Le COVID-19 poursuit « paisiblement » son chemin dans les Pays arabes et les met dos au mur – La Libye dépasse la Tunisie    INEDIT ! Les Diamants Free Fire chez Ooredoo    Un avertissement sans frais à Netanyahou    9 nouveaux cas de coronavirus en Tunisie    Tunisie: Association des Femmes Démocrates dénoncent la violence machiste à l'ARP    Augmentation de 81% des mouvements de protestation au mois de juin    Tunisie : 50 tentatives de fraude enregistrées au premier jour du baccalauréat    Tunisie: I-Watch [vidéo]: Fakhfekh n'a tenu qu'une seule de ses promesses originale    En photos : Première sortie officielle de Mme Fakhfakh    Rached Ghannouchi : Nécessité de revoir le modèle de développement actuel    Le télétravail n'est pas l'alternative appropriée pour les plus vulnérables, selon des expertes du FMI    Ligue Europa : le tirage des quarts et demies    BTS Bank : Des résultats exceptionnels qui confirment son statut de Leader dans le financement des très petites entreprises    Khadija Taoufik Moalla - En plein confinement à Hammamet : 10 Recommandations urgentes pour le gouvernement    L'huile d'olive de Téboursouk enregistrée en tant qu'appellation d'origine protégée    Une centrale photovoltaïque flottante aux Berges du Lac de Tunis sera inaugurée en 2021    Saïed reçoit Wassim Dhaouadi, le tunisien classé parmi les 10 jeunes les plus distingués au monde    Algérie : Interdiction de circulation automobile entre 29 wilayas    Tunsie : La Cité de la Culture officiellement baptisée au nom de Chedli Klibi    REMERCIEMENTS ET FARK : Abdelmajid TLEMÇANI    Tunisie: L'ambassadeur de l'Union européenne en visite de courtoisie à l'UTICA à l'occasion de la fin de ses fonctions    REMERCIEMENTS ET 40e JOUR : Maître Naïma BEN ABDALLAH    Elections du CA le 19 juillet : Une liste blindée entre en course    Bloqués à cause du Coronavirus : Les enseignants-chercheurs en détachement lancent un cri de colère    Plan d'activité pour les entreprises : Gérer la continuité    Lancement du nouveau projet du Ballet de l'Opéra de Tunis : «Empreintes dansées» dans les régions    Utopies Visuelles à Sousse (du 10 au 26 juillet 2020) : Une édition en partie digitale    L'Italie débloque plus de 25 millions d'euros pour soutenir la gouvernance locale en Tunisie    Mini-football | Championnat national – Quarts de final : Béni Khiar et Hammamet passent...    EST | Recrutement non-stop : On attend encore un grand nom    L'Italie établit une liste de 13 pays interdits d'accès au territoire pour leur niveau d'infection au Covid-19    Météo: Légère hausse des températures    Le nombre de pays concernés par l'ouverture des frontières avec la Tunisie passe à 129    Real Madrid, coronavirus: Vinicius est bien négatif    Mercato: Salomon Kalou signe à Botafogo    Lancement d'un programme d'accompagnement des femmes actives dans la vie publique locale dans le domaine du leadership    Business infos    Portrait poignant de deux afghanes sous le joug masculin    Mémoires militantes et mots incandescents    Le transfert des archives de Cinéma se poursuivra en 2021    Un Tunisien remporte le 1er prix d'un concours mondial de poésie, Découvrez son poème    Nouveau projet «Bassamat Ebdaaia» : Laboratoire de création    Sfax et son histoire urbaine : Vue plongeante sur l'histoire d'un centre urbain    32 nouveaux décès en France en 24 heures    469 nouveaux cas en Algérie en 24 heures    L'Ocean Viking sur le point de débarquer 180 migrants en Sicile    Plus de 1 000 nouveaux cas en 24 heures    Une étudiante tunisienne active dans le secours des migrants remporte le prix de l'organisation Pro-Asyl-2020    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La République, entre monarchie et anarchie
Publié dans Business News le 24 - 07 - 2018

Demain, mercredi 25 juillet 2018, la Tunisie fêtera le 61ème anniversaire de la République. Une République arrachée au sang des martyrs tombés sous l'occupation et à la force de la détermination des militants qui n'ont reculé devant rien pour récupérer un pays vendu aux Français. Aujourd'hui, l'heure est grave et ce précieux acquis est en souffrance. A force de tiraillements, d'appauvrissement de ses institutions, la République est plus que jamais affaiblie et menacée…

Le 25 juillet 1957, l'assemblée nationale constituante décidait l'abolition de la monarchie et l'instauration de la République. Habib Bourguiba est alors proclamé président de la République de Tunisie et entame avec l'ardeur qu'on lui connait les réformes qui feront du pays la « Suisse de l'Afrique ». Aujourd'hui, 7 ans après la révolution et l'avènement de la deuxième République, la Tunisie touche le fond et contre la liberté d'expression, a perdu tout ce qui a fait d'elle la perle de l'Afrique.

