Tunisie Telecom finalise le projet de couverture des zones blanches    Djerba sans sachets plastiques à usage unique depuis le 1er août 2022 : Est-ce la fin du cauchemar?    Balti et ses amis se produisent à l'avenue Habib Bourguiba à l'initiative de Orange Tunisie    Le comité de défense de Hamadi Jebali monte au créneau    Semaine boursière : Le Tunindex en hausse en dépit d'un volume transactionnel modeste    Attaque à Oslo : notre journaliste raconte    Ligue 1 Pro : Officiel. Le CSS jouera la coupe de la CAF    Kram : arrestation de huit femmes soupçonnées d'appartenance à un groupe terroriste    Covid-19 : un décès à Bizerte    Convoqué par un groupe de 26 avocats Brahim Bouderbala crie au complot    Tribune | Hommage à l'Armée nationale à l'occasion de son 66e anniversaire (II)    Menaces sérieuses contre le président Kaïs Saïed : Qui veut semer le chaos dans le pays ?    Bizerte : Saisie de 1,15 t de farine subventionnée    Pourquoi | Le bac, et après ?    Youssef Zied Elhechmi, Professeur agrégé en Médecine Intensive Réanimation et co-fondateur de la start-up HOPE HORIZON, à La Presse : «La solution d'ordonnance médicale SmartCare sera gratuite pour les patients, les médecins et les pharmaciens...»    Commentaire | Une étincelle dans la grisaille    Diplômés en technologie, ingénierie et mathématiques : La Tunisie, 2e pays au monde par le nombre    «Possibles», revue trimestrielle de littérature : «Le train m'emporte vers toi, mais déjà tu n'es plus là...» !    Exposition «Khémaïs Khayati, la passion de la photo» à la Cinémathèque Tunisienne : Du cœur avec beaucoup d'argentique    Classement CAF: Le Top 10 des meilleurs championnats africains    ESS – CA : pas de huis clos, mais avec 5000 tickets de plus pour le public étoilé    Météo de ce samedi    Sousse: Prix au marché municipal de Msaken [Vidéo]    Le titulaire de la meilleure moyenne à Gabès: Je contribuerai au développement de mon pays [Vidéo]    L'UGTT commémore le 55ème anniversaire du décès de Ahmed Tlili [Vidéo]    Rached Ghannouchi solidaire avec Hammadi Jebali    JORT: Mourad Saïdane, nouveau directeur général de la sûreté nationale    Huawei Tunisie obtient le ICT Industry and talent development Award    Point de vue | Limite incontrôlable !    CSS : Objectif à moitié atteint    L'EST prend option sur le titre : Le flegme «sang et or»    France : La grève générale frappe là où ça fait mal    Tunisie : Exclusif : L'Open Banking pour stimuler la concurrence. Croisons les doigts.    Monde-Daily brief du 24 juin 2022: L'UE valide la candidature de l'Ukraine, les forces de Kiev ont reçu l'ordre de se retirer de Severodonetsk    Gaz russe : l'Allemagne aura froid cet hiver plus d'autres catastrophes alerte le gouvernement    Le Ministère des technologies de la communication annonce la clôture du projet des zones blanches    Festival Hammamet 2022: L'affiche rend hommage à Maurice Béjart    Tunisie-Ligue 1 (Play-Off): programme Tv de la dernière journée    Ouverture des travaux du Tunisia Investment Forum    Ons Jabeur rassure son public    Festival International de Hammamet de retour du 13 juillet au 19 août 2022 : Une édition prometteuse en vue !    Décès de l'artiste peintre Meherzia Ghadhab    Près de 150 migrants secourus au large de la Tunisie    Fondation Arts & Culture by UIB mécène la 35ème édition du Festival international de Musique Symphonique d'El Jem    Le Maroc va envoyer des travailleurs en Israël    FMI : ''La Tunisie doit remédier de toute urgence aux déséquilibres de ses finances publiques''    African Lion 2022 - La Défense nationale dément la participation d'Israël    Vive indignation à la suite de l'interdiction du film « Lightyear »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Clôture du festival international des Ksour sahariens : Tataouine, la reine d'un désert aux mille mystères
Publié dans La Presse de Tunisie le 28 - 03 - 2022

Du 23 au 26 mars, la ville de Tataouine a laissé penser à d'autres pistes d'investissement dans des projets dans la région.
En ce début de printemps, Tataouine se présente, à ses hôtes venus de divers horizons, comme la reine d'un désert aux mille mystères. Accueillante et hospitalière, la ville, au cœur du sud tunisien, a fait de son festival international des ksour sahariens, qui vient de souffler sa 41e bougie, un point d'orgue qui retient les regards de ses visiteurs. Quatre décennies déjà, ce rendez-vous haut en couleur a dû apporter sa pierre à l'édifice. Et chaque édition ajoute au charme ancestral de la région. Elle lui redonne vie et raconte l'histoire du bon vieux temps. Ainsi, tout s'est déroulé du 23 au 26 de ce mois, laissant penser à d'autres pistes d'investissement dans des projets dans la région.
Les Ksour, un imaginaire et un récit !
Tataouine s'enorgueillit de son précieux passé conjugué dans un présent aussi exigeant. Son potentiel touristique et culturel vaut bien la messe. Elle doit beaucoup à ses Ksour sahariens, où le festival annuel pèse de tout son poids. Dix fois millénaires, ces bâtisses aux formes géométriques classiques incarnent encore une saga berbère, ses us et coutumes. Leur aspect architectural reflète un certain rythme de vie qui résiste aux aléas du temps. Jadis, ces ksour se dressaient comme un rempart défensif contre tout risque d'invasion étrangère. Passés les ans, on est aujourd'hui dans une autre logique de promotion d'une oeuvre monumentale qui parle d'elle-même. Ce festival n'est, en fait, qu'un regard dans le retroviseur d'une civilisation ressuscitée. De quoi le tourisme local tire encore sa valeur. Ils sont, d'ailleurs, dépositaires d'un héritage moyenâgeux, imbu d'imaginaire social et de bien des récits.
Un festival ne suffit pas !
Certes, le festival des ksour qui vient de prendre fin avait renoué avec des traditions bien ancrées dans l'espace et dans le temps. Des shows folkloriques, de beaux spectacles équestres, la cavalerie, carnavals, des soirées bien meublées, des conférences thématiques, le menu est bien riche et varié. Quatre jours durant, les rues n'ont pas manqué d'animation diurne. De nouveaux circuits touristiques ont été découverts. Et le patrimoine matériel et immatériel fut l'objet d'un débat. Tataouine est devenue, ce alors, une destinée prisée. Une édition qui lui ouvre de nouvelles opportunités promotionnelles. Mais, un seul festival ne suffit pas. La région est aussi championne en tourisme alternatif durable. Les sites écologiques y sont multiples. Et ses maisons d'hôtes ne sont pas des moindres. Ceci étant, le festival international des ksour sahariens aurait dû être un événement réfléchissant un art de communication sur les atouts de la région.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.