Salem Labiadh affirme que le parti Echaab déposera un recours en Appel concernant le siège restitué à Saïd Jaziri de Hizb Errahma à Ben Arous    Tunisie : la BAD accorde 138 millions d'euros à la STEG pour le réseau d'électricité et les énergies renouvelables    Patrice Bergamini : Le visa vers l'Europe sera révisé dès la reprise des négociations sur l'ALECA    Objectif Tunisie Propre ! Une campagne de nettoyage de grande envergure (photos, vidéos)    Au Liban, le premier ministre Hariri prêt à la tenue d'élections anticipées    Quand France Tv se pose la question sur l'avenir de l'édition et de la langue française ?    Numeryx Tunisie inaugure ses locaux et signe un partenariat avec le Digital security Lab de l'école Sup'com    Ligue 1 : les arbitres de la cinquième journée    L'ISIE fera appel de la décision en faveur de Said Jaziri    Ligue des champions de l'UEFA : programme des matchs de cette semaine    JMC 2019 : Palmarès de la 6ème édition    L'ATUGE UK et l'ambassade de Tunisie à Londres organisent une conférence autour de l'économie tunisienne et le rôle de la diaspora    La Tunisie abrite à partir de demain mardi 22 Octobre le 11ème Championnat arabe de Tir à l'arc    Sfax, une autre étape du Festival National du Théâtre Tunisien    Tunisie- Rejet de la demande de libération de l'homme d'affaires Chafik Jarraya    Tunisie- Neuf médecins du service des urgences de l'hôpital du Kef présentent leur démission    FMI et Banque Mondiale : Restons concentrés sur nos objectifs – Obtenir de meilleurs résultats au profit des plus pauvres dans le monde    Classement ATP: Malek Jaziri recule de 2 places (150e)    La Radio Tunisienne et les Radios régionales seront en grève le mardi 22 Octobre    TASDIR+ se déplace dans les régions pour cibler 200 entreprises    Retour sur l'élimination à Kasserine du dangereux terroriste algérien Mourad Ben Hamadi Chaïeb, frère du terroriste Lokmane abou Sakhr    Le tacle de Sami Fehri à Soumaya Ghannouchi    L'officine, exigences d'évolution rassemble Le Syndicat des pharmaciens    En vidéo : L'Ile Maurice en 48 heures vue par un tunisien    En vidéo : La RSE au coeur de l'ADN des Laboratoires SVR Tunisie    Abdelkrim Harouni : Ghannouchi est la figure nationale la plus importante du pays    Club Africain : du nouveau concernant les six points perdus    Economie en crise, Saidane tire la sonnette d'alarme    Tunisie – Météo : Possibilité des cellules orageuses accompagnées de quelques pluies    Tunisie- Le mouvement du peuple ne participera pas au nouveau gouvernement formé par Ennahda    Tunisie – Le terroriste tué à Kasserine était le frère de Lokmane Abou Sakhr    Ligue des champions : Programme de la 3e journée    Programme TV du dimanche 20 octobre    SFBT : Les ventes de la Bière locale ont atteint 163.984 millions dinars durant le 3ème TR de 2019 réalisant une augmentation de 12,46% par rapport à 2018    Tunisie – Airbus : Développement du partenariat de coopération à travers la création à Tunis d'un Centre Airbus de formation de pilotes de ligne    Vidéo : Ce professeur crée le buzz en dansant avec ses élèves à Nabeul    La rayonnante Randa Driss s'éteint    Les JCC 2019 de retour dans les prisons tunisiennes avec 7 projections    Open art week 2019: 2ème édition du 19 au 27 octobre à Tunis (Programme)    La HAICA condamne les attaques et les menaces contre plusieurs journalistes et la chaîne Al Hiwar Ettounsi    Le jeune ambassadeur tunisien de la Francophonie Amir Fehri reçu au Liban par le Chef du gouvernement Saad Al Hariri    Le Théâtre Sindyana à la Médina attribue à la 1ère édition de son Festival musical « Wejdane pour la musique » le nom de « Choubaïla Rached »    Turquie : Erdogan plie sous le poids des menaces américaine et annonce un cessez le feu au nord de la Syrie    RIFAC : 4 courts-métrages tunisiens et 19 étrangers en compétition du 17 au 20 Octobre à la Cité de la Culture de Tunis    Entretien téléphonique entre Giuseppe Conte et Kais Saied    L'ambassadeur du Venezuela en Tunisie, Carlos Feo Acevedo: « La coopération Sud/Sud permettra le vrai développement de nos pays »    L'Italie rapatrie des migrants dans 13 pays dont la Tunisie    L'homme qui garde toujours la corde utilisée pour la pendaison de Saddam Hussein échappe miraculeusement à la mort à Londres    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Revoir la politique de l'eau
Opinion : Changements climatiques


Par Dr Raoudha Gafrej*
L'eau est la vie pour l'homme et toutes les créatures et les écosystèmes. Lors de la Journée mondiale de l'eau (10 décembre), des droits de l'homme et compte tenu de l'importance de la gestion des ressources en eau, de Katowice, lieu de la COP24 en Pologne, je lance un appel aux gouvernements des pays du monde entier pour prendre leurs responsabilités pour la mise en œuvre de l'Accord de Paris même si ce sont les Etats qui ont ratifié cet accord et non les gouvernements qui se sont succédé depuis. L'urgence est encore plus forte au niveau du gouvernement tunisien.
