Tunisie – VIDEO : Ennahdha a peur et n'a pas confiance en les forces de l'ordre pour les protéger    Le Ministère de l'Interieur dément les rumeurs sur le décès d'un individu lors des troubles    Deux policiers et un citoyen tués dans une fusillade à Riyad    Au moins deux morts dans une forte explosion d'un immeuble au centre de Madrid    La présidence de la République dément les déclarations mensongères attribuées à Kais Saied au sujet des juifs    Par Jawhar Chatty : Kais Saïd est juif, un juif progressiste    Avons-nous une baguette magique pour changer la situation en quelques semaines ?    Ali Kooli : Le système de compensation, la masse salariale et les entreprises publiques, les chantiers de 2021    Dans une capitale sous haute surveillance, le nouveau président des Etats Unis Joe Biden prête sement    Le président algérien s'est fait opéré en Allemagne    Dépréciation du dinar face aux principales devises étrangères    AL Watad annonce son soutien inconditionnel aux manifestants    Coronavirus: La situation épidémiologique à Siliana    Tunisie: En images, marche dénonçant la dégradation de situation sociale à Sousse    L'un des plus grands constructeurs de produits électroniques UMIDIGI arrive en Tunisie    The Voice Belgique: le chanteur Tunisien Youssef Ben Soltan impressionne le jury (vidéo)    Hand – Mondial 2021 : Mohamed Amine Darmoul 3e meilleur buteur du premier tour    Tunisie [Vidéo]: Reprise des entraînements de l'Olympique de Béja en préparation de la rencontre contre l'US Monastir    Foot – Marché des transferts : une baisse historique en 2020 (Fifa)    UE : le taux d'inflation annuel s'est établi à 0,3% (décembre 2020)    UTAP : Les agriculteurs menacés par la faillite et le pays par la famine    Le coordonnateur-résident de l'ONU en Tunisie suggère un partenariat avec les médias    Quand le swag de K2rym triomphe du sérieux de Mechichi    Afrique : Le Sénégal, foyer de mégaprojets gaziers ouest-africains, accueille un événement majeur sur la transition énergétique    Une manifestation contre le pouvoir à Sousse    Ce n'est pas une révolution    Spectacle Felliniana hommage au grand réalisateur Federico Fellini en streaming gratuit    BTE : Un PNB de 50,298 millions de dinars    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 20 Janvier 2021 à 11H00    Les films tunisiens "Un Fils" et "L'Homme qui a vendu sa peau" primés au festival des Lumières de la Presse Internationale    En direct et live streaming, chaîne tv : Juventus Turin – Naples, Super Coupe d'Italie, Finale    Foot-Europe: le programme du jour    REMERCIEMENTS ET FARK: M'Hamed Ben ALYA    Météo| Temps partiellement nuageux sur la plupart des régions    Biens et avoirs détournés: Un fiasco d'Etat ?    La crise accélératrice de changements : Les enseignements qui peuvent guider les orientations futures    NEWS: Le Sahel SC engage Hichem Dali    Programmes confinés: Savoir adapter le vivant au numérique    USA: Le message d'adieu de Melania Trump    Sonia Ben Cheikh rassure les Tunisiens    Tunisie-Ligue 1 : programme de la 9e journée    L'efficacité du 2ème vaccin russe anti-Covid est de 100%    Le ''patient zéro'' de l'épidémie pourrait ne jamais être retrouvé    Le comité directeur du Festival de la chanson tunisienne dévoile les grandes lignes de l'édition 2021    Anissa ben Hassine, universitaire, auteure de « C'était un 14 janvier 2011 à Tunis », paru chez Leaders à La Presse: «On ne met pas sa propre vie de côté quand on vit une révolution»    Quid de la culture    Contrepoint | Populisme, trumpisme : nul génie qui vaille...    Tunisie : Nouvelle session du programme "Octopus" de la FKL    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Ambassade de l'enfance: 70% des agressions sexuelles ciblent les enfants !
Publié dans La Presse de Tunisie le 25 - 11 - 2020

En 2016, l'Association tunisienne pour la défense des droits de l'enfant a annoncé un chiffre qui fait froid dans le dos, mais qui est toujours d'actualité et en hausse d'année en année : plus de 70% des agressions sexuelles ciblent les enfants, mais c'est dans seulement 1% des cas que justice est rendue et l'agresseur condamné.
Chaque année, un enfant sur deux dans le monde (soit environ un milliard d'enfants) est victime d'actes de violence physique, sexuelle ou psychologique. Pis encore, toutes les 5 minutes, un enfant connaît une mort violente quelque part dans le monde, environ une fille sur 5 est sexuellement abusée au moins une fois dans sa vie et 1 enfant sur 4 est victime de mauvais traitement. Ces chiffres, qui font froid dans le dos et qui révèlent l'ampleur du problème des agressions contre les enfants, ressortent d'un nouveau rapport publié en juin dernier par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), l'Unicef, l'Unesco, la Représentante spéciale du Secrétaire général de l'Organisation des Nations unies chargée de la question de la violence contre les enfants et le Partenariat pour l'élimination de la violence.
