Tunisie : Rached Ghannouchi reçoit l'ambassadeur de France    Le marché boursier termine la séance de mercredi, sur une note morose    Kais Saied: Nous n'avons pas de problèmes avec les juifs mais plutôt avec les colonisateurs    France : 3 ministres épinglés pour dissimulation de revenus ça fait beaucoup!    Précisions du ministère de la Justice concernant le pass vaccinal    Affaire Khashoggi : le Saoudien arrêté à Paris ne serait pas le bon, Macron soulagé    Ali Laârayedh : Quelques centaines de personnes avaient manifesté durant la journée du 25 juillet    Exode des cerveaux : 39 mille ingénieurs ont quitté la Tunisie    Tunisie : Vers une normalisation avec Israël ? Kais Saied tranche    Médenine: 36 élèves contaminés par le coronavirus    Coupe Arabe FIFA 2021 : Programme des quarts de finale les 11 et 12 décembre    Les pays où les habitants ont été le plus souvent ivres    Abdellatif Mekki : Les personnes qui gardent encore espoir en Kaïs Saïed n'ont rien compris !    Dr Rim Belhassine Cherif: Président du groupe régional pour l'Afrique de la Commission d'Etudes 13    Tunisie-officiel : Un mandant de dépôt contre...    TRANSTU: Changement du trafic du métro sur la ligne 1, entre les stations "Mohamed Ali" et "Kabaria"    Najla Bouden s'entretient avec Kamel Sahnoun et Walid Ben Salah    Les accords commerciaux avec l'Afrique : Le continent d'avenir    NBA : Lakers et Knicks à la relance, Dallas renversé par Brooklyn    UCL : Le Barça pourrait se qualifier ce mercredi ?    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 08 Décembre 2021 à 11H00    Vers la vaccination des enfants de 5 ans et plus ?    Exposition photos, films, concerts et arts numériques au programme de la 1ère édition du "Nawaat Festival"    ANALYSE | AUSTERITE — RELANCE : Des attentes qu'on ne peut ignorer...    Tunisie – UE : Don de 78 MDT de la BERD au ministère de l'Agriculture et à la STEG    Programme TV du mercredi 08 décembre    L'entreprise autrement: Le retard est devenu fatal    Variant «Omicron» — Reprise économique: L'imprévisibilité...!    JTC: Les spectacles au programme du 8 décembre 2021    Sfax: Concert afro-tunisien au théâtre municipal [Vidéo]    L'équipe de Tunisie se ressaisit: Sursaut rageur et coup d'éclat    CONDOLEANCES    Comment rendre le système éducatif plus efficace en Tunisie ? Ridha Zahrouni s'exprime sur le sujet [Vidéo]    Première étude sur l'Omicron: Le risque de réinfection trois fois supérieur par rapport aux variants Beta et Delta    Tunisie-officiel : Nouvelle date d'un jour férié    NEWS: Héni Amamou passe à l'EST    Handball — Mondial Dames d'Espagne — Congo-Tunisie (33-24): Un goût d'inachevé    Programme de la Cinémathèque Tunisienne du 8 au 18 décembre 2021: Le cinéma fête le théâtre    Les JTC 2021 rendent hommage à la Troupe de la ville de Tunis : Une consécration pour l'Histoire et le parcours    «Corde inconnue, fragment 1» de Fatma ben Aissa à Atelier Y: Déambulation artistique    Tunisie: Augmentation de 14% des prix du fer de construction    Tunisie : Signature d'un contrat de concession pour la restauration «d'El Karaka » de la Goulette et sa transformation en musée de la céramique artisanale    Connect International : Une visite à la capitale sénégalaise Dakar    Coronavirus : Du nouveau concernant Omicron    JO d'hiver 2022 : Le Kremlin appelle à des JO libres de toute politique    Allemagne : Un gouvernement «pro-européen» à composante paritaire hommes/femmes    Malheureusement, la justice l'a innocent酠   Tunisie : Focus sur le projet de réaménagement du musée de Carthage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Accord sur les mesures du ressort de l'Etat du port peut mettre fin à la pêche illégale
Pas de débarquements, donc, pas de pirates
Publié dans La Presse de Tunisie le 10 - 07 - 2016

Les Etats portuaires unissent leurs forces pour s'attaquer au problème de la pêche illicite, non déclarée et non réglementée.
Par José Graziano da Silva, Directeur général de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture
L'année dernière, environ un poisson sur six vendu à travers le monde avait été pêché illégalement.
