Hausse de l'encours de la dette publique de 12,2%, à 101,2 milliards de dinars, à fin août 2021    Nabeul : Saisie de 4 tonnes de semoule et 47658 litres de lait    Erdogan expulse dix ambassadeurs dont ceux de la France, des USA et de l'Allemagne    Affaire des licences de taxis collectifs : 11 suspects dont deux anciens gouverneurs    Photo du jour : Un « bijou » architectural construit à des dizaines de mètres de la présidence du gouvernement !    La FTF en total soutien de Maher Karoui    Tunisie : Le monde change, la STEG « évolue »    Etoile du sahel : Agression de certains policiers sur Maher Karoui    FC Barcelone vs Real Madrid : Liens streaming pour regarder le match    Manifestation contre Kaïs Saïed devant le consulat de Tunisie à Pantin    Dernière minute – Chiffres officiels : Quasi-blocage de l'investissement, fin septembre 2021    Tunisie – La STEG suspend ses services en ligne    COVID 19 : La Russie enregistre une flambée inédite de la situation épidémiologique    Tunisie : L'état d'exception face aux tentations d'ingérence internationale    Nouvelles mesures imposées aux voyageurs en prévision d'une nouvelle vague Covid-19    Tunisie : L'ancien ministre Abdelbaki Hermassi n'est plus    Importation des voitures de luxe : L'austérité doit concerner les voitures administratives et non pas les voitures privées    La cheffe du gouvernement reçoit Ons Jabeur    Infrastructure : Le stade olympique de Sousse opérationnel dès mars 2022    Décès de l'ancien ministre Abdelbaki Hermassi    Forum des DSI : "Tunisie Telecom veut être le label de confiance pour les PME/PMI dans la transformation digitale"    Monopole, spéculation et contrebande : cinq ministères s'engagent dans la lutte    Tunisie : Le Pass vaccinal obligatoire pour accéder presque partout dès le 22 décembre 2021    L'Office des œuvres scolaires se digitalise    Commémoration du 8ème anniversaire de l'Attaque terroriste du 23 octobre 2013    21ème édition du festival de l'Asbu : Six prix pour la Tunisie    Dialogue national- Noureddine Tabboubi appelle à la participation des partis politiques    Foot Tunisie : Programme des matches de samedi    Tunisie – Météo: Retour progressif d'un temps hivernal avec baisse des températures    France-Ligue1 : Saint-Etienne, Wahbi Khazri buteur    La Grenade de Gabès avec label AOC débarque sur les marchés de la région    Tunisie-Ligue 1 (J2): les matches de ce samedi    Le comité de défense de Mehdi Ben Gharbia dénonce les violations à son droit à la santé    Processus politique : L'ONU confiante en la Tunisie    Tunisie – France : Entretien téléphonique Charfeddine-Darmanin    Cour de cassation : I Watch appelle l'exécutif à entériner la nomination de Moncef Kchaou    Abdelaziz Kacem: L'intelligentsia ou la ménopause du cogito    Migration clandestine Mahdia : mandat de dépôt contre les passeurs    Le ministère des Affaires culturelles rend hommage au scénographe Kais Rostom    Ephéméride – 20 octobre 2011 : Les rebelles islamistes assassinent Mouammar Khadafi    Monde- Daily brief du 21 octobre 2021: La Turquie menace d'expulser 10 ambassadeurs occidentaux    Vient de paraître - Un nouveau recueil poétique de Abdelaziz Kacem : «Quatrains en déshérence»    Puissance et coopération dans la gouvernance du changement climatique    "Rouhaniyet" Nefta sous le signe "Hanin" du 4 au 7 novembre 2021    Djaili Amadou Amal lauréate de la sixième édition du prix Goncourt en tournée en Tunisie    Monde- Daily brief du 20 octobre 2021: Poutine décrète une semaine chômée payée pour freiner l'épidémie de Covid-19    Donald Blome proposé ambassadeur auprès de la République Islamique du Pakistan    Ministre des Affaires culturelles: La situation sociale des artistes est notre priorité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Programme «Ahmini» : L'information circule mal
Publié dans La Presse de Tunisie le 13 - 05 - 2019

Les drames dont ont été victimes, le mois dernier, les ouvrières agricoles ont permis de braquer les projecteurs sur cette frange silencieuse du monde rural qui compte de nombreuses laissées-pour-compte vivant dans des conditions de précarité extrême. Si le lancement du programme «Ahmini» apporte une nouvelle note d'espoir, il n'a pas été accompagné de campagnes d'information et de communication ciblant, à grande échelle, la population concernée. En effet, près de la moitié des femmes concernées ignorent l'existence de ce programme
Les multiples drames engendrés par les nombreux accidents de la route, qui ont fait, ces dernières semaines, plusieurs décès parmi les ouvrières agricoles, ont, enfin, poussé le gouvernement à réagir, promptement, pour tenter de mettre fin à ces tragédies et garantir une couverture sociale à celles qui ont été souvent qualifiées de damnées de la terre, avec l'instauration d'un nouveau programme intitulé «Ahmini» ou «protège moi» lequel devrait profiter à près d'un demi-million de femmes travaillant dans le secteur agricole à travers tout le territoire.