La Tunisie n'est pas à l'abri de ce phénomène complexe qui touche toutes les sociétés. En effet, les études et les rapports officiels faits à plusieurs occasions montrent que 70% des enfants en Tunisie sont victimes de violences de toutes sortes. Sur le nombre total des enfants victimes de violences qui ont été signalés aux délégations de la protection de l'enfance, 30% ont subi des agressions sexuelles de différents types : harcèlement sexuel, attouchements, viol avec pénétration…, un chiffre qui reste en dessous de la réalité, selon Ghofrane Heraghi, présidente de l'Association «Wallah we can».
L'Ambassade de l'enfance voit... enfin le jour !
Depuis des années, la Tunisie fait partie des pays qui disposent de lois pour protéger les enfants de la violence, mais elle ne parvient pas à prévenir cette violence à l'encontre des enfants, qui a toujours été omniprésente. Bien qu'il nous touche au quotidien, ce phénomène reste encore tabou, d'où l'urgence de faire davantage d'efforts pour protéger les enfants, sinon la situation pourrait sensiblement s'aggraver. Partant de ce constat qui n'est, d'ailleurs, un secret pour personne, l'Association «Wallah we can» est sur le point de lancer à Tunis (notamment à Hammam-Lif) un nouveau centre d'hébergement pour les enfants victimes de harcèlement sexuel en milieu scolaire. Fruit d'une collaboration avec les ministères de l'Education et celui des Affaires de la Femme et de la Famille, "l'Ambassade de l'enfance" est donc un centre dédié à l'accueil des mineurs victimes de violences et à la promotion des droits de l'enfant. Il s'agit d'un projet pilote qui aura pour vocation d'être généralisé dans d'autres régions du pays. Ce dispositif vient répondre aux insuffisances identifiées en matière de structures et d'espaces d'accueil, mais également en matière d'accompagnement permettant de répondre aux besoins spécifiques des enfants victimes.
«Les enfants victimes de violences physiques, psychologiques et d'abus sexuels seront accueillis pour de courts séjours dans ce centre où des pédopsychiatres travailleront sur leur reconstruction. En outre, des avocats seront mis à la disposition des enfants pour leur protection, en poursuivant leurs agresseurs et leurs violeurs, et des étudiants en droit se pencheront sur la prévention en développant des plaidoyers afin de faire abroger les lois qui agressent l'Enfance et faire voter des lois qui protègent l'Enfance», précise Mme Heraghi.
Les parents doivent briser le silence !
L'ouverture de ce centre est prévue pour le mois d'avril prochain avec une capacité d'accueil de 30 enfants qui seront accompagnés par l'un de leurs parents car il est fondamental que l'enfant victime de violences ait une personne de référence qu'il puisse contacter à tout moment, qui soit en capacité de lui expliquer sa situation et de le rassurer. Dans ce cas-là, l'un des parents demeure la personne la plus compétente et la plus qualifiée pour une telle mission. A cet effet, l'instauration d'une culture de dialogue entre les enfants et leurs parents est indispensable car la plupart des enfants victimes d'abus, pour ne pas dire la totalité, n'en parlent à personne.
«La peur de ne pas être crus, ou la peur des conséquences et représailles les en empêchent. Sur un autre plan, les parents doivent briser le silence afin de protéger leurs enfants et aider à combattre l'impunité... Ce centre, avec le soutien qu'il apporte et les projets qu'il élabore, incite, aide et encourage les parents à condamner de tels actes et à porter plainte contre les agresseurs car cela ne peut continuer à être mis sous silence.
Mais, malheureusement, en Tunisie, comme dans plusieurs autres pays, dans ces cas de violence, les victimes, qui sont dans ce cas nos enfants, sont les personnes qui se sentent le plus souvent coupables... car la culpabilité n'est pas ressentie, ni portée par le malfaiteur, mais elle se trouve, en dépit de toute logique, endossée par la victime innocente. Pour toutes ces raisons, et face à une telle situation, les parents doivent être conscients de la gravité de ce comportement, de ses effets et de son impact sur la psychologie des enfants qui se croient coupables, puisqu'ils deviennent témoins de la souffrance de leurs parents», explique Mme Heraghi, ajoutant que selon les chiffres annoncés par l'Association tunisienne pour la défense des droits de l'enfant, en 2016, plus de 70% des agressions sexuelles ciblent les enfants, mais c'est dans seulement 1% des cas que la justice est rendue et l'agresseur condamné.
Pour toutes ces raisons, la lutte contre ces agressions doit faire partie du programme de l'éducation nationale pour rompre avec ce comportement farouche et irresponsable et abandonner cette pratique qui ne cesse de détruire la vie des enfants. «Cela signifie qu'il faut s'attaquer aux causes profondes de la violence et promouvoir et assurer des ateliers de prévention des agressions faites aux enfants, à destination des écoles primaires. Une telle mesure tient à promouvoir le droit au respect de l'intégrité de l'enfant, qu'elle soit physique, psychologique ou sexuelle, afin de se sentir à l'abri du danger, avoir confiance en eux... et agir sans contrainte», souligne Mme Heraghi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.