Ce chiffre est à présent sur le point de chuter de manière radicale grâce à l'Accord sur les mesures du ressort de l'Etat du port (Psma), le premier traité international destiné à lutter contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée.
Dans le cadre de ce nouvel accord, les parties sont obligées de s'assurer que tous les navires de pêche entrant dans leurs ports, même pour faire le plein, annoncent la raison de leur venue et se soumettent à l'inspection de leurs carnets de route, permis, équipements de pêche et marchandises. Les autorités portuaires se sont mises d'accord pour partager les informations liées aux violations, compliquant la tâche aux pêcheurs illégaux qui envisageraient de se déplacer.
Le traité, adopté en 2009 par les Etats membres de la FAO, marque un grand pas en avant vers l'autorégulation du secteur des fruits de mer, dont les pertes dues aux activités illégales s'élèvent à 23 milliards de dollars chaque année.
Après que 29 pays, auxquels s'ajoute l'Union européenne, ont officiellement déposé leur instrument d'adhésion à la FAO, le traité est entré en vigueur, marquant le début d'une nouvelle ère.
Ceux qui pêchent illégalement — qui, tout en tirant profit de cette activité compromettent les efforts visant à gérer les ressources marines mondiales de manière durable pour que la pêche devienne une activité viable et que les populations puissent profiter de ses avantages nutritionnels — devront s'attendre à des coûts d'exploitation plus élevés et courront le risque de se faire prendre.
Pour être plus précis, aujourd'hui, le traité s'applique seulement aux pays ayant donné leur accord. Pour que le traité gagne en puissance, pour améliorer son efficacité et son impact, d'autres pays doivent y adhérer. Plus leur nombre augmente et moins les navires illégaux auront l'occasion de se déplacer dans des ports de convenance pour bafouer les lois qui réglementent les niveaux de capture. Des lois indispensables pour protéger la biodiversité et les niveaux de stock.
Mais soyez-en sûr. Le nombre d'adhérents est appelé à augmenter.
Je tiens à féliciter tous les pays qui font déjà partie du traité : l'Australie, la Barbade, le Cap-Vert, le Chili, le Costa Rica, Cuba, la République dominicaine, l'Union européenne, (au nom de ses 28 Etats membres), le Gabon, la Grenade, la Guinée, Guyane, l'Islande, l'Indonésie, l'île Maurice, le Mozambique, la Birmanie, la Nouvelle-Zélande, la Norvège, Oman, les Palaos, la République de Corée,Saint-Christophe-et-Niévès, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, les Seychelles, la Somalie, l'Afrique du Sud, le Sri Lanka, le Soudan, la Thaïlande, les Tonga, les Etats-Unis d'Amérique, l'Uruguay et le Vanuatu.
Grâce à cet Accord, il sera plus difficile que les poissons pêchés illégalement accèdent au marché. Un handicap majeur lorsque l'on sait qu'il s'agit d'une étape cruciale de la chaîne d'approvisionnement des fruits de mer.
Certains navires pourraient envisager de partir plus loin mais cela leur reviendrait plus cher, cela pourrait donc avoir un effet dissuasif. De plus, les ports proposant ce type de services aux navires hors-la-loi ne pourront le faire éternellement. Les parties du Psma comptent en effet financer des mesures de renforcement des capacités pour les pays qui en ont besoin et le peu de tolérance envers les comportements malhonnêtes influencera probablement le respect des règles.
Mais une fois de plus, soyez-en sûr : le respect des règles établies est inéluctable. Les protagonistes de l'industrie mondiale de la pêche se servent de plus en plus des pratiques durables comme d'un atout marketing ou encore pour documenter leurs prises. Ces pratiques facilitent également le développement de programmes d'étiquetage écologique.
En adhérant au traité, un pays a ainsi de grandes chances d'augmenter ses opportunités commerciales.
Considéré comme un tournant décisif dans la lutte contre la pêche illégale, le Psma est une mesure concrète afin d'améliorer la santé des océans, comme le rappelle l'Objectif numéro 14 du Programme de développement durable à l'horizon 2030.
A la FAO, nous insistons sur l'importance d'un effort global pour parvenir à un développement durable et des effets de réseaux qui, à leur tour, peuvent engendrer des réactions positives en chaîne.
Par exemple, les inspections menées par les Etats portuaires peuvent indirectement agir de manière complémentaire pour résoudre d'autres problèmes, tels que l'utilisation d'une main-d'œuvre forcée dans l'industrie de la pêche, le commerce illicite des espèces menacées et l'amélioration de la gestion des zones de protection marine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.