Tunisie-Rafik Abdessalam : " Voilà ce qu'il faut faire maintenant »    Tunisie : Ouverture de la 22ème édition des Journées Théâtrales de Carthage ce samedi    Football : Où regarder les matches de vendredi ?    Ennahdha hausse le ton et tire à boulets rouges sur Kaïs Saïed    Infos Bourse – La STIP fait accroitre fortement ses bénéfices    Le Mondial des Clubs exclusivement sur cette chaîne …    Examen en conseil des ministres de projets de décrets à caractère économique    France : Nouvelles conditions d'accès depuis la Tunisie    Tunisie – Saïed : Bientôt l'annonce des mesures qu'attend le peuple    Kaïs Saïed et Noureddine Taboubi rattrapés par la réalité socioéconomique du pays    La Tunisie présente une plateforme géospatiale pour une évaluation des informations alimentaires    New York : Le siège de l'ONU fermé après qu'un homme armé ait été aperçu à l'extérieur    Libye : VIDEO: Scènes de liesse populaire après la réhabilitation de Seif El Islam aux élections    Tunisie : Vers la restauration, la numérisation et de la revalorisation de la cinémathèque de Gammarth    FIFA Arab Cup – EN : Deux formations probables contre la Syrie !    CTN | Report de la desserte Tunis-Gênes du vendredi 3 décembre au samedi 4 décembre 2021    Les OGM : un ancien débat toujours d'actualité    Libye-Présidentielle : Seïf al-Islam Kadhafi revient dans la course électorale    L'Omicron était déjà présent en Europe avant la cascade de restrictions visant l'Afrique?    Noureddine Ben Ticha : La situation actuelle nécessite une certaine rapidité    La Tunisie cherchait à acheter jusqu'à 175 000 tonnes de blé tendre    " Vues sur les arts" 2021 : Retour sur le cinéma de la nouvelle vague à l'ouverture    Tunisie : Najla Bouden rencontre Arnaud Peral    Productivité : Une centaine d'entreprises tunisiennes ont bénéficié du projet Kaizen    IACE : Tayeb Bayahi demande à la chef du gouvernement de soutenir les entreprises    Décès du photographe Mokdad Chaouachi    Ligue 2 : désignation des arbitres de la 4e journée    Première mondiale de la pièce de théâtre "l-Medea" de Sulayman Al-Bassam aux JTC 2021    Tébourba submergée par les ordures : Appel à la dissolution du conseil municipal    Twitter interdit le partage des photos et vidéos sans le consentement du propriétaire    Tunisie – Accidents de la route: Plus de 900 décès recensés en 2021    Ben Mbarek: Kais Saied fait partie du problème et non de la solution    Grève de la SNCFT: Nous n'avons pas réclamé des augmentations salariales, assurent les employés    Mövenpick Hotel du Lac Tunis célèbre Noël et les fêtes de fin d'année du 5 au 26 décembre 2021    En marge de la première sortie probante du Team Tunisie: Les vertus du pressing haut    La Mauritanie n'a pas fait le poids devant la Tunisie: Comme dans du beurre !    NEWS: Msakni de retour à l'Etoile    Riadh Daghfous: La vaccination des enfants dans la balance    Plus de déplacements entre les gouvernorats sans passeport vaccinal ?    Hafedh Boujmil: L'éditeur de l'année    A la galerie « Musk and Amber »: Taher Jaoui ou la peinture-émotion    Première de « Démo » de Moez Gdiri à l'Espace 77: Une œuvre grinçante    Météo | Temps hivernal à partir de ce jeudi soir    Coupe arabe FIFA 2021 :Tunisie, Chikhaoui et Maaloul blessés    Coronavirus Amine Slim : Pas de restrictions de déplacement pour le moment    Space X : Elon Musk menace ses salariés de fermeture    Coronavirus : Première déclaration du PDG de Pfizer concernant ''Omicron''    Ghazi Moalla : Trois personnalités sont les favoris pour l'élection présidentielle libyenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Marouane El Abassi : "L'abaissement de la note souveraine de la Tunisie par Moody's, c'est le prix de l'hésitation et de manque de visibilité"
Publié dans WMC actualités le 22 - 10 - 2021

"L'abaissement de la note souveraine de la Tunisie de B3 à Caa1 par l'agence Moody's, c'est le prix de l'hésitation et de manque de visibilité sur les plans politique et économique ", a souligné, jeudi, le Gouverneur de la Banque centrale de Tunisie (BCT) Marouane El Abassi, lors de la 42ème assemblée générale de la Chambre Tuniso-allemande de l'industrie et du commerce (AHK).
