Photo du jour – Escalope de dinde à 19,5 Dt le kilo : Holdings et rentiers, 1 – gouvernement 0    Bizerte abrite la 4ème édition du Forum mondial de la mer, les 24 et 25 septembre    Match FC Barcelona vs Grenade : chaines qui diffusent le match du 20 septembre de la Liga    L'ATB sélectionnée par le projet SAWI pour renforcer sa diversité genre    JCC 2021 : Liste des films tunisiens sélectionnés pour les compétitions officielles    Béja: Les enseignants vacataires organisent un mouvement de protestation [Vidéo]    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 20 Septembre 2021 à 11H00    "Streams" de Mehdi Hmili en compétition officielle du FIFF de Namur et de La Mostra de Valencia en Espagne    UTAP: Des oliviers meurent de soif    Comment le Tunisie a su se hisser au 3e rang des pays innovants dans le secteur industriel en Afrique    Opération blanche des forces de sécurité dans l'un des hôtels de Gammarth    Lotfi Zitoun répond à Nouresddine Bhiri- La liberté ne peut coexister avec le besoin    Mohamed Ali Boughdiri : L'UGTT veut que le processus du 25-Juillet réussisse    Rafik Abdessalem : La cote de popularité de Kaïs Saïed est en baisse en raison du coup d'Etat    Tunisie-Daily brief du 20 septembre 2021: Les mesures du 25 juillet à l'origine de 2 manifestations à Tunis    Journée mondiale sans voiture : La SNCFT réduit de 50% les prix des abonnements    Ministère de l'Education- Protestations suite aux agressions perpétrées à l'encontre des ouvriers    I Watch appelle à la protection des lanceurs d'alerte    La Libye annonce la reprise de ses vols vers la Tunisie    Ons Jabeur 17ème mondiale    Moncef Marzouki : Etant novice, les Egyptiens se sont moqués de Saïed, faisant perdre des milliers d'emplois à la Tunisie !    Forte augmentation du nombre des nuitées en août 2021 dans la zone touristique Tabarka-Aïn Draham    De 2009 à 2019, la fabrication d'équipements électriques a créé 47 000 emplois privés en Tunisie    Othman Jerandi participe à New York à la la 76e session de l'Assemblée générale des Nations unies    "Les cours particuliers sont le responsable de la baisse du niveau du système éducatif", dénoncent les parents d'élèves    Les délégués du gouvernorat de Tunis se penchent sur la saison des pluies    Le syndicat de l'enseignement secondaire s'oppose à une circulaire de l'Education    Le Collectif Soumoud monte au créneau pour réclamer la réforme politique    UE Med : Il est nécessaire de préserver la démocratie et l'Etat de droit en Tunisie    30 auteurs au Congrès des écrivains de langue française à Tunis    Bilan Covid-19 : 472 nouveaux cas et 17 décès le 18 septembre    25 ème anniversaire des Prix Littéraires COMAR D'OR : Les romans primés en langue française    Tunisie – Les pays du sud de l'UE appellent à préserver la démocratie et à accélérer la mise en place d'un gouvernement compétent    PSG vs OL : Liens streaming pour regarder le match    Juventus vs AC Milan en direct et live streaming : Comment regarder le match ?    Arrestation des deux derniers prisonniers palestiniens évadés récemment    Foot-Europe: le programme du jour    Tunisie – Une vague sans précédant de migration qui ne manque pas de rappeler les « menaces » de Ghannouchi    Monde-Daily brief du 17 septembre 2021: L'Italie rend obligatoire le pass sanitaire pour tous les travailleurs    Evasions Sonores: Performances artistiques live par Oussama Menchaoui et Dawan    Appel à films pour présenter la candidature de la Tunisie à l'"Oscar du meilleur film international"    Le film "Une histoire d'amour et de désir" dans les salles tunisiennes à partir du 29 septembre    Le musée de Bardo fermé depuis le 25 juillet 2021    Pêcheurs tunisiens interpellés par les garde-côtes libyens : Le ministère de la Défense rappelle la réglementation    Comment comprendre les prochaines élections en Allemagne et quel impact sur la Tunisie du départ d'Angela Merkel    Cinq enseignements à tirer de l'abominable gestion américaine de la tragédie afghane    Gilles Kepel - Vingt ans après : du 11 septembre à la chute de Kaboul    Tunisie : Un séisme d'une magnitude de 3,7 degrés enregistré à Ouled Haffouz    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



[TRIBUNE] Un désastre monétaire : Que fait la BCT, s'interroge Ezzeddine Saïdane
Publié dans WMC actualités le 04 - 08 - 2021

