Nidaa Tounes : Réunion du Comité politique suite à la démission du Secrétaire général du parti Slim Riahi    Tunisie – Cheikha Mouzah acquière La Banque Zitouna ainsi que Zitouna Takaful    Turquie : Erdogan poursuit sa purge impitoyable de l'armée    Rachad Ladjimi, Un précurseur, à l'aube de la médecine tunisienne    Coupe de Tunisie: L'Espérance de Tunis et l'AS Teboulba qualifiés    Décès d'un élève à Raoued : l'autopsie a établi le diagnostic de la mort par la rage    Cinquième rapport présenté au Gafi, notre chance pour sortir de la liste noire du blanchiment d'argent et du financement du terrorisme    Tunisie: Transport des hydrocarbures et des marchandises, nouvelle menace de grève    Forum de la Francophonie 2019 : le 9 mars à la cité de la culture de Tunis (programme)    Photos…Dorra Zarrouk au festival international des films de femmes d'Assouan, que pensez-vous de son look ?    En vidéo : Le parcours de la Tunisienne Nadia Dhouib directrice des Galeries Lafayette    Financement des microprojets par de nouvelles institutions    Près de six mille personnalités attendues    200 soldats américains vont finalement rester en Syrie    Un constat alarmant !    La culture du risque    Pour des choix judicieux et équitables    H'nid et Hamdouni dans le doute    Al Joumhouri appelle à la démission de Chawki Gaddes    Le corps de la victime retrouvé    Un climat délétère    12 femmes et 20 hommes arrêtés à Sfax lors d'une tentative d'immigration clandestine    Médecins du Monde met un pied à Gafsa et Sidi Bouzid    Une mairesse pas comme les autres !    Mohamed Derbel - Banque centrale de Tunisie : La politique monétaire, à elle seule, peut-elle juguler l'inflation ?    La capacité d'employabilité du secteur du textile dépasse les 160 milles postes, selon la Fédération tunisienne du textile    L'inquiétude des ménages tunisiens    Les ingrédients d'une construction solide    Lorsque l'écologie inspire de jeunes professionnels de l'image    S'ouvrir à la diversité    De la musique pour la bonne cause    Une délégation de la société internationale Teleperformance reçue à Carthage    Le journaliste Hamza Belloumi reçu à Carthage    Tunisie – Météo : Nuages abondants sur le nord et les côtes Est et pluies isolées durant la nuit    15 Startup et 9 PME tunisiennes, au Mobile World Congress 2019 à Barcelone    Ligue 1: Nouveau programme de la 15è journée    Hausse du taux directeur de la BCT : ‘'Une décision nécessaire'', selon Slim Azzabi    Accès à l'information : 77% des Tunisiens confirment la difficulté d'accéder aux informations selon Sigma    Séminaire au tour du thème « Lsenek Sawanek ? »    Europa League: Le tirage au sort des 8ès aura lieu à 13h00    Tunisie – Le cadavre de l'homme tué au Mont Mghilla retrouvé et était miné    Ligue 1 : Le CSS demande de reporter son match contre US Tataouine    Basket – Championnat : Résultats et classement de la 3e journée retour play-off    L'OMS fait un bilan inquiétant de la situation sanitaire en Libye    Airbus et Emirates concluent un accord sur les A380 et une nouvelle commande de A350    Algérie: Deux morts dans le crash d'un hélicoptère militaire    La Tunisie exprime sa satisfaction    Libération des 14 travailleurs tunisiens enlevés en Libye : Satisfaction des autorités tunisiennes et libyennes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Noura Borsali (Forum de citoyens tunisiens indépendants) : L'essentiel, c'est de rester à l'écoute des Tunisiens
Transition Démocratique - 3 questions à :
Publié dans La Presse de Tunisie le 19 - 04 - 2011

1- Comment évaluez-vous la décision de l'Instance supérieure d'opter pour le mode de scrutin de liste à la représentation proportionnelle avec les plus grands restes ?
- Ce choix a été fait par un vote dans lequel une majorité s'est exprimée en sa faveur. Cela se justifiait par la possibilité donnée aussi bien aux petits partis qu'aux indépendants de pouvoir accéder à l'Assemblée constituante. Aussi sera-t-elle une sorte de microcosme partisan. J'aurais souhaité personnellement que le mode de scrutin soit mixte, alliant les deux modes proposés par les experts de l'Instance : le mode uninominal à deux tours et le mode de scrutin de liste à la proportionnelle. J'ai défendu cette position au sein de l'Instance par deux fois mais nous étions très minoritaires. En fait, je pense qu'en dépit de sa complexité, ce mode s'adapte mieux à la situation exceptionnelle que nous vivons en ce sens qu'il exprime les deux positions exprimées par les Tunisiens, qu'il est fidèle à la révolution qui s'est faite sans partis et sans leaders, qu'il répond d'une certaine façon au déficit des partis dont la plupart ne représentent qu'eux-mêmes et qu'il permet à la fois de donner la chance aux partis, en formant des coalitions, d'être de la partie. En fait, c'est un système qui favorise en quelque sorte à la fois les individus et les partis. Je demeure convaincue que le mode choisi par la majorité favorise la domination des partis. Et c'est pour toutes ces raisons que je me suis abstenue lors du vote qui a porté sur le mode de scrutin. J'aurais souhaité que nos experts nous fassent une simulation à propos du mode mixte et le travaillent en tenant compte des spécificités de notre pays. Il ne s'agit en aucun cas de suivre l'exemple allemand où ce mode mixte est utilisé depuis les années cinquante, ni celui de la Bulgarie qui l'a utilisé pour élire sa Constituante en 1990. Il s'agissait, à mon sens, de trouver une voie proprement tunisienne. De toute façon, aucun mode n'est parfait. Et dans tous les cas, il est nécessaire de mener une campagne de sensibilisation et d'explication du mode qui sera en définitive choisi ; qu'il soit uninominal à deux tours, à la proportionnelle ou mixte. L'essentiel, c'est de rester à l'écoute des Tunisiens dont bon nombre veulent qu'un référendum porte sur les modes de scrutin proposés. C'est dire à quel point est fort, chez nos concitoyens, le désir de participer à la vie politique et de choisir par eux-mêmes le moyen qui leur permettra de faire élire leurs représentants à l'Assemblée constituante. Aspirations fortement légitimes.
