La vulnérabilité de 53% des terres en Tunisie est très élevée face au phénomène de la désertification (ministère)    Trabelsi appelle à des réformes dans l'espace de travail basées sur une approche participative    Tournoi de Birmingham : Ons Jabeur en demi-finales    A Kébili, le ministre de la Santé appelle à accélérer les inscriptions sur la plateforme Evax    Une épreuve du bac durant l'horaire de la prière du vendredi indigne Ridha Jaouadi    Démarrage du festival Gabès Cinéma Fen : Découvrez le programme du 19 au 26 juin 2021    Ouverture d'une exposition de femmes rurales au Palais Ennejma Ezzahra    Tunisie : La production nationale de gaz naturel augmente de 62%    CONDOLEANCES    Reportage à Sidi Hassine suite aux violences policières survenues les 8 et 9 juin    Processus de la décentralisation : Lentement, mais sûrement    Elections anticipées: Voilà pourquoi Ennahdha a soudainement changé de discours selon Abir Moussi    Programme TV du samedi 19 juin    Match EST vs Al Ahly: la CAF permet la présence de 5000 supporters à Radès! où regarder le match à la télé?    Pollutec 2021 : La Tunisie invitée d'honneur à Lyon    Un conseil ministériel régional dédié à Sfax prévu le 15 juillet    Handball | Play-off (11e journée) : CA-EST décisif pour le titre    Combattre l'automédication à l'ère du Covid-19 : Un engagement au-delà des mots !    Handball | CAN des dames au Cameroun : Médaille de bronze pour la Tunisie !    News | Nabil Maâloul sur le marché    Entretien avec Silvia Barreiros, directrice artistique de la Compagnie ASPARAS de Genève : Une pièce suisse avec des comédiens tunisiens    « Comme un château défait » de Lionel Ray : Le livre de la mémoire, le livre de la vie    Programmation du 15e épisode de Jazz à Carthage : Place à une musique du monde    Face à la pandémie    BH Bank: Med Salah Chebbi El Ahssen Président et Hichem Rebai Directeur général    Météo : forte hausse des Températures    Tunisie – Etats-Unis : Visite virtuelle de Wendy Sherman à Tunis    Euro: les matches de ce samedi    A 37 ans, Oussama Mellouli vise une participation aux Jeux Olympiques    Coronavirus- Kairouan: Le chef du gouvernement envoie Nissaf Ben Alaya sur les lieux    Coronavirus- Kairoun: le taux de positivité dépasse les 50%    Un fils de la médina d'envergure universelle: Ibn Khaldoun    Houcine Abassi : Qui est Kaïs Saïed pour mettre en doute notre patriotisme ?    STEG : Vers l'augmentation des tarifs de l'électricité et du gaz    Bourse de Tunis : Le Tunindex termine la semaine du 14 au 18 juin 2021 dans le rouge    Haniyeh au Maroc, bien que le pays ait normalisé ses relations avec Israël    Cannes 2021 : la tunisienne Kaouther Ben Hania membre du jury de la compétition Courts métrages    Utica : Aucune solution sans dialogue    L'Utica présente les axes d'un plan d'urgence et de sauvetage économique    "JAZZ à Carthage", une édition exceptionnelle en deux temps, de fin juin 2021 à mars 2022    Fathi Ayadi : Même si tout espoir semble perdu nous appelons et tenons encore au dialogue !    Monde- Daily brief du 17 juin 2021: Fin de l'obligation du port du masque en extérieur en France    "La Tunisie un allié important pour les Etats-Unis et pour le continent africain" (Andrew M. Rohling)    La migration "irrégulière" vers l'Europe ne doit en aucun cas être résolue dans le cadre d'une approche sécuritaire (Saied)    Ce qui s'est passé en Algérie est-il un signe de la fin de l'ère des islamistes du Monde ?    Monde- Daily brief du 16 juin 2021: Sommet Poutine-Biden à Genève    Un soldat blessé lors de l'explosion d'une mine à Mghilla    La Tunisie accueille une partie de l'exercice militaire "African Lion 21" (Défense)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une question de point de vue
«Theeb» et «Ave Maria» sur nos écrans
Publié dans La Presse de Tunisie le 06 - 03 - 2016

Deux films qui mettent en scène des facettes différentes de la réalité du monde arabe.
