Tunisie – Baisse des prix de certains carburants à partir de cette nuit à minuit    Tunisie – Le numéro de funambule d'Elyes Fakhfakh qui essaie de ménager la chèvre et le chou    Les USA se retirent de l'OMS    IMAGES : Un avion opère un atterrissage d'urgence après avoir heurté un objet non identifié    Tunisie – Devant la réticence d'Elyes Fakhfakh Ennahdha veut passer en force    Un nouveau cas de coronavirus au Kef    2 nouveaux cas importés à Gafsa    29.933 morts en France    Limogeage d'Elyes Mnakbi : prémices d'un bras de fer Fakhfakh-Ennahdha ?    Bac 2019-2020 | Plus de 133 mille candidats passent, mercredi, les épreuves de la session principale avec des mesures de prévention contre Covid-19    Révision à la baisse des prix des hydrocarbures à partir de mardi soir à minuit    Légère appréciation du taux du change du dinar    La commission d'enquête sur le conflit d'intérêts demande la suspension de Fakhfakh    Atef Ben Hassine et son épouse Mariem accueillent les bras ouverts leur petit-ange « Ghafer »    ATL : Cotation à la Bourse de Tunis, à partir du 08 Juillet 2020    La nouvelle Promotion 4G Box de Ooredoo vous offre le confort d'une connectivité très haut débit à prix doux    D'Ici et d'Ailleurs...    Entre de « bonnes » mains !    Le ministre des Finances annonce sept mesures pour booster l'investissement    Le parti Ennahdha a entravé la loi dès sa formation, explique Abir Moussi    Une belle et douce folie créatrice    Un programme d'appui à la diversité culturelle et artistique    Le Ballet de l'Opéra de Tunis lance un projet de danse dans 20 gouvernorats    CONDOLEANCES    REMERCIEMENTS ET FARK : Dr Fadhila SAADA    Pour Qalb Tounès les motions proposées au parlement sont un élément de discorde et de division    Tunisie : Baisse de 8,5% de la production industrielle au cours des quatre premiers mois de 2020    Programme TV du mardi 07 juillet    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 7 juillet à 11H00    Taheri : Plusieurs médias souffrent de problèmes et de difficultés    Ghazi Ben Ahmed, Président du think tank Mediterranean Development Initiative, à La Presse : «Notre principal souci : produire, diversifier, exporter…»    Contrepoint Culture : une perte... Des soucis...    Une étudiante tunisienne active dans le secours des migrants remporte le prix de l'organisation Pro-Asyl-2020    Ces pays ont procédé encore une fois au confinement    Gafsa : Bientôt démarrage des travaux de construction d'un pont au-dessus d'Oued Essod    Football : Programme TV de ce mardi 07 juillet 2020    Un mercato à deux vitesses : Quand l'Espérance se taille la part du lion    Angleterre : Nemanja Matic prolonge jusqu'en 2023 avec Manchester United    Chiraz Laatiri promet la discrimination positive au secteur culturel dans les régions intérieures    Manouba : Inauguration des nouveaux locaux du secrétariat régional des affaires de la jeunesse et du sport    Gouvernement Castex : La parité femmes/hommes respectée, mais plus à droite    Un fort séisme secoue l'Indonésie. Pas d'alerte au Tsunami    Une étudiante tunisienne remporte le prix des droits de l'Homme de l'Organisation Pro-Asyl 2020    Tunisie: Le ministre du commerce tunisien rencontre l'ambassadeur d'Iran    Il semble que les frères marocains ont un problème avec nous, déplore Tebboune    Les rendez-vous IJA : la culture en accès libre chaque vendredi au Coworking Space Al Badil    Les indiscrétions d'Elyssa    "Patrimoine culturel et développement durable", thème d'une Journée d'étude au Musée archéologique de Sousse    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les culottes courtes de plus en plus exposées aux cybermenaces
Enfants et addiction aux nouvelles technologies (NTIC)
Publié dans La Presse de Tunisie le 22 - 03 - 2019

Alerte aux parents : en ces vacances de printemps, le temps que passent les enfants et les adolescents devant les écrans se multiplie et serait marqué par d'énormes risques numériques menaçant, en particulier, les jeunes usagers, qui ne sont pas à l'abri de certains cyberdangers. Prendre certaines précautions et limiter ces expositions excessives à la technologie sont d'une grande importance.
