Tunisie – Fitch Ratings abaisse la perspective de la Tunisie à négative    Ligue des champions : Le CS Sfaxien dévoile sa liste pour son premier match    Tunisie – Après coup, l'ONAS avertit contre l'ouverture des bouches d'égout    Tunisie – AUDIO : Le ministre de l'économie a commis une faute grave en induisant sciemment en erreur les députés ?    Tunisie – Sept décès au covid en une journée à Nabeul    Tunizi, le dataset pour comprendre le dialecte tunisien    Le marché boursier termine la séance sur une note quasi-stable    Une étude analytique de 86 textes de loi sur l'approche du genre, recommande l'élimination de la discrimination entre les sexes sur les lieux de travail    Contre les insultes à l'ARP, Hassouna Nasfi propose une motion    Pour Taoufik Hasnaoui, la diplomatie tunisienne vit une crise    Le groupe PDL présente un projet de motion pour classant les Frères Musulmans, organisation terroriste    Le médicament de la langue bleue sera disponible l'année prochaine    Epson désigne des «chasseurs d'idées reçues» pour déconstruire les mythes sur les imprimantes Jet d'Encre    Méchichi va-t-il céder au chantage de « son matelas » ?    «J'allais faire une véritable révolution au sein de l'administration pour la moderniser»    Pandémie, allégement de la dette et lutte pour le climat, en débat    Huit morts dans des tirs de roquettes    Les terribles conditions de vie des réfugiés éthiopiens    Le court métrage "A moitié d'âme" propose une image qui interpelle le cœur dans une société où l'argent est le maître du monde    Le Tunisien Ali Bennaceur, dans l'interview souvenir de Diego Maradona    Les musulmans doivent respecter les lois ou ''quitter la France''    Le ministre des Finances nous a induit en erreur, déclare Heykel Mekki    Tunisie : Kais Saïed remet les lettres de créances à quatre nouveaux ambassadeurs tunisiens    Accusations échangées entre deux magistrats : L'ordre judiciaire se réunit mardi    Les journalistes entament une série de mouvements de protestation    Arwa Mrad hisse le drapeau tunisien au sommet le plus haut d'Afrique    Intempéries : Interruption de la circulation sur certaines routes    Des participants au dialogue libyen auraient reçu des pots-de-vin, l'ONU mène l'enquête    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 23 Novembre 2020 à 11H00    Voici les prix des vaccins anti-Covid-19    Ali Abbès nommé chef du contentieux de l'Etat Tunisienne    La pandémie, une opportunité pour l'e-recrutement !    Tunisie [Vidéo]: Pénurie de gaz, rassemblement de protestation des taxis à Sfax    FIFA : Ahmad Ahmad suspendu pour 5 ans    En vidéo, Enfin une nouvelle chanson pour la diva Amina Fakhet    Grand-Tunis | Reprise des cinq prières dans les mosquées à partir d'aujourd'hui    Tunisie-Météo : Pluies orageuses sur la plupart des régions    Mes odyssées en Méditerranée | Siciliens de Tunisie – les Ciscardi : De la Sicile à la Tunisie, la route de l'espoir...    Fadhel Jaziri à La Presse : «Notre politique culturelle n'est plus articulée sur un marché»    Les indiscrétions d'Elyssa    Par Amine Ben Gamra : La Tunisie face à un risque systémique majeur causé par la crise sanitaire    Tunisie : Les journalistes portent les brassards rouges ,à partir d'aujourd'hui, pour défendre leurs droits    D'un sport à l'autre    France: Nicolas Sarkozy jugé pour corruption et trafic d'influence    Votes d'outre-tombe*, ou, quand les morts comptent triple**    Nouvel ouvrage de Sahraoui Gamaoun sur l'histoire et le patrimoine de sa ville natale Akouda    "Non à la Démolition", une campagne artistique virtuelle pour sauvegarder le bâtiment de l'Hôtel du Lac à Tunis    Gastronomie: "Couscous" et "Charfiya " vers l'inscription au patrimoine immatériel de l'humanité de l'UNESCO    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le gouvernement de minuit
Publié dans Business News le 25 - 08 - 2020

C'est aux environs de minuit que Hichem Mechichi, pris par les délais constitutionnels, a annoncé la composition de son gouvernement. Sans surprises et sans émotions, il a proposé une équipe faite en majorité de profils dépourvus de dimension politique. Aussi aseptisée que puisse être la composition proposée, il est quand même difficile de cacher l'empreinte du président de la République.

C'est aujourd'hui, 25 août 2020, que la composition gouvernementale devait être annoncée. En cause, une mauvaise lecture du texte constitutionnel et un mauvais calcul. Résultat des courses : branlebas de combat en fin de soirée du 24 août pour préparer, aussi vite que possible, une conférence de presse et une rencontre avec le président de la République pour lui remettre la liste. Comme à chaque fois, ce sont les journalistes qui ont payé le prix de cette improvisation et de cette incompétence. Il a fallu organiser une conférence de presse et inviter les médias à se rendre à Dar Dhiafa pour une intervention annoncée à 22h30. C'est seulement aux environs de minuit que Hichem Mechichi est apparu derrière le pupitre pour annoncer une liste fuitée quelques minutes auparavant. Avec le mépris pour les journalistes qui a caractérisé ses rares interventions, aucune question n'a été tolérée et on a fait poiroter les journalistes pendant des heures pour leur communiquer une liste en quelques minutes et partir. Un communiqué aurait tout aussi bien fait l'affaire.

