Tunisie – AUDIO : On devrait interdire à Sihem Ben Sedrine de quitter le pays    Avertissement aux propriétaires de véhicules du groupe Renault : Plusieurs centaines de milliers de moteurs Renault suspectés de malfaçon    Tunisie – Risque d'effritement du Front Populaire à cause des désaccords concernant le candidat aux présidentielles    Nigéria : Plusieurs morts dans l'attaque terroriste d'un convoi de militaires et civils    Ligue 1 : L'ESS prend la deuxième place et le suspense domine le bas du classement    Ligue des champions : Collina et Busacca invités à la finale    Ligue 1 (24e journée) : La lutte pour le maintien atteint son paroxysme, avec 4 équipes menacées de relégation    Arrestation de « مكارتي » principal suspect dans l'agression commise à Radés ainsi que ses deux compagnons    Le Wydad joue le jeu de la « victime » et adresse à la CAF une plainte contre l'arbitre égyptien Jihad Greicha demandant l'ouverture d'une enquête    Hand – Championnat : L'EST s'approche du titre    Tunisie: 166 commerces menacés de fermeture sur proposition d'équipes de contrôle sanitaire    Tunisie: Zouheir Maghzaoui qualifie de “scandale” la venue de rabbins israéliens à La Ghriba    Démarrage de la 1ère Edition du Festival du film social et de la créativité à Menzel Bourguiba    Incendie du café de Radés : Le Ministère de l'Intérieur dément l'implication d'extrémistes religieux    Météo: Prévisions pour dimanche 26 mai 2019    Tunisie : Saîf-Eddine Khaoui est forfait pour la Coupe d'Afrique des Nations    LdC: Gassama dirigera la finale retour entre l'Espérance et le Wydad    Conférence de presse autour du séminaire « Vers un développement local durable et inclusif : Valorisation des ressources locales et emplois décents »    Tunis- Maarouf : l'ATI n'est pas le concurrent de Tunisie Telecom et il n'y aucun lien avec le changement de management opéré en 2017    Le fondateur de Huawei, M. Ren Zhengfei répond à Donald Trump    Les supporters marocains du Wydad : Entre l'enchevêtré dans la plainte et le plongé dans le chagrin !    La Tunisie, premier fournisseur de l'Italie en pantalons-jeans    Flat6Labs annonce les startups de son 4ème cycle d'accélération    La Libye, plus que jamais, plongée dans le chaos    Sami Fehri crée la polémique sur Instagram et Attassia TV précise !    Kamel Morjane : Je n'ai pas encore décidé de briguer la présidence    Tunisie: Fusion entre Tahya Tounes et Al Moubadara, personne n'a demandé à Kamel Morjane de retirer sa candidature à la présidentielle, selon Azzabi    Tunisie – météo : Températures en baisse et pluies les 25 et 26 mai 2019    Facebook désactive les pages et profils d'hommes politiques et journalistes palestiniens    Photo du jour : A 300 millimes le kilo de gros d'abricots, qui arnaque donc les agriculteurs?    Tunisie: Les Agriculteurs dénoncent l'importation de pommes de terre d'Egypte    Le maire de Sousse démissionne    Alerte météo, Pluies orageuses et températures en baisse    Youssef Chahed charge Mohamed Fadhel Mahfoudh et Abdelbasset Ben Hassen de configurer l'initiative visant à établir un CODE de conduite politique    Grande Bretagne: Theresa May annonce sa démission ce vendredi    En photos... Souhir Ben Amara à Cannes, son deuxième look fait beaucoup parler…    Le 1er Juin une Version de Layali Tunivisions sera à Hammamet au Restaurant Baia    Un jour, une étape, une carte postale : Performance marchée – 3000 km pour relier Paris à Sousse de l'artiste Ridha Dhib    En vidéo : Tous les détails sur l'événement Lamet El Khir 1.0    J-2 avant la clôture de l'appel à projets Village 2019 d'Orange Tunisie, avec l'appui de la Fondation Orange    Violence(s) Jalila Baccar et Fadhel Jaibi    Tunisie: Sauvetage de trois marins pêcheurs à Sousse après deux jours d'errements en mer    Nasser Al-Khelaïfi mis en examen pour corruption    JCC 2019 : Un avant-goût du festival et 3 nouveautés révélées à Cannes    En photo : Habillée par Ali Karoui, la compagne de Cristiano Ronaldo fait sensation au festival de Cannes    Le rappeur franco-Tunisien Swagg Man édite un clip “5alina n3ichou” qui fait le buzz (vidéo)    Tunisie : une secousse tellurique de 2,7 degrés enregistrée à Métlaoui    Une mosquée incendiée dimanche dernier dans l'Etat du Connecticut aux Etats-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Noura Borsali (Forum de citoyens tunisiens indépendants) : L'essentiel, c'est de rester à l'écoute des Tunisiens
Transition Démocratique - 3 questions à :
Publié dans La Presse de Tunisie le 19 - 04 - 2011

1- Comment évaluez-vous la décision de l'Instance supérieure d'opter pour le mode de scrutin de liste à la représentation proportionnelle avec les plus grands restes ?
