Energies Renouvelables (ER) : Appel d'offres pour des projets de 60 Mégawatts    Rim Abdelmalek : « La situation épidémique va s'empirer davantage si le citoyen ne s'en tient pas au protocole sanitaire »    Hoffenheim vs Bayern Munich en direct et live streaming : comment regarder le match ?    AS Réjiche : un premier cas positif au coronavirus    Tourisme : Chute d'activité de 60%    EST: Au grand complet    MEMOIRE: Abdelaziz KACHOUKH    Enseignement de l'arabe aux enfants de Tunisiens en Europe : Liste des enseignants admis    La relance créatrice d'El Hamra: «Même quand tout s'arrête, la création n'arrête pas sa marche»    Mes odyssées en Méditerranée: «Narcisse et la Culture narcissique» : vivrions-nous dans une société nombriliste ?    La Presse manque de papier    Triste nouvelle: Lotfi Sebti n'est plus    Hand – Mondial 2021 : L'équipe nationale débutera son premier stage avec 21 joueurs    CAF — présidence: Tarek Bouchammaoui candidat    Tunisie: Nouveau décès lié au coronavirus à Monastir    Tunisie [Vidéo]: Visite du ministre du Transport à la station des trains de transport du phosphate à Gafsa    Météo | Pluies orageuses sur l'extrême Nord-Ouest    Foot-Europe: le programme du jour    Presse : Le syndicat conseil de passer au télétravail pour les journalistes    ARCHIPEL DE KERKENNAH: Les pêcheurs regrettent le bon vieux temps...    Pourquoi l'organisme ne peut pas se défendre rapidement contre le Coronavirus ?    L'inconscience risque de tout détruire    Coupe de Habib Bourguiba : L'US Monastir pour le premier titre, l'Espérance de Tunis pour le triplé    Décès de l'activiste politique Halima Maâlej une des fervents opposants au régime Ben Ali    CORONAVIRUS NEWS : La Tunisie a enregistré 786 nouveaux cas et 16 morts à la date du 25 Septembre    Un nouveau rapport de la Banque mondiale appelle à lutter contre la corruption en temps de pandémie    Tunisie | « La réforme éducative doit tenir compte des spécificités d'un Etat d'urgence ou d'une pandémie »    Tunisie : La baisse des recettes touristiques en 2020 peut atteindre 70%    Rencontre Hichem Mechichi – Donald Blome : Quel soutien et quelles promesses l'ambassadeur américain avait-il dans son porte-documents ?    Tunisie – USA : Donald Blome chez Hichem Mechichi    « Moodha Okhra » par le Goethe Institut Tunis : La mode engagée    La mort à petit feu    Tunisie: Affaire Chakchouk: La poste clarifie    Entretien avec Nadia Linke, une tunisienne qui expose au Musée du Centre Georges-Pompidou à Paris : L'art comme altérité...    Environnement : La BM sollicitée pour financer un projet de gestion de déchets de soin en Tunisie    Un ancien conseiller de Trump appelle à voter Biden    La Russie multiplie les manœuvres militaires tous azimuts    Un certain regard sur le patrimoine    Libye: Nouveaux affrontements armés entre deux milices rivales à Tripoli    "Métamorphoses du ûd" suggère une lecture différente de l'évolution historique et organologique du luth oriental ( Hamdi Makhlouf)    Les opportunités ouvertes par le programme "Europe Créative" pour le secteur culturel tunisien, objet d'une session d'information    Le film Tunisien "Jusqu'au Bout" avec Bassem Hamraoui dans les salles dès le 26 septembre (Synopsis & B.A.)    Ouverture à Tabarka de la rencontre inter-régionale des directeurs et directrices des maisons de la culture    Pas de distribution communautaire des portefeuilles régaliens    Libye: Des pourparlers politiques prévus début octobre à Genève    Commentaire | La poudrière libanaise : quand il n'y en a plus, il y en a encore !    Une explosion suivie d'un incendie dans le sud du Liban aurait fait des blessés    Des tunisiens et des turcs forment les officiers de police ivoiriens    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Grand Tunis et ses environs paralysés par les précipitations
Transport
Publié dans La Presse de Tunisie le 19 - 10 - 2018

Nos concitoyens semblent livrés à eux-mêmes, aussi bien pour se rendre à leur destination que pour se frayer un chemin dans les rues envahies par la mélasse, alors que des mesures sont prises par la Transtu pour faire face à l'urgence
Des jeunes filles en tablier de collège, des hommes d'âges et d'apparences divers, des ménagères, de petits groupes d'adolescents avec des sacs à dos… se suivent nonchalamment sur la voie ferrée du métro en pressant le pas. Pas de métro en vue et les rares taxis sont pris d'assaut et chacun prend alors son courage à deux mains et entame le parcours à pied.
