Que contiendra le nouveau décret de réconciliation pénale que prépare Kaïs Saïed ?    Les revenus de Tunisair augmentent de près de 25%    Mutinerie au Burkina Faso : Renversement de Roch Marc Christian Kaboré ?    Hausse des revenus de City Cars de près de 46%    Ooredoo récompense les supporters Tunisiens : 15000 dinars à gagner ce samedi    NEWS | La chute de la Ligue 1 !    CA | Retour de la passion en attendant la consécration : Ici, tout commence !    Amen Allah Messaâdi : le rythme des contaminations ne régresse pas    Sur nos écrans l «Al Kahen» de Othman Abou Laban : Le genre dans le mauvais    Kamel Ben Messaoud explique la décision du Tribunal administratif en faveur de Béchir Akremi    Noureddine Ben Abdallah : les revendications des médecins du secteur public ne sont pas prises au sérieux    Kairouan: Les consommateurs en ont ras-le-bol de la hausse des prix [Vidéo]    Seulement 13% des Tunisiens sont diplômés    STEG : -40% en liquidités, 13 milliards de dette…, pourtant les salariés auront leurs primes    Olga Malakhova : Elyssa poupée russe    Livres | «Ton absence n'est que ténèbres» de Jón Kalman Stefánsson : Une mosaïque romanesque extraordinaire    Gafsa: Plus de 231 infractions économiques relevées    A Bizerte, 2 400 oliviers seront plantés pour la saison 2021-2022    Daily Brief du 24 janvier 2022: Kaïs Saïed ne semble pas avoir compris qu'il s'est fait remonter les bretelles par Macron !    Youssef Bouzakher : le ministère de la Justice et le pouvoir législatif sont responsables de la situation de l'affaire Akremi    Kasserine: L'UTICA menace d'organiser des journées de colère    Le couvre-feu va-t-il être prolongé ? Précisions de Amen Allah Messadi    Météo : Ciel passagèrement nuageux et températures stationnaires    Météo: Températures en légère hausse, ce lundi    Ettakatol: Saied veut démanteler les institutions de l'Etat    CAN 2021 : Sur quelles chaînes regarder les matches de lundi ?    Coupe de Tunisie : résultats complets des matches du 3ème tour    Ammar Mahjoubi: Le caractère fondamentalement inégalitaire de la société romaine*    Ali Baklouti, fondateur de La Gazette du Sud, est décédé    Tunisie : Le CSM met en garde contre "la diffamation sans précédent de ses membres".    Monde : Le président arménien annonce sa démission    CAN 2021 : la Tunisie, si Forte, si Seule … élimine l'ogre nigérian    Bruits autour de BCE, Ben Ali : Le son de cloche de Baccouche    Syrie : 4e jour de combat entre Daech et les Kurdes, plus de 120 morts    Entretien téléphonique Saïed-Macron: « Les réformes aspirent à préserver la liberté et à établir la justice »    Foot-Europe: le programme du jour    Tunisie: Ali Abdi testé positif au Covid19    Ali Graja, ancien attaquant international du CSS: «Dans la vie, il n' y a pas que l'argent ! »    Evènement "Les Nuits de la lecture" en ligne: 6ème édition sous le thème de l'AMOUR    Le chanteur hip-hop Balti et Elyanna réunis dans une chanson tuniso-palestinienne (vidéo)    Syrie: Daech attaque une grande prison et libère plusieurs terroristes    Sculpture sur un minéral ancestral, le lapis specularis    Gabès Cinéma Fen 2022: les inscriptions pour les films sont ouvertes    Les crises en Tunisie se sont aggravées depuis que Saïd a limogé Mechichi, selon la Confédération Syndicale Internationale    Coronavirus :Fin des mesures sanitaires en Grande-Bretagne    L'histoire de détermination de la nouvelle conseillère de Kais Saied    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Afrique se décrédibilise
L'arbitrage africain au cœur des débats
Publié dans La Presse de Tunisie le 13 - 04 - 2016

La récurrence des fautes d'arbitrage africain est soit la conséquence d'une mauvaise formation des hommes en noir, soit, et c'est ce qui est encore plus grave, la manifestation d'une volonté d'influencer les résultats des matches.
Soupçons de corruption, méfiance, partialité, prise de décisions hasardeuses, l'arbitrage africain est souvent au cœur des débats et des polémiques. Autant d'actions litigieuses et de propos des acteurs qui mettent toujours en cause le sifflet africain, du reste référencé partout. Si les arbitres sont épiés, les erreurs d'arbitrage, ce n'est pas nouveau en Afrique. On n'hésite pas à évoquer une perversité et une démoralisation qui gangrènent de plus en plus le football africain.
L'Etoile ne l'oubliera pas de sitôt. L'arbitre togolais Kokou Fagla a tout fait pour compromettre ses chances de qualification en Ligue des champions. Le match était bel et bien ficelé à l'avance et l'arbitre avait abjectement choisi son camp: penalty imaginaire, but entaché d'un hors-jeu flagrant, des avertissements et des expulsions à la pelle. Il a fait tout ce qu'il pouvait pour détruire la volonté des joueurs étoilés, donner l'avantage à l'équipe adverse, multipliant les sifflets dans une seule direction et finalement déstabiliser toute l'équipe, staff technique y compris. Il a gâché le match avec un arbitrage étrangement favorable qui fait du tort au football africain.
