Tunisie: Le maire du Kram interdit la commercialisation des produits israéliens    Tunisie-Tunisair: Avis aux passagers à destination de l'Allemagne    Le chef du gouvernement participe à un sommet virtuel sur le terrorisme en ligne    La Tunisie poursuit ses contacts pour une mobilisation internationale en faveur de la cause palestinienne    La Tunisie n'a pas sollicité une restructuration ou un allégement de sa dette    Tunisie – Sousse : Pas de décès au covid durant le jour de l'Aïd    Fathi Laayouni interdit la vente de produits israéliens dans la commune du Kram    Hichem Mechichi : La lutte contre la cybercriminalité, un des défis majeurs pour notre pays    Covid-19 | 34 décès et 457 nouvelles contaminations recensés le 13 mai    « La Tunisie n'a pas présenté une demande pour bénéficier du cadre commun du traitement de la dette des pays pauvres »    VIDEO : Afflux de centaines de jordaniens vers la frontière avec la Palestine    Para Athletics – Grand Prix de Nottwil: Walid Ktila remporte la course des 800m et bat son record d'Afrique    Mechichi, ce soir avec Macron, la Première ministre de Nouvelle Zélande, Boris Jhonson et Trudeau en sommet virtuel contre le terrorisme    INS : Augmentation des importations du phosphate de 35,1%    La situation dans les territoires occupés au centre d'un entretien téléphonique entre Ghannouchi et des dirigeants de Hamas    La Tunisie en crise : La diaspora vole à son secours    Chaos sur les routes de la Tunisie à cause de l'ambiguïté des mesures gouvernementales    SNCFT : Reprise, à partir de vendredi, du trafic ferroviaire desservant les grandes lignes    Sonede - Un sabotage à l'origine des perturbations dans la distribution de l'eau potable    Israël abat un palestinien qui allait commettre une attaque au couteau    La régularité des vols Tunisair dépasse les 94%    Hafedh Zouari : L'échange de vœux de l'Aïd entre les trois présidences est un message positif    Après avoir annoncé le contraire, l'armée israélienne nie être entrée dans Gaza    Et pourtant...notre pays est riche en compétences !!    Vrai ou faux Docteur Louzir ?    Origines du Covid-19 : l'hypothèse de l'accident de laboratoire écartée à tort ?    Washington fait appel à l'Egypte et la Tunisie pour désamorcer la crise en Palestine    Mechichi se rend à la salle centrale des opérations au ministère de l'Intérieur    Banque mondiale : Hausse de 2,5% des transferts d'argent vers la Tunisie en 2020    Expatriés : Aissa Laidouni élu joueur de l'année en Hongrie    Le chef du gouvernement annonce une série de mesures au profit des victimes de la pandémie    JO de Tokyo : « Impossible » d'organiser les Jeux, selon un syndicat de médecins japonais    Coupe de Tunisie : on connaît la date du tirage au sort    La récolte de blé 2021 sera meilleure que la précédente, dixit Kraïem    Football : Programme TV de ce jeudi 13 mai 2021    Palestine - Israël: Le fer et par le feu    Chedli Klibi : un an déjà    JO-2020 (TQO) – Basketball : Le Cinq national en stage à partir de lundi à Monastir    Tunisie: Covid-19 : Le chant de l'espoir et des retrouvailles (clip et spot)    Tfanen organise des tables rondes digitales sur la contribution de la culture au développement durable    L'UTAP met en garde contre un éventuel effondrement de la filière laitière    Judo : 18 judokas tunisiens au tournoi qualificatif à Dakar pour les JO de Tokyo    Foot-Europe: le programme du jour    Willis from Tunis: 10 ans et toujours vivant    Dreams Chebeb, 2e édition: 15 projets artistiques voient le jour malgré la crise    Décès du doyen de l'ophtalmologie Ridha Mabrouk    " De la Casbah de Mazara del Vallo à la Petite Sicile de La Goulette " : La longue histoire des échanges entre l'Italie et la Tunisie    Covid19 : Report de la manifestation théâtrale "Semaine pour le théâtre tunisien"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sami El Fehri, encore une arrestation au timing douteux
Publié dans Business News le 06 - 11 - 2019

Le patron de la chaîne El Hiwar Ettounsi, Sami El Fehri, a été arrêté dans la soirée d'hier mardi 5 novembre et placé en garde à vue, tout comme l'administratrice judiciaire et le gérant d'Eight prod. Une nouvelle qui a secoué l'opinion publique et toute la scène médiatique. Dépassement financier et mauvaise gestion ou règlement de comptes politiques ? Retour sur une affaire rocambolesque.

La nouvelle est tombée tard dans la soirée d'hier. Et c'est le porte-parole du pôle judiciaire économique et financier Sofiène Selliti qui l'annonce : le ministère public près du pôle judiciaire, économique et financier, en collaboration avec la brigade d'investigation sur les crimes économiques et financiers, a ordonné l'arrestation et la mise en garde à vue de Sami El Fehri, de l'administratrice judiciaire et du gérant d'Eight prod pour les raisons d'enquête relatives à l'affaire d'abus dans Cactus Prod. « Les trois personnes indiquées seront placées en garde à vue pendant 5 jours pour suspicions de blanchiment d'argent, abus de pouvoir d'un fonctionnaire public et outrage aux mesures et procédure d'usage. Après l'interrogatoire de Sami El Fehri, lundi 4 novembre 2019, et le report de l'affaire au 26 décembre 2019, la brigade d'enquêtes dans les crimes économiques et financiers a poursuivi ses travaux sous la supervision du ministère public qui a autorisé l'arrestation de Sami El Fehri, de l'administratrice judiciaire et du mandataire légal de la chaîne ».