Le duo de films arabes qui fait le plus parler de lui en ce moment est à l'affiche au Rio et au CinéMadart. Le long métrage jordanien «Theeb», de Naji Abu Nowar, et le court métrage palestinien «Ave Maria» de Basil Khalil ont fait couler beaucoup d'encre, d'abord pour leur nomination et obtention de nombreux prix dans des festivals comme Cannes et la Mostra de Venise, et ensuite pour avoir été les seuls films à représenter le monde arabe cette année aux Oscars. Aucun d'eux n'a décroché de prix et le public de la région a rejoint le public mondial dans l'engouement pour l'Oscar du meilleur acteur accordé à l'Américain Leonardo DiCaprio, qui s'est vu nominer six fois pour la récompense avant de l'obtenir en 2016.
Soit. Derrière la vitrine de la représentation du monde arabe, que nous disent ces films de l'intérieur, d'Arabe à Arabe et en ces moments critiques de l'histoire de la région. «Ave Maria» préfère en rire. Le scénario de ce court métrage de 14 minutes est basé sur l'anecdote et l'action atteint son point culminant avec la chute. Une famille de juifs israéliens est victime d'un accident de voiture tout près d'un monastère palestinien. Obligée de demander de l'aide auprès des «sœurs de la miséricorde», la famille va devoir mettre de côté son orgueil. Mais comment arriver à s'entendre quand les sœurs font serment de silence et que l'heure du shabbat a sonné ? Basil Khalil propose une intrigue ficelée, bien filmée, légère — le rythme rappelle au passage celui des films de Elia Souleiman — et réflexive, avec un point de vue bien clair.
On ne peut pas dire de même de «Theeb», tout en lui reconnaissant ses qualités picturales indéniables. Déjà, le film attire l'attention sur ce qui se fait en matière de cinéma du côté de la Jordanie, qui se développe à grande vitesse. L'action se passe aux débuts du siècle dernier, durant la Première Guerre mondiale. Une famille de nomades envoie son fils cadet pour accompagner un soldat britannique et son guide dans le désert. Son jeune frère, Theeb (loup), très attaché à lui, le suit dans ce périple qui va être déterminant dans son passage à l'âge adulte.
Epatant à l'écran, Jacir Eid Al-Hwietat, qui joue le rôle du petit garçon, est filmé de près par la caméra, qui relate aussi son regard sur ce qui l'entoure. L'étendue du désert aux magnifiques paysages, les codes de ses aînés et ceux de l'étranger sont l'objet de sa grande curiosité. Il les absorbe comme il s'abreuve à l'eau du puits. Sa soif pour apprendre et son intelligence font de lui un enfant précoce. Mais le désert, la seule terre qu'il n'ait jamais connue, devient hostile quand il s'y enfonce avec ses compagnons. Les temps sont durs et les conflits fusent, entre enfants de la même patrie — nomades, brigands, combattants ou traîtres — et Ottomans et Britanniques qui occupent cette étendue de sable.
C'est là que pèche le réalisateur. Dans un tel contexte où il installe son histoire, son point de vue semble ambigu, et le fait de placer sa caméra loin du front, pour suivre l'évolution de Theeb, ne le sauve pas. Car la rencontre avec les parties du conflit est inévitable et elle se produit effectivement dans le film, mais pour dire quoi ? Et à quel prix ? Ce n'est pas pour l'Oscar en tout cas, qui est revenu au film hongrois «Le fils de Saul», dont l'action se passe durant la Seconde Guerre mondiale, à Auschwitz.
«Theeb» reste par ailleurs un beau film et une belle histoire. Sa force réside dans son écriture où le réalisateur puise dans les paysages naturels, dans les traditions de vie de ses ancêtres, avec peu de dialogues, des plans superbes et un bon rythme. A vous de voir et de juger !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.