Mondial handball 2021 / Autriche vs France : Où regarder le match en liens streaming ?    Confinement ciblé à partir de lundi annonce Nissaf Ben Alaya    Football : Programme TV de ce samedi 16 janvier 2021    Précisions de la CDC / Article « La Caisse des dépôts et consignations est financièrement solide voire même très solide ! »    Coronavirus: La situation épidémiologique au kef    THE MODEL, la nouvelle télé-réalité tunisienne aux normes internationales    Khadija Taoufik Moalla: Accepter de perdre des batailles...jamais la guerre !    TOURISME TUNISIEN POST-COVID-19: Les priorités pour retrouver le dynamisme habituel    Commémoration du 10e anniversaire de la Révolution: Incolore et inodore    Retour au calme à Siliana après des émeutes nocturnes    Météo: Temps froid et pluies sur la plupart des régions    Le marché Boursier clôture vendredi sur une note quasi-stable (+0,09%)    TOURISME CULTUREL: Pour un guide des musées et des galeries d'art    A l'échéance, Les fonds Ben Ali en Suisse seront restitués à Leila Trabelsi et sa famille    MISE A NIVEAU INDUSTRIELLE: Des concepts qui refont surface    MEMOIRE    DECES ET FARK: JAMILA STAMBOULI    Haltérophilie | en vue des championnats d'Afrique et des J.O. de Tokyo: 17 haltérophiles en stage à Nabeul    News: Rafia absent 20 jours    EST — Staff technique: Confiance renouvelée en Chaâbani !    «Fi Aal mIyeh al maliha» (Dans les eaux salées), autobiographie littéraire de Rafika Bhouri : La femme qui aimait la révolution !    Quatre Films de Selim Gribaâ pour célébrer le 14 janvier 2011: «Confinés, mais libres»    Polémique de partage de données : WhatsApp repousse la modification de ses conditions d'utilisation    La Tunisie ambitionne d'exporter 70 mille tonnes d'huile d'olive conditionnée, d'ici 2025    Confinement : le Théâtre de l'Opéra annonce quatre spectacles virtuels nocturnes    A l'Etoile, on continue à faire du sur place... !    Guterres tente de nommer un émissaire    La justice se prononce sur l'appel posthume du seul condamné    «Libérez ma Patrie» !    « La Révolution n'a nullement impacté les causes mais elle a produit voire amplifié l'état de délabrement de l'économique, du social et surtout du politique du pays »    La Tunisie est-elle proche du seuil de l'immunité collective ?    Lenteur de livraison des vaccins    Un remaniement, pour faire quoi ?    Tunisair: Avis aux passagers à destination de la France    Ghannouchi « proclame » l'innocence de Nabil Karoui !    Une révolution qui reste à faire en Tunisie !    La double peine des habitants de la Bande de Gaza    A quoi il joue?    Pour quand la fin de l'hémorragie ?    Le destin foudroyé de l'Octobre musical    Ken Loach, Stanley Kubrick, Hassen Ferhani et Nacer Khémir...    ATTT : Les nouvelles dates de contrôle technique des véhicules    Pour ne plus pédaler dans la semoule ! (2/2)    Un test PCR négatif sera désormais exigé pour tous les voyageurs arrivant en France    USA: Trump: La vraie cause de ma suspension des réseaux sociaux est politique…mon discours été totalement approprié    Intox : Aucun pilote tunisien n'a été renvoyé à cause d'un vol vers Tel Aviv    USA: 70 000 comptes affiliés à la mouvance pro-Trump QAnon supprimés par Twitter    Tunisie : Une secousse tellurique à Zaghouan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand la peinture rupestre se fait son musée
Archéologie
Publié dans La Presse de Tunisie le 10 - 09 - 2010

Le ruban de goudron brille sous le soleil intense au- dessus du Douro et de son affluent, le Côa. Entre les murets de schiste poussent quelques oliviers et amandiers. Le minéral semble vouloir tout engloutir. La petite route flambant neuve débouche sur le Musée du Côa, entièrement consacré à l'art rupestre paléolithique et de l'âge de fer découvert dans la vallée du Côa, affluent du Douro. Nous sommes au Portugal.
