Tunisie – L'inflation grimpe à 9.1%… Comme partout dans le monde    Analyse : La Tunisie parmi les pays exposés au risque d'insoutenabilité de la dette    Hand – Championnat d'Afrique des clubs : Le CA en force et qualifié devant le Zamalek    Hand – Championnat d'Afrique des clubs : Programme des quarts de finale    UEFA CL : Les résultats complets de la soirée de mercredi    Redmi A1+ : un smartphone des plus abordables de la marque Xiaomi    Kaïs Saïed, conseil supérieur des armées, André Parant… Les 5 infos de la journée    Le Groupe BNA signe des conventions de partenariat avec le SPOT    Football | La CAF suspend l'entraîneur tunisien Rafik M'hamdi    USA : Un mensonge d'Etat, Biden relance "le mur de la honte"    Tunisie : Création d'un tribunal pour la résolution des conflits sportifs    Crise énergétique et énergies renouvelables : la Tunisie rate encore une transition    Signature d'un accord de partenariat entre Mattel et Huawei    Rached Ghannouchi ou l'arnaque politique de la Tunisie    Béja: Négociations entre le ministère de l'Education et la fédération générale de l'éducation de base (Vidéo)    Ukraine : il n'aurait pas 6000 mais 9000 têtes nucléaires, le patron de la CIA avertit    Les journalistes organiseront un rassemblement à la place de La Kasbah    La Tunisie accueille le forum Africain du LIONS CLUBS International    La nouvelle Première ministre britannique: ''Je suis très sioniste''    Coronavirus – Vaccination : Plus de 69 mille personnes ont reçu quatre doses    OPPO dévoile les trois matchs les plus inspirants de la UEFA, tels que votés des fans    L'ambassadeur de France: Je suis optimiste pour l'avenir de la Tunisie    Soutien aux femmes d'Iran : des artistes se coupent les cheveux en direct sur instagram    Mali, Burkina Faso… : Poutine pactise avec Goïta, l'Occident a un problème de plus    Vidéo : Un rappeur russe de 27 ans se suicide pour échapper à la mobilisation en Ukraine    Crash d'un avion militaire au Mali: le bilan s'alourdit    Leila Hadded : Les parrainages se vendent à 10 dinars    L'Ugtt face à l'approche d'un imminent accord avec le FMI : Pas de chèque en blanc pour le gouvernement    Candidatez pour la 5ème saison d'Orange Fab, accélérateur corporate de start-up d'Orange Tunisie    Recette : Recette assida zgougou de maman    Kasserine : Deuxième taux d'analphabétisme le plus élevé sur le plan national    Pourquoi | Profiter du changement climatique    Bientôt à la Galerie Kalysté : Hamda Dniden raconte Sidi Bou Saïd    «The Transformation of Silence» de Héla Ammar et Souad Mani à la Chapelle de Saint-Monique à Carthage : Mémoires, archives et traces    37e édition du festival international du film francophone de Namur : Du réel à l'abstrait    Tennis- Open Jasmin Monastir : Résultats des rencontres disputées mardi 04 octobre 2022    Olfa Hamdi appelle au report des élections (Live)    WTA Open des Jasmins : Ons Jabeur qualifiée en 8e de finale, les moments forts (vidéo)    Saisie de 1900 kilos de pâte dissimulés dans une étable pour l'élevage des moutons    Danses lascives et tenues dénudées : le festival de la Fête du Mouled s'excuse    Tunisie: La production nationale de médicaments couvre 75% des besoins    1er forum Afrique-France de la transition écologique et énergétique | Des enjeux et des solutions    Météo en Tunisie : Des pluies attendues l'après-midi sur le centre, le sud et le nord ouest    L'UBCI Partenaire Officiel de l'extended sessions de Jazz à Carthage    JCC 2022 : Des films restaurés et inédits de la fin des années 60 dans le focus Palestine    L'Union islamique des avocats accuse la Faculté de Sciences juridiques de "propager" l'homosexualité    Zarzis | Affluence des africains subsahariens : La situation risque de dégénérer    L'insupportable arrogance des Occidentaux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le shopping décontracté des riches et des moins riches
Phénomène d'époque - La fripe
Publié dans Le Temps le 19 - 12 - 2010

C'est bien connu : la fripe est un sport national pour une majorité de Tunisiens, les femmes en tête… Jadis destinée aux personnes à revenu modeste, la fripe est aujourd'hui une sorte de shopping décontracté qui attire les riches et les moins riches. Jadis confinée au quartier d'El Hafsia et à Mellassine, elle s'est étendue au fil des années aux quartiers populaires et aux banlieues aisées, se retrouvant à Ibn Khaldoun, à la cité Ezzouhour, mais aussi à Ezzahra ou à l'Ariana.
Visite guidée dans un univers coloré, où les rapports humains oscillent entre commerce normal, profits excessifs et concurrence déloyale…
La collecte des déchets de textiles se fait en Europe et aux Etats-Unis grâce à des circuits d'organisations caritatives et à des entreprises d'insertion, qui collectent en porte-à-porte les textiles usagés chez les particuliers ou auprès des collectivités mettant à la disposition de la population des points d'apport volontaire.
