Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine : Voici la proposition d'Othman Jerandi    Opportunités : Des hommes d'affaires tunisiens prospectent les marchés kenyan et ougandais    Météo | Températures en légère hausse ce samedi    Tunisie : Les intentions d'investissement accusent une baisse de 20%    Tunisie : Leila Jaffel crée une équipe pour le suivi des activités des directions régionales de la justice    Ephéméride – 4 décembre 2012 : Les Ligues de protection de la révolution attaquent le siège de l'UGTT    UGTT : Commémoration du 69e anniversaire de l'assassinat de Hached    Tourki : l'INLUCC infiltrée et politisée depuis 2017    Coupe arabe FIFA 2021 | Tunisie-Syrie (0-2): La grande désillusion des aigles de Carthage    Le pass vaccinal sera obligatoire dans les établissements universitaires    Tunisie-Covid : Quatre morts en une journée    Tunisair : Mise à jour des conditions de déplacement vers le Canada    Tunisie Télécom accompagne la Tunis Fashion Week    Omicron, diplomatie, déficit budgétaire… Les 5 infos de la journée    Football : Où regarder Dortmund – Bayern et Roma – Inter ce samedi ?    Infos bourse – Le titre Essoukna baisse considérablement    Tourisme | Le réseau français « Selectour » tient son 11ème congrès en Tunisie    Importantes précisions du ministère de l'enseignement supérieur concernant le pass vaccinal    Ce dimanche, accès gratuit aux musées, monuments et sites historiques    Coupe Arabe : Qatar s'offre Oman dans une fin de match à suspense    Tunisie : Malek Ezzahi plusieurs recrutements des personnes handicapées dans la fonction publique    L'ancien patron de l'athlétisme mondial, le Sénégalais Lamine Diack n'est plus    Coupe Arabe : le Bahreïn et l'Irak se neutralisent    Abir Moussi : Le gouverneur de Gafsa était parmi les agresseurs du 31 mars 2019    Les Gouverneurs des Banques centrales de la Tunisie, du Maroc et de l'Egypte insistent sur l'importance de la coordination entre la politique monétaire et budgétaire    Candidature au Conseil de paix et de sécurité de l'UA Précisions de la diplomatie tunisienne    Macron dans le Golfe : De très gros chèques et une sacrée revanche sur Biden    Aux Galerie « XYZ » et TGM Gallery : La Grenade exposée sous toutes ses coutures et l'Ecole de Tunis haute en couleurs    NEWS: Mounir Rached affine son effectif    Marché de fin d'année 2021 aux villages artisanaux d'Ezzahra et Hammam-lif    COMAR — inauguration du village Marathon à Tunis: Tout est fin prêt    Témoignage : Le patient industriel tunisien en mort cérébrale !    Programme de la Cinémathèque Tunisienne du 29 novembre au 5 décembre: La Palestine à travers ses cinéastes    Pour célébrer la fête de la Révolution et au lieu du 14 janvier: Kaïs Saïed décrète le 17 décembre jour férié    Des catamarans ''fabriqués en Tunisie'' interdits d'export, par la Tunisie    Dialogues éphémères: Variations grecques sur la prière pour la pluie    Taboubi s'excuse auprès de Bouden    Tunisie : Baisse du déficit budgétaire à fin septembre    Tunisie : Ouverture de la 22ème édition des Journées Théâtrales de Carthage ce samedi    New York : Le siège de l'ONU fermé après qu'un homme armé ait été aperçu à l'extérieur    Libye : VIDEO: Scènes de liesse populaire après la réhabilitation de Seif El Islam aux élections    Tunisie : Vers la restauration, la numérisation et de la revalorisation de la cinémathèque de Gammarth    L'Omicron était déjà présent en Europe avant la cascade de restrictions visant l'Afrique?    La Tunisie cherchait à acheter jusqu'à 175 000 tonnes de blé tendre    Première mondiale de la pièce de théâtre "l-Medea" de Sulayman Al-Bassam aux JTC 2021    Space X : Elon Musk menace ses salariés de fermeture    Coronavirus : Première déclaration du PDG de Pfizer concernant ''Omicron''    Ghazi Moalla : Trois personnalités sont les favoris pour l'élection présidentielle libyenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Justice vaincra !
Publié dans Business News le 14 - 07 - 2021

Paix aux âmes de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi et de tous les martyrs qui ont donné leurs vies pour une Tunisie meilleure. Dans une atmosphère grisâtre et étouffante, la lueur est venue de la décision du conseil de l'ordre judiciaire de suspendre Béchir Akremi et de déférer son affaire devant le ministère public.