En 1994, à Canada do Inferno (le canyon de l'enfer), lieu-dit sur l'une des rives du Côa, un œil aguerri identifie la silhouette d'un animal gravé dans une roche. On procède alors à des sondages et des repérages pour construire le barrage sur la rivière Côa, non loin de son embouchure avec le Douro. Les spécialistes, sans le savoir, viennent de faire une extraordinaire découverte. «Nous ignorions ce qui nous attendait en découvrant Canada do Inferno; que d'une pierre gravée, nous allions aboutir à des dizaines puis des centaines et aujourd'hui des milliers de gravures. C'était une révolution : jusque-là, on pensait que l'art rupestre de l'époque paléolithique (20 000 ans avant notre ère) ne pouvait se trouver que dans des grottes, dont Lascaux et Chauvet en France et Altamira en Espagne, sont les plus beaux exemples», explique Alexandra Lima, archéologue, coordinatrice du musée du Côa.
Il y a quinze ans, le barrage en projet menace d'engloutir à jamais les magnifiques représentations d'animaux de l'époque glaciaire, les aurochs (ancêtres des taureaux actuels, pesant le double de poids), les chevaux, les chèvres, les chamois et bouquetins. Naît alors le mouvement anti-barrage, première grande mobilisation civique du Portugal. Des jeunes installent leurs tentes sur les pelouses du monastère des Jeronimos à Lisbonne en signe de protestation, les intellectuels se mobilisent et les politiques entrent en jeu. Le président de la République de l'époque, le charismatique Mario Soares, reprend à son compte le thème d'un rap célèbre et lance: «Les gravures ne savent pas nager», ce qui met un terme au projet du barrage.
En 1998, les gravures de Foz Côa sont inscrites au patrimoine mondial de l'humanité de l'Unesco. En 1999, la découverte, au lieu-dit du Fariseu, d'une roche recouverte par des sédiments datés selon les méthodes de datation les plus modernes, a permis de mettre fin —ou presque—à la polémique sur l'âge des gravures.
Un art énigmatique
Outre son architecture réussie, le musée permet de rendre accessible un art rupestre difficile à voir et à comprendre. Certaines gravures peuvent atteindre 3 mètres, mais elles sont sous l'eau. D'autres sont minuscules, ou bien la superposition des traits ne permet pas à un néophyte de deviner leur présence sur une pierre. Sacrifiant au multimédia, les salles du musée, spacieuses et dépouillées, viennent compenser la difficulté, et se parcourent comme un livre d'histoire.
Mais à chaque page, le mystère semble s'épaissir sur la vie de ces lointains ancêtres. «Les chercheurs ont pu reconstituer le modèle de vie de ces tribus. Sur les plateaux, les campements réservés à la chasse au printemps. La viande et la peau des animaux étaient traitées sur place selon les vestiges retrouvés. Ensuite, les chasseurs retrouvaient leurs campements habituels au fond de la vallée. L'ensemble de Foz Côa, qui s'étale sur 17 km au moins, montre l'importance de la région pour les tribus de l'âge de glace», précise Alexandra Lima. Pour le reste, c'est l'inconnu. «On ne peut que procéder par analogie. Eliminer les hypothèses. Mais on ne pourra probablement jamais comprendre qui étaient ces hommes, et comment ils vivaient», estime Mario Reis, archéologue au parc de Foz Côa.
Concordance avec le site espagnol de Siega Verde
Le chercheur et ses collègues (sept scientifiques) ont identifié près de 900 roches et recensé une soixantaine de sites. «L'inscription, le 1er août, du site espagnol de Siega Verde en Espagne (gravure paléolithique) au patrimoine mondial de l'Unesco apporte de l'eau à notre moulin. Nous pensons que cette région fait corps avec Foz Côa, en est peut-être un prolongement. Cela donne encore un peu plus de valeur à nos découvertes».
Les pierres gravées étaient-elles des lieux de rendez-vous entre tribus ? Avaient-elles des fonctions spirituelles ? Y priait-on ? Servaient-elles à signaler les troupeaux ? Les théories se bousculent, les hypothèses s'annulent. Sous l'influence des archéologues français et italiens, très impliqués dans les fouilles de Foz Côa, l'analyse structuraliste semble s'imposer pour aborder l'énigme des gravures.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.