Abassi a indiqué que l'Institut d'émission suit de très prés l'évolution de la note du pays, affirmant que l'incapacité, jusque-là, de parvenir à un accord avec le FMI a accentué ce manque de visibilité, "bien que nous avions été proche d'un accord tout juste avant la chute du gouvernement de Fakhfakh".
Et d'ajouter " j'espère que les choses puissent bouger avec le nouveau gouvernement avec lequel nous sommes déjà en discussion sur un document conforme aux normes du FMI. Si nous arrivons à avoir un accord avec le FMI, le plus tôt possible, je pense que cela nous permettra de faire baisser les tensions et de revenir à une certaine normalité ".
Pour dissiper les doutes des principaux partenaires financiers, le gouverneur pense qu'il faut aussi réussir à boucler le budget 2021 et à avoir une visibilité pour 2022.
avec le FMI, la Tunisie n'est pas dans une logique d'ajustement structurel. Le fonds demande juste que les tunisiens se mettent d'accord sur un certain nombre de réformes nécessaires, déjà connues depuis un certain temps
" Sur ce plan, des efforts sont en cours pour mobiliser des financements bilatéraux et j'espère qu'on arrivera à avoir ces financements qui permettront de conforter le marché et de commencer l'année 2022 sur des conditions normales ".
Le gouverneur a, également, souligné "qu'avec le FMI, la Tunisie n'est pas dans une logique d'ajustement structurel. Le fonds demande juste que les tunisiens se mettent d'accord sur un certain nombre de réformes nécessaires, déjà connues depuis un certain temps".
La volatilité du taux de change dépendra de la capacité de rétablir le commerce extérieur
Interrogé sur les possibles évolutions du taux de change, le gouverneur a indiqué que "pour éviter une volatilité du taux de change, il faut revenir à un commerce extérieur beaucoup plus performant, basé sur la compétitivité".
un changement radical est plus que jamais nécessaire au niveau du port de Radès. Les délais de séjour actuels des conteneurs dans ce port sont inacceptables
Pour ce faire, El Abassi estime qu'il faut réussir à engager des PPP réussis mais surtout à gérer plus efficacement la question logistique. Ainsi, un changement radical est plus que jamais nécessaire au niveau du port de Radès. Les délais de séjour actuels des conteneurs dans ce port sont inacceptables".
Régime de change : Vers un "toilettage" des circulaires qui posent problème
Evoquant la question du régime de change en Tunisie, El Abassi a fait savoir que "la BCT a intégré la question du code de change et des opérations de change dans le cadre des discussions avec le FMI".
Et de poursuivre "ce n'était pas évident pour la BCT de demander à ce que les opérations de change ou le code de change soient intégrés dans le cadre des discussions avec le FMI, avec les conditionnalités du FMI, mais nous l'avons fait et nous sommes en train d'avancer grâce à une assistance technique du Fonds monétaire. Une fois un accord est conclu avec ce Fonds, nous allons être capables d'avancer sur cette question.
Les réformes structurelles du régime de change vont être progressivement implémentées au cours des trois prochaines années
Beaucoup de circulaires vont être touchés et il y aura un "toilettage" entier des circulaires qui posent problème aujourd'hui ".
"Les réformes structurelles du régime de change vont être progressivement implémentées au cours des trois prochaines années", a-t-il encore souligné, poursuivant " qu'aujourd'hui, les conditions macro-économiques ne permettent pas d'aborder la question de la convertibilité du dinar.
Il faut faire vraiment très attention et il faut savoir que, paradoxalement aux critiques qui nous sont souvent adressées concernant notre régime de change, l'évaluation internationale a prouvé que nous sommes en train de procéder correctement.
les banques sont "challengées", au niveau extérieur comme intérieur, par les néo-banques, les établissements de paiement, le e-banking et elles vont devoir changer, si elles veulent rester dans la concurrence
Le système bancaire doit être capable de remporter les challenges liés à la digitalisation
Au sujet de la compétitivité du secteur bancaire, le gouverneur a rappelé que "beaucoup a été entrepris au cours des 10 dernières années au niveau de la BCT en termes de supervision bancaire, de règles prudentielles, de lutte contre le blanchiment d'argent…
En 10 ans, les seules réformes qui ont pu être mises en place sont celles relatives au secteur financier et bancaire, mais cela a été fait avec beaucoup de retard. On aurait dû initier ces réformes, depuis plus de 20 ans".
"Et même la restructuration des banques publiques aurait dû être faite beaucoup plus tôt et précédé par une restructuration des entreprises publiques", souligne encore le gouverneur, estimant "qu'aujourd'hui, les banques sont "challengées", au niveau extérieur comme intérieur, par les néo-banques, les établissements de paiement, le e-banking et elles vont devoir changer, si elles veulent rester dans la concurrence" a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.