Qalb Tounes met en garde contre toute détérioration de l'état de santé de Nabil Karoui    Le Haut-Commissariat aux droits de l'Homme se dit préoccupé par les violences policières répétées en Tunisie    Accord de formation dans les métiers du tourisme et de l'hôtellerie à Tozeur    Le site de l'ambassade de Tunisie à Washington expiré pour défaut de paiement !    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 14 juin 2021 à 11H00    Espérance de Tunis – Al Ahly : le club de Bab Souika entame un stage    Classement WTA : Ons Jabeur retrouve sa 24ème place mondiale    Tunisie: Lotfi Zitoun s'exprime au sujet de la hausse des prix [Vidéo]    Tunisie-Lotfi Zitoun: Ces députés doivent renoncer à leur immunité parlementaire [Vidéo]    La 35ème édition du festival international de musique symphonique d'El Jem du 10 juillet au 14 août 2021    Tunisie – Projet de loi sur la Cour constitutionnelle : Un serpent de mer    La CONECT et Attijari Bank entament la phase exécutive du projet "Dar Al Macharii", indique Cherif    Finale arabe de PUBG Mobile Pro League S1: OPPO offre des smartphones Reno5    Nouvelle gouvernance de UBCI: Hassine Doghri Président du conseil d'administration et Mohamed Koubâa Directeur général    Tribune | La Tunisie a été confisquée    Bassem Trifi : Les dossiers des violences policières sont systématiquement enterrés dans les tiroirs de la justice !    Dégradation de la situation politique, sociale, économique et sanitaire : Kaïs Saïed a-t-il donné son feu vert au dialogue national ?    Secteur de la chaussure : Pour un produit conforme aux normes    Deux convois d'aides humanitaires : Quand la diaspora tunisienne répond à l'appel    Tunisie – Coronavirus : 79 nouveaux décès supplémentaires le 12 juin 2021    Tunisie – Météo: Températures toujours en légère hausse    Les indiscrétions d'Elyssa    Sit-in devant le théâtre municipal : Le ras-le-bol des ingénieurs des établissements publics    Kairouan | Examens de fin d'année : La grande mobilisation    La récolte céréalière à Ben Arous devrait attendre les 155 mille quintaux    La JSK se projette :Des motifs d'espoir    L'équipe de Tunisie piégée par l'Algérie : Kébaïer n'est pas le seul problème !    News | Taraji Holding verra le jour    «Fragments (En toute intimité)» de Oumaima Bahri au Carthage Dance 2021 : ça coule de source    Tunisie – Réadmission de Nabil Karoui à l'hôpital    Hichem Ajbouni dénonce le recours excessif à la violence par le gouvernement    Tunisie : Quatre joueurs absents contre le Mali    Programme TV du dimanche 13 juin    Aujourd'hui, premier rendez-vous de «REGARDS DE PALESTINE» au CinéMadart: Contre l'apartheid, pour que leurs voix résonnent    Site de Carthage: cri de détresse du collectif de la société civile à Carthage    Tunisie – Deux disparus dans le naufrage d'une barque de clandestins au large de Kelibia    USA : 14 blessés dans une fusillade à Austin au Texas    Biden refuse de tenir une conférence de presse avec Poutine    Les Mélanges d'Histoire ancienne du Professeur Ammar Mahjoubi    Rafik Abdessalem : « Kais Saied ne distingue pas entre ses émotions et la gestion des affaires de l'Etat »    Jean Fontaine: Le migrant inversé    La Tunisie est fin prête pour accueillir les voyageurs du monde !    Championnat national de lecture : La finale aura lieu le 11 juillet à Radès    Un soldat blessé lors de l'explosion d'une mine à Mghilla    Emmanuel Macron se prend une gifle - La vidéo devient virale    La Tunisie accueille une partie de l'exercice militaire "African Lion 21" (Défense)    Après la 4e guerre israélienne contre Gaza, saura-t-on éviter la 5e ?    Israël, cette démocratie islamiste ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Feuilleton « Fundou » de Saoussen Jemni : Un bon produit, mais qui s'étire en longueur...