Une filière complexe
Après la collecte et le tri, les textiles sont orientés vers diverses filières : la friperie permet la réutilisation de vêtements d'occasion en bon état qui sont exportés vers les pays en voie de développement. Il y a ensuite l'essuyage industriel où on produit des chiffons à partir de vêtements devenus importables, l'effilochage, qui permet de fabriquer de nouvelles fibres qui seront tissées, utilisées pour le rembourrage de sièges ou comme isolant. Il y a enfin les textiles inutilisables, qui sont mêlés à du bois et à du carton et qui serviront à fabriquer des matériaux d'isolation.
La friperie c'est le 1/4 des habits en Afrique et selon des données fournies par les Nations-Unies, le chiffre d'affaires de ce secteur dépasse un milliard de dollars par an dans le monde. En Tunisie, la majorité des vêtements, chaussures et autres gants, casquettes ou jouets proviennent d'Europe, alors que l'Afrique noire et certains pays d'Asie reçoivent leur fripe des USA. Ce secteur profite surtout aux consommateurs démunis et à quelques chefs d'entreprises qui accumulent de gros profits, avec peu d'investissements.
Ce qui a changé aujourd'hui, c'est la surenchère provoquée par la friperie de luxe. Une notion à priori paradoxale pour un secteur pauvre, mais qui devient florissant à cause de certaines clientes qui cherchent « des pièces uniques, signées… ». La concurrence est rude entre ceux qui peuvent acheter des « balles normales » et ceux qui misent sur des vêtements de luxe, qu'ils vendront à plusieurs dizaines de dinars, dans des boutiques qui ont pignon sur rue et qui occupent souvent des emplacements stratégiques. Et il n'y a qu'à se promener sur l'avenue de la Liberté pour constater ce phénomène.
Aujourd'hui acheter ses vêtements à la friperie est loin d'être un signe de pauvreté, c'est même devenu une tendance et certaines femmes s'en vantent ! Le pire c'est que ces boutiques n'annoncent pas clairement que les vêtements proposés sont usagés, induisant les clients en erreur… Car il y a des catégories bien distinctes dans la marchandise, selon un vendeur qui est dans ce métier depuis plus de quinze ans : « la friperie de luxe, où on propose des habits de marque, de vêtements signés, voire jamais utilisés, qui sont revendus après avoir été lavés et repassés et les autres, usés, râpés, délavés, mal coupés… »
Concurrence déloyale
Un propriétaire d'usine textile a évoqué un problème important et qui n'a toujours pas trouvé de solution, malgré les nombreuses réclamations : « je veux bien que des gens de condition modeste s'habillent à la fripe, mais aujourd'hui, ce commerce s'impose comme un vrai concurrent pour nos usines de textile. Et le problème touche aussi les gérants des boutiques de prêt-à-porter. Mais personne ne veut prendre en compte nos problèmes avec la friperie de luxe, qui nous cause beaucoup de tort. »
Et à l'opposé, il y a la vraie fripe, celle qui est à la portée de toutes les bourses. Des prix défiant toute concurrence, pour une qualité variable, allant des vêtements peu portés, aux habits usagés, à peine dignes de servir de chiffons aux mécaniciens, qui essuient avec les taches d'huile pendant leur travail. Ce qui attire les clientes, au-delà des prix, c'est la recherche de la pièce unique.
Les témoignages sont nombreux et variés. Salem, fonctionnaire, avoue « fréquenter les boutiques de la fripe est une nécessité absolue, car entre loyer et dépenses du ménage, il ne reste pas grand-chose du salaire… ». Les plus heureux sont les parents d'enfants en bas âge, comme cette dame de trente ans qui déclare : « ma fille grandit très vite et je n'ai pas les moyens de lui acheter des grenouillères tous les mois. Ici, les habits d'enfants dépassent rarement un dinar… ».
Quant à Samia, jeune secrétaire dans le secteur privé : « je suis devenue accro à la fripe car je voyais mes collègues filles arriver avec des pulls et des pantalons très chics à des prix dérisoires, alors que moi je mettais la moitié de mon salaire dans les fringues ! Alors je les ai accompagnées et j'ai appris les techniques de recherche… Aujourd'hui, il m'arrive même de revendre certains articles avec un petit bénéfice ».
Un médecin interrogé suite aux remarques de certains clients, qui ont évoqué des problèmes de santé causés par la fripe, surtout les chaussures, répond sans détours : « il est vrai que certains vêtements mal lavés peuvent provoquer des maladies de la peau. Le pire reste le fait de porter des chaussures sans les nettoyer en profondeur, car on nous a rapporté le cas d'atteintes cutanées avec des champignons, des allergies, des mycoses… Il faut donc être prudent ».
Il faudrait donc se pencher sérieusement sur ce secteur et trouver des solutions adéquates aux divers problèmes qui se posent. Car il est anormal que des spéculateurs accaparent les meilleurs vêtements et les revendent à des prix irréels, entraînant une hausse des prix généralisée…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.