L'Amazonie, le poumon qui produit 20% de l'oxygène de la Planète, est en feu !    Tunisie – Amélioration des rentrées du tourisme en devises de 20%    HASSI JERBI les Foulées « marathon » des Flamants roses … que des sensations agréables    Nouvelle composition des blocs parlementaires après la démission de certains députés    La Poste Tunisienne certifiée Masterpass QR    Incendies catastrophiques en Amazonie    Une statue pour rendre hommage à l'artiste défunt Sofiène Chaâri    Festival Carthage 2019 : 5000 livres seront offerts au public en marge du concert de Lotfi Bouchnak    Programme TV du jeudi 22 août    PANDA TOUR    Habib Khedher évoque une guerre des pouvoirs    Collision entre un train et un camion à Fondouk Jedid    Mohamed Ali Chihi – Ambassadeur de Tunisie à Moscou – décoré de la médaille de la Coopération russe    Ennahdha rêve de remporter la Présidentielle dès le 1er tour !    Trois cinéastes Tunisiennes au programme de la 44ème édition du TIFF 2019 du 5 au 15 septembre    Mohamed Khélil : Les Frères musulmans et la phase précédente vécue par le pays sont un point noir dans l'histoire de la Tunis et cela servira de leçon    Tunisie- Saïd El Aydi :” J'ai une double nationalité à laquelle je vais renoncer conformément aux dispositions de la Constitution”    la nouvelle mesure des voitures louées n'est pas respectée    Coupe Arabe des Clubs (Qualifications): le programme de jeudi    Oriflame Tunisie accueille une nouvelle DG, l'une des plus jeunes en Afrique et lance la gamme Love Nature    Tunisie – Météo : Pluies attendues les 22 et 23 août 2019    Lotfi Mraihi: Non! Le président de la République n'est pas le père des Tunisiens    Manifestation contre la dégradation de la qualité du train à Kalâa Kebira    Selma Elloumi : la Tunisienne est toujours au rendez-vous avec l'histoire    Démarrage du Championnat du Monde de Volley-ball à la Salle omnisports du Complexe olympique de Radés    Un cheval de Troie sur votre ordinateur, alerte le site NordVPN    Alain Giresse s'en va – La FTF annonce la résiliation à l'amiable de son contrat !    Daniel Sturridge signe à Trabzonspor (officiel)    Tunisie: Abandon par Youssef Chahed de la nationalité française,ce que Rached Ghannouchi lui a suggéré    Le festival de La Goulette accueille la pièce de théâtre ‘'Juif''    Fin de la cavale du meurtrier de Farès, le jeune serveur tunisien d'origine Djerbienne tué par balles pour un sandwich    La Poste Tunisienne première institution à l'échelle internationale certifiée « Masterpass QR » de MasterCard internationale    Que faire lors d'un vol retarde Brussels Airlines ?    Slah Mosbah aux festivals : programmé à son insu    US Open : Malek Jaziri éliminé dès les qualifications    Les candidats aux élections présidentielles tunisiennes par Noor sur TikTok (Vidéo)    René Trabelsi en visite inopinée dans des unités et restaurants touristiques    Ligue 1 : un changement au programme de la première journée    Rentrée 2019 : Ooredoo lance le paiement des frais de scolarité du primaire par recharge téléphonique    Les Nuits du Musée de Sousse, 8e édition du 21 au 27 août 2019 (Programme)    L'aéroport de Tunis-Carthage ouvre à nouveau ses portes au public dès jeudi 22 août    RECEPTION JEUDI 22 AOUT 2019 À 20H00 MEDIA CENTER DU THEÂTRE ROMAIN DE CARTHAGE    Rendez-vous avec le Grand Gala de l'Opéra Italien au théâtre de Carthage    Le visa Schengen sera désormais plus dur à obtenir    Syrie: Les forces du régime entrent dans une ville clé du nord-ouest du pays    Depuis onze jours, des dizaines de migrants restent bloqués en mer    Libye : L'armée libyenne bombarde la piste de décollage de l'aéroport de Zouara    10 blessés dans l'atterrissage en urgence d'un Airbus sur un champ de maïs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Troïka, amie des terroristes
Publié dans Business News le 20 - 12 - 2018

