pas raccordé au réseau de la SONEDE, les familles sont contraintes parfois d'acheter de l'eau, de la plus proche ville, pour la verser dans des réservoirs construits près de leurs maisons. D'ailleurs, " Mrira ", n'est pas le seul village qui manque d'eau et d'autres services publics.
En Tunisie, environ un million de personnes vivant près des forêts se trouvent dans des conditions identiques.
En ces temps d'angoisse globalisée, ceux-ci se sentent, pour une fois, privilégiés et presque à l'abri de cette épidémie redoutable. Leur contact direct avec la nature est le meilleur avantage obtenu, alors que tout au long de l'année, les dures conditions de vie, la précarité et la pauvreté incitent bon nombre d'entre eux, surtout parmi les jeunes à quitter ces zones, à la recherche de l'eldorado perdu. (Par Meriem Khadhraoui – Agence TAP).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.