Tunisie | Covid-19 : 83 décès supplémentaires et 2026 nouvelles contaminations enregistrés en 24 heures    Tunisie- Une guerre où tout le monde a tort et tout le monde sera perdant !    Bourse de Tunis : Le Tunindex perd 0,53% à la fin de la séance    Bloqués en Malaisie, des Algériens menacent de saisir l'ONU    La réponse de Mechichi à Saïed : "Le populisme clivant, contre l'action bénéfique"    Des données privées de 500 millions d'utilisateurs de Facebook mises en vente par un hacker    Le Centre des études sur le Moyen-Orient de l'Université de Harvard prolonge son engagement en Tunisie pour six années supplémentaires    Ministres - Mode d'emploi : les coulisses de la «Ministre Academy»    Ligue 1 : L'Espérance de Tunis s'amuse avant le derby    Samia Abbou : Tué avec le lacrymogène, enterré avec le lacrymogène    Amine Mahfoudh évoque le flou constitutionnel qui entoure les remaniements ministériels    Polémique autour de la prestation de serment, que dit la constitution ?    A Sousse, des protestataires revendiquent la chute du régime    Le patronat libyen sollicite les compétences et la main-d'œuvre tunisiennes    COVID-19 Sousse, situation au 25 Janvier: 62 nouveaux cas et 8 nouveaux décès    Tunisie: En images, manifestation au Kef pour réclamer la libération des détenus    Tunisie [Vidéo]: Coup d'envoi du Match Olympique de Béja contre Espérance Sportive de Tunis    Mechichi : Une carte des centres de vaccination contre le coronavirus a été établie    CONDOLEANCES : Samir MHIRI    CONDOLEANCES : Abdesslem SAAFI    Le FLAGSHIP KILLER MI 10T Pro-5G de XIAOMI débarque enfin en Tunisie    Tunisie-dernière minute: Dégage à l'encontre de Rached Ghannouchi devant le Parlement [vidéo]    Espérance de Tunis : le Ghanéen Khaled Abdelbasset espérantiste jusqu'en 2023    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 26 Janvier 2021 à 11H00    Le premier ministre italien présente sa démission    Attijari bank annonce un PNB de 488 millions de dinars en 2020    Mobilisation tous azimuts en faveur de l'adaptation au changement climatique en Tunisie    Débats houleux à l'ARP, levée de la séance plénière    Tunisie – météo : Poursuite des pluies dans le nord et vent fort sur les côtes    Commémoration du 40e jour de son décès : Abdelwahab Bouhdiba, le sociologue émérite    Volleyball | Coupes d'Afrique des jeunes : Vers l'annulation...    Mini-Football | Super League Elite (3e journée) : Arriadh confirme, La Marsa cale    Stupeur sur fond d'ambiance délétère au CA : Supplice clubiste !    A l'occasion de son 102e anniversaire : «Taraji Pay» voit le jour    Contrepoint | Culture... et interrogations    18e édition du festival des cinémas d'Afrique en ligne : Le numérique comme issue    Tunisie-Ligue 1 (J10): les matches de ce mardi et programme TV    Appel à candidatures pour le projet "Académie des Musiciens créateurs"    Ramadan 2021: Nouvelle série "Kan Ya Makanesh" d'Abdelhamid Bouchnak avec Hatem Belhaj    Exposition collective "Géographie de l'intime" à la station d'art B7L9 du 29 janvier au 7 mars    [TRIBUNE] #Jeunesse #Espoir !    Covid-19 : Joe Biden durcit les règles d'entrée aux Etats-Unis    A «l'Orient-Express»... le voyage n'était pas de tout repos    Voici pourquoi la souche britannique pourrait provoquer une mortalité accrue    Etats-Unis: Le procès de Trump devant le sénat débutera le 8 février    Mustapha El Haddad: L'embrigadement des jeunes pour le jihad «Le paradoxe tunisien»    Etats-Unis-Investiture: Kais Saied félicite Joe Biden    De Trump à Biden: la force de la symbolique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdallah Chamekh, réalisateur du documentaire «le bois sacré», à La Presse : «La caméra ne croit pas à la géographie»
Publié dans La Presse de Tunisie le 30 - 11 - 2020

Le réalisateur Abdallah Chamekh vient de terminer un nouveau documentaire «Le Bois sacré », tourné vers l'Afrique et tourné en Afrique, en Côte d'Ivoire. Un regard d'Africain du Nord sur l'Afrique. Il nous en parle dans cet entretien.