La science à travers les lois de la physique et de la chimie permet de trouver les solutions pour atténuer les émissions de gaz à effet de serre. Les technologies sont là et peuvent être utilisées pour s'adapter, pour changer les comportements et les modes de vie. Mais les scientifiques ne peuvent pas répondre si cela est faisable politiquement ou institutionnellement. Si le rapport du Groupe intergouvernemental des Experts sur le climat (GIEC) sur le 1,5°C n'a pas été approuvé lors de la COP24 dans sa première session technique des négociations, ni les résultats de l'Organisation Mondiale de la Météorologie (OMM) par ailleurs, c'est qu'il y a un sérieux problème politique avec la Science qui normalement devrait guider le politique dans toutes ces activités.
La question du changement climatique est fondamentalement une question d'eau: que l'on parle d'eau, d'énergie, d'alimentation ou de santé, on évoque automatiquement l'eau. Avec les changements climatiques, les dégâts seront énormes car ce sont les impacts cumulés sur la ressource qu'il faudra considérer et non les impacts en termes de baisse de pluviométrie (donc moins d'eau dans les barrages) ou d'augmentation de la température (des besoins en eau plus importants). En Tunisie, les changements climatiques impactent toutes les ressources en eau, leurs usages, la santé, les écosystèmes, et toutes les ressources naturelles en général et par conséquent toute l'économie. De ce fait, la gestion future de l'eau en intégrant l'adaptation au changement climatique devra reposer sur une approche systémique sous forme d'alliance entre l'eau, l'énergie, les écosystèmes, l'alimentation, la santé et l'éducation en tant que moteur du changement.
Aussi, la gestion de l'eau n'est plus un problème de technique mais est fondamentalement un problème de gouvernance. L'eau devra être gouvernée de façon totalement innovante et surtout à un niveau beaucoup plus élevé que le niveau actuel mais aussi avec une interaction nouvelle avec le niveau le plus bas qui est celui de l'usager. Nous allons être appelés en permanence à gérer les périodes extrêmes dévastatrices (inondations ou sécheresses) car toute l'infrastructure actuelle et les aménagements ne sont plus adaptés surtout en termes de modèle de gouvernance.
Le contexte de la gestion de l'eau a évolué durant les 30 dernières années et il va aussi évoluer dans les 30 années à venir, c'est pourquoi c'est une approche que je peux appeler «GCF» qu'il faudra suivre : Gouvernance, Connaissance et Finance.
La conclusion du GIEC est claire : les politiques ne font pas leur boulot et tout particulièrement pour l'eau malgré que l'on ait un engagement sur la priorité de l'eau. Ainsi il faudra reconnaître et passer l'idée que les choses ne marchent pas bien. L'accès à l'eau, en tant que droit fondamental de l'homme, devient de plus en plus coûteux par le recours à la mobilisation des ressources plus chères, le besoin de renouveler les installations afin qu'elles répondent à de nouvelles normes et pour les adapter aux changements climatiques.
La Tunisie est un exemple de la réunion de tous les problèmes de l'eau et qui indiquent que les choses ne marchent pas bien et que les trois principaux piliers sur lesquels l'on devrait travailler sont : la gouvernance, la connaissance et la finance avec un seul axe : l'axe politique car l'axe technique est connu : la tarification de l'eau et le système de régulation, la préservation des écosystèmes avec le recyclage, la collecte des eaux pluviales et toute infrastructure de réhabilitation, la nouvelle infrastructure permettant de tirer profit des extrêmes climatiques, les systèmes d'alertes précoces (inondations et sécheresses), la révision de l'eau pour l'agriculture (irrigation et élevage), la recharge artificielle des nappes et enfin l'assainissement et la valorisation des eaux usées traitées dans le but de protéger contre la pollution mais aussi pour une réelle production d'eau pour les besoins économiques.
En remerciant nos anciens bâtisseurs, je suis impatiente de voir les nouveaux bâtisseurs car la maison de l'eau s'écroule au vu et au su de tous.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.