Statue de Chokri Belaïd, pluies torrentielles… Les 5 infos du weekend    Bouden : « La création d'un conseil supérieur de l'éducation et de l'enseignement, oeuvrera à redonner à l'école son rôle d'ascenseur social »    Monastir : 22 migrants clandestins sauvés en pleine mer    Marouen Abassi reçoit le gouverneur de la Banque centrale libyenne    Sécurité routière : Légère baisse de la mortalité sur les routes en juillet 2022    Alerte météo | Des cellules orageuses feront leur apparition ce soir    Tunisie – La marine nationale sauve 22 candidats à la migration clandestine    Ghaza : 31 martyrs dont 6 enfants et 4 femmes    Premier League : Mejbri absent et CR7 Remplaçant, Man Utd battu à domicile    La CAF recadre le président De Laurentiis pour les joueurs africains    Talbi avec Lorient, Khazri avec MHSC et Skhiri avec Köln, 3 tunisiens vainqueurs ce dimanche    Tunisie – La crise économique risque de se compliquer encore plus    La statue de Chokri Belaïd provoque un tollé sur la toile    USA : New Mexico : La police enquête sur les meurtres en série de quatre musulmans    L'INM annonce des orages dans le nord-est et le centre du pays    Ben Arous : saisie de 91 quintaux de farine subventionnée utilisée pour fabriquer les pains spéciaux    La croissance économique mondiale stagne en 2022, mais s'agit-il d'une récession?    255 migrants migrants clandestins secourus en une seule nuit entre la Tunisie et l'Italie    Ons Jabeur exemptée du premier tour du tournoi de Toronto    Jean-Jacques Ciscardi sort son nouveau live : Beyrouth-Rome vol 770    Vers la couverture sociale pour les travailleurs agricoles et de la pêche    Repères historiques | Aérodrome de Tunis : Le temps des pionniers    Bizerte: 3 enfants se sont noyés à Ghar El-Melh    Noureddine Taboubi inaugure le mémorial de Chokri Belaid (Vidéo)    Benjemy au Festival International de Hammamet : Prouesses musicales et esthétiques    Notes de lecture | Ondoyances méditerranéennes de Saint Augustin à Sidi Bou Saïd El Baji *    Foot-Europe: le programme du jour    Le festival de Monastir déprogramme Mokdad Shili à cause de ses propos contre Bourguiba    Pourquoi | Répercussions en chaîne...    Vacances estivales et activités pour enfants : Privilégier le divertissement et l'apprentissage    Mohamed Hammadi JARRAYA, Expert en économie et Président de l'observatoire «Tunisia Progress» à La Presse : «La relance, remède aux maux économiques»    L'USBG s'active sur le marché des transferts : Un mercato actif    L'USM se prépare pour la nouvelle saison : Une équipe new-look !    L'UGTT condamne les attaques sionistes contre Gaza    Météo du dimanche 7 août 2022    Wandure is actually a Canadian Dating application That Saves Times by Turning Every on line complement Into a Real-Life Date    Learning to make Up With The Girl After A Fight    Kaïs Saïed ordonne le retrait de son poster placardé sur un minaret    L'UGTT condamne les attaques sionistes contre Gaza    Apparitions médiatiques de Rached Ghannouchi : Un déni qualifié de la réalité    Festival du poisson à la Goulette : De plus en plus prisé    Tennis | Tournoi San José : Ons Jabeur éliminée en quarts de finale    MEMOIRE : Abdelwaheb DAMAK    La Tunisie condamne les raids menés par Israël dans la bande de Gaza    Treatment For Ebony Babes™ Focuses On Helping Ebony Women Proceed Off Their Exes    L'efficacité de l'action    Un Tunisien tué à Montréal : les détails    Décès d'un tunisien dans une fusillade à Montréal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Du 23 au 28 mars 2022, le Festival des Ksour : Après la traversée du désert, la fête
Publié dans La Presse de Tunisie le 14 - 03 - 2022

Tataouine, cette ville historique de l'extrême Sud tunisien, fera encore parler d'elle, comme elle l'a toujours fait, depuis 41 ans déjà, grâce à son fameux Festival. Une nouvelle édition. Un mégaspectacle au programme et quelques grains de sable.
Le Sud tunisien regorge de mystères, de découvertes et de potentiel. Tataouine ne fait pas l'exception et les festivals sont là pour répondre à l'esprit aventurier des visiteurs. A l'approche du Festival des ksour sahariens, du 23 au 28 mars 2022, Tataouine accueille chaleureusement des visiteurs venant des quatre coins du globe. Ce Festival international souffle dans une poignée de jours sa 41e bougie dans le cadre d'une cérémonie digne de son parcours et qui mettra davantage en valeur ses trésors et ses particularités culturelles et patrimoniales. Lors d'une visite aux oasis de la région, où le sable s'illumine aux reflets dorés des dunes et le ciel dégagé, brille d'un bleu éclatant, Moez Belhassine, ministre du Tourisme, rend hommage à ce paradis du Sud. Sous le charme, il indique que la région dispose d'atouts capables de la transformer en un pôle de shopping et d'affaires à l'échelle aussi bien internationale que locale. Dans son allocution d'ouverture, il affirme également que Tataouine a tout pour faire du tourisme un véritable moteur de développement. Le ministre a souligné l'ampleur de la relation qui existe entre les dimensions culturelles et touristiques dans la région, faisant remarquer que les Ksour sahariens sont une voie toute tracée pour lancer un tourisme durable, ajoutant que l'espace saharien est un point de liaison idéal entre les civilisations et les cultures. « Notre but est de s'inscrire sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco, car le Sud tunisien vaut d'être connu par le marché mondial », termine M. Belhassine.
