Kamel Ben Messaoud explique la décision du Tribunal administratif en faveur de Béchir Akremi    Noureddine Ben Abdallah : les revendications des médecins du secteur public ne sont pas prises au sérieux    Kairouan: Les consommateurs en ont ras-le-bol de la hausse des prix [Vidéo]    Seulement 13% des Tunisiens sont diplômés    Olga Malakhova : Elyssa poupée russe    Livres | «Ton absence n'est que ténèbres» de Jón Kalman Stefánsson : Une mosaïque romanesque extraordinaire    Daily Brief du 24 janvier 2022: Kaïs Saïed ne semble pas avoir compris qu'il s'est fait remonter les bretelles par Macron !    CAN 2021 : Sur quelles chaînes regarder les matches de lundi ?    Coupe de Tunisie : résultats complets des matches du 3ème tour    Ettakatol: Saied veut démanteler les institutions de l'Etat    Youssef Bouzakher : le ministère de la Justice et le pouvoir législatif sont responsables de la situation de l'affaire Akremi    Gafsa: Plus de 231 infractions économiques relevées    Kasserine: L'UTICA menace d'organiser des journées de colère    Le couvre-feu va-t-il être prolongé ? Précisions de Amen Allah Messadi    Météo : Ciel passagèrement nuageux et températures stationnaires    Météo: Températures en légère hausse, ce lundi    Burkina Faso : Le chef de l'Etat Kaboré détenu par des soldats    A Bizerte, 2 400 oliviers seront plantés pour la saison 2021-2022    Ammar Mahjoubi: Le caractère fondamentalement inégalitaire de la société romaine*    Bilan Covid-19: 7.144 nouveaux cas et 18 décès    Ali Baklouti, fondateur de La Gazette du Sud, est décédé    Attijari Bank : Produit Net Bancaire de 523 MDT à fin 2021    CAN 2021 : la Tunisie, si Forte, si Seule … élimine l'ogre nigérian    Tunisie : Le CSM met en garde contre "la diffamation sans précédent de ses membres".    Monde : Le président arménien annonce sa démission    La Tunisie s'impose face au Nigéria et s'envole en quarts de finale    Bruits autour de BCE, Ben Ali : Le son de cloche de Baccouche    Rafik Abdessalem : Saïed est complètement perdu et pense que les présidents sont fous !    Foot-Europe: le programme du jour    Syrie : 4e jour de combat entre Daech et les Kurdes, plus de 120 morts    Mes odyssées en Méditerranée | Michel Giliberti: «Tunisie. L'inhérence d'une errance»    Express    Récupération politique    CAN 2021 — Huitièmes de finale — Tunisie-Nigeria (Ce soir à 20h00): Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir !    Tunisie: Ali Abdi testé positif au Covid19    La Presse Magazine du Dimanche 23 janvier 2022 consultable sur notre site    Urbanisme et planification urbaine    Ali Graja, ancien attaquant international du CSS: «Dans la vie, il n' y a pas que l'argent ! »    Evènement "Les Nuits de la lecture" en ligne: 6ème édition sous le thème de l'AMOUR    Le chanteur hip-hop Balti et Elyanna réunis dans une chanson tuniso-palestinienne (vidéo)    Syrie: Daech attaque une grande prison et libère plusieurs terroristes    Sculpture sur un minéral ancestral, le lapis specularis    Gabès Cinéma Fen 2022: les inscriptions pour les films sont ouvertes    Les crises en Tunisie se sont aggravées depuis que Saïd a limogé Mechichi, selon la Confédération Syndicale Internationale    Coronavirus :Fin des mesures sanitaires en Grande-Bretagne    L'histoire de détermination de la nouvelle conseillère de Kais Saied    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un corps fragile et fragilisé...
Dossier - L'arbitrage pose problème
Publié dans La Presse de Tunisie le 30 - 11 - 2015

Tout est question d'attitudes : attitudes des présidents, des entraîneurs, des joueurs, du public. Sans arbitres, pas de football. Et sans contrainte, pas assez d'arbitres. Le maître-mot reste le respect.