Publié dans La Presse de Tunisie le 07 - 05 - 2021

Le jeu d'acteur de Nidhal Saâdi est parfois dilué dans la lenteur des séquences et leur étirement. Une intrigue irréprochable mais pourquoi nous avons cette impression qu'il s'agit d'une bonne dizaine d'épisodes dissoute et effritée sur 21 ? Et puis il faut nous justifier ces nouveaux formats qui sortent sans raison aucune, alors qu'on était habitué aux 15 et aux 30 épisodes, laissant le spectateur dans le flottement durant le reste du Ramadan.
Une vingtaine de jours de séries dramatiques ramadanesques. Les producteurs buzzent comme ils peuvent autour des feuilletons et tous les efforts sont à saluer. On assiste parfois à des performances d'acteurs très louables, et ce, aussi bien dans «Fundou» que «Harga» ou «Awled El ghoul». Mais il a fallu entre cinq et sept jours de patience pour que nos dramatiques puissent installer leurs personnages et accrocher les téléspectateurs. Force est d' admettre que ces feuilletons ne pèchent pas par leurs sujets mais plutôt par leurs traitements dont cet agaçant problème de rythme. Pourquoi aussi bien pour les réalisateurs que pour les monteurs, c'est si difficile d'entrer rapidement dans la tête des téléspectateurs ?
Aujourd'hui les téléspectateurs (surtout les jeunes) sont rompus aux séries étrangères qui fleurissent sur les plateformes et qui, elle, ont une autre respiration. Intéressons-nous à l'exemple de «Fundou» dans cet article. Le feuilleton traite du sujet de Yahya qui a écopé de vingt ans de prison injustement. Ce n'est qu'après le cinquième épisode que ce feuilleton a atteint sa vitesse de croisière après avoir perdu beaucoup de temps dans l'installation de ces personnages. Certaines séquences sont montées sans des clés de lecture... Manière cinéma ?… Télévision ? Nous avons l'impression que la réalisatrice a envie de faire du cinéma parfois à l'intérieur de son feuilleton. Pourquoi pas ? Mais le problème c'est que ça n'épouse pas le rythme quelquefois... A titre d'exemple, la séquence de Yahia, à peine rentré de prison et qui pénètre dans sa chambre. Il se souvient de son enfance. Une séquence bien filmée, mais elle s'éternise avec un Yahya qui rentre et qui sort. Une séquence qui s'étire, s'étire... Un personnage brisé ? Nous l'avons compris dès les premiers regards et gestes tellement Nidhal Saâdi l'exprime bien dans son jeu. Sur un autre plan, pendant les premiers épisodes, la musique a dévoré carrément la narration, l'image et le jeu des acteurs à tel point qu'elle couvre parfois la voix des acteurs. Ce problème a été rattrapé dans les épisodes qui suivent. Cela dit «Fundou» est un feuilleton qui a du potentiel. Ce potentiel apparaîtra au fur et à mesure donc. Et si ce feuilleton arrive à accrocher, c'est vraiment grâce à ses acteurs ou à la direction de ses acteurs et en premier lieu Nidhal Saâdi, qui porte toujours sur lui l'objectif de la caméra. La réalisatrice a su créer et faire circuler l'énergie nécessaire entre les personnages principaux fortement «magnétisés» comme Nordo ou Yassine Ben Gamra et les autres acteurs de la nouvelle génération. Cela semble simple mais une erreur sur ce plan nous aurait sortis de toute la dynamique de la dramaturgie. Sur le plan de l'intrigue, jusque-là tout tient bon et le feuilleton arrive à nous vendre une fausse mèche qui conduit nos soupçons vers Mohamed Ali Ben Jemâa, le professeur de la victime. Mais à force de le souligner... On a vite compris qu'il faut chercher ailleurs. La fin du feuilleton, tout en révélant l'assassin, reste ouverte sur une possible saison, pourquoi pas, si on évite l'étirement de séquences où parfois l'excellent jeu de Nidhal Saâdi se dissout…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.