- Ce choix a été fait par un vote dans lequel une majorité s'est exprimée en sa faveur. Cela se justifiait par la possibilité donnée aussi bien aux petits partis qu'aux indépendants de pouvoir accéder à l'Assemblée constituante. Aussi sera-t-elle une sorte de microcosme partisan. J'aurais souhaité personnellement que le mode de scrutin soit mixte, alliant les deux modes proposés par les experts de l'Instance : le mode uninominal à deux tours et le mode de scrutin de liste à la proportionnelle. J'ai défendu cette position au sein de l'Instance par deux fois mais nous étions très minoritaires. En fait, je pense qu'en dépit de sa complexité, ce mode s'adapte mieux à la situation exceptionnelle que nous vivons en ce sens qu'il exprime les deux positions exprimées par les Tunisiens, qu'il est fidèle à la révolution qui s'est faite sans partis et sans leaders, qu'il répond d'une certaine façon au déficit des partis dont la plupart ne représentent qu'eux-mêmes et qu'il permet à la fois de donner la chance aux partis, en formant des coalitions, d'être de la partie. En fait, c'est un système qui favorise en quelque sorte à la fois les individus et les partis. Je demeure convaincue que le mode choisi par la majorité favorise la domination des partis. Et c'est pour toutes ces raisons que je me suis abstenue lors du vote qui a porté sur le mode de scrutin. J'aurais souhaité que nos experts nous fassent une simulation à propos du mode mixte et le travaillent en tenant compte des spécificités de notre pays. Il ne s'agit en aucun cas de suivre l'exemple allemand où ce mode mixte est utilisé depuis les années cinquante, ni celui de la Bulgarie qui l'a utilisé pour élire sa Constituante en 1990. Il s'agissait, à mon sens, de trouver une voie proprement tunisienne. De toute façon, aucun mode n'est parfait. Et dans tous les cas, il est nécessaire de mener une campagne de sensibilisation et d'explication du mode qui sera en définitive choisi ; qu'il soit uninominal à deux tours, à la proportionnelle ou mixte. L'essentiel, c'est de rester à l'écoute des Tunisiens dont bon nombre veulent qu'un référendum porte sur les modes de scrutin proposés. C'est dire à quel point est fort, chez nos concitoyens, le désir de participer à la vie politique et de choisir par eux-mêmes le moyen qui leur permettra de faire élire leurs représentants à l'Assemblée constituante. Aspirations fortement légitimes.
2- Quelle est votre réaction vis-à-vis de la mesure relative à l'inéligibilité des personnes ayant exercé une fonction de responsabilité au sein du RCD durant les 23 dernières années ?
