Tunisie – Quel lien entre le dossier de l'octroi des terres domaniales et le dialogue national ? Qui Saïed est il en train de cibler ?    Ligue 1 Pro : Programme des matches de la J3    Najla Bouden s'entretient avec le prince héritier Mohamed Ben Salmane    La Pologne fait don d'équipements médicaux à la Tunisie    Sfax - La grève régionale dans le secteur privé fixée au 28 octobre    Monde- Daily brief du 25 octobre 2021: Le président Erdogan décide de renvoyer les ambassadeurs de 10 pays    Najla Bouden s'affiche avec un sac à main hors de prix    Maradona Cup : Barça – Boca Juniors, en Arabie Saoudite    Tunisie- Automobile : Hausse de 49% du CA du Groupe Ennakl    Finance : L'association Reconnectt organise la 1ère édition des Journées tunisiennes de la finance "TunFin#21" les 19 et 20 novembre 2021    Baisse de l'investissement déclaré dans l'industrie de 15,6%, à fin septembre 2021    Brahim Debbech : Les concessionnaires ne sont pas visés par les déclarations de Kais Saïed, mais…    Ministère de la Jeunesse et des Sports : Une subvention de 90 mille dinars aux clubs de football de deuxième division    Conditions d'entrée sur le territoire tunisien à partir du 27 octobre 2021    SONEDE: Coupure et perturbation dans la distribution de l'eau potable dans ces zones    La docteure tunisienne Basma Makhlouf Shabou nommée Chevalier de l'ordre des arts et des lettres    Les chiffres effarants de la contrebande de pneus en Tunisie !    La Turquie parie sur l'Afrique, pari gagnant    Amel Belhadj Moussa crée un comité de contrôle des institutions en charge de la protection des séniors    Exclusif: Les forces de l'ordre confisquent des équipements au siège du Mouvement Ennahda    Décès d'Abdelmajid Chaker, l'ancien ministre de Bourguiba    Ligue 1 France : Khazri dans l'Equipe type de la J 11    Abdellatif Mekki préconise de revenir sur le coup d'Etat en rectifiant la situation d'avant le 25 juillet    Salon MOOD TALENT: 38e édition l'hôtel à Dar El Marsa du 5 au 7 novembre    Tunisie : Inquiétude des opérateurs économiques face au flou entourant les LF 2022 et complémentaire 2021    Ridha Lénine : L'heure du tri a sonné !    Tunisie – météo : Pluies orageuses intenses sur le Nord et le Centre-est    UBCI : PNB en hausse de 9% à fin septembre 2021    Zouhair Maghzaoui revendique l'organisation d'un dialogue national global    Tunisie : Les prix des œufs et des poissons sont désormais encadrés    Bilan Covid-19 : 128 nouveaux cas et un décès    Tunisie-JCC 2021 : Modalités d'achat et prix des billets    Atelier de travail sur les perspectives et les défis de l'action syndicale dans le cadre de l'accord sur la Zone de libre-échange continentale africaine    Zammour Trekking revient dans une 4ème édition du 4 au 8 novembre 2021    La Fifa et la CAF saluent l'introduction de la VAR en Tunisie    Un fort séisme secoue Taïwan    Barça vs Real Madrid en direct et live streaming : Comment regarder le match?    Anthony Fauci au cœur d'un scandale impliquant un laboratoire en Tunisie    Foot-Europe: le programme du jour    LC Afrique (2e tour retour) – Espérance ST : obligation de résultat pour retrouver la phase de poules    Ammar Mahjoubi: Violence et insécurité à l'époque romaine    Erdogan expulse dix ambassadeurs dont ceux de la France, des USA et de l'Allemagne    Photo du jour : Un « bijou » architectural construit à des dizaines de mètres de la présidence du gouvernement !    Tunisie : L'état d'exception face aux tentations d'ingérence internationale    21ème édition du festival de l'Asbu : Six prix pour la Tunisie    Migration clandestine Mahdia : mandat de dépôt contre les passeurs    Le ministère des Affaires culturelles rend hommage au scénographe Kais Rostom    Puissance et coopération dans la gouvernance du changement climatique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les loups sont entrés en Tunisie
Point de Mire
Publié dans La Presse de Tunisie le 05 - 01 - 2017


Par Abdelhamid Gmati
Les Tunisiens s'inquiètent fortement du retour éventuel des terroristes des zones de tensions. Une grande majorité est opposée à ce retour qui est considéré comme « un véritable danger pour la sécurité nationale et régionale ». D'autres estiment que ces Tunisiens ont le droit de retourner dans leur pays, conformément à la Constitution. Pour le directeur général de l'Institut tunisien des études stratégiques (Ites), Hatem Ben Salem, «ces terroristes, qui sont une menace pour la sécurité nationale de la Tunisie, ne sont pas partis par hasard, faut-il le rappeler, on a organisé leur départ ; l'Etat doit prendre ses responsabilités pour identifier les responsables de leur recrutement ». Combien sont-ils ? Leur nombre varie selon les sources. Dans son interview accordée à notre journal (dimanche 1er janvier), le président Caïd Essebsi a été précis : « 2.929, toutes catégories confondues ». Soit. Et qu'on le veuille ou non, ils seront de retour... De façon légale ou clandestine, ils seront parmi nous. Certains sont déjà là, le ministère de l'Intérieur avance le chiffre de 800.
