Les membres du gouvernement Fakhfakh répartis par gouvernorat    Tolérance zéro à l'égard des crimes, du terrorisme et de la corruption politique, assure Elyes Fakhfakh devant l'ARP    Entreprises publiques en difficulté | Livre Blanc : La réforme, une obligation de taille    L'OECT place le digital au cœur de la thématique de son congrès international    Après la Tunisie, le Gabon, le Nigéria Panoro continue son expansion africaine en Afrique du Sud    Samsung Blues Festival du 06 au 10 mars 2020 au palais Ennejma Ezzahra (les artistes en vidéos)    Gouvernement Fakhfakh : Ennahdha votera la confiance    Discours intégral d'Elyès Fakhfakh devant le Parlement    Crédits d'investissement destinés aux PME : L'Etat prend en charge 3 points du taux d'intérêt    Kasserine : Un terroriste abattu par la garde nationale    Football : LA FTF dévoile le calendrier du reste de la saison    Prévisions météorologique de l'INM : Retour des pluies au début du mois de mars    Dissidence au bloc de la Réforme nationale : Machrou Tounès ne va pas accorder la confiance au gouvernement    Programme TV du mercredi 26 février        Tunisie [vidéo] Oussama Khelifi : “La vision de Fakhfekh n'est qu'une vision à court terme”    Entreprises publiques en difficulté | Appui de l'UGTT au processus de restructuration    Ligue des champions : Suivez les quarts de finale sur Tunisie Numérique    CAN 2021 : Le Zimbabwe interdit d'accueillir les matchs internationaux    CAN 2021 (éliminatoires) : les arbitres des matches de la Tunisie face à la Tanzanie    Coronavirus : un Français est mort à Paris    BCT | Evolutions économiques et monétaires : Un taux d'inflation moyen de 5,3% en 2020    Ils ont dit…    Les nouveaux riches : La voie la plus courte    Coronavirus | Quatre nouveaux morts en Iran, 19 au total    Mohamed Ennaceur appelle à une conférence nationale élargie pour sceller une véritable union nationale sur des programmes consensuels    Zamalek – Espérance de Tunis : Sur quelle chaîne voir le match ?    Tournoi de Doha : Ons Jabeur bat l'Américaine Brady et défiera la numéro 3 mondiale, la Tchèque Pliskova en 1/16e de finale    Stress hydrique    Inspection comportementale en profondeur, la surveillance avancée des processus pour contrer les attaques    Un deuxième terroriste abattu à Kasserine    Tunisie: Grève générale des surveillants dans les établissements secondaires    Les causes du décès de Hosni Moubarak    Mansour Moalla présente son nouveau livre : « Sortie de crise et union nationale : pourquoi et comment ? »    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 26 février à 07H00    Festival International Les Francophonies de Sousse du 5 au 8 mars 2020 (Programme)    Décès de l'ancien « Raïs » égyptien Hosni Moubarak    Décès de l'ex président égyptien, Hosni Moubarak    Contrepoint | Culture : à la recherche d'une vision    Festival du Rire de Tunis 2020 | Laurent Baffie : un humour transgressif    Quatre nouveaux cas de coronavirus en Irak, une famille de retour d'Iran    Hosni Moubarak n'est plus    «La conférence des oiseaux» de Naoufel Azara à El Teatro : Une élévation par le texte et la mise en scène    L'humoriste Samia Orosemane en tournée internationale fait une pause au Royal Thalassa Monastir    Coronavirus : trois nouveaux morts en Iran    Programme TV du mardi 25 février    Le quinzième épisode du festival Jazz à Carthage 2020    Le festival « Sicca Jazz » du Kef souffle sa sixième bougie!    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Tunisie est devenue une terre d'inondations
Le géomorphologue Mongi Bourgou à Beit el-Hikma
Publié dans La Presse de Tunisie le 29 - 10 - 2018

Le phénomène des inondations et des changements climatiques ne concerne pas que la Tunisie mais tous les pays et provoque des dégâts parfois irrémédiables.
Quand les eaux reprennent leurs cours et que la nature revendique ses biens, il faut s'attendre aux inondations, c'est le message qu'a voulu transmettre le professeur Mongi Bourgou, lors de sa conférence ce jeudi à Beit el-Hikma, Carthage. La Tunisie est-elle devenue une terre vulnérable et à risques ? A-t-on atteint un point de rupture ? Sommes-nous condamnés à vivre avec les inondations ? Les causes sont-elles naturelles ? Des questions qui méritent réflexion d'autant plus que la fréquence des inondations augmente d'une année l'autre.