Quelques jours auparavant, le ministère public auprès du pôle judiciaire financier avait décidé l'interdiction de voyage pour Sami El Fehri et son épouse, suite à une plainte déposée par le ministère des Finances pour mauvaise gestion de biens confisqués et suspicion de corruption à travers la signature de contrats en infraction des réglementations en vigueur, notamment, la société Cactus Prod et d'autres sociétés. Cette interdiction de voyage à l'encontre des personnes citées intervient après l'avancement de l'enquête dont s'est saisi le parquet.

Cependant, l'affaire de la société de production "Cactus Prod" est pendante devant la justice depuis 2011. Sont accusés dans cette affaire, outre le présentateur Sami El Fehri, l'ancien ministre-conseiller auprès de la présidence de la République, Abdelwaheb Abdallah et cinq directeurs généraux de l'établissement de la télévision tunisienne ainsi que Belhassan Trabelsi, beau-frère de l'ex-président Ben Ali, actuellement en fuite. Dans le cadre de cette affaire, Sami El Fehri a passé toute une année en prison en détention, depuis le mois d'août 2012, avant d'être libéré en septembre 2013.
L'affaire concerne des dépassements commis par la société de production "Cactus Prod" sous l'ancien régime et qui ont causé de grosses pertes financières à l'Etablissement de la Télévision tunisienne.
Cela dit, le dossier de Sami El Fehri remonte au début des années 2000. Simple animateur, il avait proposé à la chaîne nationale des émissions co-produites avec des géants mondiaux, tel Endemol, mais il n'arrivait pas à avoir l'attention qu'il espérait.
Belhassen Trabelsi, beau-frère de l'ancien président Zine El Abidine Ben Ali, entre dans le capital de la société de Sami El Fehri, Cactus, à hauteur de 51%, et là on écoute attentivement le jeune et nouveau producteur, mais on lui oppose le même argument de manque de budget.
Et donc, il propose le système de bartring, échange de productions en contrepartie d'espaces publicitaires. La télé publique accepte pour générer de l'audience et donne son accord. Un accord qui n'est pas exclusif à Sami El Fehri, d'autres producteurs bénéficiant du même système.
L'année d'après, la télévision publique révise sa position et demande de payer les productions et de toucher, seule, les revenus publicitaires. L'accord est conclu, mais la télé n'a pas réussi à vendre les espaces pub qu'il fallait pour couvrir ses frais. Déficitaire, elle refuse de payer le producteur. L'année d'après, elle revient au premier accord. Et Sami El Fehri multiplie les productions et enregistre des bénéfices pour certaines émissions et des déficits pour d'autres.

Aujourd'hui, c'est la direction du Contentieux de l'Etat qui a porté plainte contre toute personne soupçonnée de corruption, dans cette affaire, et ce, à la lumière d'un rapport élaboré par le Contrôle général des finances (CGF). Ce rapport s'est basé sur celui effectué par trois experts et validé par le Tribunal de première instance de Tunis en 2015.
L'institution du Contentieux de l'Etat (DGCE) explique avoir saisi la Justice après réception du dossier de l'affaire de la part de la Commission Nationale de Gestion des Avoirs et des Fonds objets de Confiscation. Le ministère public près le pôle judiciaire économique et financier avait ordonné la Brigade économique d'El Gorjani de mener les recherches à la suite de quoi il a été décidé de placer en détention le producteur-présentateur TV Sami El Fehri, l'administratrice judiciaire de la société ainsi que son gérant.

Toutefois, les avocats de Sami El Fehri, et les observateurs de la scène politique nationale ont une autre vision de la réalité des choses. En effet, juste après la décision d'arrestation, de multiples descentes policières jusqu'à l'aube ont eu lieu, chez Sami El Fehri, chez des parents et de proches amis, et ce en plus des sièges de la société de production et de la chaîne de télévision.

L'avocat Abdelaziz Essid pense que les agents recherchaient les enregistrements du documentaire spécial réalisé par Sami El Fehri à propos du financement illicite du parti islamiste Ennahdha. « Les interrogatoires vont se poursuivre aujourd'hui sans qu'il n'y ait aucune affaire officiellement devant la justice et aucun juge d'instruction saisi. Seul le parquet décide d'interdire de voyager, de placer en garde à vue, de faire des descentes policières. Nous n'avons pas vu cela dans les plus grandes affaires de terrorisme », observe Me Essid.

Plusieurs observateurs, s'accordent sur le lien entre la diffusion de ce documentaire et l'arrestation de Sami El Fehri. Les dirigeants du parti islamiste l'ont menacé explicitement de poursuites judiciaires s'il décide de diffuser ce documentaire. Certains vont même jusqu'à considérer que Sami El Fehri leur a déclaré la guerre. Arrêter un patron de média en ces temps précis où la tension est à son comble entre la classe politique montée au pouvoir et les organes de presse, suscite plusieurs questions quant à l'avenir de la liberté d'expression. Une liberté de presse et d'expression considérée comme l'un des principaux acquis de la Tunisie post révolution semble être sérieusement menacée, mais ceux qui ont tant combattu pour l'acquérir ne se laisseront pas faire aussi facilement, peu importent les menaces, les pressions et les risques encourus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.