Le Togolais n'en est pas pour autant à sa première. Dans la plupart des matches qu'il avait officiés, ce sont toujours les équipes locales qui l'emportent. Presque en exclusivité. Par manque d'affirmation, ou encore de crédibilité, on ne le voit pas non plus dans les rencontres officielles des équipes nationales. La seule qu'il avait dirigée jusque-là entre dans le cadre d'un match amical.
Mais au-delà des prestations et des comportements individuels, que vaut véritablement l'arbitrage africain ?
Au moment où la CAF hésite toujours à sanctionner les arbitres jugés moyens sur des matches et à prendre les décisions nécessaires, on s'interroge sur le niveau des arbitres du continent. Certains sont loin de pouvoir maîtriser toutes les règles du jeu. On ne voit pas tout et les erreurs ne sont point médiatisées, car tous les matchs ne sont pas retransmis à la télévision. La CAN est plus médiatisée que la Ligue des champions, et les erreurs ont forcément plus d'écho. Mais, ici et là, les injustices sont de plus en plus nombreuses et toujours aussi fréquentes.
Si les fautes d'arbitrage sont la plupart du temps une spécificité africaine, on ne doit pas non plus oublier que les arbitres du continent ne bénéficient pas de la meilleure formation requise. Beaucoup officient dans des championnats de faible niveau, mais la CAF leur confie la direction des matches de plus grande dimension, que ce soit en Ligue des champions, ou en phases finales de la CAN et du Chan.
D'une façon générale, il y a un mélange de manquements et de défaillances. La récurrence des fautes d'arbitrage est soit la conséquence d'une mauvaise formation des hommes en noir, soit, et c'est ce qui est encore plus grave, la manifestation d'une volonté d'influencer les résultats des matches. Le problème est qu'ici, les deux sont intimement liés et que la nullité alimente une incompréhension globale. C'est un dérapage qui se vit pleinement et qui, faute de pouvoir (ou de vouloir) reposer sur une bonne assise, fait l'objet des accusations éternelles.
Des erreurs avérées, des matches faussés
L'arbitrage est aujourd'hui le point noir du football africain. Les erreurs faussent la compétition et relancent plus que jamais le débat sur l'arbitrage vidéo. Résultat : les compétitions africaines perdent de leur crédibilité. Des polémiques, des critiques et des incidents ici et là. Le football africain vit des heures sombres. Il cristallise la colère, les insultes, voire parfois la haine avec des faits regrettables, mais qui ne sont pas isolés. Cela tend non seulement à écorner l'image des hommes en noir, mais aussi à justifier et légitimer les attaques dont ils sont l'objet. En fait-on trop ? Pas tellement. Ce qui est sûr, c'est qu'il y a bel et bien des arbitres coupables des injustices qui touchent les clubs et les sélections. Il est temps de faire face aux dérapages qui se déroulent en toute impunité. Le football africain a aujourd'hui besoin de revenir à des comportements plus responsables de la part des arbitres. Ils ont une valeur d'exemple. Il faut dire que ce ne sont pas uniquement les arbitres qui y sont concernés, mais aussi tout un système d'arbitrage qui n'est pas adapté au football moderne. Le football a évolué sur l'aspect technique, physique, financier. Mais la manière d'évoluer des arbitres n'a pas suivi.
On se demande quels numéros d'illusionnistes le grand cirque des arbitres africains va nous réserver dans les jours à venir. Il serait tellement mieux si la CAF acceptait les questions de fond. Il serait encore mieux si ses imminents membres et groupes de pression admettent de ne plus se cacher derrière les faux arguments et s'ils se décidaient à éclairer l'opinion plutôt qu'éteindre la lumière.
Il ne faut pas caricaturer. Le football africain avec toutes ses constituantes doit avancer dans le même sens. On aura toujours le droit d'aspirer à un football qui ne soit pas inspiré des polémiques. Alors, régulons et mettons en œuvre correctement la spécificité sportive africaine. Il y a des instances statuaires, qu'elles soient saisies du sujet, qu'elles réfléchissent. Cela inspire beaucoup d'inquiétude sur la façon dont le football africain est dirigé. Aujourd'hui, c'est toute l'institution de la CAF qui est touchée.
Il n'a jamais été prouvé de façon scientifique que les erreurs de l'arbitrage finissent un jour par s'arranger. Tenir une comptabilité sur ce sujet relève d'un exercice de haute voltige. Mais des erreurs avérées, des matches faussés, le football africain ne peut plus en tolérer. Le football, sport numéro un, et ses compétitions à enjeux grandissimes ne peuvent être laissés au pouvoir d'un seul homme et d'une seule direction. Il faut trouver des solutions adaptées pour renforcer la crédibilité et l'honneur du football africain. Il est indispensable de tirer les enseignements des injustices sportives soulignées par autant de dérives...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.