Tunisie : Bachr Chebbi présente ses excuses au gouverneur de Tunisie et à son épouse    CAN 2021 – Gr A : Où regarder les matches de la J03 ce lundi ?    Par Emna Chatty : Moi, tout simplement    Saïed, Taboubi, manifestations … Les 5 infos du weekend    CAN 2021 – Gr E : Le champion d'Afrique est tombé de haut !!    Tunisie-Ministère de la Santé : Réunion sur les préparatifs pour lutter contre la propagation rapide du Coronavirus    Tunisie : Coupure de gaz dans ces zones demain, lundi    Secousse tellurique à Gafsa    À Sfax, le Covid-19 continue de se propager rapidement    Maltraité, l'artiste Saja demande la récupération de ses tableaux du pavillon tunisien à l'Expo Dubai    Gr F / Tunisie – Mauritanie : les formations de départ    Tunisie-coronavirus : L'association des parents pour le protocole sanitaire dans les écoles    Le Gouvernement allemand œuvre pour la promotion du tourisme durable en Tunisie    Kasserine: Saisie de 12,5 tonnes de semoule [Photos]    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    Football : La CAN Cameroun en images    Ooredoo s'allie à Fujifilm et lance une solution digitale d'impression photo    CAN 2021 — Groupe f —2e journée : Tunisie-Mauritanie (17h00): De la hargne s'il vous plaît !    MEMOIRE: Mohamed HADIDANE    Pourquoi: L'éclairage public    FARK: Riadh SIALA    Consultation nationale: La plateforme électronique e-istichara.tn opérationnelle    Ils ont dit    CAN (2e journée): les matches de ce dimanche    Regrettable et désolant    Covid-19: Fermeture de 122 établissements scolaires et 373 classes    Météo: Stabilité de la plupart des indicateurs météorologiques    Dégradation continue de la note souveraine de la Tunisie: Comment renverser la vapeur ?    Mes odyssées en Méditerranée : Le faux comte sicilien, Pepito Abatino, et la star Joséphine Baker    «The Wasteland» d'Ahmad Bahrami: Une expérience sensorielle    Hosni Zouaoui, ancien milieu défensif du CAB: «Je ne crois qu'au mérite»    L'Omicron, un vent contraire limité et temporaire pour l'économie mondiale    Abdelaziz Kacem: Saveur et savoir, même étymologie    Tunisie-Ministère de l'Intérieur : Appel à témoins contre un élément takifiriste    Tunisie : Les organisations nationales condamnent la "répression policière" lors des manifestations d'hier    Tunisie-vidéo : Kais Saied reçoit Noureddine Taboubi    Scandaleux : Le correspondant d'un journal français frappé par des policiers le14 janvier    Frappé par des policiers Tunisiens, un journaliste français à la clinique    Du 1er au 10 janvier 2022, les recettes touristiques ont crû de 19%    Baisse de 5,5% de la production d'œufs de consommation en 2021    Semaine boursière : Le Tunindex reprend des couleurs mais l'inertie se poursuit    Meurtre du caporal Saïd Ghozlani : Des peines allant de 32 ans de prison à la condamnation à mort    La France met en garde contre un risque d'attentat élevé en Tunisie    L' Ukraine victime d'une grosse cyberattaque visant ses sites gouvernementaux    Tahar Bekri: Abdelwahhab Meddeb et la relecture de l'héritage culturel arabo-musulman    Le grand poète tunisien Noureddine Sammoud est décédé    Noureddine Sammoud n'est plus    " Streams " de Mehdi Hmili dans les salles tunisiennes à partir du 19 janvier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Moutons disponibles et Prix abordables
A quelques jours de l'Aïd El Idha
Publié dans Le Temps le 05 - 12 - 2008

A l'approche de l'Aïd El Idha, les prix des moutons qui ont flambé, il y a une quinzaine de jours, ont brusquement chuté, à la joie de ceux qui n'ont pas encore acheté leur "Dhahia" comme Salah I, employé dans une usine.
«D'expérience, je n'achète le mouton qu'à une journée de la fête de l'Aïd quand les "jallabas" voulant se débarrasser de leurs troupeaux bazardent et acceptent "aimablement" de marchander avec l'acheteur. Et c'est le consommateur qui en profite », disait-il, contrairement à Sayed. F, infirmier de profession : "J'ai acheté mon mouton depuis voilà deux semaines à 250 dinars. Je lui achète foin et luzerne et je laisse l'entretien de la bête aux enfants... le prix je m'en fous. Quand on a des enfants on ne compte plus," estimait-il.
Brahim B. par contre disait : "Aucun mouton ne fût à mon goût jusque-là. Ces bêtes sont soit efflanquées soit engraissées... la nourriture de ces dernières est à base de pain dûr... et leur viande n'est pas bon pour "le méchoui". D'ailleurs, je compte me rendre demain au rif, pour acheter un mouton... en plein pâturage" disait-il en souriant.

Pourquoi les prix ont-ils flambé au début ?
Ce sont les "gacharas" qui furent à l'origine de la montée des prix des moutons. Ces derniers savaient d'avance que les éleveurs désiraient fourguer leurs troupeaux quels que soient les prix... la nourriture du cheptel constitue, en effet, le casse-tête de tous les éleveurs après deux années caractérisées par une faible pluviométrie qui n'a pas favorisé la poussée d'une végétation suffisante pour des centaines de milliers de bêtes dans la région. "Je ne suis pas prêt pour dépenser encore... je garde les femelles et je vends le restant du troupeau quitte à ne pas couvrir toutes mes dépenses" reconnaît un éleveur de la région de Kairouan. Notons que ce gouvernorat occupe la première place dans l'élevage ovin avec plus de 400 000 femelles ovines... et approvisionne outre la région, les autres gouvernorats de moutons et de caprins.
La direction régionale du commerce et de l'artisanat a recensé en collaboration avec les services du commissariat régional au développement agricole plus de 75 000 têtes ovines provenant des éleveurs (71 741 têtes) des sociétés de développement agricoles (1223 têtes) et de l'OTD (office des terres domaniales) (697 moutons). Soit le 1/10 du nombre de têtes ovines qui ont approvisionné les marchés du pays.

Ceux qui amassent des fortunes
Aiguiseurs de couteaux, des charbonniers vendeurs de foin ont depuis deux semaines installé leurs étalages pour répondre aux besoins des consommateurs. Ces derniers préfèrent les meules artisanales pour aiguiser leurs couteaux, le charbon d'olivier pour griller la viande et la luzerne pour nourrir leurs moutons.
Ils sont nombreux ces mandarins dans les différents marchés de bétails. Ils sont là pour détrousser, acheteurs, éleveurs et "Jallabas".
Jeudi dernier, un de ces jallabas discutant le prix d'un mouton proposé par un type alluré a oublié qu'un voleur s'est emparé d'un de ses moutons, et disparu dans la nature... des scènes de ce genre sont courantes ces derniers jours dans la ville et même sur les bords de nos routes où sont exposés des troupeaux de moutons à la vente.
Comme chaque année des milliers de moutons et une grande quantité de viande des denrées alimentaires, des vêtements et des couvertures seront à l'occasion distribués aux familles démunies...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.