CAN 2021 – Gr D : l'Egypte bat le Soudan et file en 1/8    Raoudha Karafi : Kaïs Saïed veut punir le CSM car il a refusé son ingérence !    Tunisie-La Marsa : Kobbet Lahoua classé monument historique national    Les crises en Tunisie se sont aggravées depuis que Saïd a limogé Mechichi, selon la Confédération Syndicale Internationale    Tunisie : e-istichara.tn sur TikTok et Instagram    Qui a rédigé les questions des consultations populaires ? Le ministre de la Jeunesse répond    Béja: 500 nouvelles contaminations au Coronavirus    Grève: La Fédération générale des postes rejette la décision de la réquisition et saisit la justice [Audio]    Le parquet informé de la mort d'une personne, retrouvée inconsciente vendredi dernier près du Palais des congrès    Mesures sanitaires dans les écoles: Jalila Ben Khelil rassure [Audio]    Seulement 20% des Tunisiens respectent les mesures préventives ?    CAN 2022 – Algérie vs Cote d'Ivoire : Où regarder le match en direct ?    TPR : Progression du chiffres d'affaires de 13%    Coronavirus :Fin des mesures sanitaires en Grande-Bretagne    Noureddine Sammoud n'est plus, un esthète des mots nous quitte    14 janvier: Un manifestant décède suite à la violence policière d'après le Mouvement des Citoyens contre le "coup d'Etat"    Tunisie : ''Streams'' de Mehdi Hemili, le film qui brise tous les tabous    L'ordinateur portable HUAWEI MateBook 14 disponible en Tunisie : 5 raisons pour l'acquérir    L'histoire de détermination de la nouvelle conseillère de Kais Saied    CONDOLEANCES    Foot-Europe: le programme du jour    QNB – Résultats Financiers Q4 2021    2021, Une année de distinctions pour AMEN BANK    Démarrage du programme "Jeunes réalisateurs, cinéma, écriture environnement" dans le cadre du projet "Scénarios Verts"    Tunisie – météo: Temps stable et légère hausse des températures    BILLET | Impact potentiel    Accusé dans l'affaire des assassinats des deux martyrs Belaïd et Brahmi, Mustapha Khedher libéré : Le mystère persiste    Tunisie : Grève des agents municipaux    Covid-19 | Bizerte : 41 établissements éducatifs fermés et appel à la reprise des cours    Les assignés à résidence de la semaine dernière ont été libérés par la justice    Les conséquences de la hausse des prix de pétrole sur la Tunisie    CAN 2021 : Le programme détaillé des 8e de finale    Tunisie-Gambie : Un arbitre mexicain au sifflet    Indécent !    AS Rejiche : Jassem Hamdouni de retour    Partenariat public-privé : Près de 230 concessions accordées entre 2017 et 2021    La Tunisie exporte des oranges maltaises vers Marseille    OPINION: Le jeune cinéma tunisien à l'heure des défis    CAN 2022: L'équipe de la Tunisie la plus touchée par la Covid, 13 cas recensés (liste)    Tunisie : ''Streams'' de Mehdi Hmili, au cinéma    Violences policières Des organisations nationales exigent des excuses officielles de Kaïs Saïed    France : Blanquer à Ibiza alors que sa gestion du Coronavirus fait jaser, ça fait tache    Le bâtiment Kobbet Lahoua à la Marsa classé monument historique    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    Aux éditions LALLA HADRIA : «En Tunisie» de Jellel Gasteli    Sommet de la Ligue arabe : Très mauvais pour Alger, pour le monde arabe    Eric Zemmour condamné à 10 000 € d'amende pour provocation à la haine    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Violence enfantine, crimes et délinquance: L'élève-enfant: victime ou bourreau?