Le dépôt Tunis-Marine inondé
En ce matin du jeudi 18 octobre, le temps semble calme alors que le ciel est totalement colmaté par les masses nuageuses aux infinies nuances de gris, promettant que le calme sera éphémère. Un calme teinté d'impuissance pour nos concitoyens car ce n'est pas seulement le métro qui brille par son absence. En vérité, le trafic ferroviaire entre Tunis et Erriadh (terminus des trains de la banlieue sud) suite aux importantes quantités de pluie. Idem pour le train de la banlieue nord, le Tunis-La Goulette-La Marsa (TGM) dont les voies ont été recouvertes par les eaux et sont ainsi devenues impraticables. Les fortes intempéries ont également causé l'interruption de la circulation sur plusieurs routes.
C'est pour cela que la Transtu est en état d'alerte, comme nous l'apprend Hayet Chamtouri, sa chargée de presse : ‘'Nous sommes en train de mettre sur pied plusieurs mesures pour permettre à nos concitoyens de se rendre à leur travail après la paralysie des réseaux ferrés du métro et de la ligne TGM à cause de la hausse du niveau des eaux aux dépôts de Tunis-Marine.''
Selon Chamtouri, il s'agit de 4 mesures opérationnelles avant midi :
-mise en service de lignes de correspondance bus-métro de la capitale vers les quartiers satellites
-des navettes de bus dans les deux sens entre Tunis-Marine et la Marsa
-transfert du point de départ Tunis-Marine dont l'accès est difficile vers la station Jean Jaurès
-remise en service de la ligne du métro numéro 2.
La serpillère, la pompe et la vision !
Malheureusement, en attendant que tout revienne dans l'ordre, c'est la croix et la bannière pour nos concitoyens alors que l'on assiste, partout dans la capitale et son voisinage, à des scènes dont on ne sait s'il faut en rire ou en pleurer. De jeunes gens et des jeunes filles pieds nus en train de dégager les eaux boueuses à la serpillère au sein des boutiques, des pompes d'évacuation un peu partout dégageant l'eau par de grands tuyaux, de la mélasse un peu partout, des passants qui peinent à se frayer un chemin…
Un spectacle que nous allons probablement revoir dans les mois qui viennent car ce que nous avons vu hier ressemble à ce qui s'est passé depuis que la saison des pluies s'est annoncée de manière très anticipée. Avant la fin de l'été, la première pluie diluvienne semble avoir inauguré un nouveau cycle de précipitations d'un nouveau genre faites d'un cocktail de puissantes averses, d'orage où gronde la foudre, de vents imprévisibles, d'errements des températures et d'inondations.
A chaque fois, nous avons été pris par surprise et c'est bizarre quand on sait que des centaines d'études (dont beaucoup sous le ministère de l'Enseignement supérieur) ont été réalisées en Tunisie mais l'écrasante majorité de leurs recommandations semble être restée lettre morte. Plus grave encore, la coordination nécessaire entre les parties concernées (Environnement, agriculture, transport…) est restée à l'état embryonnaire. Ces structures paraissent également confuses à propos du shift climatique mondial qui a commencé depuis les années '70 avec des hausses progressives des températures. C'est en premier lieu pour ce manque de vision et d'action que les innombrables plans nationaux pour faire face aux catastrophes naturelles restent, à ce jour, éminemment théoriques.
Le ministère du Transport se mobilise
Selon le ministère du Transport, les dessertes du métro sur la ligne du TGM (Tunis-La Goulette-Marsa) seront remplacées par des voyages en bus. Il a également été décidé de remplacer les dessertes de la Sncft par des voyages en bus (Bouficha-Tunis et Borj Cedria-Tunis) en raison de l'élévation du débit des eaux, au niveau des rails. D'autres mesures ont été prises pour mettre à la disposition des commissions régionales de lutte contre les catastrophes des bus relevant des sociétés nationales et régionales de transport pour évacuer les citoyens en cas de nécessité, tout en veillant à vérifier les conditions de la circulation. Le département a également décidé d'assurer une coordination permanente sur terrain, entre les services techniques mobiles des sociétés, les services de la Protection civile et l'ONAS, pour pomper les eaux et nettoyer les rails des boues, pour que le trafic ferroviaire reprenne dans les plus brefs délais. Il œuvre aussi à assurer une coordination avec toutes les autorités locales et régionales et un suivi direct de la part des services centraux du ministère et des PDG des sociétés nationales et régionales de transport pour intervenir en cas de besoin.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.