La raison qui fait que la Tunisie reste l'un des premiers pays alimentant les groupes terroristes en Syrie et en Irak est un mystère. Idem du nombre réel de ces jihadistes tunisiens qui combattent actuellement aux côtés de Daech. Pour y apporter des réponses, plusieurs théories et explications existent. Parmi elles, celles qui pointent « l'instabilité du climat politique post-Ben Ali » mais aussi « le rôle joué par la Troïka ».

Le 10 décembre, une conférence du Washington Institute s'est intéressée au « phénomène des combattants étrangers venant de Tunisie ». Parmi les panélistes, était présent Jacob Walles qui est revenu sur la période où il occupait le poste d'ambassadeur des US en Tunisie, entre 2012 et 2013, à l'époque où le siège de l'ambassade aux Berges du Lac de Tunis avait été pris d'assaut par des terroristes.
Était présent également Aaron Zellin auteur du livre « Your Sons Are At Your Service: Tunisia's Missionaries of Jihad » [Vos enfants sont à votre service : Les missionnaires tunisiens du jihad ». Une étude qui s'est intéressée à l'embrigadement de centaines de jihadistes tunisiens en Syrie et en Irak. Dans son étude, Aaron Zellin explique que durant la période ayant suivi la révolution de 2011, les autorités tunisiennes ont préféré le dialogue à l'oppression ce qui a permis aux groupes radicaux de bénéficier d'une certaine marge de manœuvre et de poursuivre leurs activités sans être dérangés. L'oppression qui a suivi, avec notamment la classification de Ansar Chariâa en tant qu'organisation terroriste, a poussé ces jihadistes à partir combattre à l'étranger et à rejoindre les rangs de ce qui fut appelé par la suite « Etat islamique ».
Aaron Zellin livre par ailleurs un chiffre intéressant dans son étude. Selon lui, les estimations précédemment faites sur le nombre de combattants tunisiens ayant rejoint les zones de conflit ne dépasserait pas les 2900 personnes. « 27.000 personnes ont essayé de rejoindre les combattants mais seulement 2900 ont réellement réussi à le faire », souligne-t-il.

De son côté, Jacob Walles tient une théorie similaire. Dans son intervention, l'ancien ambassadeur accuse les anciens dirigeants de la Troïka de ne pas avoir su agir face à la menace terroriste et d'avoir essayé d'entreprendre un dialogue avec les jihadistes, à l'époque, au lieu d'endiguer le problème. En effet, parmi les facteurs pointés du doigt par Jacob Walles, dans la prolifération du terrorisme en Tunisie, l'ancien ambassadeur explique que « le gouvernement de la Troïka, qui a gouverné le pays entre 2012 et 2013, a initialement toléré les activités jihadistes. Ennahdha a parlé de dialogue avec les jihadistes et a estimé qu'il fallait intégrer ces gens-là dans le système ».
Par ailleurs, Walles a aussi souligné que la situation politique en Tunisie, en pleine transition démocratique, est derrière l'émergence de jihadistes étrangers en provenance de Tunisie mais aussi dans le phénomène de radicalisation constaté dans le pays. L'amnistie de 2011 a permis de libérer plusieurs prisonniers politiques et, parmi eux, d'anciens jihadistes dangereux. En même temps, les importants changements qui ont touché les forces de sécurité après le départ de Ben Ali ont réduit la capacité de l'État à faire face à ces jihadistes. « Ces facteurs ont créé une sorte de tempête qui a permis la formation de groupes extrémistes mais aussi le recrutement et la facilitation de nouvelles personnes pour se rendre en Libye, en Syrie et en Irak et d'organiser des attaques en Tunisie ».


