Tunisie – L'inflation grimpe à 9.1%… Comme partout dans le monde    Analyse : La Tunisie parmi les pays exposés au risque d'insoutenabilité de la dette    Hand – Championnat d'Afrique des clubs : Le CA en force et qualifié devant le Zamalek    Hand – Championnat d'Afrique des clubs : Programme des quarts de finale    UEFA CL : Les résultats complets de la soirée de mercredi    Redmi A1+ : un smartphone des plus abordables de la marque Xiaomi    Kaïs Saïed, conseil supérieur des armées, André Parant… Les 5 infos de la journée    Le Groupe BNA signe des conventions de partenariat avec le SPOT    Football | La CAF suspend l'entraîneur tunisien Rafik M'hamdi    USA : Un mensonge d'Etat, Biden relance "le mur de la honte"    Tunisie : Création d'un tribunal pour la résolution des conflits sportifs    Crise énergétique et énergies renouvelables : la Tunisie rate encore une transition    Signature d'un accord de partenariat entre Mattel et Huawei    Rached Ghannouchi ou l'arnaque politique de la Tunisie    Béja: Négociations entre le ministère de l'Education et la fédération générale de l'éducation de base (Vidéo)    Ukraine : il n'aurait pas 6000 mais 9000 têtes nucléaires, le patron de la CIA avertit    Les journalistes organiseront un rassemblement à la place de La Kasbah    La Tunisie accueille le forum Africain du LIONS CLUBS International    La nouvelle Première ministre britannique: ''Je suis très sioniste''    Coronavirus – Vaccination : Plus de 69 mille personnes ont reçu quatre doses    OPPO dévoile les trois matchs les plus inspirants de la UEFA, tels que votés des fans    L'ambassadeur de France: Je suis optimiste pour l'avenir de la Tunisie    Soutien aux femmes d'Iran : des artistes se coupent les cheveux en direct sur instagram    Mali, Burkina Faso… : Poutine pactise avec Goïta, l'Occident a un problème de plus    Vidéo : Un rappeur russe de 27 ans se suicide pour échapper à la mobilisation en Ukraine    Crash d'un avion militaire au Mali: le bilan s'alourdit    Leila Hadded : Les parrainages se vendent à 10 dinars    L'Ugtt face à l'approche d'un imminent accord avec le FMI : Pas de chèque en blanc pour le gouvernement    Candidatez pour la 5ème saison d'Orange Fab, accélérateur corporate de start-up d'Orange Tunisie    Recette : Recette assida zgougou de maman    Kasserine : Deuxième taux d'analphabétisme le plus élevé sur le plan national    Pourquoi | Profiter du changement climatique    Bientôt à la Galerie Kalysté : Hamda Dniden raconte Sidi Bou Saïd    «The Transformation of Silence» de Héla Ammar et Souad Mani à la Chapelle de Saint-Monique à Carthage : Mémoires, archives et traces    37e édition du festival international du film francophone de Namur : Du réel à l'abstrait    Tennis- Open Jasmin Monastir : Résultats des rencontres disputées mardi 04 octobre 2022    Olfa Hamdi appelle au report des élections (Live)    WTA Open des Jasmins : Ons Jabeur qualifiée en 8e de finale, les moments forts (vidéo)    Saisie de 1900 kilos de pâte dissimulés dans une étable pour l'élevage des moutons    Danses lascives et tenues dénudées : le festival de la Fête du Mouled s'excuse    Tunisie: La production nationale de médicaments couvre 75% des besoins    1er forum Afrique-France de la transition écologique et énergétique | Des enjeux et des solutions    Météo en Tunisie : Des pluies attendues l'après-midi sur le centre, le sud et le nord ouest    L'UBCI Partenaire Officiel de l'extended sessions de Jazz à Carthage    JCC 2022 : Des films restaurés et inédits de la fin des années 60 dans le focus Palestine    L'Union islamique des avocats accuse la Faculté de Sciences juridiques de "propager" l'homosexualité    Zarzis | Affluence des africains subsahariens : La situation risque de dégénérer    L'insupportable arrogance des Occidentaux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



S'habiller fripe, s'habiller chic
Publié dans WMC actualités le 26 - 06 - 2006

Au début la Hafsia, temple de la friperie, était fréquentée surtout par les pauvres. Aujourd'hui les riches l'envahissent à la recherche des griffes.

De plus en plus de femmes riches qui pourraient se vêtir dans des boutiques de luxe choisissent aujourd'hui la fripe pour s'habiller. Une tendance qui est apparue il y a quelques années et qui s'affirme maintenant comme un véritable phénomène de société. Pourquoi s'habiller fripe quand on peut s'habiller chic ?

