Tunisie...En vidéo: Kais Saied reçoit l'ambassadeur d'Italie, les détails    Elections législatives-Nabil Hajji: Le prochain Parlement doit isoler Kais Saïed    Une pénurie d'œufs à l'horizon ?    Le Groupe Baobab cède sa participation dans Baobab Tunisie au Groupe El Hadayek    Poutine facilite l'accès à la nationalité russe si...    Ligue 1 Pro : Officiel. Les matches de la première journée reportés    Assemblée élective de la Confédération Africaine de Golf : Mohamed El Aziz Fetni, élu membre du comité exécutif    le taux de médicaments disponibles à la Pharmacie centrale ne dépasse pas les 30%    Le Groupe BNA partenaire de la 5ème édition du Forum de l'Officine du 29 septembre Au 1er octobre 2022    Le maillot de l'équipe Tunisienne à la Coupe du monde Qatar 2022 inspiré du bouclier de Hannibal    QNB annonce ses préparatifs pour la Coupe du Monde de la FIFA, Qatar 2022™    Réunion du comité exécutif de la CAF samedi à Alger    Nouveau partenariat entre Morris Garages et le Syndicat des pharmaciens d'officine    Une délégation gouvernementale tunisienne aux Etats-Unis    Programme Fast : onze structures d'accompagnement tunisiennes seront subventionnées (liste)    Ukraine : Poutine l'a fait… !    Les téléviseurs Neo QLED 8K et le projecteur The Freestyle disponibles sur le marché tunisien (caractéristiques)    Désignation de Haykel Khadhraoui, en tant que DG par intérim de BH Bank    Le policier filmé en train de toucher un pot-de-vin, placé en garde à vue    Les maladies cardiovasculaires principales causes de décès enregistrés chaque année en Tunisie    Match EST vs CSS : 17500 spectateurs autorisés à assister    Le style Bouden, la flambée des prix et la crise des médias : trois grands dossiers en couverture de Leaders Magazine    L'Alliance pour la Tunisie dénonce l'interdiction des partis de mener des campagnes électorales    Pendant que Kaïs Saïed parle de souveraineté, Najla Bouden fait de la mendicité    Hand – Championnat d'Afrique des Clubs Champions : programme de la J01    Ayachi Zammel : J'ai porté plainte contre le ministre de l'Intérieur    Spectacle Mallasine Story interprété par Bilel Briki au 4ème art    Tunis abrite un forum Régional sur l'organisation des travailleurs informels    Les plus beaux dessins de soutien aux Iraniennes    L'agent de la Garde nationale suspecté de corruption placé en garde à vue    La TRANSTU déplore des pertes financières estimées à 700 mille dinars    Tennis : En présence d'Ons Jabeur, partenariat signé entre la Tunisie et l'ITF    La France décore Slim Khalbous des insignes de Chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres.    La vigilance éternelle    Dialogues éphémères | Considérations sur une politique anti-apocalyptique    820 individus inculpés dans l'affaire du réseau d'envoi des jeunes vers les zones de conflit    Deguiche : vers la création d'un tribunal arbitral sportif tunisien    Une délégation de l'OIF en visite à Djerba    Météo de ce vendredi    Solidarité féminine: Une manifestation de soutien aux femmes Iraniennes    Déclaration trompeuse d'Ahmed Chaftar concernant le Premier ministre belge    France : La fin de Macron, après la même bourde que Chirac en 1997?    Un collectif d'associations organise une marche de soutien aux Iraniennes    USA : Une énième bévue de Biden et les bruits sur sa santé mentale repartent    Festival de l'Humour Francophone 'Normal Enti' à Tunis    À propos du livre de Saber Mansouri - Un printemps sans le peuple: Prélude à la déconstruction de «la révolution tunisienne»    «Mirath Music : l'exposition sonore itinérante » au Goethe-Institut de Tunis : Musique itinérante    37e édition du Festival International du Film Francophone de Namur (FIFF) : Deux films tunisiens en compétition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tourisme: La plaisance veut croire en sa bonne étoile
Publié dans La Presse de Tunisie le 13 - 08 - 2022

Le tourisme de plaisance est une activité économique bien plus importante que ce que les gens croient, étant donné qu'une personne qui a un navire de plaisance ou un yacht dépense l'équivalent de ce que consomme une dizaine de touristes. Mais, malheureusement, notre mer est le plus souvent vide de bateaux qui ont fait les beaux jours de ce secteur.
