Dernière Minute – Coronavirus : 61 nouveaux décès et 2.185 nouvelles contaminations, les 17 et 18 octobre    Chebba s'embrase, Wadiî Jari sous le feu des critiques    La Tunisie est devenue un Etat facebookien ?    Exercice naval tuniso-français au large des côtes françaises (Défense)    Banque mondiale : L'économie tunisienne devrait ralentir de 9,2% au lieu de 4% en 2020    Trump prédit "une vague" républicaine    Dix chefs d'Etat et de gouvernement africains appellent les dirigeants du monde entier à accroître leurs investissements en faveur du FIDA    Tunis Ré : Légère baisse du chiffre d'affaires    Coronavirus a accru la défiance des gens à l'égard des pouvoirs    Ouverture, aujourd'hui de la saison de la chasse des grives et des étourneaux    Le Liban marque le 1er anniversaire du soulèvement populaire    Treize civils tués en Azerbaïdjan, le président crie vengeance    Oscars 2021: Le CNCI appelle les producteurs tunisiens à soumettre leurs films avant fin octobre    La Fondation BNA et Nourane organisent un marathon digital pour lutter contre le cancer du sein    La visite de Kaïs Saïed en Italie reportée    La proposition d'amendement du décret-loi n°2011-116 examinée en plénière mardi    Grève de deux jours dans toutes les municipalités du pays    Epson annonce sa première imprimante grand format à encre résine    Les professeurs d'éducation physique, en chômage depuis 10 ans, en Sit-in ouvert devant le Ministère de la Jeunesse et Sports    La Tunisie parmi les ‘'3 premiers pays'' à acquérir le vaccin anti-covid-19    Des militaires libyens des deux camps en conflit discutent d'un cessez-le-feu à Genève    ATI : Ouverture d'une Agence Commerciale à Tunis    Baisse des investissements internationaux en Tunisie de 26,4%, à fin septembre 2020    France: Marine Le Pen réclame une « législation de guerre » contre l'islamisme    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 19 Octobre 2020 à 11H00    Top trois des plus fortes augmentations de budget : Education, Intérieur et Défense    Examen de la coopération tuniso-hongroise dans le domaine juridique et judiciaire    Courrier des lecteurs | Le courage de réformer    Tunisie : Hichem Mechichi commente l'affaire FTF-CS Chebba    Première interview télévisée du chef du gouvernement Hichem Mechichi : «L'Etat est capable de faire face à la pandémie»    MEMOIRE : Salem LIMEM    Tunisie : Mechichi affirme que les dons versés au fonds 1818 n'ont pas encore été exploités    Focus Business | La relance des activités est possible    L'UNESCO appelle tous les professionnels de la culture à participer à une édition spéciale en ligne, ResiliArt    D'un sport à l'autre | Athlétisme : place au cross d'ouverture    Volleyball | CA – Section féminine : Le droit de rêver...    La France ordonnera l'expulsion de 231 fichés S pour radicalisation    Une amélioration de 6 milliards de dinars pour les revenus en 2020, annonce Kooli    En marge de Tunisie-Nigeria | Moncef Chergui – Ancien défenseur international : «Meriah était emprunté»    Mechichi : Mes relations avec le chef de l'Etat sont excellentes    Météo : Ciel partiellement voilé et températures en légère hausse    Tunisie : Le Projet du Budget de l'Etat 2021 en 10 points    Mes odyssées en Méditerranée: Trapani-Tunis : les premières Loges maçonniques italiennes en Tunisie    le metteur en scène et comédien Naoufel Azara, à la presse: « Les idées simples changent le monde »    Cheikhs en confidences: Sfax en profondeur, un roman qui nous replonge dans l'atmosphère des années 50    La mystérieuse Dame de Carthage    Le Festival de la musique tunisienne passe à la trappe    «Nazilet Dar Al Akeber» (Le cataclysme de la maison des notables) de Amira Ghnim, «Comar d'or» du roman arabe : Un véritable joyau de la création romanesque tunisienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Contestation au sein d'Ennahdha : Les "insoumis" reviennent-ils à de meilleurs sentiments ?
Publié dans La Presse de Tunisie le 24 - 09 - 2020

Au sein d'Ennahdha, la fronde des 100 signataires implorant Rached Ghannouchi de faire valoir ses droits à la retraite est-elle sur la voie d'être récupérée par les professionnels des solutions consensuelles ?