De son côté, le gouverneur de la région, Adel El Ouerghi, a décrit l'image de Tataouine, en insistant sur son côté sécurisé. Dans son allocution, il a révélé la valeur historique de Tataouine et la richesse du Festival qui aura lieu pour la 41e fois, malgré la pandémie covid-19. Il a ajouté, par ailleurs, que cette année aussi, le festival se déroulera dans les meilleures conditions. Le site offre des paysages assez variés. Il offre une vue panoramique sur une grande partie de l'horizon, permettant d'apprécier les palmiers géants à perte de vue et le sable fin couleur or. Ces ressources naturelles ont su préserver l'identité de la zone et son originalité.
L'artisanat et ses grains de sable
Ali Ghomd, président du complexe de réhabilitation du patrimoine, indique, quant à lui, que les ksour sont des bijoux architecturaux uniques. En effet, les ksour sont des logements de 1 à 4 étages et se composent de cellules rondes et superposées. La région est connue pour la splendeur de son paysage montagneux, qui a inspiré beaucoup de réalisateurs et de films à succès y ont été tournés. La particularité du lieu a, en outre, attiré Georges Lucas dans « La Guerre des étoiles ». La noblesse des ksour sahariens et l'ancienneté du patrimoine du Sud tunisien séduisent les visiteurs arabes du Festival. Mais le secteur touristique souffre de quelques tares, comme pour le cas de l'artisanat, touché de plein fouet par les bouleversements du marché du travail mondial, et de nombreux métiers sont voués à disparaître si on ne fait rien. Ces métiers en voie de disparition dans l'artisanat ne cessent d'augmenter au fil des ans, et la transmission du savoir de père en fils n'est plus de mise. Un sentiment de résignation s'empare ainsi des artisans qui ne peuvent diversifier leurs produits et n'arrivent pas à s'adapter aux nouvelles exigences du marché. Rencontrée sur place, une artisane de margoum de la région de Tataouine qui mentionne amère : « Ça fait vingt-cinq ans que je suis dans le métier et je n'ai pas vécu une pareille situation. Il n'y a aucune amélioration dans le secteur, au contraire, il régresse. L'ouvrier est payé une misère. On garde l'espoir de jours meilleurs ». Au loin, un espace proposant faux bijoux et poteries diverses. La propriétaire lance d'un air fataliste que la situation est devenue désespérée, spécialement en ces temps de pandémie. Elle accueille le visiteur avec un sourire légèrement crispé, le regard vague: «Nous trouvons du mal à écouler nos marchandises, en attendant une reprise du tourisme et des jours meilleurs ».
En se baladant dans le Sahara, Dr Thabti Ali, Spécialiste en archéologie et histoire du Sud-Est explique que la 41e session du festival des ksour sahariens de Tataouine a pour objectif la valorisation professionnelle d'un patrimoine local typique qui caractérise la région de Tataouine en mettant l'accent sur l'utilisation d'images et des courts métrages de publicité de haute qualité. « Notre but, pense-t-il, est surtout d'intégrer ce patrimoine, tant matériel qu'immatériel, dans le cycle économique touristique en le valorisant comme catalyseur de développement, en en faisant une entité vivante, afin de garantir son dynamisme et sa sauvegarde ». De son côté, Sahbi Fredj, directeur de production du festival a annoncé : « J'ai toujours réfléchi à la façon qu'on pourrait valoriser et comment faire la promotion du produit culturel ? Mon but a toujours été de définir la spécificité des régions ».
Valoriser le patrimoine culturel
Par ailleurs, Tataouine est une ville tunisienne assez riche sur le plan patrimonial et historique, mais souffre malheureusement de la marginalisation. A cette occasion, le Comité du festival des ksour essahrawia « étudie la possibilité d'établir des scènes purement relatives à la région qui s'avèrent harmonieuses avec les deux types de patrimoine : matériel et immatériel, et surtout avec le patrimoine oral, transmis à travers les générations. Il faut protéger l'identité culturelle de toute distorsion. C'est dans cet esprit que les ministères de la Culture et du Tourisme ont concocté le spectacle «Zahw elmahfel»; soixante participants (acteurs, musiciens, poètes populaires, cavaliers et top modèles, en costumes traditionnels, comme El Houli), outre les galeries d'art et les tentes. Cette initiative consacre aussi la réconciliation des habitants avec leur patrimoine. Les habitants de Tataouine se plaignent du manque d'hôtels et de logements durant la semaine du Festival. « Ces derniers lancent un appel aux autorités pour trouver des solutions », fait remarquer M. Lotfi Aouni, trésorier du Festival des ksour sahariens de Tataouine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.