Tunisie-ARP : Rached Ghannouchi supervise la réunion du Cabinet du Parlement    Kef : Arrestation de 6 éléments takfiristes    Tunisie – La Banque centrale tacle le ministre de l'économie !    Tunisie | L'état d'urgence prolongé de six mois, à compter du samedi 24 juillet    Avis de recherche urgent contre une takfiriste    Les Jeux olympiques de Tokyo officiellement « ouverts »    BCT : La loi de la relance économique entrave la bonne conduite de la politique monétaire    Hichem Mechichi reçoit les deux médecins agressés de l'hôpital Yasminet    Le ministre de la Santé par intérim vise 100.000 vaccinations par jour    Ooredoo Tunisie lance eSIM, dernière évolution de la carte SIM    Covid-19 | Gabès : 2 décès et 142 nouvelles contaminations    Ouverture demain samedi de 162 bureaux de poste pour le paiement des pensions versées par les caisses sociales    Dernière Minute : La Tunisie rembourse un prêt sur le marché monétaire international pour 1413 millions de dinars    Des députés déposent une demande d'accès au dossier médical de Ghannouchi    Médenine: Des patients Covid-19 reçoivent de l'oxygénothérapie en dehors de l'hôpital    FTF : la commission fédérale établit un nouveau classement des clubs professionnels    Canicule à partir du week-end : des températures qui atteindront 50 degrés    Tunisie – France : Jean-Baptiste Lemoyne reçu par Othman Jerandi    Concours tunisien des produits du terroir: producteurs médaillés, un parcours couronné de succès    Change devises en dinar tunisien : Cours du 23 juillet 2021    La BH BANK en Première ligne du Front de Bataille Contre la Covid-19    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 22 Juillet 2021 à 11H00    JO Tokyo 2020 (tir à l'arc) : Rihab Al Walid termine 59e et Mohamed Hammed 62e    Un google Doodle animé spécial J.O Tokyo 2020 avec un jeu interactif    Tunisie- Mofdi Mseddi salue les efforts de Kaïs Saïed pour sauver et protéger les tunisiens    Mohamed Abbou : C'est la tyrannie de la majorité    L'Espérance parvient à un accord avec un nouvel entraineur    Près de 30% de progression des investissements déclarés dans les services (APII)    Mono-drame "Pour les hommes uniquement" de Najwa Miled prévu au FIH 2021    Hausse des revenus de City Cars de près de 75%    17 migrants retrouvés morts à bord d'un bateau en route vers les côtes italiennes    Dernière Minute – Coronavirus : 139 décès et 2309 nouvelles contaminations, Bilan du 21 juillet    150 migrants irréguliers secourus au large de Zarzis    Espérance de Tunis : Mouine Chaabani remercié (officiel)    Ons Jabeur s'oppose à l'Espagnole Carla Suarez Navarro au 1er tour des JO Tokyo 2020    "Under The Fig Trees" d'Erige Sehiri parmi six films sélectionnés à Final Cut in Venice 2021    L'UNESCO lance le cycle 2022-2023 du Registre international de la mémoire du monde    Aux origines de la Nahda: L'Expédition d'Egypte (1798-1801)    Décès de l'acteur Kamel Eddine Ghanmi    Par Henda Haouala : Interview avec la tunisienne Nour Belkhiria, une étoile montante dans le cinéma canadien    Le film "Bonne mère" de Hafsia Herzi remporte le Prix d'ensemble de la sélection "Un certain Regard"    A l'occasion de la Journée Nelson Mandela, la Tunisie appelle à la solidarité internationale    Crimes racistes aux Etats-Unis | La fondation russe contre l'injustice monte au créneau    Cinéma : Un film tunisien primé au Festival de Cannes    Nawel Ben Kraïem présente un nouveau spectacle au festival Off d'Avignon : A la recherche de ses identités    Inondations en Belgique : La Tunisie présente ses condoléances aux Belges et aux familles des victimes    L'ancien Premier ministre libyen Fayez al-Sarraj change de nationalité    Le milliardaire Richard Branson revendique le titre du 1er touriste de l'espace! (vidéo)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Saïed ou l'antisystème politique classique
Publié dans La Presse de Tunisie le 22 - 10 - 2020

Les deux derniers sondages politiques du mois d'octobre ne donnent pas le même taux d'intention de vote pour le Président Kaïs Saïed. Une différence de plus de 16 points mais, néanmoins, un fait partagé : Saïed reste de loin premier dans les sondages et de loin le plus «aimé» par les Tunisiens par rapport aux autres acteurs politiques. Indétrônable dans sa position malgré une conjoncture socioéconomique des plus austères, sans oublier le climat de pessimisme qui règne et le féroce clivage politique sur la scène nationale, il constitue un cas intéressant d'exploration. Comment expliquer politiquement ce phénomène ?