Les gros plans effectués, ces derniers temps, sur les arbitres tunisiens ne plaident pas en leur faveur. Des erreurs avérées, des matches faussés, manque de discernement dans l'affirmation de leur autorité. Non pas seulement par leurs innombrables mauvaises décisions, mais aussi par leur comportement.
L'image qui retient l'attention quand on regarde aujourd'hui un match, c'est celle des arbitres déstabilisés et qui, même pour des fautes «mineures», nous pouvons les voir siffler violemment, brandir fièrement leurs cartons. Pas dans le ton, pas bien dans leur peau et ils se sentent obligés d'exercer une autorité souvent trop marquée et pas nécessaire. Des coups de sifflet en veux-tu en voilà, des gesticulations aussi théâtrales qu'inutiles (le «je ne-veux-plus-voir-ça» en croisant les bras), des regards limites hautains. Ce comportement ne semble pas être normal, dans le sens où un vrai bon arbitre ne gueule pas et n'agite pas ses bras dans tous les sens pour se faire respecter.
Pareille attitude n'améliore certainement pas l'image de l'arbitrage. D'un autre côté, elle peut expliquer la méfiance qu'ont les joueurs envers «le maître du temps et du jeu». Certains arbitres ne semblent pas ouverts à la discussion, quelquefois même avec le capitaine, qui est pourtant, et selon le règlement le seul à pouvoir dialoguer.
Prenons l'exemple du CA; nous osons affirmer que sans les erreurs d'arbitrage, il aurait pu compter aujourd'hui à son actif sept points supplémentaires. Les arbitres et leurs assistants ont naturellement le droit de commettre des erreurs, mais ils ont aussi le devoir de se comporter dignement sur le terrain.
Il n'est pas question ici d'instruire le procès généralisé de l'arbitrage tunisien, mais c'est le devoir de pointer ce que nous considérons comme des erreurs, des manquements ou des dérives. Il ne s'agit pas, cependant, de suivre le courant des hostilités dans lesquels se baignent les commentaires et les accusations lancées, à tort ou à raison, par les différents intervenants.
Simplement, la tension entre clubs et arbitres monte. Elle a atteint son apogée cette saison au vu des contestations et des protestations qui fusent de toute part et du nombre de plus en plus croissant des arbitres récusés. Plus encore, certains présidents de clubs sont devenus les catalyseurs d'une véritable paranoïa, le moteur d'une potentielle fébrilité et au final, l'incarnation d'une fixation incontrôlée sur ce qui se passe sur le terrain, sur le comportement et le rendement des hommes en jaune, ou en noir. Beaucoup de joueurs dépassent aussi leurs limites. Des insultes, des regards, des gestes...Dans ce monde qui rend l'échec inacceptable, seule la victoire est belle. La défaite est tellement stigmatisée que le risque d'être perçu comme un perdant est devenu insupportable.
Oui, les arbitres commettent des erreurs. Oui, ils manquent parfois de discernement dans l'affirmation de leur autorité. Mais à trop se fourvoyer dans des polémiques au ras du gazon, joueurs, entraîneur et dirigeants renvoient une image déplorable. En installant un climat de défiance vis-à-vis des directeurs de jeu, ils contribuent à fragiliser tout l'édifice.
Des polémiques chaque week-end ou presque, des critiques virulentes, l'arbitrage tunisien vit des heures sombres. Cibles évidentes dans un sport où le droit à l'erreur n'est plus du tout toléré aujourd'hui, les hommes en noir cristallisent la colère, les insultes, voire parfois la haine.
En plus de la pression des équipes, des supporters et des médias, les arbitres sont aussi notés afin de pouvoir continuer à officier en élite. Une pression et des responsabilités constantes et sans fin.
Si la critique systématique de l'arbitrage n'est pas une exclusivité tunisienne, les erreurs de l'arbitrage non plus.
L'arbitrage vidéo règle un problème, mais il en crée d'autres .