Avec la banalisation des terminaux numériques, notamment les smartphones et tablettes, chacun parvient à faire usage de la technologie à différentes fins, soit pour s'informer, communiquer, se divertir ou simplement suivre cet essor technologique sans précédent. Mais ces moyens technologiques ne cessent, depuis pratiquement une décennie, de prendre de l'ampleur dans notre vie quotidienne au point que certains ne peuvent plus se séparer de leurs smartphones. On parle, dès lors, d'une véritable addiction ou dépendance au digital. Une dépendance qui n'est aucunement sans conséquences sur la santé, le comportement et la psychologie des usagers, dont notamment les plus vulnérables : enfants, adolescents et même personnes âgées.
Les études sont nombreuses à montrer que des risques énormes existent sur internet auxquels sont exposés quotidiennement les enfants et adolescents. Des jeux morbides jusqu'aux prédateurs sexuels et pédophiles, en passant par les idées extrémistes et les techniques d'embrigadement terroriste, les cybermenaces épousent diverses formes et mettent en péril les enfants, qui, en cette période de vacances, sont « accros » à leurs écrans. En effet, outre le phénomène de surexposition à la technologie et la dépendance au digital, des risques réels les menacent. Rappelons, dans ce sens, les cas de suicide qui ont eu lieu, il y a presque un an, suite à des jeux morbides à l'image de « La Baleine Bleue » qui poussent les enfants à relever des défis dangereux et à repousser leurs limites pouvant aller jusqu'au suicide comme défi ultime.
Dépendance aux écrans
Vous l'aurez remarqué, dans les moyens de transport, dans les rues et même en salles de classe, ces utilisateurs ne se séparent jamais de leurs smartphones ; un phénomène qui se nourrit surtout par l'avènement des réseaux sociaux numériques. Dans ce sens, la communauté scientifique ne cesse de mettre en garde contre les effets néfastes et parfois dévastateurs de ces réseaux sur la santé des jeunes utilisateurs.
Des phénomènes comme la « Facebook Dépression » et les problèmes de santé associés à la dépendance aux écrans, ont été signalés par plusieurs études portant sur ce qu'on appelle la « Digital addiction ». Une dernière étude menée à la San Francisco State University et publiée dans la revue NeuroRegulation révèle les effets néfastes de l'addiction aux réseaux sociaux : solitude, anxiété et dépression, notamment chez les jeunes utilisateurs. Car même si ces réseaux promettent la construction et le renforcement des liens sociaux, ils s'avèrent être à l'origine de l'isolement des usagers. L'étude montre ainsi que plus l'usage des smartphones et des applications internet est imposant, plus les risques de solitude et de renfermement sur soi sont élevés. Dans les cas les plus graves, des troubles de l'attachement ou des difficultés à nouer des relations avec les autres peuvent apparaître.
D'autres études ont pu prouver également que les membres des familles qui utilisent excessivement les appareils numériques se déconnectent entre eux et dans les cas les plus graves, ne communiquent plus entre eux ni avec leurs proches.
Hygiène numérique
Face à ces risques qui ne cessent de s'aggraver et qui pourraient se transformer en des crimes d'exploitation sexuelle et de pédophilie usant de la vulnérabilité des enfants, une éducation aux risques des NTIC s'impose en Tunisie.
Une éducation qui commence certainement, au niveau du noyau familial, mais devra s'étendre également pour atteindre les programmes officiels de l'enseignement.
On parle souvent de l'importance de limiter le temps passé devant les écrans pour les enfants et les adolescents, mais vu cet engouement inégalé pour l'utilisation de ces terminaux numériques, la tâche serait difficile. Ainsi l'introduction de ce qu'on appelle l'hygiène numérique dans les programmes d'enseignement est d'une grande importance vu l'incapacité des parents d'inculquer une culture numérique saine à leurs enfants.
En effet, plusieurs pays avancés ont déjà mis en place des programmes d'enseignement dès le primaire, pour limiter les détournements d'usage de la technologie, qui ont, parfois, de graves répercussions sur le comportement des mineurs.
Mais pendant ce temps-là, les parents sont considérés comme le premier rempart contre ces risques et devraient eux-mêmes s'initier à ce nouveau contexte technologique omniprésent. Il s'agit en premier lieu de créer un environnement familial axé sur la communication interpersonnelle, dans lequel tout se discute sans tabous. Les parents sont appelés également à activer certains programmes de contrôle parental qui se fait avec les fournisseurs internet et limiter le temps passé devant les écrans.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.