Qui aurait pronostiqué en février 2011, quand Rached Ghannouchi a regagné triomphalement la Tunisie à l'issue d'un exil de près de vingt ans à l'étranger, que dix ans après la révolution et dix ans après avoir goûté aux délices du pouvoir, le même président (presque à vie) et leader du parti nahdhaoui se trouve aujourd'hui acculé, conseillé ou poussé par ses propres disciples, dont certains qu'il considérait jusqu'à une époque récente comme ses propres fils à annoncer qu'il ne briguera pas un troisième mandat à la tête du parti à l'occasion du prochain congrès d'Ennahdha prévu pour décembre prochain, une décision qu'il est invité et exhorté à prendre en signe de son respect de l'article 31 du statut du parti stipulant que la présidence du mouvement ne peut pas dépasser deux mandats successifs de quatre ans chacun, les deux derniers mandats (2012-2016 et 2016-2020) ayant été déjà consommés par Rached Ghannouchi ?
Et les Tunisiens, la base nahdhaouie en premier lieu, de suivre quotidiennement les développements qu'enregistre à longueur de journée, d'une part, l'appel lancé à Rached Ghannouchi par une centaine de responsables d'Ennahdha lui demandant de faire connaître sa position personnelle définitive sur l'affaire du possible troisième mandat, loin des déclarations de certains respon- sables connus pour être proches du président du parti et qui pré- tendent parler en son nom, mais sans assumer la responsabilité de leurs analyses ou approches et, d'autre part, le silence assourdissant observé jusqu'ici par Ghannouchi qui refuse toujours de répondre officiellement aux exhortations qui lui ont été lancées, même si une certaine lettre-réponse à lui attribuée officieusement a circulé dans les médias et dans laquelle il aurait fait comprendre aux frondeurs qu'il n'est pas question qu'«un leader (Zaïm) de ma trempe quitte la présidence d'Ennahdha à un moment où le parti, la Tunisie ou même la région méditerranéenne ont encore besoin de mon expérience, de mon savoir-faire et de mes compétences».
Place aux solutions consensuelles
Et au moment où Mohamed Ben Salem et Samir Dilou, du côté des signataires de l'appel des cent frondeurs, et Yamina Zoghlami, Kha- lil Barhoumi et Rafik Abdessalem, du côté des «légalistes attachés à l'expérience et au charisme du président-leader fondateur du parti», occupent les plateaux radio et TV pour expliquer les dessous de l'afaire et mobiliser les bases mili- tantes nahdhaouies en prévision du prochain congrès dans l'objectif de faire prévaloir le respect du statut et de s'empêcher d'en amender le fameux article 31 ou d'accepter l'approche selon laquelle il faut s'adapter aux nouvelles exigences et admettre la nécessité de réviser l'article en question, bien des tentatives tendant à trouver une solution consensuelle propre à satisfaire les deux fractions en conflit sont menées au sein d'Ennahdha dans le but d'empêcher l'éclatement du parti dans le sens du retrait des leaders-frondeurs qui menacent de quitter la maison au cas où leurs revendications ne seraient pas satisfaites.
Ainsi, dans le but de préserver l'homogénéité du parti et de prouver qu'il demeure toujours un espace de discussion libre et démocratique au point d'implorer le président du parti de faire valoir ses droits à une retraite paisible digne de son long investissement à la tête d'Ennahdha, certaines sources se disant proches des grandes décisions au sein du mouvement assurent qu'il est possible de mettre en place une troisième solution consensuelle qui consacrerait le double objectif suivant.
D'abord, dégager un nouveau président à la tête d'Ennahdha qui serait une personnalité connue pour sa vocation de rassembler les militants du parti et pour son ouverture sur les autres formations politiques ainsi que sur les différentes composantes de la société civile. Et quand Abdelkrim Harouni, l'un des fidèles lieutenants de Rached Ghannouchi parle de l'éventuel retour de Hamadi Jebali au parti, il ne parle pas sûrement en l'air et il n'exprime pas sa propre opinion.
Ensuite, laisser au congrès la possibilité de «confectionner» un poste de direction au sein du parti qui sera offert au «Zaïm» dont les services et l'apport sont toujours sollicités par les nahdhaouis.
Abdelkrim Harouni a lancé l'idée. On attend la réponse des frondeurs qui pourraient assouplir leurs positions en saisissant le message que leur a envoyé, mardi, Rached Ghannouchi, en désignant Noureddine Arbaoui, l'un des signataires les plus médiatisés de l'appel des 100 contestataires, pour aller rencontrer, au nom d'Ennahdha, le Chef du gouvernement Hichem Mechichi, ren- contre s'inscrivant dans le cadre des consultations presque quotidiennes menées par le locataire du palais de La Kasbah avec les partis politiques, les composantes de la société civile et les personnalités nationales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.