Nul doute que le tourisme de plaisance est un produit à part entière drainant une clientèle de luxe et des recettes en devises considérables, étant donné qu'un plaisancier étranger dépense 20 fois plus qu'un touriste balnéaire. Mais, malheureusement, ce secteur constitue, aujourd'hui, le parent pauvre du tourisme tunisien et il est plus que jamais temps de le développer à travers une stratégie qui devrait s'articuler autour de l'amélioration de la capacité d'accueil des ports de plaisance, de la qualité des services offerts aux plaisanciers, des actions de promotion qui mettront en valeur les atouts du site Tunisie, d'une réglementation appropriée... C'est avec ce constat bien présent à l'esprit que l'association Tunisian Smart Cities (TSC), sur la base d'éléments recueillis par le ministère du Tourisme, a proposé la mise en place d'une stratégie nationale visant à développer le secteur de la plaisance dans notre pays.
S'organiser et agir
Dans une déclaration accordée au journal La Presse, dans le cadre de la tenue de la 30e édition de la régate méditerranéenne «La Route du Jasmin», tenue du 1er au 15 août 2022 entre la Tunisie, la France et l'Italie, le président de TSC, Borhene Dhaoudi, a indiqué qu'après une série de crises successives qui ont mis à mal ce secteur, maintenant on doit s'organiser et agir pour valoriser nos 1.300 km de côtes, diversifier le produit touristique axé jusqu'ici sur le balnéaire, renforcer la part de la Tunisie dans ce marché et attirer une clientèle haut de gamme.
«C'est une réalité qu'on ne peut pas nier. Aujourd'hui, la plaisance constitue un élément attractif permettant des retombées touristiques élargies. Il est, donc, plus que jamais temps de rendre à César ce qui est à César et de développer d'urgence la grande plaisance, un secteur qui, malheureusement, prend lentement de l'ampleur en Tunisie... Certes, le chemin n'est pas toujours balisé, mais l'essentiel est de continuer à bouger, à se battre et à croire à notre capacité de devenir maîtres chez nous et tenons-nous debout afin de relever ces défis pour un lendemain meilleur. Ceci est encore vrai avec une infrastructure maritime propice au développement de ce secteur, étant donné que les ports tunisiens restent attrayants tant pour les plaisanciers que pour les croisiéristes pour plusieurs raisons; d'abord, il y a la saturation des ports méditerranéens et ensuite des prix préférentiels appliqués dans notre pays qui sont vraiment plus avantageux», a-t-il souligné.
La Tunisie veut sa part du marché
M. Dhaouadi a ajouté qu'après cette crise sanitaire liée au Covid-19 et ses suites économique et sociale, il faut, aujourd'hui, redessiner ce secteur où divers aspects sont presque tous prioritaires à l'instar de la réglementation, la réduction de la taxation des bateaux de plaisance et de la fiscalité, la révision du code maritime promulgué en 2011, la mise en place d'un régime incitatif, la mobilisation d'un financement approprié, l'allégement des formalités, qu'il s'agisse de l'enquête d'acquisition d'un bateau de plaisance, des procédures d'arrivée-départ... Il y a aussi l'important volet de la formation dans les divers métiers du nautisme.
«C'est un chantier qui en cache un autre. Mais nous ne sommes pas restés les bras croisés. Au sein de l'association TSC, on a préparé les grandes lignes d'une stratégie nationale pour le développement de ce secteur, étant donné que selon les chiffres annoncés, sur un total de près de 300 mille bateaux de plaisance qui sillonnent les mers et océans, chaque année, à travers le monde, la Tunisie n'en accueille que 1%, voire moins, l'équivalent de 2.500 à 3.000 bateaux par an. Notre objectif est de renforcer la part de la Tunisie dans ce marché pour atteindre 5% d'ici 10 ans. Par ailleurs, après l'extension des ports de plaisance de Bizerte, la capacité d'accueil globale est passée de 2.100 à près de 2.800 anneaux dont 800 à Bizerte, 750 à Yasmine Hammamet, 300 à El Kantaoui, 380 à Sidi Bou Saïd, 400 à Monastir et 100 à Tabarka...
C'est pour toutes ces raison qu'on doit bouger actuellement, car dans l'état actuel des choses, la plaisance se meurt devant les mauvaises décisions et l'indifférence des responsables, alors qu'avec plus de 1.300 km de littoral, notre pays pourrait devenir une destination de plaisance par excellence», a-t-il encore expliqué.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.