Voici le message que m'a adressé un banquier de la place tard dans la soirée hier:
«Le trésor fait des émissions hebdomadaires qui sont tout de suite rachetées par la Banque Centrale. C'est un désastre monétaire».
Déchiffrons un peu. Le trésor, c'est à dire l'Etat emprunte chaque semaine des sommes colossales aux banques tunisiennes émettant des BTC, c'est à dire des bons de trésor à court terme (3 mois). Mais les banques ne disposant pas des montants empruntés par l'Etat. Simple, la BCT rachète aux banques les BTC en question en leur laissant une petite marge bénéficiaire au passage.
Un vrai désastre monétaire. La planche à billets fonctionne à fond la caisse.
J'avais publié il y a quelques jours un statut avec comme titre «LA PLANCHE À BILLETS SE DECHAÎNE DE NOUVEAU». Là, la planche à billets s'emballe littéralement.
Le 23 juillet 2021 la Tunisie devait rembourser un crédit de 500 millions de Dollars qui comportait la garantie des Etats Unis. Ce crédit a été «remboursé» d'une manière inédite, de la pire des manières. En effet le 22 juillet l'Etat a emprunté aux banques tunisiennes , sous forme de BTC sur 3 mois, la somme de 1,4 milliard de Dinars à 6,52%. Mais comme les banques ne disposaient pas des montants prêtés à l'Etat, la BCT rachète ces mêmes BTC en faisant tourner la planche à billets. En somme l'Etat rembourse un crédit sur 7 ans assorti d'un taux d'intérêt de 2,5% par un autre crédit sur 3 mois assorti d'un taux d'intérêt de 6,52% !!!
Pour payer les salaires de la fonction publique, l'Etat et la BCT procèdent de la même manière.
Le marché financier international le sait évidemment et réagit d'une manière violente. Le Lundi 26 juillet au matin les obligations représentatives de la dette extérieure tunisienne chutent brutalement. À titre d'exemple une obligation représentant une dette de 100 Dollars sur la Tunisie était vendue à 85 Dollars. Soit une perte de 15% pour le détenteur de l'obligation qui a prêté à la Tunisie. En d'autres termes ceci veut dire que la Tunisie ne peut plus, oui ne peut plus rien emprunter au marché financier international. C'est pour cela aussi que la notation souveraine de la Tunisie n'arrête pas de chuter.
L'échéance du 5 août: 500 millions de Dollars est «payée» de la même manière.
La BCT contourne allègrement la loi. En effet la loi interdit à la BCT de prêter directement à l'Etat ou à souscrire directement des BTC ou des BTA (Bons de Trésor Assimilables) émis par l'Etat. Qu'à cela ne tienne la BCT fait souscrire les BTC (ou BTA) par les banques tunisiennes et les leur rachète le même jour (Moussa el Haj et Haj Moussa, vous savez). S'agit-il là d'un contournement ou peut-être même d'un détournement de la loi. Il s'agit sûrement d'un désastre monétaire porteur de déséquilibres graves.
Par ces discours devant l'ARP, et surtout depuis novembre 2020 à l'occasion de la discussion de la loi des finances complémentaire 2020, le Gouverneur de la BCT voulait nous faire croire qu'il était le champion, l'apôtre de l'orthodoxie et de la rigueur monétaire.
La BCT avait refusé d'injecter des liquidités au moment où il le fallait, c.a.d. au moment du confinement général et du confinement ciblé. C'est à dire au moment où la Tunisie risquait de perdre des milliers d'entreprises et des milliers d'emplois et de voir son économie sombrer dans une récession sans précédent
Il disait, et je reprends ses termes, «je refuse d'ouvrir la vanne». Ah bon. Et qu'est-ce que vous faites là Monsieur le Gouverneur. Vous aviez souvent dit à nos chers députés «je ne veux discuter qu'avec vous». Maintenant qu'ils ne sont plus là, je vois que vous ne discutez plus, car vous n'avez plus le temps. Vous êtes en effet occupé à faire tourner la planche à billets à plein régime. La BCT avait refusé d'injecter des liquidités au moment où il le fallait, c.a.d. au moment du confinement général et du confinement ciblé. C'est à dire au moment où la Tunisie risquait de perdre des milliers d'entreprises et des milliers d'emplois et de voir son économie sombrer dans une récession sans précédent.
Elle avait refusé de le faire alors que le risque de regain de l'inflation était minime, voire inexistant (nous avions expliqué cela dans des statuts précédents). Le prétexte de la BCT était que sa mission était de combattre l'inflation.
Par cette gestion catastrophique de la politique monétaire nous avons comme résultat une récession profonde, la perte de milliers d'entreprises, la perte de milliers d'emplois et, cerise sur le gâteau (empoisonné) nous avons L'INFLATION.
Près de 20% des portefeuilles de crédits des banques tunisiennes (et donc de risque) sont des prêts à l'Etat tunisien
En plus de tout cela, il se passe quelque chose de très grave que la BCT ne mentionne jamais. Et pourtant la question est au cœur de son rôle de supervision du système bancaire. Près de 20% des portefeuilles de crédits des banques tunisiennes (et donc de risque) sont des prêts à l'Etat tunisien. Il s'agit d'une concentration de risque sans précédent qui a déjà mis à genoux d'autres pays. L'agence de notation Moody's en parle clairement dans un de ses rapports publiés il y a quelques mois. Moody's a même essayé de calculer le risque d'une telle situation sur les fonds propres des banques.
En clair ceci veut dire que:
1- la BCT a fini par ouvrir la vanne;
2- la BCT (avec son conseil d'administration) contourne la loi;
3- la BCT accepte de faire prendre au système bancaire et financier des risques excessifs;
4- la BCT est loin, très loin d'être le champion de la rigueur monétaire;
5- les banques tunisiennes ne savent pas / ne peuvent pas dire NON même lorsqu'il s'agit de prendre des risques démesurés pensant, à tort, que le risque de l'Etat est un risque «zéro».
Un vrai désastre monétaire, un vrai gâchis. Ils ont mis le feu (de l'inflation) à mon pays.
Ezzeddine Saidane


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.