Ce n'est pas tous les jours qu'on a des idées d'aller tourner un documentaire en Afrique...
C'était en 2019, l'idée m'a séduit après la lecture d'un anthropologue sénégalais, Cheikh Diop, où j'ai découvert que la culture africaine a joué un rôle prépondérant dans l'Histoire. Elle a même eu des ramifications dans l'ancienne civilisation égyptienne. C'est dans ce même livre, d'ailleurs, que j'ai découvert la tribu des Boubouri. De nombreux villages africains de Côte d'Ivoire sont témoins de changements au fil du temps, pourtant, Latt, un maître spirituel du village de Boubouri continue à enseigner les coutumes et les traditions de «la fête des générations». Sa tentative de préserver l'héritage de ses ancêtres a lieu à un moment où les jeunes du village se montrent indifférents à ces pratiques culturelles.
Le combat du maître spirituel pour maintenir la tradition ancestrale est le leitmotiv du film, car il fait face à un certain nombre de difficultés lorsqu'il pratique les rituels cérémoniels de «la fête des générations ». C'est par l'intermédiaire de son fils et de nombreux jeunes que le maître s'emploie à préserver l'identité et les coutumes du peuple Adjoukrou et du village Boubouri malgré le mépris de la nouvelle génération pour la tradition et le patrimoine culturel qu'elle symbolise.
En général, nos caméras sont plutôt tournées vers le Nord, j'ai donc voulu tourner ma caméra vers le Sud et j'ai découvert qu'il y a plusieurs points communs dans nos us et coutumes avec l'Afrique. Je n'ai pas été dépaysé. Je n'ai pas non plus trouvé un problème de communication avec ce peuple, même si je ne parle pas la langue de cette tribu. Je rappelle que ce film est une production d'Al Jazeera Documentary Channel, avec pour producteur exécutif la société tunisienne Folk Story.
C'est un documentaire qui aborde aussi la question de l'hégémonie culturelle ...
Le film aborde la question du choc ethnique et des nombreuses dichotomies que rencontre le peuple Adjoukrou en Côte d'Ivoire. Ce peuple devient représentatif des mêmes conflits que d'autres communautés africaines et non africaines ont du mal à surmonter en raison de l'hégémonie culturelle.
L'hégémonie culturelle se manifeste à travers le développement des cultures qui ont fait disparaître l'identité ethnique et restent cachées dans le bois. «La fête des générations, ou le « Low », a lieu dans cette dernière ; pourtant, cela devient un spectacle pour les touristes à apprécier car de moins en moins ils le célèbrent pour son importance culturelle. La célébration, thème central du film, est également emblématique du conflit générationnel car elle est vue par les jeunes comme obsolète, tandis que les aînés affirment qu'elle marque l'identité et les origines de la communauté.
Pour le réalisateur tunisien que vous êtes que rapporte ce genre d'expérience ?
Ça m'a permis de conclure que la caméra ne croit pas à la géographie, mais elle croit à l'espace. J'ai été également beaucoup plus sensible et de manière (palpable) à l'idée de la nouvelle colonisation culturelle. C'est un point fort qui nous unit par exemple. Le cinéma africain a beaucoup parlé de ce problème d'ailleurs et c'est un cinéma que j'admire, car il contient une originalité dans le traitement et dans l'esthétique. Sur le plan anthropologique j'ai découvert une nouvelle civilisation avec ses rites d'initiations et qui est sur le point de disparaître au profit de la consommation. D'ailleurs, il n'y a presque plus de bois sacré dans cet endroit, tout est en train d'être rongé par l'urbanisme. Sur un autre plan, ce film a été pour moi l'occasion de filmer les coutumes des tribus africaines avec un regard d'un Nord-Africain et non celui d'un Occidental .


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.