- Je ne suis pas défavorable à ce genre de mesure que j'ai appuyée. Car il n'y a pas de transition véritablement démocratique, c'est-à-dire de passage de la dictature à la démocratie, avec les mêmes forces qui ont soutenu et porté la dictature et contre lesquelles s'est exprimé et s'est révolté le peuple en faisant sa révolution. Rappelons que les mots d'ordre de cette révolution ont porté également et fortement sur la dissolution du RCD. Mais cette mesure ne touche en aucun cas les militants de base de ce parti, ni ceux qui se sont déjà constitués en partis nouvellement créés. Les militants du RCD pourraient se présenter aux élections en dehors de leurs responsables qui ont conduit le pays à une crise sans merci. Je voudrais quand même rappeler à ceux des rcédistes qui ont protesté récemment contre cet article 15 que la majorité des Tunisiens ont été exclus pendant de longues décennies de la compétition électorale à cause des systèmes électoraux mis en place et des différentes falsifications des résultats, et ce, pour exclure tous ceux qui n'étaient pas au parti au pouvoir. Nous ne sommes absolument pas pour la vengeance mais nous aimerions demeurer fidèles à cette révolution et à ses aspirations à une vraie démocratie. Cette exclusion de la compétition électorale des représentants de l'ancien régime a été jusque-là —et dans toutes les transitions démocratiques qui ont réussi de par le monde— un des principes fondateurs des démocraties qui sont nées et une des conditions du succès de la transition démocratique.
3- Quel regard portez-vous sur la décision relative à la parité hommes-femmes sur les listes de candidatures à la prochaine Constituante ?
- Ce vote majoritaire grâce également à nos hommes (32 femmes et 53 hommes ont voté pour la parité) est un événement historique qui n'a pas été, hélas, célébré comme tel dans nos médias. Des titres de la presse étrangère ont salué cette décision. L'article 16 adopté stipule en effet que toutes les listes électorales devront être composées de manière alternée d'hommes et de femmes. Quand les listes n'obéiront pas à ce principe, elles seront tout simplement invalidées. La Tunisie a toujours été à l'avant-garde sur le plan des droits des femmes même si l'égalité effective n'est pas encore acquise. Des pays africains sont, sur la question de la parité, plus avancés que nous. Le Sénégal, par le biais de son Assemblée nationale, a voté le 14 mai 2010 une loi instituant la parité absolue hommes-femmes dans toutes les institutions totalement ou partiellement électives. Au Rwanda, 52% des parlementaires sont des femmes, etc. Au Sénégal, le principe de la parité a été introduit dans la Constitution. Je voudrais aussi rappeler que le protocole à la Charte africaine des droits de l'Homme et des peuples relatifs aux droits des femmes stipule, dans son article 9, «la participation paritaire des femmes dans la vie politique». Je pourrai aussi citer des conventions internationales, onusiennes appuyant ce même principe. Cela dit, les Tunisiennes ont participé activement à la révolution qui se veut porteuse de valeurs telles que l'égalité, la justice, la dignité…que nous nous devons de concrétiser dans un pays qui a connu sa première révolution féminine en 1956. 55 ans après, les Tunisiennes peuvent se prévaloir de cette parité qui permettrait par ailleurs de corriger l'exclusion des Tunisiennes de la première Constituante qu'a connue notre pays en 1956. Pourtant, nos aînées ont participé activement à la lutte de libération nationale. La parité, 55 ans après, sera une occasion de les réhabiliter. Par ailleurs, le monde entier suit la révolution tunisienne qui constitue aujourd'hui un modèle, particulièrement pour le monde arabe et musulman. La société civile marocaine, appuyée par leur ministre Nozha Sakli, se bat pour la parité pour les élections de 2012. L'exemple tunisien pourrait leur ouvrir la voie car nous avons montré jusque-là que tout était possible. Ceci dit, la parité votée ne signifie en aucun cas que la moitié des députés de la Constituante seront des femmes. Nous sommes loin du compte. En réalité, la parité n'a qu'une valeur symbolique puisque, compte tenu du mode de scrutin choisi, les femmes ne pourront être à la  Constituante que si elles sont têtes de liste ou alors faisant partie d'un parti qui s'imposerait comme majoritaire. Une autre bataille attend les femmes : celle de pouvoir exiger la parité au niveau des têtes de listes de partis ou d'indépendants. Je propose aux partis ou aux fronts qui se constitueront de réserver les têtes de la moitié de leurs listes aux femmes pour qu'elles soient quelque peu représentées à la Constituante. Le chemin à faire est encore long désormais.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.