2- Quelle est votre réaction vis-à-vis de la mesure relative à l'inéligibilité des personnes ayant exercé une fonction de responsabilité au sein du RCD durant les 23 dernières années ?
- Je ne suis pas défavorable à ce genre de mesure que j'ai appuyée. Car il n'y a pas de transition véritablement démocratique, c'est-à-dire de passage de la dictature à la démocratie, avec les mêmes forces qui ont soutenu et porté la dictature et contre lesquelles s'est exprimé et s'est révolté le peuple en faisant sa révolution. Rappelons que les mots d'ordre de cette révolution ont porté également et fortement sur la dissolution du RCD. Mais cette mesure ne touche en aucun cas les militants de base de ce parti, ni ceux qui se sont déjà constitués en partis nouvellement créés. Les militants du RCD pourraient se présenter aux élections en dehors de leurs responsables qui ont conduit le pays à une crise sans merci. Je voudrais quand même rappeler à ceux des rcédistes qui ont protesté récemment contre cet article 15 que la majorité des Tunisiens ont été exclus pendant de longues décennies de la compétition électorale à cause des systèmes électoraux mis en place et des différentes falsifications des résultats, et ce, pour exclure tous ceux qui n'étaient pas au parti au pouvoir. Nous ne sommes absolument pas pour la vengeance mais nous aimerions demeurer fidèles à cette révolution et à ses aspirations à une vraie démocratie. Cette exclusion de la compétition électorale des représentants de l'ancien régime a été jusque-là —et dans toutes les transitions démocratiques qui ont réussi de par le monde— un des principes fondateurs des démocraties qui sont nées et une des conditions du succès de la transition démocratique.
3- Quel regard portez-vous sur la décision relative à la parité hommes-femmes sur les listes de candidatures à la prochaine Constituante ?
- Ce vote majoritaire grâce également à nos hommes (32 femmes et 53 hommes ont voté pour la parité) est un événement historique qui n'a pas été, hélas, célébré comme tel dans nos médias. Des titres de la presse étrangère ont salué cette décision. L'article 16 adopté stipule en effet que toutes les listes électorales devront être composées de manière alternée d'hommes et de femmes. Quand les listes n'obéiront pas à ce principe, elles seront tout simplement invalidées. La Tunisie a toujours été à l'avant-garde sur le plan des droits des femmes même si l'égalité effective n'est pas encore acquise. Des pays africains sont, sur la question de la parité, plus avancés que nous. Le Sénégal, par le biais de son Assemblée nationale, a voté le 14 mai 2010 une loi instituant la parité absolue hommes-femmes dans toutes les institutions totalement ou partiellement électives. Au Rwanda, 52% des parlementaires sont des femmes, etc. Au Sénégal, le principe de la parité a été introduit dans la Constitution. Je voudrais aussi rappeler que le protocole à la Charte africaine des droits de l'Homme et des peuples relatifs aux droits des femmes stipule, dans son article 9, «la participation paritaire des femmes dans la vie politique». Je pourrai aussi citer des conventions internationales, onusiennes appuyant ce même principe. Cela dit, les Tunisiennes ont participé activement à la révolution qui se veut porteuse de valeurs telles que l'égalité, la justice, la dignité…que nous nous devons de concrétiser dans un pays qui a connu sa première révolution féminine en 1956. 55 ans après, les Tunisiennes peuvent se prévaloir de cette parité qui permettrait par ailleurs de corriger l'exclusion des Tunisiennes de la première Constituante qu'a connue notre pays en 1956. Pourtant, nos aînées ont participé activement à la lutte de libération nationale. La parité, 55 ans après, sera une occasion de les réhabiliter. Par ailleurs, le monde entier suit la révolution tunisienne qui constitue aujourd'hui un modèle, particulièrement pour le monde arabe et musulman. La société civile marocaine, appuyée par leur ministre Nozha Sakli, se bat pour la parité pour les élections de 2012. L'exemple tunisien pourrait leur ouvrir la voie car nous avons montré jusque-là que tout était possible. Ceci dit, la parité votée ne signifie en aucun cas que la moitié des députés de la Constituante seront des femmes. Nous sommes loin du compte. En réalité, la parité n'a qu'une valeur symbolique puisque, compte tenu du mode de scrutin choisi, les femmes ne pourront être à la  Constituante que si elles sont têtes de liste ou alors faisant partie d'un parti qui s'imposerait comme majoritaire. Une autre bataille attend les femmes : celle de pouvoir exiger la parité au niveau des têtes de listes de partis ou d'indépendants. Je propose aux partis ou aux fronts qui se constitueront de réserver les têtes de la moitié de leurs listes aux femmes pour qu'elles soient quelque peu représentées à la Constituante. Le chemin à faire est encore long désormais.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.