Publié dans La Presse de Tunisie le 03 - 12 - 2021


Zeineb GOLLI |
Les avis convergent et divergent : certains réclament de punir un élève-enfant, d'autres, en revanche, prennent la défense des élèves, même s'ils sont fautifs au motif que ce sont des enfants victimes du système et du milieu dans lequel ils vivent
Les incidents choquants, qui ont récemment eu lieu, se sont accrus de manière indécente et révoltante. Ce gâchis nous amène, d'ores et déjà, à poser la problématique suivante: l'élève est-il victime ou bourreau? Où est l'issue? Et enfin, quelles solutions peut-on proposer pour lutter contre les agressions et les crimes qui deviennent de plus en plus fréquents dans les établissements scolaires et secondaires?
Les avis convergent et divergent : certains réclament de punir un élève, enfant, d'autres, en revanche, prennent la défense des élèves, même s'ils sont fautifs au motif que ce sont des enfants victimes du système et du milieu dans lequel ils vivent. Un doigt accusateur est tout particulièrement pointé sur les parents qui ont élevé leurs enfants dans un climat de terreur et de violence. En effet, les querelles des parents auxquelles ils ont assisté, les disputes dans le quartier, la vulgarité dans les rues, ainsi que le contenu violent de certains programmes télévisés influencent négativement le comportement des enfants.
Ayant été témoins des manifestations et des troubles sociaux survenus pendant et après la Révolution de 2011, la plupart des enfants ont grandi dans un climat marqué par la violence dans les sphères publique, politique...., à l'instar des lynchages, des assassinats politiques .....
Culpabiliser l'élève uniquement, serait injuste, d'autant plus que ce dernier subit le diktat de la réussite scolaire à tout prix: il est censé, du matin au soir, réviser des leçons, passer des épreuves et suivre des cours particuliers pour obtenir de bons résultats scolaires. Toutefois, il serait injuste de tout mettre sur le dos des parents, sous prétexte qu'ils sont les premiers responsables de l'éducation de leurs enfants. Ces derniers rentrent épuisés après une longue journée de travail et ont du mal, par conséquent, à remplir adéquatement leur rôle de parents dans l'éducation de leurs enfants.
Le dialogue se fait de plus en plus rare et les rapports deviennent distants et froids. Les enfants vont combler ce vide affectif en passant la majorité de leur temps à surfer sur internet et en se faisant des amis avec lesquels ils partagent leurs premières expériences : première cigarette, consommation de drogues....
colère, haine et...vengeance !
Cette réalité amère s'explique par les mauvaises fréquentations de l'enfant qui est de nature très influençable.
En fait, si on apprend à son fils, dès son jeune âge, à faire de la musique, à bouquiner, à assister à des pièces théâtrales, ce dernier grandit, systématiquement, dans un milieu de quiétude, de richesse culturelle et intellectuelle et dans le respect et la discipline. Ceux qui, par contre, passent leur temps dans la rue finissent par intérioriser la violence.
Nul ne peut nier que la vie des enseignants est jalonnée de stress et de pression. Cela les rend irascibles et colériques. L'élève doit donc en subir les conséquences: punitions, avertissements, reproches, humiliation.... Un minimum d'entente et de complicité devrait régner en vue de créer une atmosphère paisible, basée sur l'amitié et la tolérance, occultant ainsi toute forme de désenchantement. La communication et l'interaction verbales sont réellement très importantes : elles permettent de mieux consolider et de raffermir les relations entre l'élève et son enseignant.
Les tentations ne sont, certes, pas l'apanage des grands : elles concernent surtout les enfants, hantés par l'achat et la consommation. Les parents sont aujourd'hui incapables de subvenir aux besoins excessifs de leurs enfants. Qui aura les plus beaux vêtements ? Le plus beau téléphone ? Les plus belles lunettes ? Cela crée finalement des tensions, qui peuvent pousser à l'acte, entre les enfants qui peuvent obtenir ce qu'ils veulent et ceux qui n'en ont pas les moyens.
Il faut, en guise de conclusion, prendre en considération la fragilité des ces derniers, trop susceptibles, trop sensibles et trop manipulables en vue de mettre fin aux actes de violence qui découlent d'un trop-plein de frustration, d'amertume, d'incompréhension.... Il faut surveiller et conscientiser ces derniers, dès un âge précoce, les sensibiliser afin de faire d'eux des êtres matures, respectueux des autres et responsables de leurs actes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.