La justice suivra son cours, tôt ou tard, et il est temps que le cas Béchir Akremi soit examiné avec soin. Cette victoire est le résultat des efforts et de l'abnégation du comité de défense des martyrs Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi. Ennahdha et ses caciques ont tout tenté pour faire taire ce comité. Il a été accusé d'être politisé, de perturber le travail de la justice, d'appartenir à une extrême gauche qui souhaite éradiquer les islamistes et bien d'autres choses. Mais au final, leur travail de fourmi, pour rassembler les données et en faire une lecture claire pour l'opinion publique tunisienne a fini par payer.
A lire également
Comité de défense des martyrs Belaïd et Brahmi : Ghannouchi intervient pour sauver Akremi
L'ancien juge d'instruction du bureau n°13 qui avait en charge l'affaire de l'assassinat de Chokri Belaïd finira par payer le prix de ses méfaits. Celui que le comité qualifie de « terroriste infiltré dans la justice tunisienne » devra répondre de ses actes de dissimulation de PV d'affaires terroristes, de la non-saisie de la voiture qui a servi au meurtre de Chokri Belaïd, de son insistance pour consulter les écoutes effectuées par la brigade anti-terroriste de la Garde nationale de l'Aouina ou du fait de leur avoir demandé de réduire le nombre d'arrestations. Tout cela provient du rapport de l'inspection du ministère de la Justice, qui a longtemps regardé les agissements de ce juge sans bouger. La protection politique fournie par Ennahdha n'a pas résisté face à des faits flagrants de mauvaise foi et de manipulation. Béchir Akremi a tenté de noyer l'affaire du martyr Chokri Belaïd entre autres, il a déployé des trésors d'ingéniosité pour disperser les preuves et les indices, et il en a été récompensé par des promotions. A chaque fois qu'un ministre de la Justice s'intéressait au cas de Béchir Akremi, Ennahdha trouvait le moyen d'opérer un remaniement et de virer le ministre, comme ce fût le cas avec Mohamed Boussetta. Grâce aux efforts de Imen Gzara, Ridha Raddaoui, Abdennasser Laâouini et d'autres, cette mascarade a pris fin et Béchir Akremi devra aller défendre son cas devant le parquet.

Comme la justice finira toujours par vaincre, le parti Ennahdha devra également rendre des comptes sur la protection fournie à Béchir Akremi. Les réunions du Conseil supérieur de la magistrature ou celles du conseil de l'ordre judiciaire ont été le théâtre d'interventions et de pressions qui visaient, toutes, à protéger le poulain d'Ennahdha. La relation entre Akremi et Ennahdha est une illustration flagrante de l'ingérence de la politique dans la justice. Mais ce n'est qu'une illustration parmi beaucoup d'autres.
A lire également
Affaire Béchir Akremi, 6268 dossiers de crimes terroristes enterrés !
Le nom de Taïeb Rached, président de la cour de cassation, revient souvent lorsqu'on évoque celui de Béchir Akremi. Une guerre entre les deux magistrats a fait rage et a participé à faire éclater le scandale. Le conflit entre les deux juges daterait de quelques années. Des divergences auraient éclaté entre Taïeb Rached et Béchir Akremi au sujet des dossiers de l'assassinat de Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi et l'affaire de l'homme d'affaires Chafik Jarraya. Taïeb Rached était alors procureur général près la Cour d'appel de Tunis et Béchir Akremi, procureur de la République près du Tribunal de première instance de Tunis. Les accusations dont fait l'objet le plus haut magistrat du pays ne sont pas anodines, non plus. Lui aussi bénéficie d'un certain soutien politique, même si, avec le temps, ce soutien est devenu de plus en plus faible. On n'est pas toujours au pouvoir, et la gifle des élections de 2019 a été difficile à encaisser. Donc la protection politique d'hier ne tient plus aujourd'hui. Il finira, lui aussi, par répondre de ses actes et il finira par comparaitre devant une juridiction compétente. Taïeb Rached est accusé d'enrichissement illicite et de malversation.
Plusieurs voix de puristes se sont désolées du fait que ces d'affaires soient débattues et analysées sur la place publique. Beaucoup, parfois de bonne foi, se sont inquiétés de voir des révélations judiciaires capitales se faire dans le cadre de conférences de presse ou des documents confidentiels publiés et partagés sur les réseaux sociaux. Mais, aux grands maux les grands moyens, surtout du point de vue du comité de défense des martyrs Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi. Que faire quand le juge est complice, quand il utilise tous les moyens possibles, y compris illégaux, pour ne pas prendre en compte les éléments apportés par la défense? Quand il détruit méthodiquement l'affaire en la scindant en plusieurs dossiers par exemple ? La seule solution est de prendre à témoin l'opinion publique. Il faut absolument lire les extraits publiés par le comité de défense pour se rendre compte de la profondeur du mal et de la perfidie de ses auteurs.

C'est une utopie de croire qu'il peut y avoir une transition démocratique ou un développement économique sain sans une justice impartiale et indépendante. Au-delà des cas flagrants de Béchir Akremi ou de Taïeb Rached, il existe des scandales de moindre envergure mais tout aussi graves dans la magistrature tunisienne. Toutefois, il existe aussi des hommes et des femmes de bonne foi, dotés d'un courage impressionnant et d'une détermination sans failles, qui finiront par avoir la main sur la justice.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.