Rencontre avec quelques vendeurs et quelques femmes pour tenter de comprendre.
"Le profil de la clientèle a changé. On voit de plus en plus de femmes tirées à quatre épingles"
" Hé, femme, venez voir, tout est signé, trois dinars le body, trois dinars le pantalon ! "
"Les cinq à un dinar, occasion à ne pas rater !! " Avant même de pénétrer sur la place d'el Hafsia, on les entend déjà, les vendeurs de fripe. Installés au milieu de la vaste place, ils tiennent chacun un " stand " en fait une simple table sur laquelle s'entassent pêle- mêle sacs à dos, sacs à mains, pantalons, lingerie, chaussures, vêtements d'enfants, chemises, vestes ... Bref, tout ce qui se porte se vend ici.
El Hafsia est l'une des fripes les plus fréquentées de Tunis, et s'il y a quelques temps la clientèle était plutôt désargentée, on y aperçoit aujourd'hui de plus en plus des femmes aisées. D'autres fripes, dans plusieurs quartiers de la capitale, sont également de plus en plus visitées par cette classe huppée.
Quelques hommes mais surtout beaucoup de femmes fouillent les stands dans l'espoir de dénicher la perle rare, l'habit qui sied. Autour de la place, une vingtaine de boutiques plus chic sont installées, elles aussi vendent des vêtements bon marché. Aux plafonds sont accrochés des pantalons, des vestes et des chemises qui paraissent propres et soigneusement repassés. "Moi j'ai même une cabine d'essayage aux normes de sécurité", dit fièrement Moncef Talbi, l'un des propriétaires des lieux, qui constate : "Le profil de la clientèle a changé. On voit de plus en plus de femmes tirées à quatre épingles et c'est chez moi qu'elles viennent le plus facilement à cause du confort de la cabine d'essayage!". Mohamed, un jeune vendeur de chaussures, qui possède une grande "nasba", autrement dit un "tas" de chaussures confirme: " Des BMW et des Mercedes se garent juste à côté, dans les ruelles d'El Hafsia, surtout le dimanche, lors de l'ouverture des nouvelles balles. Des femmes habillées de vêtements de marque et des bijoux de valeur font de plus en plus partie de ma clientèle... Et elles ne sont pas faciles ! Elles marchandent inlassablement", ajoute-t-il en souriant.
"Je m'habille tout en fripe"
Une jeune femme blonde, habillée en jean et veste de cuir, les yeux cachés derrière ses lunettes de soleil s'approche pour regarder une paire de chaussures. "Je fréquente le coin, mais ça ne regarde que moi", admet-elle du bout des lèvres. Presque honteuse, comme si on la prenait en faute, elle s'éloigne d'un pas rapide.
Une autre femme, pantalon marron sur mesure, pull et gilet vert pistache, elle, vient ici par plaisir. Elle se dirige vers un tas de chemisiers au centre de la place. Elle en prend un, l'examine minutieusement comme si elle voulait s'assurer qu'il n'y a pas le moindre défaut : "je m'habille tout en fripe", affirme-t-elle en montrant ses chaussures, son pantalon, son pull, son gilet et même le foulard qu'elle porte noué autour du cou : " je travaille dans le coin et je n'ai qu'une demi-heure de pause, mais j'en profite pour venir ici. Même si je n'achète pas quelque chose tous les jours ça me délasse".
"Ce que je cherche c'est la qualité du produit... et les grandes marques"
Il est 13 heures. Une jeune fille gare sa Peugeot 206 et se dirige directement vers "la nasba" de lingerie. Elle porte un body et une jupe gitane, une veste cuir courte et des bottes, elle est chic elle aussi. La demoiselle salue le vendeur qui semble bien la connaître et commence à fouiller comme une habituée, rapidement, sans pour autant négliger de jeter un coup d'oeil sur l'étiquette : "Ce que je cherche ici, avoue-t-elle, c'est la qualité du produit. Ce sont de grandes marques : ETAM, SLOOGI.. on les trouve à quatre dinars. Ailleurs ce n'est pas possible", précise la jeune fille sans interrompre son tri, comme si elle ne voulait pas perdre une seule minute. "En plus, lorsque je porte un pull ou des chaussures que j'achète d'ici, je suis presque sûre que je ne verrais personne d'autre porter les mêmes!"
Elle se dirige vers un tas de pantalons en jean et continue à examiner méticuleusement chaque pièce:"Ca n'a jamais été une question de prix, en ce qui me concerne et ça ne me dérange pas de dire que je suis une mordue de la fripe parce que je croise souvent des amies qui traînent ici comme moi !", ajoute-t-elle en souriant.
Il est 13 heures 30, place d'El Hafsia."Trois dinars le body, trois dinars le pantalon !
Les voix des vendeurs n'ont pas cessé de vanter les produits. Depuis quelques temps, ils sont de plus en plus nombreux à venir s'installer sur la place. Et à faire de bonnes affaires. Tout comme leurs riches clientes.
Aîcha Ferjani (L'Atelier n°2)
CAPJC


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.