Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine : Voici la proposition d'Othman Jerandi    Opportunités : Des hommes d'affaires tunisiens prospectent les marchés kenyan et ougandais    Météo | Températures en légère hausse ce samedi    Tunisie : Les intentions d'investissement accusent une baisse de 20%    Tunisie : Leila Jaffel crée une équipe pour le suivi des activités des directions régionales de la justice    Ephéméride – 4 décembre 2012 : Les Ligues de protection de la révolution attaquent le siège de l'UGTT    UGTT : Commémoration du 69e anniversaire de l'assassinat de Hached    Tourki : l'INLUCC infiltrée et politisée depuis 2017    Coupe arabe FIFA 2021 | Tunisie-Syrie (0-2): La grande désillusion des aigles de Carthage    Le pass vaccinal sera obligatoire dans les établissements universitaires    Tunisie-Covid : Quatre morts en une journée    Tunisair : Mise à jour des conditions de déplacement vers le Canada    Tunisie Télécom accompagne la Tunis Fashion Week    Omicron, diplomatie, déficit budgétaire… Les 5 infos de la journée    Football : Où regarder Dortmund – Bayern et Roma – Inter ce samedi ?    Infos bourse – Le titre Essoukna baisse considérablement    Tourisme | Le réseau français « Selectour » tient son 11ème congrès en Tunisie    Importantes précisions du ministère de l'enseignement supérieur concernant le pass vaccinal    Ce dimanche, accès gratuit aux musées, monuments et sites historiques    Coupe Arabe : Qatar s'offre Oman dans une fin de match à suspense    Tunisie : Malek Ezzahi plusieurs recrutements des personnes handicapées dans la fonction publique    L'ancien patron de l'athlétisme mondial, le Sénégalais Lamine Diack n'est plus    Coupe Arabe : le Bahreïn et l'Irak se neutralisent    Abir Moussi : Le gouverneur de Gafsa était parmi les agresseurs du 31 mars 2019    Les Gouverneurs des Banques centrales de la Tunisie, du Maroc et de l'Egypte insistent sur l'importance de la coordination entre la politique monétaire et budgétaire    Candidature au Conseil de paix et de sécurité de l'UA Précisions de la diplomatie tunisienne    Macron dans le Golfe : De très gros chèques et une sacrée revanche sur Biden    Aux Galerie « XYZ » et TGM Gallery : La Grenade exposée sous toutes ses coutures et l'Ecole de Tunis haute en couleurs    NEWS: Mounir Rached affine son effectif    Marché de fin d'année 2021 aux villages artisanaux d'Ezzahra et Hammam-lif    COMAR — inauguration du village Marathon à Tunis: Tout est fin prêt    Témoignage : Le patient industriel tunisien en mort cérébrale !    Programme de la Cinémathèque Tunisienne du 29 novembre au 5 décembre: La Palestine à travers ses cinéastes    Pour célébrer la fête de la Révolution et au lieu du 14 janvier: Kaïs Saïed décrète le 17 décembre jour férié    Des catamarans ''fabriqués en Tunisie'' interdits d'export, par la Tunisie    Dialogues éphémères: Variations grecques sur la prière pour la pluie    Taboubi s'excuse auprès de Bouden    Tunisie : Baisse du déficit budgétaire à fin septembre    Tunisie : Ouverture de la 22ème édition des Journées Théâtrales de Carthage ce samedi    New York : Le siège de l'ONU fermé après qu'un homme armé ait été aperçu à l'extérieur    Libye : VIDEO: Scènes de liesse populaire après la réhabilitation de Seif El Islam aux élections    Tunisie : Vers la restauration, la numérisation et de la revalorisation de la cinémathèque de Gammarth    L'Omicron était déjà présent en Europe avant la cascade de restrictions visant l'Afrique?    La Tunisie cherchait à acheter jusqu'à 175 000 tonnes de blé tendre    Première mondiale de la pièce de théâtre "l-Medea" de Sulayman Al-Bassam aux JTC 2021    Space X : Elon Musk menace ses salariés de fermeture    Coronavirus : Première déclaration du PDG de Pfizer concernant ''Omicron''    Ghazi Moalla : Trois personnalités sont les favoris pour l'élection présidentielle libyenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Interview de Elyes Felfoul : «Récupérons notre avenir par l'éducation»
Publié dans La Presse de Tunisie le 04 - 07 - 2021

Il aura fallu des temps difficiles pour en prendre conscience et revenir aux fondamentaux. Plus que jamais, on le savait, certes, mais on l'avait quelque peu oublié, plus que jamais l'éducation doit être la fondation de toute société civilisée. En ces temps troubles de contestations, de remise en question, de dérive et de laxisme, la notion d'éducation qui doit structurer les rapports familiaux, scolaires et professionnels, a souvent été battue en brèche au nom d'une liberté mal comprise, et mal assimilée.