Par ailleurs, on apprend que la Tunisie est fortement sollicitée pour accueillir ses citoyens refoulés par les pays européens. Le gouvernement Youssef Chahed a déclaré « son refus au retour des terroristes et n'a signé aucun accord dans ce sens ». Badra Gaâloul, la présidente du Centre international des études stratégiques sécuritaires et militaires, a annoncé, lundi dernier, que le retour des terroristes tunisiens « repentis » a fait l'objet d'une transaction financière, conclue avec des parties étrangères, et que l‘Etat tunisien a, par ailleurs, été soumis à de grandes pressions internationales pour reprendre ses terroristes. En réalité, ces terroristes sont parmi nous depuis bien longtemps ». Il y a deux jours, la Hongrie a demandé à l'Union européenne de supprimer l'aide financière aux pays qui n'accepteraient pas leurs citoyens refoulés du Vieux continent. « Deux Tunisiens qui représentent une menace grave pour l'ordre public ont été expulsés, samedi dernier, vers leur pays après leur sortie de prison », a annoncé le ministre de l'Intérieur français. Deux terroristes, bien connus, ont été livrés à la Tunisie par les autorités italiennes et soudanaises. Des sources sécuritaires estiment que 2.000 Tunisiens seront bientôt extradés d'Allemagne, d'Italie et de France.
Il faudra alors faire le tri entre ceux qui ont cherché de meilleures conditions de vie en Europe et ceux qui ont été « radicalisés ». Se pose la question : quel sort réserve-t-on à ces terroristes ? Les uns parlent de les traiter psychiatriquement, d'autres évoquent la déchéance de nationalité. Mais le scénario le plus plausible est que les personnes impliquées dans des actes terroristes tombent sous le coup de la loi antiterroriste qui stipule : «Est coupable d'infraction terroriste et puni de six à douze ans d'emprisonnement et d'une amende de vingt mille à cinquante mille dinars, quiconque adhère, volontairement, à l'intérieur ou à l'extérieur du territoire de la République, à quelque titre que ce soit, à une organisation ou entente terroriste en rapport avec des infractions terroristes, ou reçoit un entraînement à l'intérieur ou à l'extérieur du territoire de la République, à quelque titre que ce soit, en vue de commettre l'une des infractions terroristes prévues par la présente loi. La peine encourue est de dix à vingt ans d'emprisonnement et d'une amende de cinquante mille à cent mille dinars pour les personnes qui ont formé les organisations et les ententes précitées ».
Malgré les différentes dénégations, le gouvernement s'apprête à recevoir ces terroristes. Lundi dernier, le ministre de la Justice, Ghazi Jeribi, a annoncé l'adoption par un Conseil ministériel restreint du projet de création d'une prison de haute sécurité, qui sera conçue spécialement pour les individus impliqués dans des affaires en lien avec le terrorisme. Ces personnes devront répondre de leurs actes devant la justice. Or, selon le ministre, sur 1.647 détenus au total, 183 seulement ont été condamnés alors que 1.464 sont des prévenus. Ce faible taux de jugement trouve son explication dans plusieurs facteurs, essentiellement la lenteur des procédures de justice, mais aussi le manque de moyens, surtout humains du Pôle antiterrorisme. Et le porte-parole du Pôle judiciaire de lutte contre le terrorisme, Sofiène Selliti, affirmait, lundi dernier : « Il faut encourager les juges du Pôle Judiciaire de lutte contre le terrorisme. Car aujourd'hui, seulement huit juges d'instruction et quatre adjoints traitent à eux seuls, quelque 3.000 procès pour terrorisme ». Que faire alors ? D'aucuns avancent l'idée de saisir la Cour pénale internationale (CPI) qui a déjà enquêté sur les crimes commis en Ouganda, en Serbie, Darfour (Soudan) etc. Fadhel Moussa, magistrat, ancien doyen de la faculté des Sciences juridiques, politiques et sociales et ancien député de l'ANC, estime qu'il faut récolter tous les renseignements sur ces personnes « au cas par cas et un par un. La Tunisie est désemparée face à ce travail titanesque. D'où la nécessité de recourir à la CPI. Oubliez l'article 25 de la Constitution car la déchéance de nationalité est une procédure extrêmement lourde ! Mais la CPI, ses dispositifs exemplaires et son expérience peuvent aider la Tunisie dans ce travail de renseignement. La France, la Belgique et l'Allemagne se réfèrent en permanence aux travaux de la CPI. Sans collaboration entre les Etats, ce travail ne pourra pas être effectué ».
Quoi qu'il en soit, un constat : les «loups sont entrés en Tunisie».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.