Les arbitres ont besoin d'être moins traqués, et qu'ils ne soient plus,surtout, au centre de l'attention. Réduire le sort des matches à celui des arbitres a eu justement pour effet de transformer les confrontations entre équipes en un absurde quitte ou double, tout en faisant oublier l'essentiel. Il serait bon qu'on parle plus des équipes et du jeu et moins de l'arbitrage.
D'ailleurs, il n'a jamais été prouvé de façon scientifique que les erreurs de l'arbitrage finissent un jour par s'arranger. Tenir une comptabilité sur ce sujet relève d'un exercice de haute voltige. Des erreurs avérées, des matches faussés. Mais les erreurs des joueurs coûtent infiniment plus de points à leurs équipes que les erreurs des arbitres. Aucune étude sérieuse n'a jamais été lancée sur ces attaquants qui ratent des buts tout faits, ces gardiens qui se déchirent sur des ballons faciles ou ces défenseurs qui commettent des stupidités dans la surface. On se contente, justement, d'une certaine ineptie qui consiste à faire supporter à un arbitre l'entière responsabilité d'un résultat.
Cela nous amène à la nécessité de rappeler, notamment pour ceux qui font semblant de l'oublier, que les arbitres évoluent dans un monde de professionnel sans en avoir le statut. On se demande ce qui pourrait les aider, mais il ne vient à l'esprit de personne de s'interroger sur les exigences du football d'aujourd'hui. Dans un monde hyperprofessionnalisé, c'est la seule corporation qui ne l'est pas.
Les choses se sont encore compliquées avec le recours systématique aux caméras et la multiplication des analyses à la portée. Résultat: on stigmatise sans cesse les fautes de l'arbitrage et on oublie que les interprétations de tout bord ne font que nourrir les polémiques. A l'erreur que peut commettre l'arbitre, parce qu'il n'a pas bien vu l'action (et que l'on peut qualifier d'erreur passive) s'ajoutent donc les interprétations les plus actives. Sur l'action en question, l'arbitre a mal vu, mais à la vérité, tout le monde a mal vu.
La vidéo reste un sujet épineux et controversé et les critiques formulées après match aux arbitres demeurent disproportionnées, surtout quant ils sont appelés en quelques microsecondes à dire si le but est valable ou non.
Au fait, tout est question d'attitude: attitude des présidents, des entraîneurs, des joueurs, du public. Sans arbitres, pas de football. Et sans contrainte, pas assez d'arbitres. Le maître-mot reste le respect.
Il est indispensable de tirer les enseignements de l'injustice sportive soulignée par le fait de considérer les arbitres comme des boucs émissaires. Mais en même temps, on doit admettre que le sport numéro un et ses compétitions à enjeux grandissimes ne peuvent plus être laissés au pouvoir d'un seul homme et d'un seul sifflet. Il faut trouver les solutions adaptées pour renforcer la crédibilité et l'honneur du football tunisien. «On n'a pas le même maillot, mais on a la même passion». Un célèbre slogan qu'il serait de bon de ressortir dans une période où les arbitres sont au cœur de bien des polémiques.
Nous sommes convaincus que les dispositions et les aptitudes de certains arbitres peuvent suffire à balayer le vent de contestation insufflé par quelques clubs et qui sont allés jusqu'à demander l'éviction du président de la fédération à qui on incombe les erreurs d'arbitrage.
Et s'il faudrait s'inspirer des autres sports pour apaiser la tension et assainir l'ambiance? Qu'aurions-nous à apprendre justement de leur mode d'arbitrage ? Nous pourrions peut-être prendre l'exemple du meilleur ennemi du foot, le rugby. Ici, les arbitres sont sans doute ceux qui se font le plus respecter dans le monde du sport collectif. Ce respect, ils le méritent, car eux-mêmes respectent les joueurs, en étant à la fois fermes dans les décisions importantes, mais aussi conciliants. Ils parlent beaucoup aux joueurs, de quoi alimenter un rapport sain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.