La Tunisie exprime sa solidarité avec la Turquie et la Grèce suite au séisme qui a secoué les deux pays    Le Gouvernement retire le projet de loi de finances complémentaire 2020 de l'ARP    Tunisie – 61 bêtes touchées par la maladie de la langue bleue à Gafsa    Un prêtre blessé par balle à Lyon l'auteur en fuite    «Ça me désole de le voir comme ça !»    Le Collectif Civil pour Les Libertés Individuelles «consterné»    Le bourricot de «l'Ifriqia» est de retour    Les carnets de voyage d'un globe-trotter tunisien    Ligue des champions : On connaît l'arbitre de la demi-finale retour Zamalek-Raja    Tunisie : Arrestation de 29 migrants clandestins au port de la Goulette    L'acteur Sean Connery, le premier James Bond, est décédé    Un smart T-shirt pour prévenir le kidnapping des enfants    Libye: 467 nouvelles infections au coronavirus    Foot-Europe: le programme du jour    Tourisme : L'APTBEF convoque une réunion d'urgence sur les hôtels impactés par la Covid-19    Tunisie: Arrestation de l'individu ayant revendiqué dans une vidéo l'opération terroriste de Nice    Covid-19 : Ils ont fait fortune...    Télécommunications | Rapport financier 2019 : Un secteur en pleine effervescence    Chute de la production de phosphate : Grave impact sur les cultures céréalières    CONDOLEANCES : Mme Amel MALLEKH    Roman « El yassamin el asswed » (Le jasmin noir) de Wafa Ghorbel : Ecrire pour conjurer le démon et retrouver la lumière    Parution de « Terres Promises » de l'écrivain italo-tunisien Alfonso Campisi chez « Arabesques Edition » : Récit matriarcal et engagé    Tunisie : Deux semaines d'enseignement 100% à distance dans tous les établissements universitaires    Covid-19 : 1784 nouvelles contaminations en une journée    MERCATO | Quel point de chute pour Rami Jeridi ?    Le CAB en pleine ébullition : Saïdani contre-attaque...    NEWS | Le haut niveau pour Laidouni    Ligue des champions – 3e journée : le programme    La plateforme digitale SARS-COV2 sera opérationnelle dès le 9 novembre    Attentat de Nice, Une deuxième personne placée en garde à vue    Tech Trends by TT, un rendez-vous trimestriel    Club Africain : Abdessalem Younsi veut se débarrasser de quelques joueurs cadres    Tunisie: Nouvelles conditions de voyage sur Tunisair Express    Libye: Fayez al-Sarraj revient sur sa démission annoncée pour fin octobre    Météo : Températures en légère baisse    Fitch Ratings confirme la notation de 6 sociétés de leasing    "L'Homme qui a vendu sa peau" de Kaouther Ben Hnia remporte le prix du meilleur film arabe au GFF (vidéo)    Tunisie : Hichem Mechichi s'entretient avec les représentants des entreprises étrangères installées en Tunisie    Après le séisme en mer Egée, la France propose d'aider la Grèce et la Trurquie    Tunisie : Aissa Serhane tire sa révérence    Turquie : Un séisme fait 4 morts à Izmir    Tunisie – Concours: Ouverture des candidatures pour le Prix Zoubeida Bchir des écrits féminins tunisiens    Dhafer L'Abidine héro du film de vampires "Bloodline" accessible sur la plateforme de streaming Shahed    Fadhel Moussa - Lutter contre les troubles sociaux: Tirer les leçons du passé historique    Le port du masque en voiture est nécessaire sinon obligatoire pour plus de 2 personnes    La Tunisie condamne « fermement » l'attaque de Nice    Mohamed Larbi Bouguerra: Netanyahou, bientôt orphelin de Donald Tromp ?    L'attaque de Nice.. Le bilan s'alourdit. Nouvelles données sur l'assaillant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Peine de mort : Le débat est relancé
Publié dans La Presse de Tunisie le 30 - 09 - 2020

Les crimes odieux et barbares survenus, récemment, à Mhamdia et à La Soukra ont choqué l'opinion publique. Et les images-chocs des victimes gisant dans leur sang ont fini par enflammer la Toile et diviser les citoyens en deux camps.