Le 14 septembre 2012, Jacob Walles s'est retrouvé coincé dans le siège de l'ambassade US à Tunis alors que des dizaines de salafistes prenaient d'assaut le bâtiment. Les assaillants se sont introduits à pied au sein du bâtiment, pourtant censé être fortement protégé, y ont allumé le feu et ont hissé leur étendard. A l'époque, face à une situation qui a échappé à tout contrôle, les dirigeants s'étaient mutuellement accusés de laxisme. Moncef Marzouki, président de la République de l'époque, Abdelkrim Zbidi, ancien ministre de la Défense, et Ali Laârayedh, ancien ministre de l'Intérieur étaient tous pointés du doigt.

Toujours selon l'évaluation de Jacob Walles, la riposte du pouvoir entre 2011 et 2015 à la menace terroriste s'est faite en quatre étapes. Entre 2011 et 2012, le pouvoir de l'époque a permis aux partisans de Ansar Chariâa et autres groupuscules radicaux d'exercer leurs activités de manière publique et organisée. Il leur a même été possible, et facilité, d'envoyer leurs combattants au jihad en Syrie étant donné que la lutte contre le régime de Bachar Al Assad avait une dimension populaire largement soutenue par les Tunisiens.
Dans un deuxième temps – entre 2012 et 2014 - les autorités de l'époque s'étaient rendues compte que la situation leur échappait et qu'elles faisaient face à un sérieux problème. C'était suite à l'attaque de l'ambassade US en septembre 2012 et aux deux assassinats politiques contre Belaïd et Brahmi en 2013.
Ce n'est qu'en 2014, sous le gouvernement technocrate de Mehdi Jomâa, que les autorités tunisiennes ont commencé à coordonner leurs efforts avec les Etats-Unis et d'autres partenaires étrangers. La loi anti-terrorisme a été votée au Parlement en 2015 et la lutte contre les mouvements jihadistes s'est révélée plus efficace. Face à cela, les jihadistes tunisiens ont décidé de partir combattre dans d'autres pays comme la Syrie, l'Irak et la Libye, ce qui a coïncidé avec l'ascension de l'Etat islamique (Daech).
La quatrième phase, explique l'ambassadeur, et qui se poursuit encore à l'heure actuelle, a été de s'intéresser au traitement qui devra être réservé à ces combattants une fois de retour en Tunisie. Malgré une nette progression dans le dossier de la lute anti-terroriste, depuis 2012-2013, et le fait que le pays n'ait connu aucun attentat d'ampleur depuis novembre 2015 et l'attaque du bus de la Garde nationale à Tunis le 24 novembre, l'ancien ambassadeur fait remarquer que peu de choses ont réellement été faites en matière d'embrigadement et d'acheminement de terroristes tunisiens vers l'étranger.

« S'il est vrai que le gouvernement est aujourd'hui capable d'identifier les jihadistes revenant en Tunisie, aux postes frontières officiels, il n'a cependant toujours pas de stratégie à suivre une fois qu'ils ont été identifiés, et ses forces de sécurité n'ont pas les moyens de les surveiller. Pendant ce temps là, les prisons surpeuplées du pays restent un terrain fertile pour les jihadistes. Bien que la Tunisie ait bénéficié d'une assistance américaine dans l'administration pénitentiaire, les problèmes d'extrémisme et de sécurité sont étroitement liés à d'autres, d'ordre politique et économique, plus vastes, ce qui rend leur solution particulièrement difficile », conclut Jacob Walles.
Pourtant, en 2012 et 2013, la troïka s'était farouchement défendue des accusations de facilitation des activités des groupes jihadistes. A une époque, les tentes dressées en pleine rue pour convertir les jeunes ne dérangeaient pas le pouvoir. Plus d'une fois, Ali Laârayedh, alors ministre de l'Intérieur, clamait que ces groupes n'avaient pas enfreint la loi pour être arrêtés.
Par ailleurs, quelques années plus tard, une commission d'enquête parlementaire avait été constituée pour déterminer les moyens par lesquels des milliers de jeunes Tunisiens ont été embrigadés et transférés vers les zones de conflit. Aux prises avec des pressions politiques venant de toute part, la commission n'a pas pu réaliser d'avancée substantielle dans ses travaux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.