Associations, organisations nationales et internationales, fondations, universités multiplient les forums, colloques, tables rondes, séminaires et se posent désormais « la » question essentielle : quel genre d'éducation offrir à nos enfants. Et depuis peu, depuis que le monde a basculé dans une autre dimension, celle de la pandémie, quelle forme doit prendre cette éducation. Depuis douze ans aujourd'hui, Wise, plateforme internationale, multisectorielle, créée par la Fondation Qatar, s'attache à mettre en valeur le rôle essentiel de l'éducation dans le développement social et humain, pour une culture de la paix. Wise tend à ce que l'éducation devienne un enjeu important dans les agendas des acteurs politiques et économiques dans le monde. Wise, dont le logo se décline en World Innovation Summit of Education, tient régulièrement des assises internationales réunissant tout ce qui se pense, se conçoit et s'organise en matière d'éducation. Du fait de la pandémie, ces rencontres auxquelles avaient coutume de participer chefs d'état, ministres, experts, sommités, journalistes et même stars engagées se font virtuelles, mais non moins suivies. La prochaine rencontre qui se prépare aura lieu à Doha l'hiver prochain avec pour thème «La génération non silencieuse : récupérons notre avenir par l'éducation». Aux commandes de cette formidable machine qu'est ce méga forum, de ces panels, rencontres, tables rondes, workshops, un jeune et discret Tunisien à l'efficacité redoutable : Elyas Felfoul. Il a bien voulu répondre à nos questions et nous donner, en avant- première, les grandes lignes de ce que sera cette édition de Wise.
Merci de nous rappeler la genèse de ce sommet de l'innovation qui draine, aujourd'hui toutes les forces vives consacrées à l'éducation
Wise est une initiative de la Fondation Qatar qui a été établie sous la présidence de Son Altesse Sheikha Moza Bint Nasser, en 2009. Wise est une plateforme mondiale qui œuvre à encourager l'innovation pour faire face aux défis éducatifs contemporains et à venir. Aujourd'hui, Wise est non seulement un sommet de référence qui rassemble les plus grands penseurs, décideurs et praticiens de l'éducation, mais c'est aussi une organisation qui travaille au jour le jour à améliorer l'état de l'éducation dans le monde. A cet effet, Wise publie chaque année de multiples travaux de recherche, développe des programmes d'accompagnement de start-up et de mentorat de jeunes leaders, remet des prix récompensant les projets les plus innovants, pour ne citer que quelques-uns de ses champs d'action.
La pandémie a bouleversé toutes les règles. Comment envisager de pallier ce qui est la plus grande rupture des processus d'éducation depuis la Seconde Guerre mondiale ?
La pandémie a eu de lourdes conséquences sur l'éducation, les enfants du monde entier en ont souffert en étant privés d'écoles pendant de longs mois. La crise a également mis en exergue les failles des systèmes éducatifs qui sont observées par tous les spécialistes depuis de nombreuses années. Cette période a d'ailleurs incité de nombreux innovateurs à imaginer de nouvelles solutions éducatives, notamment dans les edtech.
Notre priorité cette année est de mettre tous les efforts au service des populations les plus affectées par la crise éducative. Nous allons inviter notre communauté, et les jeunes tout particulièrement, à réfléchir et à partager leurs idées, solutions et aspirations pour avancer efficacement vers un avenir plus serein.
C'est la raison pour laquelle nous avons choisi pour thème cette année "Generation Unmute". Nous voulons reconnecter les jeunes avec leur éducation, leur donner les moyens de se réapproprier leur avenir grâce à celle-ci. Non seulement leurs inquiétudes pour la planète doivent être écoutées, mais leur enthousiasme à changer le monde doit être le moteur de notre réflexion. Il ne s'agit plus de "reconstruire" notre monde, mais de le reconstruire "mieux" à travers l'éducation et en prenant en compte ces aspirations.
Les plus touchés par cette crise mondiale provoquée par la pandémie et renforcée par la crise économique qui en découle sont les jeunes et les franges déshéritées. Ce sont eux la génération unmute qui réclame un futur. L'éducation suffira-t-elle a le leur garantir ?