D'abord, on note quand même un recul progressif, mais pas criard, de la popularité de Saïed après sa première année de mandat. Mais cela reste insignifiant par rapport aux autres partis et personnages politiques qui n'ont plus de poids signifiant. Forcément, cette position avantageuse n'est pas fortuite, sachant que son électorat compte toujours des jeunes, des moins jeunes, des gens de droite et de gauche, des apolitiques, des intellectuels et des illettrés, des femmes et des hommes (on peut aller encore dans les critères). Il est clair que Kaïs Saïed incarne encore, en termes de perception (véritable mécanisme déterminant dans les sondages), l'image d'un dirigeant politique intègre, soucieux du respect de la Constitution (sa vocation d'enseignant universitaire est toujours là dans les esprits), équitable et surtout l'image d'un antisystème politique classique. Il est en quelque sorte un «néoconservateur» hostile aux partis et à la famille politique qui règnent depuis 9 ans déjà. Il joue sur les contradictions et les ratages en tous genres (économiques, éthiques et bien sûr politiques et médiatiques) de ses rivaux qui lui offrent, chaque jour, des cadeaux. En plus, il est grand gagnant, contrairement à ce qu'on dit, des conflits avec les partis au pouvoir. Il ne mâche pas ses mots envers tout le monde, et parle indirectement au nom du Tunisien (qui a voté ou qui s'est abstenu) exaspéré par la crise économique et la mauvaise gouvernance. Avec un petit pouvoir exécutif, Saïed bâtit, malgré des ratages et surtout un manque d'initiative, une image et un projet qui rompent avec ce pseudo-régime actuel où toutes les tares constitutionnelles sont permises sur fond de petits calculs. Pour certains, son discours est caduc, ses déclarations versent même dans les généralités, mais aussi pour les gens qui l'apprécient, il dit tout haut ce que tous les autres disent tout bas. Plus qu'un simple président, c'est un personnage, aux yeux des votants, qui ne fait pas de calculs et qui ne change pas de principes sous peine d'être accusé d'obstination et d'inflexibilité. Il parle direct, il ne ménage personne, il côtoie l'homme de la rue (le détour qu'il a fait au cours d'une visite à Bizerte est un exemple édifiant), et le tout avec des messages affectifs qu'il sait choisir et un style réfléchi, contrairement à ce que pensent ses détracteurs. Kaïs Saïed sait parfaitement où il veut aller, il a un plan de route clair et se met à l'heure des présidents dits «populistes» mais qui ont un discours cassant et efficace.
Maintenant, peut-il, à l'usure, surclasser le parlement et ses rivaux politiques pour imposer son projet politique ? Pour le moment, il jouit encore de la confiance et de l'assise populaires qui lui permettent d'être confortablement assis sur son siège. Faute de rivaux crédibles, Saïed, aussi mystérieux et imperturbable qu'il est, peut encore survoler les sondages s'il s'aguerrit plus politiquement. Cela dit, il impose un nouveau genre de politique qui fuit l'idéologie, le clivage sec et qui se soucie plus de la moralité, de l'équité et de l'idée sacrée de l'Etat protecteur et justicier de ses citoyens. Ses concurrents, s'il en existe vraiment, vont suer s'ils continuent de vouloir le déstabiliser via les naïves campagnes médiatiques, notamment sur les réseaux sociaux. Autant ils s'enlisent, autant il consolide, lui, son leadership malgré tout.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.