Korchid : ''L'une des erreurs de Kais Saied...c'est Nadia Akacha''    Tunisair suspend ses vols à destination et en provenance du Burkina Faso    Kaïs Saïed souhaiterait appliquer un modèle proche du Velayet-e faqih iranien, selon Hatem Mliki    CAN 2021 – EN : deux nouveaux cas Covid !!    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 25 Janvier 2022 à 11H00    Tunisie-coronavirus : Vers le durcissement des mesures sanitaires ?    Tunisie – météo : Températures en légère baisse et pluies attendues    Béja: 42 nouvelles contaminations en milieu scolaire    Tunisie-coronavirus : Vers la levée du couvre-feu ? La réponse    "Mes mots pour le dire", nouveau concours vidéo francophone international    Affaire Béchir Akermi : La justice de nouveau dans la tourmente !    teste    CONDOLEANCES : Jamel ACHOUR    STA en bourse : visa du CMF obtenu, souscriptions à partir du 21 février 2022 au prix de 17 D l'action    Un délinquant poignarde trois personnes à la station Intilaka : Grosse frayeur à bord d'un métro de la Transtu    Coronavirus : Du nouveau concernant Omicron    Al-Koweit : Khenissi réussit un triplé    Centenaire du cinéma tunisien : Zoom sur un pionnier nommé Albert Samama Chikly    Ce que pense un ancien ambassadeur des USA de la démission de Nadia Akacha    Mekki : Saied s'est opposé au placement en résidence surveillée de Ghannouchi    Makrem Lagguem accuse tout le monde de corruption    Pourquoi? | Avec de la volonté    Des entreprises américaines souhaitent investir en Tunisie, assure Donald Blome    Hatem Mliki: Ce qu'a fait Saied, ''c'est la honte''    Tozeur : Bientôt une zone irriguée à El Hamma de Djerid    La Banque mondiale s'attend à un ralentissement de l'économie tunisienne    CAN 2022 – Maroc vs Malawi : Sur quelle chaîne et à quelle heure regarder le match en direct ?    Prix au marché municipal de Gafsa [Vidéo]    Les dirigeants de l'UGTT et les enseignants vacataires s'assoient aujourd'hui autour de la même table    La censure des commentaires a frappé aussi le ministère des Sports !!    La date de remise des échantillons de l'édition 2022 du prix de meilleure huile d'olive reportée au 30 janvier    Gordon Gray commente la démission de Nadia Akacha et parle des causes probables de cette décision    Watford : l'entraîneur Claudio Ranieri limogé    Matériel informatique et télétravail : Comment réduire la consommation d'énergie ?    Risques mondiaux : Les inquiétudes pour l'avenir persistent    Contrepoint | Le mal et l'issue...    Abid Briki: Nous soutenons les mesures prises par Saied    Assurances | M.A.E : Une première !    BNA Bank : Performances records et dynamique de croissance confirmée    Ukraine : les USA évacuent livrant le pays à Poutine, l'UE spectatrice    Pièce "Hend, le prince de Djerjer" d'IZA LOU mise en scène par Jean-Luc Garcia à EL TEATRO Tunis    Rabat pourrait-il "voler" à Alger l'organisation du sommet de la Ligue arabe?    Sur nos écrans l «Al Kahen» de Othman Abou Laban : Le genre dans le mauvais    « Art Expo » à la galerie « Musk & Amber » : Action commune    Livres | «Ton absence n'est que ténèbres» de Jón Kalman Stefánsson : Une mosaïque romanesque extraordinaire    Ammar Mahjoubi: Le caractère fondamentalement inégalitaire de la société romaine*    Monde : Le président arménien annonce sa démission    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les usagers réclament plus de souplesse !
La resquille dans le transport public
Publié dans La Presse de Tunisie le 26 - 04 - 2011

Certains citoyens préfèrent utiliser les moyens de transport en commun gratuitement. A chaque fois qu'ils trouvent le moyen de resquiller, ils ne s'empêchent pas de le faire. Et tant pis si la société de transport enregistre un manque à gagner! L'Etat est toujours là pour éponger les déficits, il a les moyens pour le faire, pensent nombre de citoyens pourtant cultivés et instruits.