Très bientôt, on célèbrera la Journée mondiale contre la peine de mort, décrétée ainsi depuis le 10 octobre 2002. Et chaque année, abolitionnistes et droits-de-l'hommiste, sous nos cieux et ailleurs, reviennent à la charge, marchant pour défendre le droit à la vie. Ils demandent à ce que cette peine capitale soit complètement abolie, dans la mesure où son moratoire de fait engagé conformément aux protocoles internationaux est dûment respecté. Cela dit, plus jamais de telles exécutions inhumaines, comme ce fut le cas jusqu'à 1991. Mais, la loi le régissant existe encore, sans être ni appliquée ni carrément abrogée du code pénal. Paradoxe juridique ou fiasco politique ? toujours. Il y a toujours des pour et des contre.
Face à la montée exponentielle des crimes et des violences, faute d'une justice répressive, l'on ne sait plus à quel saint se vouer. Au grand jour, malfaiteurs et braqueurs courent toujours, dans l'impunité, faisant ce que bon leur semble. Les citoyens éprouvent de l'angoisse et de l'insécurité. D'aucuns en ont fait ainsi part, agissant en ordre de bataille pour dire oui à la peine de mort. Leurs appels à l'application de la loi ont débordé, ces jours-ci, les réseaux sociaux, faisant débat dans l'espace public. Ce qui se passe dans nos rues ne laisse personne indifférent. Des crimes de trop et des victimes partout ont défrayé la chronique. Certes, nul ne peut y croire, ni réaliser l'ampleur de telle horreur. Où va-t-on ? Où sont les lois ?, s'étonnent des internautes. Les crimes odieux et barbares survenus, récemment, à Mhamdia et à La Soukra ont choqué l'opinion publique. De quoi un plaidoyer facebookien en faveur la peine de mort semble avoir tiré sa juste valeur. Et les images-chocs des victimes gisant dans leur sang ont fini par enflammer la Toile et diviser les citoyens en deux camps. Celui qui se pose en fervent défenseur des droits de l'homme y voit injuste et contre nature, mais aussi une violation des droits humains les plus élémentaires. L'autre, étant aux antipodes, considère cette peine comme corollaire judiciaire et défend son caractère répressif.
Deux camps, une seule fin !
Tiraillé entre les deux, le gouvernement tunisien s'est trouvé dans l'embarras. Voire dans une certaine logique de jurisprudence si complexe et compliquée. Du reste, l'accusé est présumé innocent jusqu'à preuve du contraire, dit-on en droit. Entre-temps, le débat sur une telle question refait surface, sur fond de déclarations et contre-déclarations. De son côté, la Coalition tunisienne contre la peine de mort (Ctcpm), collectif associatif né depuis 2007, n'a pas fini d'argumenter ses tendances abolitionnistes : «La peine de mort est une violation des droits humains. Irréversible, elle ne garantit pas une meilleure sécurité pour tous, d'autant plus qu'il n'a jamais été prouvé, de manière concluante, qu'elle avait un effet dissuasif. C'est en ce sens que nous sommes convaincus qu'elle devrait être abolie...». En 2017, elle avait, vainement, interpellé feu Beji Caïd Essebsi, ancien président de la République, pour donner suite à leur demande. Mais, ces abolitionnistes ne vont pas lâcher prise. A mesure que l'on repose la même question, ils reviennent à la charge.
A l'opposé, un autre camp clamant l'application de la peine capitale. Et là, le même raisonnement que celui adopté par les «abolitionnistes» sous-tend sa position : le droit à la vie est un droit universellement irrévocable. On ne peut pas en priver qui que ce soit. Pourquoi, alors, laisse-t-on des criminels meurtriers en jouir librement ? Est-il judicieux de pardonner pareils crimes odieux qui ne font que tolérer l'impunité et outrager la société ? Comment juger ces homicides ? Qu'en est-il des autres peines substitutives ? La campagne lancée, il y a quelques jours sur les réseaux sociaux, vise un seul objectif : que la peine de mort soit appliquée. Autant dire, rendre justice aux victimes et à leurs familles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.