Si l'an dernier, nous assistions à la célébration de la République avec trois présidents souriants et complices. Cette année, les choses ne se passeront certainement pas comme ça. En cause, les intrigues qui secouent la cour du palais de Carthage et la guerre qui oppose le dauphin du chef de l'Etat, Hafedh Caïd Essebsi et son fils spirituel devenu illégitime, Youssef Chahed. Une guerre qui vient s'ajouter à un paysage économique et social dans la tourmente et à un constat édifiant de l'impuissance manifeste des institutions de la République.

Nous avions, à cette même occasion, évoqué l'an dernier la dispersion des pouvoirs et l'incompétence des personnes nommées à des postes de responsabilité. Rien n'a changé depuis, si ce n'est en pire. Avec un exécutif partagé en deux pouvoirs et un parlement de moins en moins crédible, les équilibres et les enjeux politiques priment sur ce qui n'est désormais qu'un slogan : la préservation des intérêts de la nation et donc de la République.

Avec un roi en fin de règne, influençable et vulnérable, tous les espoirs mais aussi tous les coups sont permis. La cour qui gravite autour de Béji Caïd Essebsi est semblable à celle qui a de tout temps accompagné tous les monarques. Divisée en camps soutenant un successeur contre l'autre, elle se livre une guerre sans merci. Entre un Youssef Chahed qui représente pour certains une stabilité politique nécessaire à l'avancement des réformes dans le pays, malgré la réussite relative de son bilan, et un Hafedh Caïd Essebsi pantin exploitable à souhait selon de nombreux observateurs, les cœurs, mais surtout, les intérêts balancent.
Viennent s'ajouter à cela les nombreux blocages dus principalement à l'incapacité du pouvoir législatif à voter des lois et installer définitivement des institutions piliers de la République. Le parlement en a donné l'exemple aujourd'hui en étant incapable d'élire les trois membres restants de la cour constitutionnelle. Pourtant, ce n'est pas le temps qui leur a manqué. Ce qui manque c'est tout simplement la bonne foi. Pris dans le cercle vicieux des tiraillements partisans tous les partis se sont accordés à ne pas se mettre d'accord peu importent les conséquences que cela peut avoir sur le pays. Avidité et égos surdimensionnés obligent ! Les lois elles-mêmes se sont avérées inapplicables car inspirées d'une constitution qui a péché par idéalisme et par précipitation. Encore un motif de blocage.
L'union nationale porteuse de tous les espoirs a fait place à une anarchie qui a mené à l'immobilisme, à l'heure où la Tunisie tire sa dernière cartouche pour se rattraper et retrouver une crédibilité ébranlée surtout par son instabilité politique. De l'Accord de Carthage, à l'Accord de Carthage 2, le chemin a été semé d'embûches. Armés de bâtons, les acteurs politiques bloquent toutes les roues et les discours ne sont plus que de vaines critiques qui ne changent rien à la vie de citoyens éberlués et impuissants. Privés d'eau, privés de lait, privés d'un pouvoir d'achat capable de leur offrir une vie digne, ils sont de plus en plus nombreux à être las des choses de la politique mais la révolte populaire commence à gronder et ne tardera pas à éclater si les choses continuent ainsi.

Ce n'est donc pas sous les meilleurs auspices que la fête de la République sera commémorée en 2018. Car la République n'est désormais que le joli mot qui vient signer une constitution, elle-même achevée dans la douleur, et qui pour nombreux ne veut plus rien dire. Dénuée de ce qui fait sa noblesse et trainée dans la boue, elle survit dans l'amertume des anciens, qui ont connu de près les sacrifices consentis pour la mériter. Pour un pays qui a connu l'occupation et l'oppression, le fait de ne pas protéger cet acquis très chèrement payé, est d'une absurdité affligeante. Heureusement que les commémorations sont là, pour que l'on s'en rappelle au moins une fois par an !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.