En effet, les sociétés nationales de transport ne vont jamais fermer leurs portes et déclarer faillite même si elles n'arrivent pas à couvrir les frais d'exploitation. Et cela rassure plus d'un. De temps en temps, dans le bus, une querelle se déclenche entre le contrôleur et un usager qui n'a pas payé sa place. Ce dernier n'hésite pas à utiliser sa force physique pour le laisser tranquille même s'il est un resquilleur. D'autres usagers sont obligés de payer sur place l'amende ou de fournir la carte d'identité nationale afin que le contrôleur puisse noter leur identité et leur envoyer un avertissement pour paiement. Jihène estime que «les Tunisiens doivent apprendre à payer leurs places quand ils montent dans un bus ou un train. Pourquoi paient-il le téléphone, l'Internet et le pain alors qu'ils hésitent à acheter leurs tickets de transport ? C'est une mentalité à changer». En cas de refus de payer l'amende sur place, la société menace de porter l'affaire au tribunal. Et c'est écrit noir sur blanc.
La resquille est une pratique qui date d'une longue période et concerne tous les moyens de transport collectifs (bus, train, métro), surtout ceux relevant du secteur public.
Appliquer strictement la loi
Les transporteurs privés ont pris leurs dispositions pour contrecarrer ce phénomène. Quand le bus est immobilisé, et avant de monter dans le bus, les usagers doivent payer l'hôtesse. Si le bus est déjà en route, c'est l'hôtesse qui se dirige vers l'usager pour lui vendre le ticket. «C'est le problème de la petite monnaie qui est souvent posé», remarque, cependant, Sami.
Il faut distinguer, cependant, entre un usager qui a l'intention de resquiller et un autre qui veut bien payer mais qui n'a pas pu le faire faute de temps. C'est le cas parfois dans le train de la banlieue sud (Société nationale des chemins de fer tunisiens) ou nord (Transtu). Presque tous les jours, des querelles éclatent entre les usagers et les contrôleurs qui ne veulent rien savoir, surtout ceux de la Transtu qui sont assermentés. Ils sont là pour appliquer strictement la loi, ce qui ne plaît pas forcément aux usagers qui pensent que les contrôleurs doivent faire preuve de plus de souplesse et de compréhension. Fadia, étudiante, pense qu'il faut «apprendre à l'enfant dès l'âge scolaire à payer le prix d'un service donné pour que son comportement change à l'avenir».
En tout cas, le ministère du Transport et de l'Equipement a lancé, le jeudi 7 avril, une campagne de sensibilisation, intitulée "Mansit Chaii? Khalis et Mokhles Libladi" (Tu n'as rien oublié ? Paie et reste fidèle au pays. L'objectif consiste à sensibiliser les usagers des moyens de transport public collectif (bus, trains et métros) à l'impératif de payer leurs tickets.
Il s'agit aussi de préserver le droit du citoyen à un transport décent, de garantir aux sociétés de transport public la protection du matériel roulant et leurs revenus et de limiter les pertes financières «alarmantes», estimées à 14 millions de dinars, que les sociétés de transport public collectif ont subi au cours de ces trois derniers mois. On estime, selon une source au ministère, que les recettes provenant du paiement des tickets de transport ont diminué de 9 millions de dinars, sans compter les dégâts matériels qui ont dépassé les 5 millions de dinars. Les pertes résultant des manifestations et des grèves sont, elles aussi, comptabilisées.
Un tour à la gare de bus et de métro de la place Barcelone permet de constater ces affiches de sensibilisation collées sur les vitres des guichets et dans les moyens de transport en commun. A travers cette campagne – qui devrait concerner aussi les différents médias –, le ministère cherche à améliorer un tant soit peu les recettes des sociétés nationales de transport, en attendant l'amélioration des prestations qui restent encore en deçà des attentes des usagers. Au cours des heures de pointe, les bus sont encore bondés et les contrôleurs n'ont pas la possibilité de vérifier le nombre de resquilleurs!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.