Changements climatiques dans le box des accusés…
Mongi Bourgou nous invite à mieux comprendre les inondations. Pas de grandes quantités de pluies, pas de grands cours d'eau, un relief modeste, et pourtant la Tunisie est un pays à risques d'inondations. Sur le plan topographique, si ce relief est modeste, les versants sont pentus, découpés, et peu étendus. Les terres sont basses et sont donc favorables à la stagnation des eaux, ce qui explique que le ruissellement des eaux prend l'avantage sur l'infiltration.
En Tunisie, les spécialistes pensent que depuis 1900 le niveau de la mer s'est élevé de 1 à 2 mm/an, soit en moyenne 15 cm pour toute la période. Il ne fait plus aucun doute que le changement climatique augmente la probabilité de survenue d'événements extrêmes.
Toutefois, le phénomène des inondations et des changements climatiques ne concerne pas que la Tunisie mais tous les pays et provoque des dégâts parfois irrémédiables. L'évolution du climat est toujours paramétrée par les conditions astronomiques et non par les impacts anthropiques ; en France les épisodes de canicule se multiplient depuis le début des années 2000, les averses aussi.
…L'homme aussi
Les facteurs naturels sont déclenchants mais les facteurs anthropiques son aggravants, tend à clarifier le conférencier. Les constructions ont envahi les lits majeurs et les plaines et plusieurs aménagements sur les pentes (Bizerte, Tunis, Le Kef, Kasserine, Sousse) ont engendré l'augmentation du coefficient d'écoulement. A Nabeul, on a rétréci les cours des eaux et à Korba les eaux n'ont pas trouvé d'issue en raison d'un aménagement inadéquat et irrationnel alors qu'à Korbous c'est tout un conduit qui a été bouché dans les années 90 et aujourd'hui c'est la rue qui constitue le chemin d'écoulement d'eau ! Toute la localité de Baddar dans la délégation de Takelsa a été inondée en raison de l'étranglement du cours naturel d'eau affluant de l'oued, nous expose-t-il.
Cela sans compter ces agglomérations développées sur le chemin des oueds très peu encaissés (Mejez El Bab, Bouficha, Sidi Bouzid, Kairouan, Tataouine) et plusieurs autres facteurs dont notamment des canalisations insuffisantes, des dalots sous-dimensionnés. Le risque d'inondation tient tout d'abord à des causes naturelles et surtout à la façon dont l'homme a occupé et aménagé l'espace, notamment à des aménagements anarchiques, explique le professeur. Les eaux ne font qu'envahir les secteurs aménagés et les pluies, une manne du ciel, sont malheureusement perçues comme cause de catastrophe.
Des pluies capricieuses, irrégulières et soudaines
Une irrégularité dans l'espace et le temps (vaches maigres et vaches grasses). En quelques heures, on enregistre la moyenne annuelle comme à Médenine en 1979 (120 mm en 24h, alors que la moyenne est de 150 mm) ou à Sfax en 1982 (250 mm le 30 et le 31 octobre). A Tunis, on a enregistré 182,5 mm le 17 septembre 2003 et 130 mm le 23, soit l'égal de 11 fois un seul mois). On ne parle plus d'un simple événement pluviométrique.
Sur le plan de la fréquence des inondations enregistrée à longueur d'année, le constat est aussi alarmant et préoccupant. De dix ans d'intervalle, on est passé à cinq et, aujourd'hui, les inondations touchent le pays chaque année.
Que faire ?
Les solutions se trouvent dans la mise en œuvre d'actions préventives et anticipatives car les dépenses curatives pour la réparation de quelques dégâts provoqués par les inondations sont aussi importantes que les dépenses préventives, explique le conférencier. Il faut avoir le courage de faire déplacer les gens qui occupent des zones interdites, préconise le professeur Mongi Bourgou. Il reprend les paroles du climatologue français Robert Vautar : «Aujourd'hui, il nous faut surtout éviter l'ingérable et gérer l'inévitable».
Il faut apprendre à vivre avec les inondations et s'initier à la culture du risque naturel (les assurances). On a depuis longtemps sonné l'alarme mais personne ne veut nous écouter, la politique ne suit pas, ajoute-t-il. Et pour conclure, le professeur est catégorique, la Tunisie est devenue une terre d'inondations et c'est la faute à l'homme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.