Déjà, le coup d'envoi des opérations d'inscription à ce nouveau régime de couverture sociale en faveur des ouvrières agricoles a démarré la semaine dernière dans les deux gouvernorats de Jendouba et de Béjà où des actions ciblées pour sensibiliser les femmes concernées à l'importance qu'il y a d'adhérer à ce projet ont été initiées, et ce, afin de tenter de mettre fin à leurs conditions sociales très précaires qui ont, malheureusement, longtemps marqué l'emploi dans le secteur agricole et fait de la femme rurale, non un levier de croissance pour le développement humain mais plutôt une catégorie sociale surexploitée, souvent à dessein, et livrée à la misère du temps et aux caprices de dame nature.
Mais là où le bât blesse c'est que plus de la moitié des femmes ciblées par le projet n'en sont pas informées et ignorent même son existence. C'est, en tout cas, ce qui ressort des déclarations des nombreuses ouvrières contactées qui se considèrent laissées pour compte.
Vendredi, le ministre de l'Industrie, des Petites et Moyennes entreprises a même procédé, à Béjà, à la distribution d ‘un millier de téléphones portables en faveur des femmes travaillant dans le secteur agricole pour les inciter à s'inscrire à l'application «Ahmini» (protège-moi) qui va leur permettre, selon le ministre, de bénéficier de la couverture sociale, notamment en matière de soins et de régime de retraite, qu'elles ont longtemps revendiqués, mais en vain. «Il aura fallu tous ces drames survenus sur la route pour qu'on se tourne enfin vers nous et qu'on s'intéresse à notre condition matérielle et sociale précaire», nous confie Zoubeida, une quinquagénaire travaillant dans une nouvelle zone de plantation de tomates dans la localité de Abida non loin du Kef, le visage buriné par le soleil mais toujours souriant.
Selon elle, ce programme permettra de soulager un peu sa misère et celle de son ménage. Sa compagne Halima évoque aussi son amertume face à ce qu'elle qualifie de «misère de la vie». «J'ai trois bouches à nourrir et je dois veiller à ce que mes enfants n'abandonnent pas l'école», nous explique-t-elle. Je me suis résignée à devenir ouvrière agricole et travailler aux champs car je n'ai pas d'autres moyens de subsistance d'autant que mon mari est devenu partiellement handicapé suite à un accident de la route». Elle fait tout cependant pour lui assurer une qualité de vie respectable car il représente pour elle le seul réconfort dans une vie remplie de vicissitudes.
Le nouveau système de couverture sociale devrait aussi s'accompagner de mesures pour garantir le transport des ouvrières aux champs de travail, mais aucune option définitive n'a été retenue à cet effet, car la situation semble complexe dans le secteur agricole et requiert plusieurs diligences pour pouvoir venir à bout de ce problème épineux de transport des ouvrières agricoles et trouver la bonne péréquation qui satisfait les uns et les autres.
En l'occurrence, les employeurs qui vont devoir composer avec cette nouvelle donne sécuritaire et investir beaucoup pour se procurer des ouvrières et rentrer dans leurs frais, d'autant que de nombreux exploitants agricoles se disent à bout de souffle à cause de la hausse des coûts des production et des charges sociales devenues lourdes pour eux, comme l'explique Hamadi , une petit exploitant dans la zone de Semmana, une localité du Kef, qui, dit-il, arrive difficilement à se procurer des ouvrières pour la cueillette des petits pois.
Le nouveau régime de sécurité sociale est appelé à venir en aide aux ouvrières agricoles et à la femme rurale en général mais suffira-t-il à mettre fin à tous les drames de la route et à la misère et la précarité dans le monde rural? Seul l'avenir nous le dira.
Jamel TAIBI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.