Que risque Rached Khiari ?    France: Les ambassadeurs de la Tunisie et l'Italie discutent la relance du tourisme    Médenine-Coronavirus : Une situation épidémiologique préoccupante    Inde-Coronavirus : Nouveau record quotidien de victimes!    Tunisie – Covid19 : Pourquoi refusent-ils d'accélérer la vaccination ?    Coupe de la CAF : L'Etoile du Sahel éliminée, le CS Sfaxien en quarts    Dans un marché déserté, la bourse de Tunis récupère timidement ses pertes    Assurances Maghrebia : Chiffre d'affaires en hausse de 12,81% au 1er trimestre 2021    « Mahdia, chroniques d'une ville heureuse », le récit enchanteur de Alya Hamza    Prolongation de la validité des certificats de visite technique    Ministère des Finances Facilitations en faveur des entreprises impactées par la crise du Covid-19    Syrie : Bashar Al-Assad présente sa demande de candidature aux élections présidentielles    Nouveau round FMI-Tunisie : y aurait-il de nouveaux crédits ?    Monde: Daily brief du 21 avril 2021    Afrique : 4,5 millions de cas Covid-19 confirmés    PSG vs Angers: Où regarder le match des quarts de finale de la Coupe de France du 21 avril?    Levée du sit-in des employés de Shems FM    CNRPS : Une application pour payer les cotisations en ligne    Manque de solidarité : Trabelsi fustige les grandes surfaces    Le Synagri fustige la hausse des prix des carburants    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 21 Avril 2021 à 11H00    Arrestation à Mahdia de trois personnes impliquées dans des affaires terroristes    Tunisie – météo : Brouillard local le matin et hausse des températures    Abdelkarim Harouni : Kaïs Saïed est un projet de dictateur !    MEMOIRE : Khalifa BOULAARES EL HERZI    L'ambassadeur Moez Mahmoudi renforce le cabinet du ministre de l'Economie, Ali Kooli    Populisme, accusations sans preuves et discours de bas niveau : Qui mettra fin aux dérapages des députés ?    CONDOLEANCES    Billet | Relais de croissance    Foot-Europe: le programme du jour    Al Ahly (Egypte) – Ali Maaloul entame son programme de réadaptation physique sur le terrain    BCT : Les avoirs en or de la Tunisie s'élèvent à 675 MD, à fin décembre 2020    News | Retour en octobre pour Dahmen    Coupe de la CAF | Salitas-CSS (17h00 à Ouagadougou) : Mettre les bouchées doubles    Foot – Les clubs anglais disent "stop" à la Super League !    Un blessé dans l'explosion d'une mine à Châambi    Un citoyen perd une jambe dans l'explosion d'une mine au Mont Chaâmbi    Dernière minute- Kasserine : Etat de santé du citoyen blessé dans l'explosion d'une mine    Israël : 73 ans d'existence mais que de nuages sur la fête !    Décès du président du Tchad Idriss Déby    Exposition collective «L'espace du dedans, livres d'artistes» à la galerie A. Gorgi : Un médium d'art total    Espace | Vol d'un hélicoptère sur Mars    Mood Talent organise sa 36e édition à Dar El Marsa du 23 au 25 avril    "Covid'Art Espoir" s'engage pour CoviDar    Tunisie : Le mois du patrimoine en ligne du 18 avril au 18 mai    Les indiscrétions d'Elyssa    «Le Cadeau» de Farah Nabulsi: Court simple et très émouvant    Par Henda Haouala – La série TV « Ken ya Makenech » : délicieuse, grave et soignée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Constitution, occasion idoine pour se donner en spectacle ?!
Publié dans Business News le 12 - 01 - 2014

Les dernières séances de l'ANC, consacrées à la discussion et l'adoption de la nouvelle constitution ont connu une recrudescence de la tension entre les députés. Des querelles, des rixes et des prises de bec multiples ont eu lieu entre les députés pour des raisons parfois futiles.
Par moments, les Tunisiens qui suivaient les séances de l'ANC en direct étaient à deux doigts d'assister à des séances de pugilat. Ces scènes désolantes montrent que certains élus ne méritent pas de se trouver sous l'hémicycle, qu'ils occupent leurs sièges actuels par accident, grâce à des mécanismes et à des circonstances particulières qui ont précédé la campagne électorale en 2011. Mais ces scènes de tension ne sont ni inquiétantes, ni inattendues.
En effet, plusieurs indices poussent à croire que ces moments de tension ne sont pas inquiétants. D'abord, parce que les personnes impliquées sont toujours les mêmes et heureusement, elles ne sont pas nombreuses. Les Tunisiens commencent à s'habituer aux écarts de langage et de comportement de certains de leurs députés comme ils se sont habitués à d'autres réactions caricaturales de la part d'autres députés qui, eux aussi, Dieu merci, ne sont pas nombreux. Quant à la majorité des députés de l'ANC, même si on peut leur adresser d'autres reproches, ils gardent dans l'ensemble une attitude respectueuse des lieux et assument leur statut de représentants du peuple.
D'un autre côté, il faut saluer le calme de la présidence de l'ANC qui avait été à plusieurs reprises une source de tension mais qui a gagné en maturité et a œuvré souvent à décrisper l'ambiance et à calmer les esprits. Parfois, le président de séance, se trouve même dans l'obligation de suspendre les débats. Mais ce n'est jamais pour longtemps et la reprise se fait généralement dans le calme.
Il faut avouer aussi que le fait que les séances à l'ANC soient retransmises en direct par la télévision nationale y est pour quelque chose dans ces tensions. Certains élus profitent, en effet, de ce moment de communion avec le peuple pour faire leurs shows et se donner en spectacle. C'est leur manière de communiquer et de faire leur autopromotion auprès de leurs électeurs. Ceci n'est pas spécifique à la Tunisie. Tous les parlements, même dans les pays les plus démocratiques, connaissent des séances plénières houleuses en présence du public et des caméras alors que les rapports entre les députés de tous bords au sein des commissions de travail parlementaires sont cordiaux et fraternels.
Ces moments de tension étaient aussi, attendus et inévitables. L'ANC est composée, il ne faut pas l'oublier, de députés représentants de tendances diverses qui défendent des positions idéologiques, politiques et parfois tactiques opposées. Au fil des 26 mois derniers, et compte tenu des crises répétées vécues par le pays, des manœuvres politiques des uns et des autres, des alliances politiques constantes ou éphémères, les rapports entre les élus de l'ANC se sont détériorés. Après l'assassinat de Mohamed Brahmi et le sit-in du Bardo, la rupture été consommée entre les députés de la troïka et ceux de l'opposition qui ne s'adressaient même plus la parole sauf pour se chamailler et s'injurier donnant aux Tunisiens une piètre image de leur classe politique dans son ensemble.
Le dialogue national, engagé sous la direction du quartette, a permis le retour des représentants de l'opposition à l'hémicycle. Il a même permis de réactiver la commission du consensus qui a certes accompli un travail énorme qui permet aujourd'hui une discussion rapide et sans trop de problèmes des articles de la nouvelle constitution et accélère leur adoption. Mais cette commission ne dispose pas d'une baguette magique pour estamper l'animosité accumulée durant des mois entre les députés. En politique, les citrouilles se transforment rarement, sinon jamais, en carrosses et les crapauds en princes charmants, même si des prestidigitateurs ne se lassent jamais de tenter de nous jouer des tours, nous prendre pour des lapereaux blancs, nous faire avaler des couleuvres et nous miroiter le paradis quand nous vivons l'enfer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.