Vous avez raison. La pandémie a créé la crise mondiale la plus importante depuis la Seconde Guerre mondiale. Selon les Nations unies, plus de 1.6 milliard d'élèves et étudiants ont souffert des fermetures d'écoles successives, et ils ont été affectés au premier chef par les divers confinements, couvre-feux et autres disruptions. La crise a également touché les jeunes diplômés, puisque près de 20% des jeunes de moins de 25 ans sont désormais au chômage nous apprend l'Ocde, soit près du double du taux pré-pandémie.
La question qui se pose est bien : comment "réparer" l'éducation? Comment renouer avec la promesse d'une éducation qui ouvre le champ des possibles à nos enfants ? Une éducation qui leur donne confiance en eux et confiance en l'avenir, qui leur donne les clés pour devenir des citoyens actifs, qui leur permette de trouver un emploi et de donner un sens à leur vie.
Les chantiers sont nombreux, car force est de constater que la crise a mis en exergue de nombreux dysfonctionnements. N'oublions pas qu'avant même la pandémie, de nombreuses études ont montré que les étudiants, de manière générale, ne sont pas satisfaits de l'éducation qu'ils reçoivent.
D'abord il me semble primordial de concentrer nos efforts sur une meilleure intégration des technologies à l'école. Si, comme le disent de nombreux scientifiques, d'autres pandémies sont à craindre, nous devrons réagir beaucoup plus rapidement et de manière plus qualitative. Cela implique un effort accru pour garantir un accès aux technologies et à internet à toutes les populations. Des investissements massifs devront être faits par les gouvernements.
Votre action concerne-t-elle certains pays plus que d'autres?
Wise est véritablement une plateforme internationale dont l'ambition est de faire circuler l'innovation entre les communautés, les entrepreneurs, les bénéficiaires de tous les pays.
Le programme "Wise Awards" a, par exemple, récompensé 72 projets dans plus de 150 pays depuis 2009, qui forment aujourd'hui une communauté active inspirant d'autres porteurs de projets.
Si le Sommet a lieu à Doha tous les deux ans, il s'exporte aussi depuis 2016 à l'étranger avec des événements régionaux qui se sont déroulés à Paris, Tunis, Accra, Pékin, New York ou encore Madrid.
Naturellement, Wise est une immense source d'inspiration pour la communauté éducative qatarie et de nombreuses passerelles sont établies entre notre programme et l'écosystème local, lui-même étant extrêmement riche et innovant.
Comment a été perçu le thème de cette édition de Wise ?
Ce thème est inattendu. Il crée la surprise car nous avons choisi un parti pris fort. Nous souhaitons remettre les jeunes au cœur du débat et nous les considérons comme partie-prenante de la solution. C'est aussi un thème qui suscite immédiatement l'adhésion. Le terme "unmute" est entré dans le langage courant de toute une génération. Il est devenu le symbole de la manière dont nos relations sociales ont été affectées ces derniers mois. En même temps, chacun se l'est approprié. Il incarne cette période qui a bouleversé nos vies, mais il illustre aussi la résilience dont nous avons fait preuve collectivement. Nous avons maintenu le lien avec nos amis, nos collègues de travail, les élèves avec leurs professeurs grâce aux écrans, et finalement c'est la technologie qui a permis de rendre moins difficile l'isolement que nous avons subi. "Unmute" est un mot puissant qui encourage les jeunes à parler haut et fort, nous espérons vraiment que notre message sera entendu.
Les Tunisiens ont déjà participé aux précédentes éditions de wise. S'en est-il suivi des collaborations ? Des échanges? Des actions conjointes ?
En 2016, le premier sommet "hors les murs", [email protected]Tunis, s'est attaché à valoriser l'apport de l'éducation dans la promotion de la paix et du développement. Nous avons notamment invité Ouided Bouchamaoui, représentante du quartet du Dialogue national tunisien, lauréat du Prix Nobel de la Paix en 2015, à échanger avec la lauréate du Wise Prize 2015, le Dr. Sakena Yacoobi. Celle-ci avait aussi pu s'entretenir avec des étudiants tunisiens.
Par ailleurs, nous avons noué des liens forts avec de nombreuses personnalités tunisiennes, parmi lesquelles, l'ancien ministre de l'Education, Slim Khalbous, l'angel investor (investisseur providentiel) Khalid Helioui, mais aussi Yahya Bouhlel, fondateur et P.-d.g. de la start up Go My Code. Nous avons aussi reçu l'ancienne ministre du Tourisme, Amel Karboul, membre de la Commission sur l'Education, une organisation avec laquelle nous avons collaboré sur une étude à paraître bientôt ; ou encore plus récemment l'entrepreneuse et activiste Amira Yahyaoui. Nous sommes, par ailleurs, actuellement en contact avec de jeunes créateurs de contenu tunisiens pour notre prochain sommet.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.