C'est donc une composition gouvernementale bien policée et bien propre sur elle que Hichem Mechichi a présenté dans sa conférence de presse nocturne. Une composition restreinte de 28 ministres et secrétaires d'Etat dont huit femmes, un ministre à besoins spécifiques et un ministre de couleur. Une intention et une innovation tout à fait louable même s'il aurait été possible d'assurer une présence plus substantielle à la femme dans ce gouvernement. Mais au moins, Hichem Mechichi n'avait pris aucun engagement sur la question. Son gouvernement de « compétences indépendantes » se heurte depuis son annonce aux difficultés de la définition exacte de ces deux critères. La présence de certains noms dans cette liste est difficile à comprendre si l'on analyse à travers les ornières de la compétence et de l'indépendance. Le ministre auprès du chef du Gouvernement chargé des relations avec l'ARP, Ali Hafsi, ne s'est pas illustré par une coordination sans faille entre le gouvernement Fakhfakh et l'ARP. C'est plutôt l'inverse, car l'assemblée a plus souvent été une foire d'empoigne entre élus et gouvernement. En plus, il était, jusqu'à ces derniers jours, secrétaire général de Nidaa Tounes. Le retrouver reconduit, d'un gouvernement politique comme celui d'Elyes Fakhfakh, à un gouvernement de « compétences indépendantes », sonne comme une fausse note, indépendamment de la valeur intrinsèque de la personne.
Ceci n'empêche pas que de réelles compétences existent dans cette liste dont notamment Fadhel Kraïem, proposé aux TIC, Moez Chakchouk, proposé au Transport et à la Logistique, Habib Ammar, proposé au Tourisme, Akissa Bahri, proposée à l'Agriculture et d'autres encore.

On retrouve également une certaine touche présidentielle dans cette composition gouvernementale. Sans aller jusqu'à parler de gouvernement du président comme le font plusieurs partis politiques, il est tout de même notable que le président a joué un rôle. D'abord, dans les deux postes relevant directement de sa compétence (les Affaires étrangères et la Défense, ndlr), le président a placé son conseiller diplomatique, Othman Jerandi, qui reprend un poste convoité et qu'il avait déjà occupé. A la Défense, c'est un enseignant universitaire, Brahim Bertégi, qui est choisi. Un universitaire spécialisé en droit public et en droit administratif et un ancien collègue de Kaïs Saïed. Il a été directeur du département de droit public à la Faculté des Sciences Juridiques, Politiques et Sociales de Tunis.
Mais les affinités présidentielles ne s'arrêtent pas là, puisque l'avocat proposé au ministère de l'Intérieur, Taoufik Charfeddine, était aussi le coordinateur de la campagne de Kaïs Saïed à Sousse. Pourtant, ce dernier avait promis sur les colonnes de Acharaâ Al Magharibi qu'il ne récompenserait pas ses troupes… Même le ministre de la Justice, Mohamed Boussetta, compterait parmi les amis du chef de l'Etat. Donc, il parait clair que la présidence de la République a eu la main sur le processus de nomination et de sélection des ministres, particulièrement ceux appelés à prendre les ministères de souveraineté.
Hichem Mechichi a également fait quelques concessions à l'UGTT, en vue de la rentrée difficile qui l'attend particulièrement sur le plan social. C'est dans ce cadre que rentre la proposition de Mohamed Trabelsi aux Affaires sociales, poste qu'il avait déjà occupé en employant ses excellentes relations avec la centrale syndicale.

Le gouvernement présenté par Hichem Mechichi comporte également des modifications structurelles dans les structures des portefeuilles. Le plus notable de ces changements se trouve au niveau économique avec la création d'un pôle comprenant l'économie, les finances et le soutien à l'investissement, sous la houlette de Ali Kooli. Il sera épaulé par un secrétaire d'Etat chargé des Finances publiques et de l'Investissement en la personne de Khalil Chtourou. Il n'y aura plus, ainsi, de ministère dédié au développement, à l'investissement et à la coopération internationale, le célèbre MDiCi. Cette réorganisation en pôle pour l'économie est une modification souhaitée et préconisée par un certain nombre d'experts économiques qui soutiennent qu'elle permettra une plus grande efficacité et moins de dispersion dans la gestion de la chose économique. On notera également le portefeuille de l'intégration professionnelle, anciennement celui de l'emploi et de la formation professionnelle, au ministère de la Jeunesse et des Sports, sous la houlette de Kamel Deguiche. La migration et les Tunisiens à l'étranger retrouvent également de l'intérêt dans la nomination du ministère des Affaires étrangères.

Aussi séduisante que puisse paraitre cette composition, il est clair que Hichem Mechichi a dû faire des concessions, principalement à la présidence de la République. Ce n'est pas le résultat d'un choix souverain et fièrement claironné comme celui des « compétences indépendantes ». La main de Kaïs Saïed et de son cabinet est clairement visible, avec celle de l'UGTT. Ce constat ne fera que renforcer les partis politiques dominants (Ennahdha, Attayar, Qalb Tounes, Al Karama) dans leur croyance qu'il s'agit là d'un gouvernement du président dont la formation s'est faite sans eux. Une politique du fait accompli qui ne fera que les conforter dans leur choix de ne pas accorder leur confiance à l'équipe de Hichem Mechichi. Les partis politiques risquent de ne pas pardonner pas à Hichem Mechichi, et derrière lui à Kaïs Saïed, cette mise à l'écart forcée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.